16 octobre 2006

Le menhir de Simandre

Simandre_1Nous sommes ici dans la vallée du Suran, entre Bourg en Bresse et Oyonnax, non loin des merveilleuses gorges de l'Ain. France profonde gardienne de nos traditions...

Simandre_3Occupé très tôt dans l’histoire comme le montrent les traces préhistoriques et gallo romaine, à l’origine Simandre était un hameau bâti le long de la voie romaine qui a disparu lors de l’édification de la chartreuse de sélignat au XIII ème siècle.

Dans un champ de maïs se dresse un mégalithe impressionnant. Les propriétaires des lieux, un peu moins bornés que leurs voisins, ont conservé cette merveille et donnent la possibilité aux voyageurs de tous poils de rendre hommage à ce géant.

Simandre_5Il mesure 3 m 80 de haut, 50 cm d'épaisseur et dans sa plus grande largeur, il atteind 1 m 30. Les fouilles qui ont été faites sur le site disent que la pierre est enfonçée de 4 m dans le sol !

Penché vers l'est, il est orienté nord/sud. La pierre provient d'une carrière proche du village de Thioles qui se trouve à quelques kilomètres.

Simandre_8La toponymie va nous éclairer un peu:

" les "Thioles" ou "les Thyolières" sont les "Tuilières" ou les"Tuileries" si fréquentes autrefois quand tout le travail se faisait à la main. Elles s'installaient à côté d'une carrière d'argile - un creux de terre - et dévoraient le bois de feu des environs.Ce nom de Thiole ou Thieules est à remarquer; il ne se rapproche par sa forme d'aucun langage connu; nous permettra-t-on de penser qu'il s'agit d'un reste du langage de nos très anciens pères? La Thiolles et un certain nombre de ces toponymes, en des endroits où l'on ne rencontre que de la pierre et pas d'argile, pourraient donc bien indiquer l'emplacement de menhirs existants ou disparus."

Le lieu-dit s'appelle "Pierre-fiche"...

Il y avait à l'origine au moins deux menhirs. Ils éxistaient encore au milieu du XVIII ème siècle. Celui qui se situait dans le champ voisin, plus au nord, avait la même taille et fut enlevé par le propriétaire...

Simandre_7On parle aussi d'un troisième menhir que plusieurs archéologues ont pensé voir dans la passerelle du moulin tout proche. Et aussi d'un dolmen disparu depuis longtemps, dont la couverture de tuiles aurait "donné son nom à Thioles" (voir la légende et la toponymie). Il se serait situé plus près du village de Chavannes, et servait de cabane aux fées.

Simandre_9la légende des trois fées est parvenue jusqu'à nous:

"Trois fées s'en allant à la veillée, passant sur le chemin reliant Blanchin à Thioles, s'arretèrent dans un champ et plantèrent leurs quenouilles. Les quenouilles se transformèrent en menhirs..."

SimandreA notre arrivée, la pierre semblait déjà opérationnelle (20 %).  Elle nous a parlé. Il semblerait qu'elle s'adresse à chacun suivant ses besoins. Travaillant sur les poumons chez quelqu'un, sur l'enracinement chez un autre, ventre chez un troisième...

Mon petit doigt me dit que toutes ces pierres étaient reliées entre elles... Les trois menhirs plus le dolmen devaient être reliés par un même courant tellurique. Mais je pense qu'ils étaient reliés par autre chose de plus subtil...

Avec mes remerciements au propriétaire.

Posté par madame_dulac à 12:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]