08 août 2007

La pierre Godon, à Tillay-le-Peneux (Eure-et-Loir)

La_pierre_Godon__13Tillay-le-Peneux est une commune du canton d'Orgères-en-Beauce. Mentionné sous le nom de Tilietum-Pagani, Tilletum en 1198, Teillay-le-Pesneux en 1629. Le nom provient du tilleul, arbre présent sur le territoire de la commune depuis fort longtemps.
Près du lieu-dit de Soignoles se trouve le dolmen dit de la pierre Godon. Des fouilles y furent réalisées par Guy Richard, du service régional de l'Archéologie d'Orléans. Elles amenèrent son classement au titre des monuments historiques en 1979.

Lors des fouilles, une cinquantaine d'individus furent retrouvés (30 adultes et de 12 enfants). Selon une datation au carbone 14, ils furent enterrés entre -3400 et -3000 avant J.-C.







La_pierre_Godon__7Sur le plan architectural, 5 pierres en calcaire ou en meulière, verticales à l'origine délimitaient l'espace où étaient déposés les morts. Une petite dalle en couverture en meulière de 2,3 m sur 2,2m recouvrait et déterminait ainsi la chambre funéraire.










La_pierre_Godon__9Outre les restes humains, dents et fragments osseux, le sédiments de la chambre refermait quelques petits objets en silex taillé ou en os et de rares fragments de poterie. Un mobilier qui permet de préciser deux périodes d'utilisation du sépulcre. La première à la fin du Néolithique moyen s'est achevée par l'effondrement partiel de la dalle de couverture sur le sol de la chambre funéraire. Cet événement qui était peut-être naturel fut sur d'autres sites fouillés provoqué par les derniers utilisateurs du sépulcre.
La_pierre_Godon__5











La_pierre_Godon__6Pendant la seconde période d'utilisation, au Néolithique final, d'autres morts sont déposés dans le fond de la chambre après avoir été introduits verticalement. Une analyse pollinique du sédiment contenu dans un crâne donne quelques informations sur l'environnement du mégalithe à l'époque des inhumation notamment l'existence de champs de blé assez éloigné mais révélateur d'une activité agricole ainsi que la présence de tilleuls qui perdurera jusqu'à l'époque moderne comme en témoigne le nom de la commune.

Ce monument fut sauvé in extremis de la destruction en 1975.

http://www.intensite.net/articles.php?lng=fr&pg=3342

Posté par madame_dulac à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le dolmen de la Pierre Luteau à Ruan (Loiret)

Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_6Ruan, dont le nom signifie "Rue" en bas latin, s'est appelé  "Ruata" en 870. Il y fut découvert une ancienne villa gallo-romaine. Ce village possède une église du XIIème siècle, Saint-Félix.










Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_5Mais son passé remonte à bien plus loin puisque l'on retrouve un dolmen, la Pierre Luteau, niché au milieu des champs, au lieu-dit "le Montant". Il est propriété de la commune et a été inscrit aux monuments historiques en 1992.










Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_4Il a bien souffert, mais reste un témoin assez rare de l'époque néolithique dans la Beauce orléanaise.

Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_1















Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_2De nombreuses légendes s'y rattachent, colportées par la tradition populaire, et les gens du coin parlent de lui comme d'un monument "druidique"...
Dolmen_de_la_Pierre_Luteau_3

Posté par madame_dulac à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 août 2007

La Pierre-clouée d'Andonville

Dolmen_de_la_pierre_clou_e_1Andonville est une commune française, située dans le département du Loiret (45). Son église, bâtie au XIVème siècle, sous le vocable de Saint-Pierre et de Saint-Loup, était à l'origine une chapelle castrale. Elle était comprise dans l'enceinte fortifiée. Une sorte de crypte ou caveau, dans les souterrains, contient les tombes des seigneurs du lieu. On retrouve encore des restes de fondations du château, détruit au XIXème siècle, et de l'enceinte. L'ancien pélerinage de Saint-Loup est encore fréquenté. Proche du village, on retrouve les sources de la Juine, de Fontaine et de Saint-Jacques.




Dolmen_de_la_pierre_clou_e__18Un peu plus loin, route d'Annemont, à 600 mètres au sud du bourg, se dresse la Pierre-clouée, ou Clouet, dite aussi Pierre Koraïre. C'est un dolmen daté du néolithique, classé monument historique depuis 1992. Il a plus de 6 000 ans.
Dolmen_de_la_pierre_clou_e__13









Dolmen_de_la_pierre_clou_e__12Au beau milieu des champs de blé, il était, selon la légende, le lieu de rendez-vous des chefs gaulois du coin.
Dolmen_de_la_pierre_clou_e__11











Dolmen_de_la_pierre_clou_e__3Formé de plusieurs blocs de grès, il présente sur l'un de ses côtés, des rainures de polissoir. Sa dalle de couverture fut brisée en trois morceaux.

Dolmen_de_la_pierre_clou_e__9









Dolmen_de_la_pierre_clou_e__10Sur l'une des dalles de support, plusieurs cupules ont été creusées. La plus profonde en haut, puis une série d'autres plus petites communiquant entre-elles. En bas de la dalle Est, on peut voir un trou. A quel rituel cette pierre servit-elle ?
Dolmen_de_la_pierre_clou_e__4














Chartres_212

Dolmen_de_la_pierre_clou_e__20

Posté par madame_dulac à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2007

Le trilithe de Beauvoir (Loire)

Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_2En arrivant, nous sommes accueillis par une pierre à bassin surmontée d'une croix. Ou comment s'approprier le savoir des anciens cultes.... En fait, c'est un siège, qui devait servir à des fins thérapeutiques.
















Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_4Le trilithe de Beauvoir, ou dolmen de Beauvoir, est en piteux état.
Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_5











Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_6Il n'est pas entretenu, et le pauvre ne peut donner que ce qu'il a.

Trilithe_1

Trilithe_3













Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_1En fait, j'ai été plus attirée par les blocs de granite se trouvant dans le pré à vaches à côté !











Saint_Julien_La_V_tre_Beauvoir_3

Posté par madame_dulac à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La pierre de l'Agace

Saint_Julien_La_V_tre_6La pierre de l'Agace, vers Saint-Julien-la-Vêtre, dans la Loire, fait partie des pierres branlantes.
Saint_Julien_La_V_tre_1











Saint_Julien_La_V_tre_2Deux blocs granitiques posés sur un socle.

Saint_Julien_La_V_tre_4
















Saint_Julien_La_V_tre_3Bien endormies au bord de la route D 73.

Saint_Julien_La_V_tre_5
















Saint_Julien_La_V_tre_8Pas de ressenti particulier, si ce n'est la beauté du paysage alentours.
Saint_Julien_La_V_tre_7

Posté par madame_dulac à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La Pierre du Loup ou le Petit Bateau, ou le Dauphin

Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_4Toujours sur la commune de Saint-Didier sur Rochefort, dans la Loire, se trouve la pierre du Dauphin. Cette pierre est protégée par une triple enceinte, et nous devons passer par des portes énergétiques pour y acceder.










Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_5L'endroit est pourtant serein. D'aucuns y voient une tête de loup, d'autres une proue de navire, d'autres encore la tête d'un dauphin émergeant de l'eau.

Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_3














Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_6Toujours est-il que la pierre a la particularité, si l'on sait lui demander et bien se positionner, de donner des réponses aux questions que l'on pose.

Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_2















Saint_Didier_sur_Rochefort_Le_Dauphin_1Elle travaille avec le chakra frontal, cela ne vous étonnera pas...

Posté par madame_dulac à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Pierre de l’Éléphant

Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_1Située dans les bois noirs, dans la Loire, cette pierre fait partie des pierres de légende de la région. Il est vrai qu'elle est protégée par une enceinte, peut-être druidique, voire antérieure.











Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_2Un chemin particulier nous emmène vers l'éléphante et son petit.












Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_14Le chaos rocheux fut utilisé comme carrière de pierre, comme vous pouvez le voir sur cette photo.

















Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_6On arrive sur le site du côté masculin, les pierres étant posées durement les une sur les autres.












Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_9L'autre côté est nettement plus féminin. La mère protège son petit.
La légende raconte qu'il est relié à elle par son cordon ombilical.
Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_8










Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_4L'endroit fut sûrement utilisé à des fins thérapeutiques.
Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_7












Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_11Plus loin, un autre rocher laisse imaginer un corps féminin allongé, symbole de fécondation.












Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_5D'autres pierres alentours nous présentent des cupules et des bassins, signe que l'endroit fut utilisé.
Saint_Didier_sur_Rochefort_L__l_phant_12

Posté par madame_dulac à 09:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

La pierre branlante des Salles

Les_Salles_Pierre_branlante_5Il faut arriver au hameau de Gouttemoire, sur la commune des Salles dans la Loire, où un très vieil arbre offre son ombre, avant d'emprunter le chemin forestier qui grimpe dans les bois noirs.

Les_Salles_Pierre_branlante_1














Les_Salles_Pierre_branlante_7C'est une ballade merveilleuse. Tout est mousse, champignons, racines, fleurs et roches. Ombre et lumière.
Les_Salles_Pierre_branlante_8











Les_Salles_Pierre_branlante_10En arrivant, la première pierre visible, celle que l'on nomme la pierre branlante des Salles, ressemble à une tête facétieuse.

Les_Salles_Pierre_branlante_2















Les_Salles_Pierre_branlante_3A l'arrière, elle est striée d'une croix. Érosion naturelle ou due à la main de l'homme ?
Les_Salles_Pierre_branlante_18











Les_Salles_Pierre_branlante_15Le site présente un ensemble de rochers, appelé chaos, très érodés. Ils portent une multitude de cupules et de bassins.
Les_Salles_Pierre_branlante_12











Les_Salles_Pierre_branlante_16Non, décidément, ce n'est pas très naturel... sauf que là encore, une activité de carriers a laissé ses traces.
Les_Salles_Pierre_branlante_19
















Les_Salles_Pierre_branlante_20Comme le site de la pierre Ginich ou celui de l'autel de la Baronnie, cet endroit doit être activé. N'étant pas très connu, il a besoin d'un peu d'huile dans ses rouages.
Encore une fois, il faudrait nettoyer, enlever la mousse des bassins, éclaircir les abords. Certes, l'ambiance reste très romantique.
Les_Salles_Pierre_branlante_9













Les_Salles_Pierre_branlante_14Parmi les blocs de granite autour de la pierre branlante, il en est un portant une grosse cupule située dans l'axe d'une faille du rocher. Très impressionnant.
























Les_Salles_Pierre_branlante_13

Posté par madame_dulac à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2007

Le menhir de Bègues

B_gues__1_aDu celte Bec ou Beg signifiant "pointe rocheuse avancée", Bègues surplombe la vallée de la Sioule et Du celte Bec ou Beg signifiant "pointe rocheuse avancée", Bègues surplombe la vallée de la Sioule et communique avec elle par des passages situés entre deux escarpements.
De nombreuses découvertes archéologiques ont révélé l'ancienneté du site : un menhir, des éléments dans une grotte, la "cafrotte", creusée dans le rocher au niveau de la Sioule, témoignent aussi d'une occupation préhistorique. Présence aussi de tumuli avec des haches de bronze.
Plus tard, les gaulois ont fortifié le lieu en oppidum. Le site représentait probablement un camp avancé arverne faisant face aux Bituriges de l'autre côté de la Sioule.
Après la conquête romaine, la fonction commerciale de Bègues s'est confirmée. La voie romaine venant de Clermont passait par là, pour preuve la borne militaire rerouvée, datant du règne de Trajan (98-117).









Posté par madame_dulac à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Givarlais (Allier)

Givarlais__4_aFacile à trouver, le menhir se trouve dans le bourg : il mesure près de 2 m de hauteur et est surmonté d'une croix depuis le XVIIème siècle.
Givarlais__3_a
















Givarlais__1_a(Beaucoup de pierres furent christianisées au Moyen Age et à l'époque moderne, pour chasser les dernières traces de paganisme).
La paroisse fut mentionnée en 802 (restituée à l'abbaye de Saint-Denis) et devint ensuite possession de l'abbé de Saint-Cyran-en-Bresne jusqu'à la Révolution.
Givarlais__2_a

Posté par madame_dulac à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]