13 avril 2009

L'église de Cazeaux

Cazeaux_13Dans la vallée du Larboust, la plus importante des vallées suspendues du pays de Luchon, le village de Cazeaux s'étale sur sa terrasse morainique, issue de la haute vallée d’Oô. Il possède une  petite église romane du XIIème siècle. Une source est captée un peu plus haut.
Cazeaux_18














Cazeaux_15Le clocher, pur roman, est ajouré vers son milieu par un petit oculus qui éclaire la tribune intérieure. Tour carrée au sommet, chacune des faces est munie d’une petite fenêtre étroite à colonnette centrale.
Vers le sommet, à l’emplacement des cloches, se trouvent 4 grandes claires-voies parallèles. La tour est couronnée par une flèche très hardie.
Cazeaux_14













Cazeaux_19Les murs de la nef très épais, en pierres maçonnées, sont enlacés par des contreforts en granit. Seules deux petites fenêtres romanes laissent pénétrer le jour à l’intérieur. La toiture prend appui sur une légère corniche supérieure.










Cazeaux_16Une porte unique permet l’accès à l’intérieur. Au dessus, on aperçoit un autel votif funéraire romain. Les fleurs de lys sont postérieures à sa mise en place. Une pierre noire de seuil, abaissant les énergies, ne fait pas peur au petit gardien.
Cazeaux_21














Cazeaux_12Orientée à l’est, la chapelle se compose d’une abside et d’une nef, divisée par des arcs doubleaux en trois travées inégales. L’abside couronnée par une voute arrondie se relie gracieusement à la voute à arc brisé de la nef. Cette chapelle possède un rare ensemble de fresques datant du XVème siècle, découvertes en 1873 : elles étaient badigeonnées à la chaux depuis plusieurs siècles. La ressemblance avec d’autres peintures datées du diocèse de Comminges les font classer vers 1470.





Cazeaux_11Au fond de l'abside, le Christ en mandorle entouré des évangélistes et diverses scènes de sa vie. Dans la nef, des scènes qui vont de la création au cortège des saints :

Dieu créant Adam et Eve, puis le péché originel et l’ange du seigneur les chassant du paradis,














Cazeaux_4Saint Michel terrassant le dragon, ou bien Saint Michel aux ailes déployées qui tient la balance du jugement dernier : un démon à face humaine, à longue queue, à quatre pattes de différentes couleurs, s’accroche au plateau pour le faire pencher de son côté. L’âme menacée s’accroche aux jambes de Saint Michel, tandis que celui-ci essaie de faire lâcher prise au démon avec la hampe de la croix.
Un autre démon se sert de sa queue pour appuyer sur le bras de la balance. Un troisième à figure de chauve souris griffe le saint au visage.

Cazeaux_23Saint Georges perçant de sa lance un monstre pour délivrer le roi de Lybie.

Saint Michel et Saint Georges sont tous deux en costumes de chevaliers de Malte. Cet ordre avait des abbayes dans les vallées luchonnaises.








Cazeaux_9la Vierge Marie qui presse ses seins et envoie une giclée de lait pour adoucir les plaies de son fils et calmer sa colère, comme l’indique l’épée qu’il laisse échapper de ses mains. Son couronnement. Des anges soutiennent sa tête pour la porter au ciel.
Cazeaux_5








cazeaux_24Saint Christophe qui porte le Christ sur ses épaules.
Cazeaux_6

















Cazeaux_1Le Christ suspendu au pilier gauche de l’abside est aussi vieux que les fresques. Il est peint dans ses couleurs d’origine, sans retouches.

Pour plus de photos, voir ici.

Posté par madame_dulac à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]