Historique



Nonette_0_Le village de Nonette se trouve perché sur une butte volcanique, un ancien dyke, sur lequel des vestiges gallo-romains ont été découvert, prouvant l’histoire très ancienne du lieu. La butte surplombe l’Allier qui coule en contrebas.

 

 

 

 

 

Nonette_3Au IXe siècle, Nonette fut le siège d’une puissante vicairie, son église primitive, dédiée à saint Sixte, étant située sur les bords de l’Allier. Au XIe siècle, l'église Saint-Nicolas, située à l’intérieur d’une des enceintes du château, fut donnée par le seigneur de Nonette, le comtour, à la Chaise-Dieu. Elle devint le siège d'un prieuré bénédictin.

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_plan_2aLes seigneurs de Nonette ne furent pas des plus sages. L’histoire nous parle d’un certain Astorg de Brezons, dit le « Taureau rouge », qui donna ses terres d’Indiciat (devenu Saint-Flour) à l’église en réparation de ses nombreux méfaits. Son suzerain, Amblard XII de Nonette, dit le « Mal Hiverné », refusa cette donation et chercha à s'emparer des terres d'Astorg. Après une guerre sans merci, excommunié par Bégon, l’évêque d’Auvergne, pris de remords à son tour, il confirma la donation aux moines de Sauxillanges, partit pour Rome en 998 où il fut absous de tous ses crimes par le pape, même le viol d’une religieuse à qui le village doit, selon la légende, son nom.

 

 

 

Nonette_26A la fin du XIIe siècle, le vicomte Armand de Polignac s’empare du château, s’en sert de base pour ses brigandages. Il attaqua même l'évêque du Puy. Louis VII, pour le punir, s'empara de plusieurs de ses possessions auvergnates, parmi lesquelles Nonette. Le village s’agrandit jusqu’au XIIIe siècle autour de la forteresse dont les remparts englobaient une partie des habitations et l’église dédiée à saint Nicolas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_0Au XIVe siècle, la forteresse appartient à Jean, duc de Berry, qui fit reconstruire le château. Il y entretenait des oiseaux, des chiens et des animaux exotiques. La forteresse fut détruite par Richelieu en 1658 et l’on peut encore apercevoir quelques ruines autour d’une croix. Nonette, qui possédait un hôpital, deux chirurgiens et deux notaires, perdit peu à peu de son importance pour devenir au XIXe siècle un petit village.

 

 

 

 

Nonette_4Le clocher peigne qui surmontait l’église fut détruit en 1793 lors de la révolution. Il fut remplacé en 1894. C’est pendant les travaux de fondation que furent retrouvés des fragments de la statue du « Beau Dieu » que l’on retrouve dans l’église. La statue fut réalisée en marbre de Nonette, un calcaire gris et jaune prenant l'aspect du marbre une fois poli. Il en existait une carrière au pied de la butte jusqu'au XIXe siècle : 20 hommes étaient encore employés en 1883.

 

 

 

 

Nonette_0__

 


Description


L’extérieur

Nonette_6Le porche sud, du XVe siècle, est protégé par une avancée que l’on appelle en Auvergne une ganivelle. Elle est de style flamboyant mais reste d'une ligne très pure.

 

 

 

 

 

 

Nonette_5Un modillon sur la façade sud porte une barbe solaire, représentante de la connaissance symbolique.

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_28Le porche ouest est roman, du XIIe siècle. Il est entouré de simple colonnes, comparables à celles de l'église de Mailhat, provenant d’un ancien sanctuaire païen.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_8Les chapiteaux sont malheureusement très endommagés. L’archivolte par contre conserve encore de belles sculptures. Et ce n’est pas comme expliqué le monde d’ici bas (surmontant les bêtes du chaos), le peuple de Dieu avec le paysan, le soldat et le prêtre d’un côté, la luxure et l’avarice, péchés du monde de l’autre côté.

 

 

 

 

Nonette_10Côté gauche, lunaire et féminin, nous avons au départ une bête représentant l’animalité dont il nous faut se débarrasser, puis un acrobate qui montre le retournement de l’initié.

 

 

 

 

 



Nonette_10aS’en suit un personnage portant livre ouvert, il s’instruit par les écritures avant d’atteindre la sainteté, représentée plus haut par un homme auréolé portant livre fermé. La connaissance devient à ce stade plus personnelle. Mais la sainteté n’est pas encore le but. Plus haut, une fleur/esprit ouverte, épanouie, la transformation s’opère.

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_10bVient un lièvre, animal terrestre et lunaire à la fois, symbole de la prolifération de la vie de la Terre-Mère. Tout en haut l’aigle, gardien de l’entrée du temple. J’aurai bien vu son pendant, un autre aigle, tous deux buvant au calice. Mais le temps et la folie des hommes nous privent de ce message.

 

 

 

 

Nonette_10cCôté droit, masculin et solaire, l’archivolte s’appuie aussi sur une bête, puis nous avons un orant. Il ne prie pas, il repousse de ses mains ceux qui ne sont pas prêts à recevoir ce que l’église peut amener. Plus haut, un moine à capuchon tient dans sa main le Graal.

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_9Juste au-dessus, deux poissons se regardant. Il semblerait bien que ce soient des saumons. Le saumon est le symbole celte de la connaissance et de la sagesse, celui qui relie le monde lunaire invisible au monde solaire sensible, celui qui remonte à la source.

 

 

 

 

 

Nonette_11Le tympan du portail présente trois figures sculptées. Sur la gauche, côté lunaire, l'agneau crucifère qui se dirige vers le personnage central, l’ange, ou l’homme ailé, celui qui, grâce à ses ailes, peut monter vers le cosmique. Sur la droite, côté solaire, une sirène. Sa chevelure est bien solaire, sa queue de poisson la relie aux eaux du ciel, elle est bien là pour la transformation de l’homme.  

 




L’intérieur

Nonette_plan


L’église suit le plan classique à nef unique et chevet plat. Les chapelles latérales furent rajoutées au cours du XVe siècle.

 

Nonette_17Celle se trouvant en face de la ganivelle est appelée chapelle des rois. Le nom provient d’un retable en pierre représentant la crèche, brisé pendant la Révolution par des agents du district d'Issoire et retrouvé en 1976.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_16En face, posé sur un socle en hauteur, la statue dite du « Beau Dieu ». C’est un buste en marbre de Nonette, attribué au sculpteur valenciennois André Beauneveu, qui travailla à Nonette pour le duc de Berry en 1387. Il s’agit d’un Christ réssuscité dont l’évidement du dos laisse suggérer qu’il fut conçu comme un simple buste.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_13Les chapiteaux sont très parlants. Nous retrouvons, comme à Mailhat, une tortue, chose rare. La tortue, de part son grand âge et sa sagesse, est un animal possesseur de connaissance. Elle enterre ses petits (pensées) dans le sable afin que le soleil les fasse naitre. Elle fait aussi partie des  symboles lunaires, puisque liée à l’eau, et telluriques, puisque liée à la terre. Dans ce cas, elle représente la grande déesse. Elle peut être attachée au retour à l’état primordial, à l’androgynat, représentant le mâle et la femelle en même temps. Elle est aussi le symbole de l’immortalité et de la fertilité, de la divination, située au commencement de l’œuvre de spiritualisation. Les alchimistes la considéraient comme un résumé du grand œuvre. Mais elle est aussi la représentation de l’univers, du dôme céleste porté par les quatre piliers que sont ses pattes. Elle est dans ce sens cosmophore, porteuse du monde.

 

 

Nonette_14A Mailhat, la tortue se trouvait dans le bec d’une chouette, animal symbolisant la connaissance et la sagesse. Ici, elle est dans la gueule de serpents, animaux liés à la terre et aux courants telluriques, mais aussi représentants de la sagesse primordiale. Eux-mêmes sont tenus dans la gueule dentée de deux chiens aux oreilles bien dressées. Le chien est toujours représenté dans l’art roman associé à la terre (le serpent), à l’eau (la tortue) et à la lune. Animal lunaire lui-même, il est psychopompe. Comme Anubis, il accompagne les âmes des morts. Il est notre compagnon de route, notre guide, celui qui mord quand nous perdons la maitrise de nous-mêmes.

 

 

 

 

Nonette_18Au milieu de la nef nous trouvons un chapiteau avec des sirènes mâle et femelle (les deux polarités), indiquant le croisement de deux cours d’eau dans le sous-sol de l’église à leur niveau. En-dessous, un taureau, animal entièrement tellurique, tire la langue. Il se pourrait que le croisement des cours d’eau se fasse aussi avec un troisième courant, tellurique celui-là.

Nonette_18a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_19Lui faisant face, des chimères font office de livre ouvert. Leur corps est serpentiforme, représentant les énergies telluriques. Elles sont ailées, pour les énergies cosmiques. Une aile, reliée au corps de serpent, est tournée vers la terre, l’autre, reliée aux pattes, regarde vers le ciel. Le visage est encore bestial, signe qu’il faudra maitriser ces énergies naturelles afin d’accéder à la connaissance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_19bDans la bouche, une seule et grosse dent : attention, dent j’ai. Les pattes s’accrochent à la terre, représentée par l’astragale (moulure en forme d’anneau), la tête touche l’astragale du haut du chapiteau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_20Nous retrouvons dans le chœur les têtes d’hommes et de femmes sortant des feuillages. Ils regardent tour à tour la direction des solstices. De la bouche de l’un d’eux sortent des rinceaux, symbole de la puissance du verbe créateur, parole de vie, transmission de la connaissance.

Nonette_21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_22Un taureau, animal tellurique et attribut de Luc, la lumière, regarde au solstice d’été. Remarquons que les feuilles s’ouvrent au fur et à mesure de la progression vers le centre du sanctuaire, pour arriver aux feuilles de chêne, portant le gland : l’arbre sacré des bosquets de Zeus, représentant de la classe des druides, parle de la maitrise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_24C’est dans le chœur de l’église Saint-Nicolas de Nonette que se trouve une Vierge de majesté de type roman auvergnat. Elle porte le nom de Notre-Dame de Nonette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_25De facture assez frustre, elle est recouverte d’une épaisse couche de peinture. Cette statue possède tous les attributs d’une Vierge Noire, et pourtant la dédicace de l’église n’est pas la sienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_27Il serait intéressant de rechercher l’inclinaison de l’église afin de vérifier si elle est bien calée le jour de la saint Nicolas…



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nonette_12

Nonette_23

http://www.heritage-de-france.fr/agenda/Monument/EgliseNonette.htm

http://jean.dif.free.fr/Chatover/Nonette/Nonette.html

L'Armorial de Guillaume Revel