21 janvier 2007

Eglise Saint André de Saint Rambert sur Loire

montbrison_080A l'origine, Saint Rambert, un village romain du nom d'Occiacum, fut donné à l'Abbaye de l'Ile-Barbe. Les moines fondèrent un prieuré et rebaptisèrent le lieu  Saint-André-des-Olmes.
En 1078, lorsque les reliques de Saint Rambert furent apportées, le village prit son nom définitif, et fut alors un lieu important de pélerinage.

montbrison_099Bâti sur une butte dominant la plaine et le fleuve, Saint Rambert était, au moyen âge, entouré de 2 murs d'enceinte dont il reste aujourd'hui quelques éléments.





montbrison_077La chapelle Saint Jean date probablement du VIIème ou VIIIème siècle. Elle fut élevée hâtivement par les moines, près du Prieuré, en attendant que la grande église prieurale et conventuelle fut construite. Il a été découvert dans le sol de la chapelle de nombreux corps enterrés suite à une épidémie de peste qui frappa le village au moyen-age.
"Elle servait aux douze moines mais aussi permettait d'y recevoir les ouvriers occupés à la construcion de l'église.
De même, moines et manants devaient s'y réunir pour prier ensemble au VIIème siècle, sous la voûte de bois et sur les marches d'un autel de bois, pour le succès des travaux et de l'entreprise" (cf. abbé Signerin).




 


montbrison_2_058Le prieuré, dépendant de l’Ile Barbe, près de Lyon, est cité dès le Xème siècle. Mais la tour de l’église actuelle, à l’origine tour de défense, offre la particularité d’avoir de très nombreux débris gallo-romains incrustés dans sa façade (pierres, colonnes, cippes ou autels) qui laissent entrevoir l’existence d’un temple païen antérieur à la fondation de l’église. Ces vestiges en remploi sont les derniers témoins d’ Occiacum.

montbrison_081La rive gauche prit le nom de Saint-André-des-Olmes quand douze moines bénédictins dépendant du monastère de l'lle Barbe s'y installèrent au VIIIème siècle (entre 603 et 608) et construisirent d’abord la chapelle qui est mentionnée sous le nom de chapelle Saint-Jean à partir de 1307. Une autre chapelle, sous le patronage de Saint-Côme est citée dès 971. La chapelle Saint-Jean, à côté de l’église, servit par la suite de baptistère jusqu’en 1828. Quant au cloître, c’est sur les ruines d'un temple romain, ainsi que nous l’avons déjà écrit, que les moines entreprirent de l’élever. Ils le dédièrent d’abord à Saint-André. Ce n’est qu’à partir de 1078 que le prieuré, et la cité avec lui, prirent le nom de Saint-Rambert. Tout simplement parce que les reliques du Saint y furent amenées.

montbrison_083La légende, maintes fois racontée, nous dit que les reliques de Rambert, assassiné le 13 juin 675 par les sicaires d’Ebroin (maire du Palais), étaient gardées au monastère de Saint-Domitien, à Saint Rambert en Bugey. Bien loin du Forez donc, au-delà de Lyon, jusqu’au jour de l’an 1078 où un homme le vit apparaître en songe pour lui commander de transporter ses restes du Bugey en Forez ! Et voilà notre homme qui enleva les ossements de Rambert (et de Domitien, tant qu’à faire) les enfouit dans des sacs de toile et prit le chemin de Saint-André. Dans une forêt, il rencontra le comte Guillaume de Forez (ou Widelin) à qui il raconta son aventure et dévoila le contenu de son fardeau. Guillaume emmena notre homme dans sa demeure et son épouse, la belle Vandalmonde, sortit une belle chape de ses bahuts pour y enfouir les reliques. Et un joyeux cortège prit le chemin de Saint-André où tout le monde, y compris les eaux de la Loire au « Gué de la Roche », firent une haie d’honneur aux reliques de Saint Rambert et de Saint Domitien.(http://www.forez-info.com/encyclo.php)


montbrison_116Au premier étage de la tour de l'église Saint André, on trouve une salle voûtée en plein cintre, où le tombeau de Saint Rambert fut placé, dans une niche large de 2m40. Pour que les fidèles puissent défiler dans cet espace étroit, deux escaliers desservaient la salle, percés dans l'épaisseur des murs nord et sud. On retrouve la même configuration dans les cryptes de pelerinage, et dans l'église de la Morenita, à Montserat. Les deux escaliers existent toujours mais leur entrée a été bouchée.


montbrison_118montbrison_124Le choeur comporte 4 énormes piliers chargés de supporter le clocher. Il est voûté d'une coupole octogonale comprenant 4 trompes ayant un rôle acoustique.

montbrison_128Dans la chapelle de droite, une statue de vierge, se rapportant aux vierges noires, veille sur l'église. Elle est la reproduction de l'une des vierges des portes de la ville:

la porte de la Franchise, porte de l'enceinte intérieure, où se trouve une reproduction de " Notre-Dame de la porte de Franchise " (l’originale en bois de noyer se trouve au musée) tient son nom du droit d'asile dont bénéficiaient les délinquants qui parvenaient à entrer dans l'enceinte du prieuré. La cité comportait quatre autres portes, ouvrant le bourg : la porte de Bost (ou du Bois ?) qui conduisait vers le sud, vers Chambles et l’Hermitage de Notre-Dame de Grâces, la porte du Poyet en direction de Saint-Marcellin en Forez et de l’Auvergne, la porte de Bourg-Chorier qui menait au cimetière des pestiférés. Cette dernière était donc gardée par Notre-Dame de Bon Secours. La porte du Pré-Fangéat menait en direction de la Loire.

montbrison_111Le bénitier en marbre que l'on retrouve près du choeur, sur la gauche, derrière un des piliers centraux, est classé monument historique. D'après la légende, il aurait servi à recueillir le sang des sacrifices en l'honneur des divinités païennes. Il remonte à une époque antérieure au VII ème siècle.




 

montbrison_148L'abside centrale date du début du XII ème siècle. Elle est légèrement inclinée sur la gauche par rapport à l'axe central de la grande nef. Sans doute pour que l'on se remémore la dédicace à Saint André. Il faudrait calculer l'angle.










montbrison_085Sur le côté gauche de l'église, derriere la chapelle Saint Jean, se trouve un ancien puits, sans doute celui qui servit aux bons moines.




StRambert_lionLes pierres nous livrent un message. Nous retrouvons ici les symboles utilisés dans l'architecture sacrée. Sur la porte nord de Saint André, un "lion" garde l'accès. Drôle de lion...


montbrison_097montbrison_103D'autres pierres nous parlent: étoiles à 6 ou 8 branches, "chandelier" à 4 branches, indiquant peut-être le nombre de courants acquifères passant sous l'église...

montbrison_093



montbrison_092



montbrison_100

montbrison_102

Posté par madame_dulac à 21:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]