16 septembre 2009

Rieux-Minervois, historique


Rieux_Minervois_1L'endroit fut habité dès l'époque gallo-romaine, de nombreuses villae s'établirent sur les bords de la rivière l'Argent Double, ou Argentodubrum, nom d'origine gauloise (en celtique, dubron = eau) signifiant "blanche comme l'argent" ou "à l'eau argentifère".










Rieux_Minervois_5C'est vraisemblablement vers le milieu du XIème siècle que fut formé le village de Rieux, autour du castrum. A l'époque, cette appellation d'Argentodubrum n'était pas d'usage courant, on parlait de "Lo Rius", ou de "Al Rius". Ce nom fut donné à la nouvelle agglomération.









Rieux_Minervois_7La seigneurie de Rieux, possédée au XIIème siècle par les vicomtes de Minerve, fut confisquée après la croisade contre les Albigeois et le roi saint Louis inféode cette seigneurie à Raymond de Saverdun en 1230.  Les comtes de Minerve deviendront des “faidits”, les seigneurs occitans dépouillés de leurs terres et de leurs droits au profit des nobles du Nord et de l’Eglise, pour avoir protégé l’hérésie cathare.







Rieux_Minervois_42Les héritiers de Saverdun vendent la terre de Rieux à Nicolas de la Jugie, qui sera transmise par alliances matrimoniales aux maisons de Puydeval, de Morèze, puis aux Montiers de Mérinville jusqu'en 1838.










Rieux_Minervois_4L'église actuelle est la seconde qui fut édifiée à l'intérieur du castrum. La date précise de son édification n'est pas connue. Ce que l'on sait, c'est que monseigneur Dalmace, archevêque de Narbonne, décède à Rieux en 1096 en venant superviser le début des travaux. Rieux se situe sur l'un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.














Rieux_Minervois_17Petite précision historique, qui peut avoir une importance dans la configuration des énergies de l'église : Guillaume de la Jugie (mort en 1397), 3ème possesseur de la seigneurie, fit construire une chapelle souterraine avec un autel dédié à sainte Marie-Madeleine. Il fut inhumé devant le maître-autel avec sa femme Catherine de Mornay. Depuis lors, ce fut le tombeau de la famille, qui existe toujours et qui servit d'ossuaire par la suite. Cette cavité pourrait être bien plus ancienne, et avoir eu une utilisation autre, comme pour les cryptes servant à magnifier les énergies telluriques des lieux. Tout cela relie la Terre au Ciel.




Rieux_Minervois_38Pour voir la carte, cliquez ici.

http://audeinsolite.free.fr/Rieux_minervois.htm
http://pagesperso-orange.fr/arizmendi.ruquet/Rieux%20Minervois/rieux%20minervois%201.htm
http://www.viaoccitanacatalana.org/zone/zone_dettaglio_ros_fra.asp?IDrecord=78
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rieux-Minervois
http://esotcelt.unblog.fr/symbolisme-et-chiffre-le-sept-7/

Posté par madame_dulac à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Sainte-Marie de Rieux-Minervois, plan

Rieux_Minervois_plan_1



























1- Maître-autel
2- Entrée principale
3- Portail
4- Vierge de Cabestany
5- Deux lions
6- Oiseaux
7- Chapiteau des ateliers roussillonnais
8- La mise au tombeau
9- Petite porte d'entrée
10- Tableau 1669
11- Statue de saint Jacques
12- Vitrail moderne
13- Chapelle du Sacré-Coeur
14- Chapelle de la mise au tombeau
15- Chapelle Saint-Roch
16- Chapelle Sainte-Germaine
17- Chapelle Sainte-Jeanne-d’Arc
18- Chapelle Notre-Dame du Rosaire

Rieux_Minervois_23Le plan de l'église est donc un heptagone régulier inscrit dans un cercle. Son diamètre est de 18 mètres. Au milieu s'élève une coupole soutenue par 7 arcades disposées circulairement et définissant le choeur, dont le diamètre égale la moitié du diamètre total de l'église. La hauteur sous la clef de la coupole est de 13 mètres. Ce plan fut défiguré par l'adjonction de trois chapelles au XVème siècle (13-14-15) puis de trois autres chapelles à l'époque moderne (16-17-18).

Si l'on prend le pied carolingien de 33,3 cm, on obtient un rayon de vingt-huit pieds, le chœur mesure alors 14 pieds, le diamètre total étant de 54 pieds.

Posté par madame_dulac à 18:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Rieux-Minervois, l'église Sainte-Marie

Rieux_Minervois_6L'édifice actuel, orienté vers le levant et dédié à la Vierge, fut construit vers 1150 sur l'emplacement d'un ancien lieu de culte. La tradition dit qu'il fut un temple dédié à Minerve. Beaucoup d'interprétations ont été données, comme le fait que ce soit un ancien baptistère du VIème siècle, ou bien que les templiers en furent les commanditaires, ou encore que l'endroit servait comme vaste tombeau, ou bien qu'il représente une reproduction du temple du roi Salomon, ou qu'il donne un discours initiatique à décoder en étudiant le sens des nombres sur lequel le plan tout entier s’est construit.




Rieux_Minervois_24Il faut dire que cette église a une particularité que l'on ne retrouve nulle part ailleurs : c’est une rotonde construite sur un plan heptagonal centré et régulier.











Rieux_Minervois_33Les murs collatéraux sont ornés d'arcs retombant sur 14 colonnes engagées à chapiteaux. La voûte est en quart de cercle sans doubleaux. La coupole centrale est à 7 pans. Le sanctuaire est délimité par 4 piliers et 3 colonnes. Il s'ouvre sur le déambulatoire par de grandes arcades bouclées, soutenues par des colonnes engagées dans les angles du mur d'enveloppe.









Le porche

Rieux_Minervois_18Le porche de l'église, fortement remanié, se trouvait primitivement dans la chapelle de l'orgue, où l'on peut voir encore quatre colonnes et les deux pieds droits qui supportaient l'archivolte en plein cintre, décorée de moulures toriques unies et tordues, bordées de perles.









Rieux_Minervois_30C'est d'ailleurs dans cette chapelle que se retrouve la statue de saint Jacques, ainsi qu'un chérubin ?
Rieux_Minervois_52











Rieux_Minervois_3Les montants de cet ancien portail du XIIIème siècle, richements sculptés, sont actuellement placés au nouveau porche.
Rieux_Minervois_8

Rieux_Minervois_9














Le clocher

Rieux_Minervois_2Le clocher heptagonal surplombe la coupole centrale. Il est formé d'une tour massive à 2 étages : le premier est percé en baies romanes simples ou géminées, le second, beaucoup plus bas, de petites baies gothiques ou sans époque déterminée. Il est d'une construction différente du reste et semble avoir subi des remaniements assez importants.

Posté par madame_dulac à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rieux-Minervois, le nombre sept

Rieux_Minervois_26Comme nous l'avons vu sur le plan, le nombre 7 et ses multiples reviennent souvent. Ils sont même omniprésents et dirigent tout l'édifice : 7 côtés, 7piliers, 7 arcades, 14 colonnes, 14 pieds du chœur, 28 pieds du rayon, 54 pieds de diamètre...










Rieux_Minervois_32Associant le nombre quatre (les 4 piliers), qui symbolise la terre avec ses quatre point cardinaux et le nombre trois (les 3 colonnes) qui symbolise le ciel, sept représente la totalité de l’univers en mouvement. Il symbolise aussi l’achèvement du monde et la plénitude des temps : selon saint Augustin, il mesure le temps de l’histoire, le temps du pèlerinage terrestre de l’homme.







Rieux_Minervois_12Il symbolise un cycle complet, une perfection dynamique. Chaque période lunaire dure sept jours et les quatre périodes du cycle lunaire et de la Femme (7 x 4) ferment le cycle. Philon d’Alexandrie observe à ce propos que la somme des sept premiers nombres (1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7) arrive au même total : 28. Sept indique le sens d’un changement après un cycle accompli et d’un renouvellement positif. Il était chez les Egyptiens symbole de vie éternelle.






Rieux_Minervois_27Dans les contes et légendes ce nombre exprimerait les sept états de la matière, les sept degrés de la conscience, les sept étapes de l’évolution :

1 – conscience du corps physique : désirs apaisés de façon élémentaire et brutale ;
2 – conscience de l’émotion : les pulsions se compliquent de sentiment et d’imagination ;
3 – conscience de l’intelligence : le sujet classe, ordonne, raisonne ;
4 – conscience de l’intuition : les relations avec l’inconscient se perçoivent ;
5 – conscience de la spiritualité : détachement de la vie matérielle ;
6 – conscience de la volonté : qui fait pousser le savoir dans l’action ;
7 – conscience de la vie : qui dirige toute activité vers la vie éternelle et le salut.

Rieux_Minervois_53Tout ceci est renforcé par le fait que sept est un nombre premier, et donc indivisible autrement que par lui-même. De plus, c'est le premier polygone régulier non constructible avec la règle et le compas à partir d'un cercle. L'architecte de Rieux savait travailler...

On prête à Hippocrate cette sentence : « Le nombre sept, par ses vertus cachées, maintient dans l’être toutes choses ; il dispense vie et mouvement : il influence jusqu’aux êtres célestes ».

Posté par madame_dulac à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Sainte-Marie de Rieux-Minervois, les chapiteaux

Les chapiteaux de l'ancien portail

Rieux_Minervois_28a

















Rieux_Minervois_55Les sonneurs de trompes : trois personnages, à mi chemin entre l'homme et la bête, gonflent leurs joues et conjuguent leurs efforts pour faire résonner leurs trompes. Les bras prolongent la tête en de  curieux appendices. Ce thème, rare,  est récurrent dans l'iconographie du Maître de Cabestany.









Rieux_Minervois_50Non loin, un lion luttant avec une vouivre... Les énergies s'affrontent.
















Rieux_Minervois_28bLa ronde des lions : la crinière déployée en volutes  et enroulés sur eux-mêmes, les lions s'agrippent à l'astragale : leurs griffes, aussi démesurées que les mains sculptées par le maître, forment une couronne autour du chapiteau, comme les trompes des sonneurs du chapiteau précédent.














Les autres chapiteaux

Le tRieux_Minervois_46hème des lions se retrouve sur l'un des chapiteaux de la nef-déambulatoire, attribués également au maître, ou du moins à son atelier. Ici, même les lions sont représentés les pieds se retournant vers le ciel.














Rieux_Minervois_43Sur les chapiteaux floraux sont représentées, à la place des traditionnelles feuilles d’acanthe, des feuilles de vigne.
Rieux_Minervois_45
















Rieux_Minervois_44Ceci peut-il être en rapport avec la symbolique du nombre 7, qui se veut univers en mouvement, cycle de vie et de mort : la vigne représente l’abondance de la vie et sa renaissance après le passage de la mort. Le vin, c’est la boisson des dieux…
Rieux_Minervois_47













Rieux_Minervois_36Une fresque sur un des tailloirs des piliers cylindriques où l’on veut voir la représentation de Daniel dans la fosse aux lions rappelle par bien des aspects le style Assyro–Babylonien.














Rieux_Minervois_34Daniel deviens alors le héros Gilgamesh qui, s’appuyant de ses mains sur les têtes des lions, transcende les forces sauvages de la Nature et se métamorphose en demi dieu solaire.











Rieux_Minervois_54Nous retrouvons aussi le symbole des énergies cosmo-telluriques... Un beau dragon ailé.

Posté par madame_dulac à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sainte-Marie de Rieux-Minervois, la Vierge et le maître de Cabestany

Rieux_Minervois_11Sur le chapiteau qui correspondrait au sommet de l’heptagone déterminant l’axe de symétrie du plan du monument, se trouve une représentation de l’assomption de la Vierge, son élévation dans les cieux, emportée par un cortège d’anges.























Rieux_Minervois_15Le visage est inscrit dans un dièdre, le front est bas et les mains démesurément longilignes, signature du maître de cabestany. Cependant, les yeux, moins obliques, ne sont pas marqués par des coups de trépan. Le regard semble donc vide, ou bien a-t-elle les yeux fermés, dans une intériorisation qu’elle cherche à nous faire ressentir.














Rieux_Minervois_16Les anges qui saillent en ronde-bosse par contre sont très représentatifs : les visages s'inscrivent dans un dièdre, les fronts sont bas, les oreilles haut placées, et l'amande oblique des yeux est dégagée par le trépan. Le large déploiement des ailes occupe et dynamise tout l'espace.

La mère du Christ est ici représentée intégrée dans un cartouche ovale communément appelé "mandorle".

Cet article lui est consacré.











Rieux_Minervois_13Dans un premier temps, la mandorle est le symbole du sexe féminin, de l’œuf cosmique, de la matrice, de la re-naissance, des mystères de la naissance, de l’univers dans sa création perpétuelle. Elle exprime une idée de porte, de passage d’un monde à l’autre.















thuret_marsat_riom_021_editedLe mot mandorle vient de l’italien "mandorla", qui signifie "amande". Dans cet autre cas, elle est le symbole de la connaissance cachée, comme l’amande dans sa coque protectrice. Elle peut aussi, dans sa forme de losange dont les bords sont arrondis, représenter l’union du Ciel et de la Terre, des mondes inférieurs et supérieurs.














Gargas_6La Vierge, la déesse mère représentée dans la mandorle (ses pieds touchent l’ovale), signifierait qu’elle est la mère dans la mère. Rieux étant situé au bord de la rivière Argent-Double (Argentodubrum), la déesse primordiale ayant l’argent comme métal représentatif, on se retrouverait bien avec l’argent double. De plus, ces mandorles font penser aux représentations néolithiques de la déesse, comme dans la grotte de Gargas





Rieux_Minervois_48Sculpture et architecture sont ici en parfaite cohésion : aussi a-t-on émis l'hypothèse  que l'église a pu être conçue dans sa totalité par le maître de Cabestany, qui se révèlerait ainsi non seulement sculpteur mais aussi architecte. Cet homme avait vraiment du génie, lui qui a fait l’exploit de tracer le plan d’un heptagone régulier, et d’avoir posé autant de symboles dans cette église. Nous nous retrouvons vraiment en un lieu où souffle l’esprit, où nous pouvons nous élever, passer d’un état à un autre.

Posté par madame_dulac à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]