24 février 2011

Le prieuré de Pommiers, historique

 

Pommiers_5Le site fut habité depuis l'âge du bronze : des sépultures de cette époque furent retrouvées sur les rives de l’Aix, petite rivière qui prend naissance dans les Bois Noirs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_8La fondation du village de Pommiers, construit sur une terrasse argileuse qui domine la vallée et l’antique voie de communication (qui deviendra au moyen-âge le grand chemin de Forez, variante de la route d’Allier), date de l'époque gallo-romaine.

 

 

 

 

 

Pommiers_14L’empereur Trajan (98-117) installa à la fin du Ier siècle une colonie de vétérans, une villa occupant l’emplacement actuel église. C’est elle qui donna son nom latin au village, pommaria, verger, ou bien pomerium, post murum : « derrière le mur » (lors d’un rite de fondation, la charrue traçait le sillon primordial, et était relevée à l'emplacement des portes. Ainsi, les murs de la cité étaient sacrés, mais pas les portes, ce qui permettait le transport de choses impures dans ou hors de la cité.)

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_15Une borne milliaire du II ème siècle dédiée à l’empereur Trajan, découverte en 1880, en porte la preuve, l’’inscription mentionne Trajan :

" Imperatori Divi Nervae Filio
Nervae Trajano Cesari Augusto
Germanico Pontifici Maximo
Tribunitia Potestati Patri Patriae
Consuli iterum
Colonia Flavia Fori"

 

 

 

 

 

 

Pommiers_6Au milieu du IX ème siècle, une première communauté de moines bénédictins venant de Nantua s’installa à Pommiers.  Une première église paroissiale dédiée à saint Julien de Brioude fut érigée sur la hauteur. Avec les maisons bâties à la périphérie du cimetière sur des constructions plus anciennes, elle formait un enclos primitif. Ce premier monastère fut confisqué par l'archevêque de Lyon et rendu en 891 par le nouvel archevêque, Aurélien, ancien abbé de Nantua. C’est à cette époque que l’on trouve la première mention de Pommiers, « cella quoe dicitur de Pomeirs »,  sur l’acte de restitution.

 

 

Pommiers_19En 960, Saint Mayeul, abbé de Cluny, admit Nantua et toute sa filiation dans l'ordre clunisien. Pommiers devint donc dépendance de l'abbaye et prospéra. Le prieuré et son église furent alors reconstruits. Au XI ème siècle, une nouvelle église prieurale dédiée à saint Pierre et saint Paul fut édifiée, puis agrandie au XII ème, les bâtiments conventuels construits parallèlement à l’église sur la déclivité orientée vers la rivière. Il existe donc à l’époque deux sites religieux distincts : un pôle séculier, l’église paroissiale entourée d’un habitat civil, et un pôle régulier avec le prieuré. Un faubourg s’installa le long de la voie d’accès entre le pont et le village.

 

 

Pommiers_37Au XIII ème siècle, le prieuré, centre religieux, politique et économique, comptait alors une douzaine de moines soumis à la règle de Saint-Benoît. Le prieur, seigneur du lieu, était vassal du comte du Forez. Au XIV ème siècle, la guerre de cent ans entraina la fortification de l’ensemble du village et la construction de grosses tours percées d’archères.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_61En 1452, Charles VII vint à Pommiers où il signa l'édit royal qui confirmait l'université de Caen dans ses privilèges. Il apprit alors l'entrée des Anglais dans Bordeaux et tint le conseil du roi, qui décida la reprise de la guerre. Quelques années plus tard, en 1531 et 1537, le roi François Ier y séjourna avec la reine et son entourage administratif.

 

 

 

 

 

Pommiers_20Au début du XVI ème siècle, le prieuré tomba en commende, le prieur fit construire le logis prieural avec une façade renaissance. Au XVIII ème Siècle, les bâtiments conventuels furent reconstruits, l’église demeurant romane.

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_plan_5Durant la révolution, le prieuré fut vendu comme bien national, les moines quittèrent les lieux et leurs biens furent dispersés. Les archives disparurent en 1789. De grandes familles du Forez devinrent les propriétaires et transformèrent le prieuré en château, jusqu’en 1946 où il est transformé en maison de retraite pour les prêtres. L’association n’ayant plus les moyens de l’entretenir, il est vendu au conseil général de la Loire qui le restaura.

 

 

 

 

 

 

http://www.pommiers.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pommiers_%28Loire%29

http://www.france-pittoresque.com/index.php

http://claude.pardon.pagesperso-orange.fr/pommiers.sgl/pommiers.html

Posté par madame_dulac à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le prieuré de Pommiers, description



Pommiers_7On arrive à Pommiers en passant devant l’ancien pont de la Valla, édifié au XV ème siècle au dessus de l’Aix. Il est composé de trois arches gothiques renforcées d’épais éperons. C’est sur ce pont, dit-on, que le prieur de Pommiers, seigneur ecclésiastique qui avait droit de justice, remettait les condamnés au comte du Forez.
Pommiers_7a

 

 

 

 

Pommiers_11Puis l’ancien chemin du pavé, appelé ainsi en souvenir des romains, nous amène à la porte du Pavé, datant du XIII ème siècle.
Pommiers_45a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_plan_3Cette porte fortifiée comportait un système défensif composé de deux tours portières et d’un pont-levis, précédés d’une rampe d’accès bordée de murs et plus bas, une barbacane. C’était à l’époque la seule entrée du monastère.

 

 

 

 

 

 

Pommiers_45Sur son tympan, une plaque garde le souvenir de l'édit royal de Charles VII en faveur de l'Université de Caen :
« En l’an de grâce MCCCCLII et de son règne le XXXI ème, le roi Charles VII confirme à Pommiers en Forest les privilèges, libertés et franchises de l’université de Caen, le XXXI ème jour d’octobre ».

 

 

 

 

Pommiers_43Le chemin passe alors devant l’ancienne église paroissiale Saint-Julien. Datant du XI ème siècle, elle fut convertie en habitation en 1821. 

 Pommiers_41

 

 

 

 

 

Pommiers_42Les propriétaires, agrandissant leur demeure, firent disparaître le portail ouest et amputèrent l’abside. Très simple, elle était composée d’une nef à trois travées et d’une abside semi-circulaire. 
Pommiers_44

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_39Devant le parvis, l’ancien puits fait face à l’église prieurale. C’est à cet endroit que devait se trouver l’ancien lieu de culte, datant à mon avis d’avant l’arrivée des romains.


Pommiers_40

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_48Sur la façade d’une habitation, Adam et Eve en simple appareil nous contemplent.

 

 

 

 

 

Pommiers_plan_1Nous arrivons alors à l’endroit où se tenait la porte desservant l’enclos monastique. Il comportait à l’est l’église bénédictine et le cloître, dont seule deux galeries furent construites.
 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_27A droite de l’église se trouve la façade souvent remaniée du prieuré primitif.

 

 

 

 

 

 

Pommiers_3aEntre l'église et le monastère, le cloître est formé d'arceaux à plein cintre supportés par des piliers carrés. Il entoure de trois côtés une petite cour qui comporte en son centre une margelle d'une seule pierre surmontée d'un toit. Sous les arceaux du cloître ouvraient la cuisine, le réfectoire, la salle capitulaire.
Pommiers_4a

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_22Au sud, l’hôtel particulier du prieur commendataire, datant du premier tiers du XVI ème siècle, le pressoir et le cuvage. La façade de l'hôtel est due au prieur Jean de Bourbon. Elle comporte trois arcatures surmontées de trois belles fenêtres à meneaux qui éclairent une galerie au premier étage.

 

 

 

 

 

Pommiers_36Dans la tour octogonale se tenaient les assises du juge-châtelain qui rendait la justice au nom du prieur. Son entrée est surmontée d'une armoirie très abimée dans un tympan très orné. A l’ouest, les écuries et au nord, les étables et la basse-cour. Ces dépendances sont aujourd’hui des habitations.

Pommiers_60

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_38La cour débouche sur un porche du XV ème siècle sans ornement.

Posté par madame_dulac à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le prieuré de Pommiers, l’église Saint-Pierre et Saint-Paul


Pommiers_9L’église date des XI ème et XII ème siècles et a gardé son style roman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_21Au XIV ème siècle, à l’époque de l’édification des fortifications du village, on construisit un grenier adossé au collatéral nord, ce qui explique l’asymétrie de la façade occidentale. Deux gaines en bois assuraient l’évacuation des grains : un dégorgeoir en pierre existe encore.
Pommiers_18

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_16L’église prieurale devint paroissiale en 1821, lorsque l’église Saint-Julien fut désaffectée. 
Pommiers_12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_13Le carré du transept supporte au dessus d'une coupole un clocher de type clunisien percé sur ses faces de fenêtres jumelées. Sa toiture date par contre du XIX ème siècle, ainsi que la sacristie.
Pommiers_10

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_26L’église possède trois nefs et cinq travées. Les piliers sont larges et carrés, dépourvus d'ornements y compris dans leurs chapiteaux.
Pommiers_30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_plan_2


Pommiers_29L’abside possède un plan trapézoïdal, le bras nord du transept de grands arcs aveugles. Des fenêtres rares et étroites, comme les trois baies nord, diffusent une faible lumière.
Pommiers_32

 

 

 

 

 

Pommiers_35Une trentaine d'échéas en terre cuite (vases acoustiques) sont déposés dans l'épaisseur de la voûte, dans la grande nef au-dessus de la dernière travée, ce qui donne à l’église une exceptionnelle acoustique.
Pommiers_24

 

 

 

 

 

Pommiers_50Dans l'abside sud, on découvre une statue en bois de saint Julien du XVII ème.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_46Les bâtisseurs utilisèrent d’anciennes pierres romaines pour la construction, comme le prouve une colonne en marbre dans le chœur, ou le sol de l’abside. Le maître autel est un ancien couvercle de sarcophage datant de l’antiquité tardive.
Pommiers_34

 

 

 

 

 

 

 

 

Pommiers_33Le tombeau de sainte Prève, dans le bras nord du transept, date du XI ème siècle.  Ce sarcophage est décoré d'un ange en pierre sans aucune ornementation. Il porte l’inscription suivante, du XVI ème siècle, à l’arrière : Tumul Stae Prevae virgis et martiv (?) Hujus monrii fondat.

 

 

 

 

 

La légende de sainte Prève

Sainte Prève, fille du comte Gérard II de Forez, fut la fondatrice mythique du monastère de Pommiers au XI ème siècle. Voici son histoire :


« Le Comte de Forez avait trois fils, Artaud, Geoffroy-Guillaume et Conrad, et deux filles, Rotulphe, mariée au seigneur Guigues de Lavieu, et Prève. Prève ne désirait pas se marier et souhaitait se retirer du monde. Son père lui donna comme retraite le château de Pommiers. Mais un jeune seigneur qui la désirait lui fit des avances. La jeune femme lui déclara qu'elle avait déjà fait choix de son époux et l'amoureux éconduit, sans comprendre le sens de ces paroles, s'en alla trouver les frères de Prève, qui étaient de ses amis, pour leur annoncer que leur jeune sœur s'était déshonorée. Ceux-ci allèrent au couvent où elle s’était retirée, lui coupèrent la tête qu’ils jetèrent avec son corps dans un puits. La stérilité frappa alors toute la contrée et des signes de feu annonçaient dans le ciel le courroux céleste. Si on cherchait de l'eau dans le puits, on n'en tirait que du sang, et, à l'endroit où avait roulé sa tête, sur une dalle de pierre, avait fleuri un lis d'une éclatante blancheur. Convaincus par ces manifestations de la volonté divine, les frères s'en retournèrent au couvent, donnèrent la sépulture au corps de la jeune fille, lui consacrèrent une fondation pieuse, et depuis ce temps Prève compte, dans le martyrologe, au nombre des vierges saintes. A titre de réparation à sa mémoire outragée, le château de Pommiers fut converti en un prieuré bénédictin. »

En fait, le comte de Forez, Gérard II, donna la terre de Pommiers à sa fille qui demandait à vivre seule avec les pauvres. La Prève historique n’a jamais été assassinée.

Posté par madame_dulac à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]