01 juin 2020

Salers

Salers, historique

 

Salers 7Il est des lieux plus puissants que d’autres. Cela tient souvent aux énergies du ciel et de la terre qui les ont façonnés et aux forces naturelles particulières qui en émanent.

 

 

 

 

 

 

 

Salers plan 3Situé au cœur du Massif Central, les Monts du Cantal, vestiges du plus grand stratovolcan d’Europe en font partie.

Cet énorme et unique volcan, dont l’activité débuta il y a environ 13 millions d’années, mesurait près de 70 km de diamètre. De son centre, une vingtaine de rivières puis de glaciers ont formé des vallées rayonnantes, découpant les plateaux basaltiques triangulaires ou planèzes.

 

 

 

 

 

 

 

Moussages 41Bizarrement, chacune de ces vallées ou presque abritait en son sein ou menait à une Vierge Noire. L’étymologie du nom du Mont du Cantal, Mons Cantallu, nous renvoie au gaulois cant, qui veut dire brillant. Du temps des romains, il fut appelé Mons Celtus, traversé par la via Celtica.

 

 

 

 

 

 

Salers plan 2bC’est sur une planèze de ce vaste stratovolcan que se situe Salers.

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers plan 1cUne planèze (de l’occitan planesa, issu du latin planitia, surface plane) est un plateau incliné de basalte, de forme triangulaire à sommet dirigé vers l’amont, entouré de vallées convergentes creusées par les glaciers ou les rivières. Ici nous avons la vallée de la Maronne et celle du Mars.

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers XVIIIeLe nom de la ville de Salers est attesté sous la forme Salernum et Castri de Salern au XIIe siècle (de sal, grosse pierre, et erno, piton rocheux) et Sagranensis (de sagra, le sel) au XVe siècle, Salhers en 1645. Les traces historiques ne remontent pas plus loin que le XIe siècle, même s’il est fort probable qu’il ait existé à cet endroit une communauté celte plus ancienne.

 

 

 

 

 

Salers XIXeL’histoire connue de Salers commence donc par un castrum, édifié vers les VIIIe ou IXe siècles sur une butte rocheuse. Le premier seigneur connu, au début du XIe siècle, se nomme Astorg (Eustorgius). Le château et sa chapelle castrale furent rebâtis en pierre au XIIe siècle et un village s’établit à proximité sur un autre rocher basaltique. L’église paroissiale, dédiée à saint Mathieu (avec un seul T, la dédicace en fait foi), date de cette époque.

 

 

 

 

 

Salers 17La ville ne cesse de grandir. Au XIIIe siècle elle comptait plus de mille habitants. Lors de la guerre de Cent Ans, elle fut pillée en 1357 puis en 1427 elle devint la proie des routiers de Rodrigue de Villandrando, dit l'empereur des pillards ou l’écorcheur. Le roi Charles VII dut envoyer des troupes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 15Les habitants décidèrent alors de construire des remparts afin de se protéger. Ils obtinrent ce droit en 1428 et commencèrent les travaux. Mais le baron de Salers, Jean II s’y opposa. En effet, la ville ainsi protégée enlevait la justification de la présence des seigneurs et de leur château. Un procès s’ensuivit. La construction fut enfin permise en 1439.

 

 

 

 

 

Salers 14Les remparts étaient percés de quatre portes.  Nous restent la porte du Beffroi à l’est et la porte de la Martille à l’ouest. Ces remparts protégèrent la ville lors des guerres de Religion et la ville et ses marchands prospérèrent. Le 1er février 1586 les Huguenots tentèrent de s’emparer de la ville pendant la nuit mais ils furent repoussés. La ville fut alors dédiée au Saint-Esprit.

Salers 26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 25Salers devint chef-lieu de bailliage des Hautes-Montagnes d'Auvergne au XVIe siècle. Elle est alors capitale administrative, judiciaire et économique et de nombreuses familles aisées s’y installèrent. Elles firent construire de belles maisons qui font actuellement partie du patrimoine exceptionnel de la région.  

 

 

 

 

 

Salers 6Le château fut rasé en 1666 par ordre du roi Louis XIV, après la condamnation lors des Grands Jours d’Auvergne du baron François de Salers pour le meurtre d’un valet. Son frère Henri fut lui aussi condamné pour avoir tué un rival et tous deux durent prendre la fuite. François fut gracié par le roi en 1679.

Salers 18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 11La ville devint chef-lieu de canton après la Révolution, mais la ville perdit son influence après la fermeture du baillage et le recentrage du pouvoir judiciaire local sur Mauriac.

Salers 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 22Des travaux de modernisation furent entrepris après la seconde Guerre mondiale et la cité est à l’heure actuelle classée parmi les plus beaux villages de France.

 

Salers 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La porte du Beffroi

 

Salers 24Appelée porte de l’Anne puis porte de l’Horloge, elle fait partie des remparts de la ville construits au XVe siècle même si les fondations et la partie basse semblent être du XIVe. Ouverte vers l’est, elle permettait aux charrettes d’entrer dans la ville. Voûtée d’ogives, elle était défendue par un pont-levis et une herse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 2Au-dessus s’élève une tour carrée qui faisait office de salle de garde, flanquée d’une tour ronde contenant un escalier. Le haut de la tour, surmonté d’un toit pointu coiffé d’un ouvrage en ferronnerie contenant une cloche (datée de 1509), était marqué par des mâchicoulis et des corbeaux sur lesquels se posait un chemin de ronde en bois.

 

 

 

 

 

La porte de la Martille

 

Salers 3C’est la deuxième porte charretière de la ville. Surmontée d’une tour carrée, gardé jadis par une herse, son tunnel voûté d’ogive aurait débouché sur un corps de garde, un bâtiment où logeaient les officiers. La porte était empruntée par les marchands qui se rendaient sur la place de Barrouze où se tenaient les foires.

Salers 19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://histoire-de-salers.over-blog.com/article-20168715.html

https://monumentum.fr/eglise-saint-mathieu-pa00093667.html

https://www.salers.fr/userfile/fichier-telechargement/1449239163-salers-diag_juillet-2013.pdf

https://www.laveissiere.fr/volcanisme-et-geologie-du-cantal_fr.html

http://www.auvergne-centrefrance.com/geotouring/villages/cantal/salers/salers.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Salers_(Cantal)

Salers, une ville, un pays, une histoire de Pierre Moulier

Posté par madame_dulac à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La maison des Templiers

 

Salers la maison des Templiers 1Située dans le quartier des notables, mentionnée dès le XIVe siècle, c’est l’une des plus anciennes demeures de Salers. Elle fut réédifiée au cours du XVe siècle et devint la propriété de marchands et de magistrats. La maison, appelée au début du XVIIIe siècle vieille maison de Malesaigne, fut réaménagée par Israël de Mossier, commandeur des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (devenus chevaliers de Rhodes puis de Malte) chargé de l’entretien des biens de l’ancienne commanderie templière de Carlat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers 21Achetée bien plus tard par le curé Jean Chaumeil, elle devint en 1889 une école privée de garçons. C’est lors de cette vente qu’elle fut appelée maison des Templiers ou maison de la Fauvelie. Elle devint, sous le nom de Notre-Dame de Lorette, une école libre de filles au début du XXe siècle. L’école fut fermée en 1987, puis la maison fut louée au syndicat d’initiative de Salers en 1988. Elle est depuis devenue le musée des arts et traditions populaires.

La façade est percée de larges fenêtres à meneaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 2Le visiteur entre par un long couloir voûté d’ogives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 4Les sculptures, clés de voûte et culots, d’inspiration hospitalière, ont sans doute contribué à accréditer la légende qui en fait une maison templière. En fait, il n’existe aucune mention de Salers dans la liste des biens du Temple, et la maison fut construite après leur disparition.

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 51ère clé de voûte : lotus, alpha et oméga, sacré cœur.

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 62ème clé de voûte : rose à 8 pétales, 8 béatitudes.

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 73ème clé de voûte : saint Jean-Baptiste, patron des Hospitaliers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 94ème clé de voûte : armoiries martelées représentant à l’origine une croix fleurdelisée cantonnée de feuilles de chêne

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 105ème clé de voûte : armoiries du commanditaire, entièrement supprimées durant la Révolution

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 16Les culots de retombée d’ogive sont aussi sculptés : un visage portant une couronne de lierre, un visage féminin représentant peut-être Isis, un calice floral,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lSalers la maison des Templiers 3e lion de David et le lion de Judas couronné, un visage portant une couronne surmontée de 3 fleurs de lys, un combattant portant un casque nasal surmonté d’une couronne, un visage portant une couronne à 3 besants, un autre une barbe, peut-être Hippocrate.

Salers la maison des Templiers 15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 11Une salle du rez-de-chaussée présente le mobilier de l’ancienne pharmacie Raveyre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 13L’escalier à vis mène à plusieurs salles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers la maison des Templiers 14Dans l’une d’elles, sur le mur, sont sculptées trois roses reliées en triangle, ce qui a fait dire que la maison a appartenu à une confrérie initiatique bien connue.  

 

 

 

 

 

 

Posté par madame_dulac à 19:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L’église Saint-Mathieu de Salers

 

Salers église Saint-Mathieu 10A la chapelle castrale de Salers, détruite avec le château en 1666, vint se rajouter une église paroissiale au XIIe siècle. Le feu détruisit la nef en bois au XVe siècle, seuls le clocher et le porche subsistèrent. Elle fut reconstruite à la fin du XVe siècle sous la maîtrise de Blandain Bompart.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 20Six chapelles financées par les grandes familles de la ville furent ajoutées à la nef, la première placée sous le vocable de Notre-Dame de Pitié, une autre Notre-Dame de Grâce, Saint-Georges, Saint-Louis, Saint-Eloi et enfin Saint-Jacques. Une clé de voûte à l’image de saint Matthieu porte la mention « sainct Mathieu patron de céans » et date de 1543. On remarquera l’orthographe. L’église fut officiellement consacrée le 7 septembre 1552.

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 11Le clocher menaçant ruine fut abattu et reconstruit en 1620. Il fut arasé pendant la Révolution et reconstruit en 1825. Cette fois c’est l’orage qui lui causa de terribles dégâts en 1885. Il fut rebâti en 1887 par l'architecte Cyr Aymar. Jean Ribes fut chargé des travaux de restauration de l’église en 1891.

Salers église Saint-Mathieu 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 18Il refit les sculptures du porche qui datent donc du XIXe siècle.

Salers église Saint-Mathieu 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 19Sous le porche, une « Mise au tombeau » polychrome, datée de 1495, fut offerte par le père Géraud Vitalis lors de la reconstruction de l'église. C’est une œuvre en pierre polychrome, inspirée de l’art bourguignon. Elle représente le Christ, la Vierge Marie au centre entourée de Jean, Marie-Salomé qui la soutient, Marie mère de Jacques, Marie-Madeleine, Joseph d’Arimathie et Nicodème. Dans le coin, un soldat romain, gardien du tombeau.

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 22Le lutrin date du XVIIe siècle.

Salers 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 21Au-dessus du maitre-autel, une statue de Notre-Dame de Lorette.

Salers église Saint-Mathieu 23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers église Saint-Mathieu 24

La piéta en pierre était autrefois posée dans une niche à l'angle extérieur nord de l’église. Cette Vierge en grès polychrome du XVe siècle, dite Vierge de Douleurs, fut restaurée et entreposée à l’intérieur.


Posté par madame_dulac à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La chapelle Notre-Dame de Lorette de Salers

 

Salers ND Lorette 2Au nord-est de salers se dresse la chapelle de Notre-Dame de Lorette. Un premier sanctuaire appelé « la chapeloune » fut construit sur cet emplacement au XIVe ou au XVe siècle (sur les terres du château de la Jordanie). Les archives parlent d’un pèlerinage très actif et mentionnent de nombreuses guérisons.  Elle est mentionnée 1547, et appelée chapelle de Maleprangère.  

 

 

 

 

Salers ND Lorette 1La légende parle d’un seigneur de Salers, chevalier croisé qui, ayant invoqué la Vierge lors d’une bataille qu’il gagna en Terre Sainte, fit un pèlerinage à Loreto en Italie afin d’honorer celle qui l’avait exaucé. Il en ramena une antique statue noire de la Vierge. D’autres dirent qu’il la ramena directement d’Orient. De retour à Salers, il fit construire une chapelle pour elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers ND de Lorette bLes habitants l’invoquaient contre la pluie trop abondante ou la sècheresse, les épidémies, le rachitisme et la famine. Les enfants ne tenant pas sur leurs jambes venaient la voir. S’ils étaient guéris, les parents offraient le poids de l’enfant en cire. Un pèlerinage se mit rapidement en place. Les pèlerins devenant de plus en plus nombreux, il fallut agrandir le sanctuaire. C’est alors que fut retrouvé un panneau d’autel représentant deux chevaliers croisant leurs épées.

 

 

 

 

 

 

Salers chapeloune 2Le pèlerinage périclita puis fut relancé après la victoire remportée contre les huguenots en 1586. En 1785, elle était ornée de 18 médaillons attachés à un ruban vert et portait une couronne en argent garnies de pierreries. Elle était habillée de différentes robes qui étaient présentées aux malades : on la leur posait sur la tête pour leur guérison. Les animaux aussi étaient mis sous sa protection.

 

 

 

 

 

 

 

Salers ND Lorette aPendant la révolution la vénérable statue fut brûlée sur l’esplanade du Barrouze. Elle ne fut remplacée qu’en 1813. Une fête rituelle, le dimanche de la Trinité (premier dimanche après la Pentecôte), avec une procession dans les rues de Salers, fut instaurée. En 1882 on construisit dans le style néo-byzantin une nouvelle chapelle, plus grande.

 

Posté par madame_dulac à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La race Salers

 

Salers vache 11aLe symbolisme du taureau et de la vache remonte à la nuit des temps. Sur les parois des grottes, les bovidés sont souvent représentés. Durant l’ère du même nom de nombreux cultes en firent leur emblème : le taureau fécondateur du dieu solaire Mithra ou la vache lunaire Hathor, le Minotaure gardien du labyrinthe minoen ou la déesse-vache Boand irlandaise. Les bovidés sont toujours en rapport avec la fertilité et les forces créatrices et nourricières, avec le renouveau.

 

 

 

Salers Hathor aLe lien avec la corne, symbole préhistorique largement utilisé dans toutes les civilisations est évident. Ce symbole solaire du principe actif de pénétration devient croissant de lune passif et fécond. Hathor, modèle par excellence du principe féminin, souveraine des quatre coins du ciel et maîtresse des points cardinaux, porte le disque solaire dans ses cornes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers vache 0C’est pour cette raison, et pour une autre que nous développerons plus loin, que je dois vous parler des vaches de Salers. Ces vaches rustiques et robustes ont une robe acajou aux longues cornes en forme de lyre. Elles sont reconnues pour leurs qualités d’adaptation qui leur permettent de vivre sur un sol pauvre sous des climats chauds et secs mais aussi beaucoup plus froids et humides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers race 1aSon lait est réputé (elle ne le donnera qu’en présence de son veau) et entre dans la composition de plusieurs fromages comme le Salers, le Cantal, la Fourme d’Ambert ou le Saint-Nectaire. Elle est également appréciée pour sa longévité, sa fertilité et son excellente aptitude au vêlage.

 

 

 

 

 

Salers Gobekli TepeL’origine des bovins domestiques se trouve dans la région de l’Iran actuel aux environs de 10 000 ans avant notre ère (comme pour beaucoup d’autres choses, comme le blé ou la vigne par exemple, étonnant n’est-il pas ? Ici un pilier du temple de Göbekli Tepe). Ces animaux ont migré avec leurs propriétaires et à la sélection naturelle va s’ajouter celle des hommes avec les croisements. Les vaches égyptiennes sont probablement issues du croisement de ces bêtes avec les bovins sauvages africains.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers vache Algarve aLes historiens pensent que les ancêtres des Salers sont passés d’Égypte à la péninsule ibérique par Gibraltar (les « Retintas » espagnoles et les « Alentejana » et « Algarvia » portugaises ont de grandes similitudes avec notre auvergnate) puis sont remontés vers le nord en passant par l’Auvergne

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers vache North Devonet ce jusqu’en Grande-Bretagne, à l’époque de la conquête romaine, où la race « North-Devon » possède une robe similaire et la même forme de tête. Une autre hypothèse parle de la domestication directe d’un auroch ibère.  

 

 

 

 

Salers vache 12aLes premières traces des ancêtres de la Salers sont peut-être celles retrouvées peintes sur les murs des grottes d’Altamira.

 

 

 

 

 

 

Salers vache 7Nous en retrouvons ensuite des représentations au XIIe siècle, comme sur la cuve baptismale de Mauriac,

 

 

 

 

 

 

 

Salers vache 6le tétramorphe de Jaleyrac

 

 

 

 

 

 

Salers vache 8ou dans l’armorial de Revel avec un paysan conduisant son bœuf rouge.

 

 

 

 

 

 

 

Salers TyssandierQuoi qu’il en soit, la Salers prend ses marques au XIXe siècle avec l’apparition des méthodes de sélection anglaises. Ernest Tysandier d’Escous est considéré comme le fondateur de la race. Farouche adversaire de la contribution d’autres races pour l’amélioration, il utilise la sélection par accouplement des meilleurs bêtes avec une meilleure alimentation. Il réussit par son travail à donner un grand renom aux vaches du canton de Salers et met en place le premier concours de la race le 17 août 1853. L’Herd-book Salers est créé en 1906.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers vache 9Petit aparté. Les anciennes religions avons-nous vu avaient fait du taureau un symbole de puissance et de fécondité durant l’ère du même nom. Le christianisme le diabolisa en le faisant veau d’or ou animal sacrificiel. Il devint l’attribut de saint Luc parce qu’il commence son évangile par le récit de la loi mosaïque où cet animal était offert en sacrifice. Notre taureau perdit sa virilité solaire et devint animal lunaire et tellurique, un bœuf aidant les hommes à cultiver la terre.

 

 

 

 

 

 

Beaumont Notre-Dame de la Rivière 1aMais au XIIe siècle apparaissent les Vierges noires. C’est avec elles et leurs légendes que le taureau devenu bœuf réapparait dans un rituel qui lui fait retrouver tous ses aspects symboliques. C’est lui qui va trouver les statues dans le sol. Par sa puissance lunaire, le bœuf permet alors la fécondité de la terre et de la terre fécondée naitra la lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers VN 1Une chose m’a frappée : la présence, autour de la cheminée centrale du grand stratovolcan du Cantal de cercles concentriques de Vierges noires d’un rayon de 20 km et de 40 km environ. Celles qui nous sont restées où celles dont on se souvient sont quand même au nombre de 18. Elles sont disposées comme si elles étaient les gardiennes d’une chose qui nous dépasse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers Puy Griou 2Au centre du volcan, le Puy Griou. Il a été pendant longtemps considéré comme l’ancienne cheminée centrale mais en fait il s’agit d’un dôme de phonolite mis en place il y a seulement 6 millions d’années (13 pour le stratovolcan).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers Puy Griou aLa phonolite produit un son clair quand on la frappe et possède la caractéristique de bien transmettre les sons (les voûtes de la salle de l’écho de l’abbaye de la Chaise-Dieu sont en phonolite). La phonolite a été utilisée comme lithophone durant le Néolithique.

 

Salers Lithophone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salers Devil's Tower PaulPour info, la Devil’s Tower, située au Wyoming (États-Unis), la montagne sacrée des amérindiens, celle de Rencontre du troisième type ou mieux encore celle de Paul est également une ancienne cheminée de phonolite. Stylé.

Salers Paul

Posté par madame_dulac à 19:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]