L’âne qui vielle



Chartres_63L’âne est positionné sur le contrefort médian du clocher, visible aux yeux de tous. Nulle part ailleurs il n’est représenté aussi grand.  La tête d'âne est symbole de Mithra, emblème de la fin de l'initiation. La couleur grise de l’âne, symbole du mercure des alchimistes. La fonction de l’âne, le transport. Il se relève et se met sur deux pieds, évolution du tellurique au cosmique, de l’horizontal au vertical. Il pourra marcher sur le droit chemin. Le cheval symbolise la connaissance, l'âne a une mission spéciale : c’est la révélation.

 

 

 

 

 

Chartres_75A l'instar des sages qui ont choisi l'âne comme monture, chacun doit chercher le vrai sens du symbole.
Comme dans le roman d'Apulée, chaque Lucius doit se métamorphoser en âne d'or.
Comme dans le conte de Perrault, chacun  doit revêtir robe après robe, c'est à dire passer d'un enseignement à un autre jusqu'à ce qu'il soit enfin digne de revêtir la peau d'âne de l'Initiation absolue.

Cherchons du côté des grandes oreilles pour ceux qui veulent entendre, de l’instrument en forme de cadran solaire, la vielle, ou la veille pour qui remarquera la proximité de la porte des morts romane et ses trois degrés à passer. Regardons les deux personnages soutenant l’animal : un homme, tout en bas. Un homme qui commence sa transformation avec les oreilles plus développées ensuite. Nous montrerait-il, par sa mine joyeuse, qu’il est sur la voie ? Trois étapes, trois degrés pour arriver à l’illumination…
 « L'insensé passera à côté sans voir, l'imbécile n'y comprendra rien ». 

 

 

 

 

La truie qui file



Chartres_74La deuxième sculpture connue de Chartres se trouve à la droite de l’âne. La truie qui file. Elle tend le fil du destin, le fil d’Ariane, déroulé dans le labyrinthe, « l’agent qui relie tous les états d’existence au centre principal, figuré par le soleil. Le fil aide chacun à trouver sa place par rapport à son ascendance et son chemin tout au long du parcours qui conduit de la naissance à la mort. L’enfilage de l’aiguille est d’ailleurs le symbole du passage par la porte solaire, c’est-à-dire de la sortie du cosmos. Au travers de cette idée de tissage, l’accent est mis d’autre part sur l’alternance infinie de la nuit et du jour et sur l’instauration de l’immortalité par l’union et la mise en relation de tous les fils.»


La truie, ou laie… Les oiseaux y verront le lait, la lactation de la Vierge, la voie lactée qui conduit le cherchant à Saint-Jacques de Compostelle. Ou bien la truie, Sýr en vieux norrois, se rapporte peut-être à l’animal symbolique de Freya, la Grande Déesse Mère, et de Cerridwen, la déesse gardienne de la sagesse.
Mais là… Je ne vois qu’un verrat. Ou un sanglier, l'animal emblématique de la classe sacerdotale des druides, relié au Sidh, l’autre-monde. Sa présence à côté de la porte des morts ne serait donc pas fortuite. Mais la statue est trop abimée pour pouvoir lire le langage des oiseaux.



L’ange au cadran solaire



Chartres_62aLa statue présente son cadran solaire en direction du sud. Seul le dais est d’origine, la statue n’est qu’une copie, l’originale se trouvant dans la crypte. La statue-colonne devait faire partie du trumeau du porche central du Portail Royal, et représentait probablement Jean-Baptiste, ou saint Jean. Les ailes furent ajoutées au XVI ème siècle, comme le nimbe scellé sur sa tête, et restaurées en 1974.

Chartres_crypte_3

 

 

 

 

 

 

Le porche nord




Melchisédek… Chartres_19

Chartres_20

Que d’encre. Ou que de vin. Mis à part d’être une bouteille en verre de 30 litres, soit 40 bouteilles de 75 centilitres de vin, Melchisédek était un énigmatique personnage biblique. Son nom, roi de justice, comme son titre, prêtre et roi de Salem, est symbolique. Roi, prophète et prêtre, les trois clés de la réalisation spirituelle. Il est dit que Melchisédek donna un nouveau nom à Abram, le transformant en Abraham, qu’il lui donna le pain et le vin. La statue de Chartres le représente tenant un calice contenant ce pain et ce vin. D’autres disent qu’il contient la pierre philosophale.
 

Chartres_2Nous retrouvons ensuite le patriarche Joseph, Ben Sirah le Sage et la Sybille d’Erytrée. Tiens, une Sybille. Puis Salomon, la reine de Saba et Balaam.


 

 

 

 

 

 

 

Chartres_83Situé face à la statue de Melchisédek, un pilier présente à l’intérieur d’un triskel 8 animaux difficiles à voir. Certains sont très abimés, mais on peut reconnaître une oie, un lapin, un cerf, un batracien, un lion et peut-être un dragon.

 

 

 

 

 

Chartres_81Le jeu de l’oie, la patte d’oie, le lapin apprenti des compagnons, le cerf de Cernunnos, la grenouille de bénitier, tout cela est très symbolique.

Chartres_82

 

 

 

 

 

Chartres_35Et bien sur, l’arche.
Une sculpture montre le retour de l'Arche chez les Hébreux. « Le coffre de bois précieux est posé sur un chariot. Là encore, les pièces de ferronnerie sont sculptées avec soin. L'artiste a été prié aussi de ne pas oublier les étranges « rats d'or » et les non moins étranges « tumeurs d'or » dont parle le Premier Livre de Samuel au chapitre 6, évoquant les calamités et l'épouvante. Les « tumeurs » ont été figurées sous forme de spirales. D'épais nuages ont été sculptés au-dessus de l'Arche, sans doute pour rappeler l'orage envoyé par Dieu, épisode légendaire ajouté plus tard au texte biblique. Ou bien ne serait ce pas la nuée, signe de la présence de Dieu dans le livre de l’Exode ? Conformément au récit biblique, deux vaches sont attelées au chariot portant l'Arche. Mais au lieu quelles soient guidées par leur instinct pour aller vers les Hébreux, elles sont conduites par un ange, ce qui traduit l'intervention providentielle. »

 

 

Chartres_40On lit sur le socle HIC AMMTVP. (pour: amittitur) ARCHA (pour: arca) CEDERIS (pour: federis), c'est à dire: Ici est perdue l'Arche d’Alliance. C’est l’une des interprétations. De là à dire que l’arche est enfouie sous la cathédrale… Ca me fait penser à ceux qui creusent sous les mégalithes afin de trouver un trésor. Le trésor, c’est la pierre, ce qu’elle représente, ce qu’elle émet, ce qu’elle nous donne comme pouvoir de transformation. 

 

 

 

 

 

 

Le portail Royal



Chartres_23La baie de droite du portail royal présente la Vierge en majesté comme nous l’avons déjà vu. Les sculptures des voussures du tympan sont intéressantes à plus d’un titre : non seulement elles représentent les arts libéraux, mais à chaque art est associé… une femme.

 

 

 

 

 

Chartres_arts_liberaux_3Chacune de ces Dames est accompagnée par l’homme qui représentait le mieux, au XII ème siècle à Chartres, les différentes disciplines : la grammaire, Priscien ou Chilon, la rhétorique, Cicéron ou Quintilien, la dialectique, Aristote, l’arithmétique, Boèce ou Gerbert, la géométrie, Euclide ou Archimède, l’astronomie, Ptolémée et la musique, Pythagore, soit cinq de l’Antiquité classique et deux chrétiens.

 

 

 

 

Chartres_arts_liberaux_1Les Arts Libéraux, Trivium (le "pouvoir de la langue" ) et Quadrivium ( le"pouvoir des nombres"), étaient enseignés à l’école de Chartres, qui existait déjà au VIII ème siècle. Cette école, ou académie chartraine, se développa au XI ème siècle grâce à Fulbert, qui en fit un véritable foyer de formation intellectuelle et spirituelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chartres_arts_liberaux_2Les premières études philosophiques furent basées sur Platon, et  Fulbert fut comparé à Socrate par ses élèves. Toutefois, il ne réservait pas son savoir aux «élites». En témoigne une représentation de Fulbert dans un obituaire du XIème siècle où on le voit enseigner non seulement aux hommes mais également aux enfants et aux femmes. I can’t beleave it. Bien sûr, ça n’a pas duré…

 

 

 

Chartres_44aC’est à l’un des maitres de Chartres, Bernard, que l’on doit cette phrase merveilleuse : «Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aigüe ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque».