Prague 29Il était une fois… L’histoire de Prague ne peut commencer que par cette phrase, tant le merveilleux côtoie le quotidien dans la capitale de la région historique de Bohème, au croisement des routes commerciales est/ouest et nord/sud qui traversent l'Europe.

 

 

 

 

 

 

Borvo et Damona

Cette région fertile où il fait bon vivre, peuplée depuis le Paléolithique, accueillit l'un des plus importants peuples celtes de l'Âge de Fer, les Boïens (dont le dieu tutélaire, Borvo, dieu guérisseur lié à l’eau, avait comme parèdre Damona, la grande vache, l’équivalent de Boand chez les Irlandais), qui lui donnèrent leur nom.

 

 

 

 

 

Alamans 1Ils furent délogés par les Marcomans, des germains venant du Danube, puis par les Avars, originaires de Mongolie, et ce jusqu’à l’invasion des Slaves, peuple d’Europe Centrale venus du nord de l'Ukraine et du sud de la Biélorussie au VIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Futhark 2a« Il semble même qu’un temps les Marcomans et les Boïens vécurent ensemble et échangèrent biens et cultures. En outre il est troublant que quand on soulève l’hypothèse qu’une partie du système final des Runes, l’alphabet du Futhark, ait été élaboré par les Marcomans, il soit tentant de s’interroger sur l’apport des Boïens (et peut-être de leurs Oghams) à l’écriture sacrée des Germains. Car il faut avoir à l’esprit que les Boïens, grands voyageurs et artistes, comptèrent à ce titre assez de points de convergence avec les Marcomans, l’un des peuple Germain les plus érudits. »

 

 

 

 

Prague Libuše 2aLa légende des origines de Prague nous parle d’une jeune femme, Libuše, fille du voïvode Krok, successeur de Čech (chef de clan qui donna son nom au peuple tchèque, s’installa avec son peuple au bord de la rivière Vltava (Moldau) au VIIIe siècle, et construisit un premier château-fort, Vyšehrad). Les deux sœurs ainées de Libuše, Kazi et Teta, étaient respectivement herboriste et guérisseuse, prêtresse et magicienne. Libuše, quant à elle, avait le don de prophétie. Etant la plus sage, elle fut choisie par son père pour lui succéder, ce qu’elle fit avec courage et discernement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague Libuše 4aElle rendait la justice non pas sous un chêne, mais sous un tilleul, arbre sacré des Slaves. Elle s’entoura d’une armée d’amazones, menées par son amie Vlasta. Mais la société étant devenue patriarcale, on lui demanda de choisir un mari, afin qu’il puisse s’occuper des affaires militaires et politiques.

 

 

 

 

 

Prague Libuše 3aElle fit alors une prédiction : « vous trouverez mon futur époux labourant avec deux bœufs un champ du village de Stadice. Il se nomme Přemysl Oráč et nos enfants gouverneront ce pays jusqu’à la fin des temps ». Les guerriers le trouvèrent et le ramenèrent. Il épousa la princesse et furent tout deux les ancêtres de la dynastie des Přemyslides.

 

 

 

 

Prague 31Elle eut alors une autre vision : « Je vois une cité dont la gloire monte jusqu’aux étoiles. Je vois un immense château où s’installe ma race… Au plus épais des bois, vous trouverez un homme occupé à tailler le seuil de sa maison. Praha, c’est-à-dire « le seuil », voilà comment vous appellerez le château que vous édifierez en ce lieu. Et de même que tout homme, le serf comme le chef ou le prince, s’incline pour franchir le seuil d’une demeure, de même le monde entier s’inclinera devant cet édifice… ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cosmas 1L'endroit fut trouvé, ce sera la colline de Hradčany où se construira en 870 le château des rois de Bohême, qui deviendra celui des empereurs du Saint-Empire romain germanique, des présidents de la Tchécoslovaquie, puis de la République tchèque. Cette légende de la fondation de Prague est rapportée dans la Chronica Boemorum, livre écrit en 1119 par Cosmas de Prague, ecclésiastique, écrivain, historien et chroniqueur.

 

 

 

 

 

Prague 39Même si l’étymologie de Prague vient probablement de l’ancien slave praga, le gué, alors que práh, le seuil, est issu du tchèque moderne, je discerne bien autre chose dans cette légende. Au niveau historique, nous avons en place l’ancienne religion, l’arrivée du patriarcat et l’invasion des tribus slaves. Au niveau symbolique, nous avons l’ancienne religion, une jeune fille, des bœufs, un arbre sacré. Pas étonnant que Prague fut l’une des rares villes d’Europe centrale à posséder une Vierge Noire.

 

 

 

 

Prague 4Prague se christianisa, puis se développa au fil des siècles : sous le règne du roi chrétien Venceslas (devenu le saint patron de la Bohème et de la Moravie), assassiné en 929 par Boleslav, son frère resté païen, puis au XIVe siècle sous le règne de Charles IV qui fit de la ville sa résidence impériale et la capitale du royaume

 

 

 

 

 

Prague 21( en 1378 Prague compte 40 000 habitants), au XVIe sous le règne de Rodolphe II de Habsbourg (protecteur des arts et des sciences et épris d’ésotérisme), où elle devint le foyer de la vie politique, sociale et culturelle de l’Europe centrale, au XVIIIe, où elle s'embellit de nombreux édifices baroques, au XIXe où elle se modernisa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 8Prague devint en 1918 la capitale du nouvel état, la République tchécoslovaque. Elle prospéra avant d’entrer dans une période trouble débutant avec l’invasion des troupes allemandes d’Hitler en 1939, continuant avec le joug soviétique avant la Révolution de Velours de 1990. En 2000, Prague fut nommée capitale européenne de la Culture.

 

 

 

 

 

Prague 15

La ville attira de tout temps les musiciens, les scientifiques, les alchimistes, les écrivains et les poètes, bref, les chercheurs et les rêveurs, qui souvent ne font qu’un. On y vit séjourner Rabbi Yehouda Loew ben Betzalel et son golem, John Dee et Edward Kelley, Giuseppe Arcimboldo, Tycho Brahe, Johannes Kepler,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 17Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig van Beethoven, Bedřich Smetana, Antonín Dvořák, Gustav Meyrink, Rainer Maria Rilke, Albert Einstein, Franz Kafka, Miloš Forman, Eva Herzigová ou Adriana Sklenaříková-Karembeu. Pour les deux dernières, c’est juste pour faire plaisir à un ami connaisseur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 13Prague la bien nommée, un seuil, un gué, un passage qui amène vers d’autres mondes, qu’André Breton surnomma la "capitale magique de la vieille Europe", est mystérieuse à bien des égards. Charles IV, lors de son règne, décida de faire de sa capitale l’image terrestre de la Jérusalem céleste. Les anciens cardo et decumanus, les axes solsticiaux en font partie intégrante, et l’axe est/ouest formé par le passage des reliques de saint Venceslas devint la voie royale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 56Charles IV remplaça l’ancien pont Judith dont il reste quelques arches par celui qui porte maintenant son nom, le pont Charles, ou Karluv most, et parsema la voie de symboles alchimiques. La première pierre du pont lui-même fut posée en 1357, le 9e jour du 7e mois, à 5h31, ce qui forme le palindrome 135797531, formé des 5 premiers nombres impairs et considéré propice par les astrologues du roi.

 

 

 

Prague 59aAprès le pont, la voie royale se divise. Une branche part en direction du château, sur la droite, symbole de la voie exotérique, l’autre part sur la gauche, vers le pavillon de l’étoile (pavillon de chasse réalisé au milieu du XVIe siècle en forme d'étoile à six branches, figuration de la conception du cosmos de l’époque), symbole de la voie ésotérique.

 

 

 

 

Prague symbole alchimie 2Dans les signes gravés dans la pierre ou peints sur les façades (enseignes qui, jusqu'au XVIIIe siècle, palliaient l'absence de numérotation des maisons), un œil averti pourra discerner la transposition du bestiaire alchimique, allégorie du processus de fabrication de la pierre philosophale,

 

 

 

 

 

Prague 18débutant à la tour Poudrière,traversant Staré město et son horloge astronomique, et terminant à Malá Strana, le quartier du château, résidence privilégiée de l’aristocratie.

 

Prague 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 60Et même si la ruelle d’Or est une fable (jamais alchimiste n’y posa ne serait-ce qu’un simple petit creuset), l’endroit dégage une énergie particulière, en oubliant le vilain malappris, le mufle indélicat, le goujat malotru, grossier personnage, rustre malhonnête et fâcheux pignouf que je voue aux Gémonies qui m’y a piqué mon portefeuille.

 

 

 

 

 

Prague 37Non, les alchimistes n’étaient pas si proches du château. Ils ont posé leurs alambics dans le vieux quartier de Josefov. C’est là qu’au XVIe siècle le rabbin Yehuda Loew ben Bezalel, dit le Maharal (acrostiche hébraïque de Morenou HaRav Loew, notre enseignant, le rabbin Loew), ami intime des astronomes Tycho Brahe et Johannes Kepler, fabriqua son golem avec l’argile des rives de la Vltava.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prague 55Légendes devenues universelles… Au sud du quartier Nové město, au coin de la place Charles (Karlovo náměstí), se dresse un bâtiment gothique qui eut de curieux propriétaires ou locataires. Tout d’abord palais construit pour Nicolas de Troppau, frère illégitime du duc de Bohême Ottokar II Přemyslide, il passa aux mains de son dernier descendant, Venceslas, qui pratiquait les sciences naturelles.

 

 

 

 

Faust 3aSe suivirent Jakub Krucínka, un astrologue dont les fils s’entretuèrent, Edward Kelley l’alchimiste qui l’acheta en 1590, le comte Ferdinand Antonín Mladota de Solopysk, chimiste et métaphysicien, puis son fils Josef Petr, fabriquant d’automates. Tous ces gens contribuèrent à forger la légende du célèbre docteur Faust, qui vendit son âme au diable. D’ailleurs la maison s’appelle maintenant Faustův dům, c’est pas pour rien…

 

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Prague

http://www.routard.com/guide/prague/1821/histoire.htm

http://www.lkral.fr/index.php/visite-de-prague-en-deux-jours

http://www.czech.cz/fr/66869-prague-et-son-histoire

http://www.geo.fr/photos/reportages-geo/republique-tcheque-prague-une-ville-de-legendes-et-sortileges-156186

https://voirenvrai.nantes.archi.fr/?p=1525

http://thierry.jamard.over-blog.com/page/3

http://thierry.jamard.over-blog.com/2016/10/promenades-dans-prague-du-11-au-18-septembre-2013.html