09 septembre 2012

Brancion, historique


Brancion_plan_2aLe col de Brancion se situe à la croisée de routes très anciennes, l’une reliant d’est en ouest Tournus à la vallée de la Grosne, et un chemin nord /sud qui suit la ligne de crête.

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_2Le village de Brancion, situé sur l’éperon rocheux surplombant la vallée de la Grosne, fut habité dès l’Âge du Bronze.

 

 

 

 

 

 

Brancion_Grotte_du_Four_de_la_Baume_aDes traces d’occupation humaine du Paléolithique supérieur (- 40 000 / - 12 000) furent retrouvées dans la grotte du Four-de-la-Baume, à quelques mètres au nord, et c’est à La Chapelle-sous-Brancion, aux pieds du promontoire, que furent retrouvées les plus anciennes: quelques outils de l’homme de Neandertal, datant du Paléolithique moyen (-250 000/- 28 000).

 

 

 

 

Brancion_menhir_12Les tribus celtes laissèrent aussi leur empreinte, comme au Champ de la Fa avec le menhir de Pierre-Levée. De vieilles coutumes sont restées de nombreuses années: Brancion organisait la fête des Feux celtiques, liée à la célébration du solstice d’été et tombée dans l’oubli fin XIXe. Elle fut remise à l’honneur dans les années 1920, jusqu’en 1960. Le bûcher, surmonté d’un coq fixé sur une hampe, était constitué de fagots confectionnés lors de la taille des haies et mis de côté jusqu’au jour de la fête. Les feux étaient allumés d’Alésia à Gergovie en passant par Bribacte, le feu de Brancion étant allumé juste après celui du Mont Saint-Vincent.

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_3Les gallo-romains ne laissèrent par contre que peu de vestiges sur le plateau, malgré la présence de villae importantes en contrebas, des deux côtés du col. Il reste les fondations de la résurgence de la source de la Barbette, dont le nom proviendrait de la racine celte « Barb », comme dans bourbeux ou barboter.

 

 

 

 

 

Brancion_1C’est à partir du VIe siècle, d’après les fouilles, que le bout du promontoire, sanctuaire primitif, prit une vocation funéraire. Ce n’est peut-être pas pour rien que l’esplanade est encore dénommée le "Paradis".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_3Le château, situé sur un monticule plus élevé, et séparé de la crête voisine par un large fossé taillé dans le rocher, n’est cité qu’à partir du Xe siècle (944). C’est plus à cette époque un bâtiment de pouvoir civil qu’un bâtiment défensif. Rectangulaire, il mesurait 22 mètres sur 11.

 

 

 

 

 

Brancion_6Au XIIe siècle, date de la reconstruction de l’église, il fut agrandi avec un donjon, une tour et des logis. Deux tours rondes prirent place au XIIIe.

 

 

 

 

 

Brancion_Jocerand_aParmi les seigneurs de Brancion, Etienne fut abbé et général de Cluny en 1230. Josserand III partit avec saint Louis lors de la VIIe croisade et mourut en 1250 à la bataille de Mansourah. Les dettes s’accumulèrent et le dernier seigneur en date, Henri Gros, fils de Josserand, vendit le château au duc de Bourgogne Hugues IV en 1259.


 

 

 

 

 

Brancion_7Le village se développa.

Brancion_8

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_9Au XVe siècle fut construite la halle, près de l’antique puits. Elle possède encore un toit en laves (du patois "lever la pierre") et une charpente en châtaignier. Pour les connaisseurs, elle est basée sur les dimensions du quadrilatère solsticial du lieu.
Brancion_10

 

 

 

 

 

 

Brancion_12Les poteaux qui la supportent sont rainurés, ce qui permettait d’y installer des étals lors des marchés.  Ils reposent sur des pierres dont quatre sont de simples cylindres et quatre des remplois de bases et de chapiteaux gothiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_5Lors des guerres de Religion, en 1594, le bourg fut pris et le château assiégé. De cette période datent les traces d’incendie, de destructions partielles des bâtiments, et du remblaiement du fossé d’entrée. Puis le château fut vendu pendant la Révolution comme bien national.

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_plan_3b

 


Document de L'IRAP; Archéologie en Bourgogne n°14
http://www.tournugeois.fr/fr/a-voir/les-eglises-romanes/eglises-romanes.htm

Posté par madame_dulac à 01:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Brancion, l’église Saint-Pierre


Brancion__glise_Saint_Pierre_4Cette église édifiée par les sires de Brancion au XIIe siècle, dédiée à saint Pierre, est située sur le bord ouest du promontoire.

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_9Mentionnée pour la première fois en 964 dans une charte du cartulaire de Cluny (ecclesiam de Branciduno), elle fut construite sur les fondations de bâtiments plus anciens, du VIe puis VIIIe  et Xe siècles, tous à vocation funéraire. De nombreuses tombes, dont quelques-unes mérovingiennes, furent trouvées lors des fouilles. Le parvis est encore appelé de nos jours le « Paradis »…

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_1La façade possède trois petites fenêtres en plein cintre et se termine par un pignon s'élevant au-dessus de la toiture massive à double rampant, en laves, qui couvre tout l'édifice. Le portail est surmonté d’un arc brisé en ressaut.

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_8Le transept légèrement saillant se termine par une abside en hémicycle et deux absidioles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_5Le clocher de plan carré, percé de 4 fenêtres en plein cintre, surmonte la croisée des transepts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_plan_1L’église est bâtie sur plan en croix latine, avec une nef à 5 travées et deux bas-côtés.

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_16La nef est voûtée par un berceau brisé que soutiennent quatre arcs doubleaux simples.

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_19Le mur de la cinquième travée du bas-côté sud, sans fenêtre, est percé d'une porte ancienne en cintre brisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_18Une ancienne cuve baptismale en pierre, cylindrique, sans moulures ni sculptures, fermée par un couvercle de bois, est placée sous la seconde arcade du côté nord.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_23La cinquième travée du bas-Coté nord abrite le gisant de Josserand III de Brancion, mort en 1250 pendant la VIIe croisade, à la bataille de Mansourah.
Brancion__glise_Saint_Pierre_20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_17Les deux premiers piliers de la nef sont de plan rectangulaire, présentant du côté de la nef seulement la saillie de pilastres formant les pieds droits des grands arcs doubleaux, alors que les autres sont de plan cruciforme. Nous passons du tellurique au cosmique.

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_27Une grande baie, amortie en cintre brisé, fait communiquer la nef avec le carré du transept voûté par une coupole octogonale sur trompes en cul-de-four. Au-dessus s'élève le clocher.

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_21Le chœur, voûté en berceau brisé, précède l'abside en hémicycle voûtée en cul-de-four brisé. Trois fenêtres en plein cintre amènent un peu de lumière sur les peintures à la détrempe, exécutées à la fin du premier quart du XIVe siècle, où l’on distingue un Christ en majesté dans une mandorle quadrilobée, surmontant les apôtres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_22Ce sont ces peintures, dont la thématique générale paraît axée sur la nativité, le Jugement Dernier et la Résurrection des Corps, qui représentent l’intérêt majeur de l’église selon certains. Certes elles sont précieuses et nécessiteraient une restauration rapide. Mais regardez bien le dallage d’époque, ce qui est déjà rare.

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_14L’axe central n’est pas droit du tout. Et ce n’est pas la faute du maitre d’œuvre qui ne savait pas tracer une ligne droite comme j’ai pu l’entendre. Les dalles suivent tout naturellement le tracé du courant d’eau souterrain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_24Et peut-être que saint Pierre y aura laissé une de ses clés…

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion__glise_Saint_Pierre_plan_2

Posté par madame_dulac à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 septembre 2012

La Chapelle-sous-Brancion, l’église Notre-Dame


Brancion_menhir_6C’est à La Chapelle-sous-Brancion, aux pieds de l’éperon rocheux de Brancion, que furent retrouvées les plus anciennes traces de la présence de l’homme : quelques outils de Neandertal, datant du Paléolithique moyen (-250 000/- 28 000).  Un peu plus loin, vers le château de Nobles se dresse le menhir du Champ de la Fa. Les Celtes passèrent par là.

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_3Le village de Capella ad Brancedunum prit le nom d’Aquis au VIIe siècle, puis celui de villa Aquarias avant de devenir Chapelle-sous-Brancion. Il est vrai que de nombreuses fontaines et lavoirs sur le territoire montrent la présence importante de l’eau.

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_2Dès sa construction au milieu du XIIème siècle, l'église fut placée sous le vocable de l’Assomption de la Vierge. Orientée au sud-est, encore entourée de son cimetière, elle possède un faux transept sous forme de chapelles latérales accolées à la dernière travée de la nef.

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_8La travée du chœur, un peu plus étroite, supporte le clocher.

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_10La nef, fortement en pente, a été refaite ultérieurement, et c'est alors qu'ont été édifiées les chapelles latérales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_9Les actuelles restaurations mettent à jour une fresque dans la voûte de l'abside représentant le Couronnement de la Vierge, plus quatre personnages restant à identifier.
Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_6A l'extérieur, le portail ouest est ouvert dans un massif rectangulaire en saillie avec pilastres cannelés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_7L'archivolte en plein cintre retombe sur deux colonnettes monolithes, associées aux pilastres. Les chapiteaux sont ornés de feuillage et de petites volutes.

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_5Le clocher, de plan carré, est éclairé à l'étage par des baies géminées en plein cintre dont les chapiteaux possèdent des feuillages rustiques recourbés en crochets.
Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_La_Chapelle_sous_Brancion_15Le chevet roman est constitué d'une abside semi-circulaire ornée de petites arcatures et de colonnes engagées malheureusement abimées. L'abside est percée de trois fenêtres et est recouverte de lauzes.


 

 

 

 

 

 

 

http://www.tournugeois.fr/fr/a-voir/les-eglises-romanes/eglises-romanes.htm

Posté par madame_dulac à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Chapelle-sous-Brancion, le menhir



Brancion_menhir_2Situé en bas de l’éperon rocheux de Brancion, le village de La Chapelle-sous-Brancion fut occupé dès l’Âge du Bronze (- 2300 / - 800).

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_NoblesC’est pourtant un témoin du Néolithique qui se dresse au lieu dit Embouche-de-Pierre-Levée, proche du château de Nobles (XVIe siècle), dans le champ de la Fa (de la fée).

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_1C’est un menhir gravé, représentant sans doute une idole très schématisée, datant de plus de 4 000 ans.

Brancion_menhir

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_3Le menhir, mesurant environ 3 mètres 80 et pesant plus de 5 tonnes porte plusieurs noms : Pierre-Levée du champ de la Fa, Pierre de Nobles, Pierre du Christ, pierre du Bon-Dieu. Il aurait la vertu de protéger les bêtes des maladies.


 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_9Il fut christianisé, comme bon nombre de symboles païens, et une croix en pierre fut posée à son sommet. Dérobée pendant la révolution, elle fut remise. Puis le menhir tomba en 1942 pendant la seconde guerre mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_5Il fut remis en place et sa base fut prise dans un coffrage en béton, au bon emplacement, déterminé à l'aide de photographies anciennes. Lors des fouilles, des silex probablement chalcolithiques furent retrouvés.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_6Plusieurs légendes s’y rapportent. La plus connue parle d’un défi lancé entre le Christ et le Diable au col de Brancion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_10Deux pierres furent lancée, celle du Christ, blanche, atterrit à La Chapelle, celle du Diable, rouge, fut lancée bien plus loin, à Uxelles, où se dresse effectivement un autre menhir.

Brancion_menhir_Uxelles_1

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_7La deuxième parle de saint Sébastien. De passage dans la région, et ne supportant pas la vue de ce symbole païen, il voulut le détruire à l’aide d’une autre pierre. Mais il ne put… Et sa pierre se trouve encore aux pieds du menhir dressé.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_8Finalement, à Brancion, ce sont les païens qui l’emportent.

Posté par madame_dulac à 16:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]