05 septembre 2012

Pouilly-lès-Feurs, le prieuré


Pouilly-lès-Feurs, historique


Pouilly_l_s_Feurs_4L’endroit fut occupé dès le Néolithique. Une tribu celte de Ségusiaves s’y installa, qui avait pour capitale Forum Ségusiavorum, autrement dit Feurs.
dessin Le village de Poliacus (marais) devint une cité florissante sous la domination des gallo-romains. Saccagé par les Germains en 725, il reprit vie après que des bénédictins de Cluny, suite à d’importants legs, y firent construire un prieuré en 999.

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_10aAu cours des XIe et XIIe siècles, ils bâtirent le doyenné et l’église, puis les bâtiments du prieuré au XIIIe. Les remparts, composés de hautes murailles percées de meurtrières et de dix tours, furent construits en 1385 et démantelés par Richelieu en 1635. Les pierres furent utilisées pour construire les maisons du village.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly-lès-Feurs, le prieuré



Pouilly_l_s_Feurs_21Le prieuré, construit au XIe siècle, devint un lieu d'hébergement pour les pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques.

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_12Il prit la même disposition que celui de Cluny: une cour carrée avec en son centre un puits gallo-romain profond de 17 mètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_plan_1783Il fut remanié et surélevé par le prieur Bertrand de Thorigny en 1470, agrandi au XVIe, vendu comme bien national en trois parties à la révolution, et fut racheté récemment en totalité en 1992 par la commune qui le restaura.

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_13L’entrée se fait par la tour du XVe siècle au-dessus de laquelle figurent les armoiries de l’abbé avec la crosse.

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_17Sur la droite, la pièce où se trouvait jadis la salle de justice avec la prison composée de deux cachots dont les portes datent du XIVe siècle.
Pouilly_l_s_Feurs_14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_15Sur les murs, des graffitis exécutés au fusain ou grattés à la pointe portent les date de 1532, 1536, 1587 ou 1591, période des guerres de religion.
Pouilly_l_s_Feurs_16

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_26aDans ce qui était autrefois la cuisine des moines se tient la cheminée dite aux cocus, du XVIe siècle. De part et d’autre du cartouche central sont sculptés deux personnages jouant de la trompette, nus, assis à l’envers sur un âne. C’était le châtiment réservé au mari surpris en flagrant délit d'adultère : ainsi monté, il entrait dans l’église où le prêtre le confessait.

 

Pouilly_l_s_Feurs_23Au premier étage se trouve la salle de Bertrand de Thorigny, puis la salle de Bourbon, prieur de Cluny fin XVe siècle avec sa cheminée en grès portant le blason aux trois fleurs de lys.

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_18Dans la salle dite de l’ange, au–dessus de la cheminée du XVe siècle, se tient un moine portant des ailes. A cette époque, le prieur confia la communauté à la protection des anges gardiens.

Pouilly_l_s_Feurs_19

 

 

 

 



L’église Saint-Pierre

 


Pouilly_l_s_Feurs_1La première pierre de l’église fut posée en 1048 en présence d’Odilon de Mercœur, abbé de Cluny, et d’Hallinard de Sombéron, évêque de Lyon. Elle est visible côté sud vers la porte latérale. L’église fut terminée dans la première moitié du XIIe siècle.
Pouilly_l_s_Feurs_24

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_3La façade, dont la partie haute et le fronton furent modifiés ultérieurement, possède trois arcs de décharge. De chaque côté de l’archivolte, deux pierres de remploi sculptées de lions.

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_2Le portail, auquel on accède par un escalier semi-circulaire de huit marches, est orné de deux colonnes polygonales, réutilisation d’un ancien bâtiment. Elles sont surmontées chacune d’un chapiteau historié en calcaire jaune de Charlieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_8

La colonne de droite, à 8 pans, porte deux félins dont les gueules ouvertes laissent apercevoir un personnage. Le dévorent-ils, ou bien le laissent-ils sortir ?

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_9Celle de gauche, à 20 pans, montre saint Pierre et sa clé devant Simon le magicien.


 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_7Le chevet possède des contreforts plats qui doublent les baies et les consolident. .

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_5Le clocher présenta au cours des âges plusieurs aspects : au XVe siècle, surmonté d’un hourd en bois, il servit de tour de guet ; au XVIIIe siècle, coiffé d’une flèche basse, il était orné de quatre demi-clochetons ; en 1824, il fut rehaussé tel qu’il est aujourd’hui.


 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_plan_2b

Le plan de l’église est à trois nefs avec transept et abside semi-circulaire et absidioles. La grande nef est voûtée en arcs brisés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pouilly_l_s_Feurs_29Les petites nefs latérales sont voûtées en plein cintre et le chœur est dévié de quelques degrés à droite, ce qui laisse perplexe bon nombre de gens. Laissons tomber l’histoire de la tête du Christ penchée sur la croix, et allons plutôt voir du côté des dédicaces…. La première église fut établie sous le vocable de Saint-Didier, alors que la seconde le fut sous Saint-Pierre.

 

 

 

37_sch_ma_4a

L’axe d’une église, calculé par rapport aux levers et couchers du soleil aux solstices, peut être un peu décalé à cause de la dédicace, faite le jour de la fête du saint que l’on veut honorer. A chaque jour correspond une énergie différente, symbolisée par le saint. Connaître la dédicace d’un sanctuaire, c’est comprendre les règles de l’édifice. La canne sera alors plantée le jour de la fête du saint et déterminera l’axe de l’édifice (le décumanus et le cardo)  puis son cercle et son carré. Voilà. Point de mystère, juste un peu de magie. Je vous donne un peu de travail : allez chercher la bonne définition de la magie…


 

http://www.forez-info.com/encyclopedie/memoire-et-patrimoine/44-les-richesses-de-pouilly-les-feurs.html

http://a2mr.free.fr/compte_rendu/cr_visites/pouilly/Page1.html

http://a2mr.free.fr/compte_rendu/cr_visites/pouilly/index.html




 

Posté par madame_dulac à 13:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]