17 octobre 2013

Filitosa


Historique


Filitosa_2Le site mégalithique le plus connu de Corse, sur la butte de Turicchju près du hameau de Filitosa, fut habité dès le Néolithique Cardial, c'est-à-dire vers 6 000 avant notre ère d’après les archéologues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_53A cette époque, les hommes étaient devenus éleveurs et agriculteurs. Ils se construisaient des huttes sous les taffoni (du mot corse taffone qui signifie « trou », au singulier u taffonu. Phénomène géologique d’intervention des éléments (vent, pluie, sel et soleil) qui creusent les pierres par dessous, formant des abris).

 

 

 

 

 

Filitosa_44Vers -3 500 ils mirent en place les premiers menhirs, certainement aussi sous forme d’alignements.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_46Vers -1 600 apparurent les Shardanes ou Torréens, envahisseurs et conquérants, issus de Méditerranée Orientale ou d'Asie Mineure (Libye ou Phrygie). C’est à cette époque que les menhirs prirent une forme anthropomorphe, et que des armes furent gravées sur leur corps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_16Ils devinrent statues de guerriers, le culte du héros remplaçant celui de la Déesse-Mère.  

 

 

 

 

 

 

Filitosa_33Les Torréens chassèrent les premiers habitants vers le nord et s’installèrent à Filitosa. Ils détruisirent les mégalithes, les cassant en morceaux, les enterrant face contre terre, s’en servant comme matériau de construction de leurs propres temples, les torres.

 

 

 

 

 

Filitosa_34Puis le site fut  occupé par les romains, puis par des moines au Moyen-âge, et fut oublié. C’est sur la butte de Turicchju que Charles-Antoine Cesari, propriétaire des lieux, retrouva la première pierre sculptée en 1946.

Filitosa_39

 

 

 

 

 

 

 



Filitosa_18En 1956 l’archéologue Roger Grosjean se rendit sur place et commença les fouilles. Elles dureront jusqu’en 1972.
Filitosa_19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_10Il mit au jour les vestiges d’un village néolithique et une série de monolithes représentant des guerriers armés d’épées et de poignards. La tradition populaire appelait ces mégalithes I Paladini, les paladins ou chevaliers.

 

 

 

 



Le circuit touristique

Filitosa_plan_ba





Filitosa_3La visite commence par une pierre levée. Les pierres levées, ou statues-menhirs (stantare en corse qui signifie être debout), furent retrouvées sur le site de Filitosa, et ailleurs dans la vallée du Taravu, à Barcaju, à Tappa.

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_7Elles furent ensuite posées le long d’un parcours fait pour les touristes.


 

 

 

 

 

 

Filitosa_4Des numéros leurs sont attribués, ainsi que le nom du village où elles furent trouvées. La première porte le nom de Filitosa V, la mieux armée des statues-menhirs de Corse : une longue épée, un poignard en oblique dans son fourreau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_5Elle mesure 2,95m de haut, 0,96m de large et pèse 2 tonnes. Dans son dos la représentation de la colonne vertébrale et des omoplates. La tête est manquante.
Filitosa_6

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_45Puis nous arrivons sur un plateau, éperon rocheux orienté nord/sud, dominant la plaine traversée par deux ruisseaux: le Barcajolo et la Sardelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_9Les restes d’une muraille cyclopéenne, l’enceinte qui entourait toute la colline, marque l’entrée de la plateforme de surveillance est, probablement un poste de garde. Le monument, ancien tumulus, fut comblé par les torréens.


 

 

 

 

 

Filitosa_8Sur la gauche, des abris sous roche ou taffoni, témoins de l’occupation du site au Néolithique Ancien (-8000).
Filitosa_10

 

 

 

 

 

Filitosa_21Le monument central, situé au point le plus élevé du plateau, devait être à vocation religieuse.
Filitosa_20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_22Les torréens ont encastré dans les murs de leur torre des fragments de mégalithes (32 fragments ont été répertoriés).
Filitosa_17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_14Plusieurs de ces statues-menhirs ont été retirées du parement et posées sur le mur.

 

 

 

 

 

 

Filitosa_15Parmi elles, Filitosa IX, considéré comme l’un des sommets de l’art mégalithique corse. Ces pierres ont du faire partie d’un ancien alignement, comme ceux de Palaghju, I stantari ou celui de Renaghju.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_23Ce torre, de 16m de diamètre, remanié à plusieurs époques, fut autrefois recouvert d’un dôme (voûte en encorbellement). L’intérieur, la cella, servit aussi de sépulture.

 

 

 

 

 

 

Filitosa_25aLa statue menhir appelée Filitosa VI se trouve derrière le monument central. Les trois fragments sont posés côte à côte sur le rocher.

Filitosa_25

 

 

 

 



Filitosa_32Un peu plus bas fut construit le monument ouest, de 18 m de diamètre. C’est lui aussi un torre, qui prend appui sur des anciens aménagements mégalithiques.
Filitosa_31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_27Vu son emplacement, ce probable centre cultuel servit occasionnellement à la défense collective.
Filitosa_26

 

 

 

 

 

 

Filitosa_28Sa partie centrale comporte deux chambres desservies par des couloirs. On accède à l’annexe sud par quelques escaliers.
Filitosa_29

 

 

 

 

 

 

 

 


Filitosa_47Après être descendus du plateau, nous arrivons dans le vallon du Barcajolo.

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_35Le pont passé, nous arrivons en vue d’un olivier âgé de plus de 1 200 ans. Il est entouré de 5 statues-menhirs récupérées et posées là pour faire joli.

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_36Il s’agit des premières statues retrouvées sur le site et d’une autre trouvée à Tappa.
Filitosa_38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_37Franchement, l’olivier porte plus de mystère que ces pauvres mégalithes déracinés.
Filitosa_40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_41La visite se poursuit pour les plus courageux en remontant la petite colline faisant face au site principal. C’est là que nous allons trouver une carrière de pierres,

 

 

 

 

 

 

Filitosa_55un rocher appelé le « dinosaure » en raison de sa forme bizarre,

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_42et quelques menhirs parsemés. Les touristes en général ont fait demi-tour, ce qui n’est pas pour me déplaire.
Filitosa_43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filitosa_48Le chemin du retour contourne l’escarpement par le sud. Là, près des saules bordant la Sardelle, des taffoni prennent la forme d’animaux étranges. On commence à se sentir mieux. Pas un bruit, pas un homme. C’est peut-être aussi grâce à ça.  

 

 

 

 

 

Filitosa_50Le chemin remonte vers l’entrée du plateau et passe devant l’ancienne enceinte en gros appareil. Il n’en reste qu’une partie de mur, mais elle était bien triple, signe que les premiers corses maitrisaient les énergies telluriques.
Filitosa_54


 

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Filitosa
http://kyrnet.online.fr/filitosa.htm

http://www.paradisu.info/filitosa.html



Posté par madame_dulac à 16:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]