31 mai 2016

Les iles de Lérins, histoire et légendes

 

 

Lérins plan 1L’archipel de Lérins, situé dans la baie de Cannes, comprend cinq iles, dont les deux principales, Saint-Honorat et Sainte-Marguerite, sont séparées par le canal du Frioul, haut plateau marin peu profond.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 10Les iles furent habitées par des Ligures au VIe siècle avant notre ère. Puis les grecs s'en servirent de lieu d'escale, les romains y construisirent un oppidum, Vergoanum, avant que les moines n'y fondent un monastère au début du Ve siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 64Une légende raconte que l'archipel, il y a très longtemps, ne formait qu'une seule grande ile appartenant au Diable. Il y avait construit un temple où il enfermait les serviteurs dont il était mécontent. Pour retrouver leur liberté, ils devaient se transformer en serpents venimeux sept années consécutives et provoquer la mort d'au moins une personne juste par an.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 50Dieu se mit en colère et ordonna à la mer de submerger l'ile et ainsi de détruire les oeuvres du Malin. Ce qui fut fait. Lorsque l'ile remonta à la surface, elle était scindée en deux et le Diable, un pied sur chaque ilot, perdit l'équilibre, sombra dans la mer et ne revint pas. Les iles se couvrirent alors d'une épaisse forêt.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat plan eIl n'ya pas de fumée sans feu, comme il n'y a pas de légende sans fond de vérité, comme nous le verrons plus loin. Pourrait-on d'ailleurs voir ici la possibilité du passage de l'androgynat primordial à la dualité masculin/féminin, avec l'ile principale, l'unité, se divisant en Marguerite d'un côté et Honorat de l'autre ?

 Les anciens marins parlent de l'archipel comme de "l'ile de Lérins", et non pas "des iles de Lérins"...

 

 

 

 

 

 

Héraclès 2Une hypothèse parle de l'origine du nom de Lérins comme d'un souvenir de Lerne et de son hydre. Il semblerait qu'Héraclès, maitrisant la bête aux 9 têtes lors du deuxième des douze travaux qui lui furent imposés, ait pu être remplacé par saint Honorat tuant les nombreux serpents de l'ile.

 

Héraclès 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apollonius 2

Dans un autre registre, Philostrate d'Athènes, écrivain du IIIe siècle, rapporte dans sa "Vie d'Apollonios de Tyane" que le philosophe, grand initié de son temps, avait caché sur les rivages de Lérins des talismans qui devaient servir à développer les pouvoirs des hommes. Il aurait du, à mon avis, en poser d'autres servant à développer leur sagesse. Erreur. Grosse erreur.

Aurait-il pu se douter que des décérébrés abrutis et lâches puisse détruire les statues colossales de l'éveillé Bouddah ou seulement imaginer une seule seconde dynamiter la grande pyramide ? Bon, ça, c'est parce que je suis en colère. D'autres décérébrés abrutis et lâches ont fait bien pire avant eux, détruisant la bibliothèque d'Alexandrie, les parfaits, les templiers et les soi-disant sorcières par le feu. Apollonios, si tu m'entends...Oscour...

 

 

 

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_de_L%C3%A9rins

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_Saint-Honorat

http://www.cepam.cnrs.fr/IMG/pdf/Plaquette-Lerins_web_low.pdf

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

http://www.francenervie-secretes.com/lerins_art.html

Posté par madame_dulac à 09:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


L’ile Sainte-Marguerite

Sainte-Marguerite Lérins 4Les Ligures construisirent sur Sainte-Marguerite, appelée tout d’abord Plasania, puis Lérinê par les grecs et enfin Lerina par les romains, un oppidum de blocs de pierre massifs disposés en cercle. Cette base défensive, Vergoanum, citée par Pline l’ancien au Ier siècle dans son « Histoire naturelle » ( Lero et Lerina, aduersum Antipolim, in qua Vergoani oppidi memoria ) construite sur le point le plus élevé, deviendra fort romain, forteresse moyenâgeuse, citadelle royale puis prison. Sa célébrité lui sera assurée par son illustre détenu, le mystérieux masque de fer. La ville de Cannes racheta le fort en 1993.

 

 

Sainte-Marguerite Lérins 1La légende raconte que sur l’ile de Lerina vint s’installer Marguerite, la sœur d’Honorat, le saint homme qui bâtit un monastère sur l’ile voisine de Lero. Elle y dirigeait alors une communauté de religieuses. L’ile de Lero étant dévolue aux hommes, elle ne pouvait rendre visite à son frère. Honorat, qui aimait profondément sa sœur, ne pouvait venir lui rendre visite qu’une fois l’an, lorsque les amandiers étaient en fleurs. Marguerite ne l’entendant pas de cette oreille, pria les cieux. Les amandiers fleurirent une fois par mois, même si, au Ve siècle, il n’y avait pas la queue d’un amandier à l’horizon. 

 

 

 

Sainte-Marguerite Lérins 2Une autre version parle d’un soupir de la sainte qui fit tomber les pétales des fleurs d’un cerisier, qui formèrent un pont entre les deux iles. Une autre légende encore raconte que Marguerite, aidée de son frère Honorat, combattit un dragon qui, blessé, s’en alla mourir près de Draguignan. Mais l’église décrétât qu’Honorat n’eut jamais de sœur s’appelant Marguerite, que le personnage fut créé à partir de l’histoire de sainte Marguerite d’Antioche. Rabat-joie quand même.

 

 

 

 

Sainte-Marguerite, ilot de la TradelièreEn face de la pointe est de l'ile se trouve un ilot qui se nommait autrefois Trans-Léro. Il fut appelé par les marins Terra de Lhierra, qui donna son nom actuel de Tradelière.

Posté par madame_dulac à 09:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L’ile Saint-Honorat

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 1L’ile de Saint-Honorat, appelée tout d’abord Lêron par les grecs puis Lero par les romains, plus petite que Sainte-Marguerite, servit d’escale aux navires grecs dès le Ve siècle avant notre ère.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 96

Lêron, d’après Strabon, était un héros grec, un demi-dieu auquel un petit temple était dédié : un vase d’offrande sur lequel ce nom était gravé fut retrouvé dans un fossé proche de l’abbaye (Athênaios, fils de Dionysos, de Néopolis, à Lêrôn et Lérinê ).

 

 

 

Neptune 1Lero et Lerina pourraient être des parèdres, des jumeaux, ou bien une mère et son fils. Du temps des Romains, Neptune y fut à l’honneur (une pierre carrée, ancien autel votif, portant l'inscription "Neptuno Veratia Montana", fut retrouvée. Neptune, assimilé à Poséidon, était le dieu de la mer, mais aussi des tremblements de terre).

Puis l’ile fut abandonnée. Au début du Ve siècle, elle était déserte. C’est à cette période que saint Honorat vint s’y installer. Sa légende nous est contée par Jean Cassien :

 

 

 

 

 

 

 

Saint Honorat 1Honorat vint au monde vers l’an 375 au sein d’une riche famille gallo-romaine, peut-être à Trèves, dans l’actuelle Allemagne. Il reçut l’éducation classique de son époque, son père le destinant à la fonction de consul. Il choisit avec son frère Venantius de se convertir au christianisme et de partir sur les routes vers l’orient en compagnie d’un vieil ami et mentor, Caprais, afin de trouver les pères du désert et devenir comme eux anachorètes.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 98Venatius trouva la mort en Grèce, Honorat et Caprais revinrent en Gaule. Ils s’installèrent dans une grotte proche de Fréjus, et leur renommée ne se fit pas attendre : ils reçurent beaucoup visiteurs venus les consulter pour leur grande sagesse.

Désirant avant tout mener une vie d’ermite, ils virent se réfugier sur les conseils de Léonce, l’évêque de Fréjus,  avec quelques compagnons voulant les suivre, sur l’ile de Lerina. A leur arrivée, ils trouvèrent l’ile infestée de serpents venimeux. Honorat invoqua le ciel : toutes les bêtes moururent. L’odeur pestilentielle des cadavres en décomposition devint vite intenable.

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 69Honorat demanda à ses 6 compagnons de grimper sur des palmiers, puis il invoqua le ciel une seconde fois : les eaux de la mer montèrent et nettoyèrent l’ile. Ensuite, afin de pouvoir installer plus confortablement la petite communauté de cénobites et pouvoir accueillir les visiteurs sur l’ile dépourvue d’eau potable, il fit jaillir une source en tapant une pierre par 3 fois avec son bâton. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 77aComme dit précédemment, il n’y a jamais de fumée sans feu. En 410, la Côte-d’Azur fut victime d’un violent séisme qui fit s’affaisser l’archipel, les eaux de la Méditerranée submergeant ainsi les sources proches du rivage, rendant difficile l’installation humaine (la source de la Boutte, débitant 200 litres d'eau douce par seconde, se trouve à quelques mètres sous le niveau de la mer actuellement). Sur l’ile, près de l'église abbatiale, se trouve encore le puits Saint-Honorat, résurgence qui ne tarit jamais.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 93

Depuis ce temps là, les armoiries de l’abbaye portent une crosse d’abbé flanquée de deux serpents enlaçant de leur queue deux branches de palmier (ou palme), même si au Ve siècle il n’y avait pas la queue d’un palmier à l’horizon. Le frère et la sœur, tous deux saints, sauroctones et horticulteurs hors pair, voilà bien des parèdres intéressants.

Gardons à l'esprit la zone sismique, l'ile du Diable qui s'affaissa, les serpents ou l'hydre de Lerne maitrisés, les parèdres, les 7 premiers cénobites, les 7 chapelles, les 3 coups du bâton de l'abbé, l'eau miraculeuse. 

La petite communauté cénobitique du départ devint l’un des centres spirituels les plus importants du monachisme occidental. En 427 on en parle comme d’un « immense monastère », et la règle d’Honorat, dite des Quatre Pères, fut la première écrite en Gaule. De nombreux moines affluèrent, surtout du nord de la Gaule.

 

 

 

 

Saint Honorat 2Honorat dut quitter son monastère pour aller prendre la charge d’évêque d’Arles vers 428. C’est là bas qu’il mourra, en 430. Après lui vint l’âge d’or de l’abbaye. Une succession de moines devenus saints y furent formés ou en devinrent abbés, comme saint Maxime, saint Fauste, saint Porcaire, saint Virgile, saint Chonon, saint Nazaire, saint Eucher évêque de Lyon, saint Vincent, saint Aygulf, saint Amand, saint Florent, saint Ardémius, saint Ebibode, saint Vosy, saint Polémius, saint Mayeul et saint Odilon de Cluny.

 

 

 

 

Patrick

Une légende raconte que saint Patrick lui-même vint à Lérins quelques années pour parfaire sa formation (il avait été esclave au service d’un druide pendant de nombreuses années avant de s’échapper).

 En rentrant en Irlande, il aurait prêché à Tara pendant l’assemblée générale des rois d’Irlande, devant Aengus, avant de débarrasser lui aussi l’ile de tous les serpents en les faisant périr dans l’eau. Copieur. Bref. Tout cela nous apprend que les anciennes religions, et surtout celle des druides, étaient très présentes dans les débuts du monachisme occidental. 

 

 

 

 

 

 

 

 

lindisfarneAu VIIe siècle, la règle bénédictine remplaça celle des Quatre Pères. C’est saint Aygulf, ancien moine de Saint-Benoit-sur-Loire, devenu abbé de Lérins en 671 qui la fit appliquer. Un moine anglais, saint Benoit Biscop, venu de l’abbaye de Lindisfarme, sur la côte nord-est de l’Angleterre, et dont le fondateur, Aidan, arrivait d’Iona, vint alors s’y perfectionner.

 

 

Jarrow 1Iona, ancien lieu sacré des druides, où fut abbé l’irlandais saint Columba. Benoit fonda à son retour dans les iles britanniques en 681 les deux monastères jumeaux de Jarrow où vivra Bède le Vénérable. Ils seront les deux premiers monastères anglais construits en pierre, avec des fenêtres en verre. Pour cela, il fit venir des compagnons et des maitres de France, où la technique était déjà utilisée.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 51En 732, les Sarrasins pillèrent l’abbaye et massacrèrent les moines, entamant une longue période de raids contre l’ile. Les moines revinrent au début du IXe siècle et au XIe, le monastère fut fortifié. A cette époque, Cannes, Le Cannet et Mougins en devinrent les fiefs et portèrent dans leurs armoiries la palme, emblème de l’abbaye. L’abbaye de Lérins, entrant dans le giron clunisien, reçut alors de grosses donations qui permettront la fondation d’une centaine de « filles » en Provence.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 59Au XIIe siècle, l’abbaye fut agrandie. Les pèlerins accoururent, sachant qu’en faisant sept fois le tour de l’ile pieds nus en s’arrêtant devant les 7 chapelles, ils obtiendraient les mêmes indulgences qu’en allant à Rome ou à Jérusalem : ils recevaient des mains de l'abbé une palme en signe d'indulgence plénière. Au XIVe, des soldats vinrent s’y installer afin de la protéger. Les reliques d’Honorat furent transférées d’Arles en 1391, et l’abbaye devint un lieu de pèlerinage très fréquenté.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 9Puis les Espagnols prirent l’ile, la fortifièrent, installèrent des batteries de canons sur les chapelles. Le système de commende dès 1464 accéléra ensuite la décadence de l’abbaye, qui fut fermée en 1788 sous ordre du roi. A la Révolution, les deux iles furent appelées Marat et Lepeletier, du nom de deux de ses « martyrs ».

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 11

L’abbaye fut vendue, rachetée en 1792 par Jean Alziary de Roquefort pour sa fille Marie-Blanche, dite Blanche Sainval, actrice de la Comédie-Française, qui la transforma en salons de réception. C’est en 1869 que des moines cisterciens de la congrégation de Sénanque revinrent sur l’ile. L’abbaye était en ruine. Elle sera reconstruite en 1878.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 81

A l’heure actuelle, l’abbaye, équipée d’un superbe alambic de 1948, produit des liqueurs comme la Lérina verte et jaune (me rappelle la Verveine, tiens…), et la liqueur de mandarine, mais aussi du marc et du Lérincello à base de citrons. De plus, 35 000 bouteilles de vin sont produites chaque année dans les deux principales cuvées de l’île : la cuvée « Saint Honorat » en rouge et la cuvée « Saint Pierre » en blanc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 82Mais il existe des cuvées prestige, comme la cuvée « Saint Sauveur » en rouge dont le millésime 2005 a été récompensé par la médaille d’or au concours des Syrah du monde, la cuvée « Saint Césaire » en blanc, et la cuvée « Saint Salonius », la plus récente, très prisée et très rare. Comme le disait Andrée Putman,  une personne extraordinaire ayant passé son enfance au sein de l’abbaye de Fontenay, « le luxe, ce n'est pas ce qui est cher, mais ce qui est rare ». Boire du Saint Salonius est un luxe.

Posté par madame_dulac à 09:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

L’abbaye Saint-Honorat

 

Le groupe cathédral

 

Abbaye Saint- Honorat plan c1 : Eglise Sainte-Marie

2 : Eglise Saint-Honorat

3 : Cloitre

4 : Salle du chapitre

5 : Refectoire

6 : Chapelle Saint-Porcaire

Situé sur l’emplacement du monastère primitif d’Honorat, l’ensemble monastique du XIe siècle, commencé sous l’abbatiat d’Aldebert I, comprenait deux églises reliées par une petite pièce à fonction funéraire dite « galerie des morts », l’église majeure Saint-Honorat (dédicacée en 1088) et plus au nord la petite église Sainte-Marie.

 

 

 

 

 

 

cloitre 1Le cloitre en parallélépipède, plus large côté est, reconstruit entre les XIIe et XIIIe siècles, porte encore des traces des murs du VIIe siècle. Il était situé au sud-ouest et donnait accès à la salle capitulaire voûtée d'ogives du XIIe siècle, au réfectoire et à la cuisine. Plus au sud, la chapelle Saint-Porcaire.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 12De l’église abbatiale romane il ne reste rien. Elle fut remplacée au XIXe siècle par celle que l’on peut voir de nos jours.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 48L’église Sainte-Marie, transformée en habitation, fut largement transformée. Elle comprenait une nef unique, avec abside semi-circulaire. De nombreux bâtiments furent rajoutés, qui servent aujourd’hui de magasin et de quartiers d’habitation, où l’on peut venir faire une retraite.

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 14

 

 

 

 

 

Le monastère fortifié

 

Abbaye Saint- Honorat plan bAprès l’abbatiat d’Aldebertt Ier, Aldebert II, abbé de Lérins entre 1088 et 1103, fit élever une tour fortifiée à la pointe sud de l’ile, près du monastère, afin de protéger les moines des attaques des sarrasins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat plan dLes sous-sols sont aménagés, cachant les réserves de nourriture, le moulin à huile et le four à pain. Le premier étage comprend  les salles communes, dortoirs et salles de travail. Le deuxième étage est réservé à la prière. Sa construction se termina vers la fin du XIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 29La fin du XIIIe siècle et le début du XIVe voient l’adjonction vers l’est d’une grande tour carrée aux murs très épais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 37

Dans son sous-sol est creusée une citerne, accessible par un puits. Les reliques de saint Honorat furent placées en 1392 au deuxième étage, dans la chapelle Sainte-Croix, qui devient le saint des saints de l’abbaye.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 28

Un premier cloitre voit le jour en 1459 dans le nouveau bâtiment, appelé « cloitre du travail ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 39

Le deuxième, le « cloitre de la prière », est construit au-dessus vers 1477.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 55Aux XIVe et XVe siècles, un autre bâtiment est construit ou sud-ouest pour palier au manque de la place prise par les cloitres.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 58

L’intérieur de la forteresse est réaménagé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 47A la fin du XVe siècle, la garnison militaire s’installe dans les étages supérieurs et sur les terrasses de guet et de défense. Le monastère fortifié, comprenant alors 90 pièces, dont 30 cellules, une église, et trois chapelles, fut utilisé jusqu’à sa fermeture en 1788.

 Abbaye Saint- Honorat Lérins 43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 26On arrive au monastère par un escalier en pierre assez récent menant à une porte située à 4m du sol. Les moines y accédaient à l’époque par une échelle. On entre directement dans un cellier, voûté en berceau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 62

 

Le premier étage, le cloitre du travail, dont la plupart des colonnes proviennent de monuments romains (comme une borne militaire), possède des arcades ogivales datant du XIVe siècle. Il fut remanié et restauré au XVIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 46

Le cloitre de la prière, au deuxième étage, est soutenu par 12 colonnes octogonales en marbre blanc, offertes par la ville de Gênes qui voulut se racheter de l’attaque du monastère en 1400.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 42De là on accède à la chapelle Sainte-Croix, dont la porte possède un linteau très bas, comme dans les églises romanes primitives, ce qui obligeait le visiteur à s’incliner, à se replier sur lui-même dans une attitude de soumission. La porte de sortie, plus haute, lui permettait d’en ressortir debout, après avoir été en contact avec les reliques et reçu la grâce divine. 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 56Un escalier amène au troisième étage et aux plateformes entourées de créneaux et de mâchicoulis. 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 54Viollet-le-Duc rénova l’édifice et rajouta le clocheton.

 

 

 

 

 

 

 

Le pèlerinage

Abbaye Saint-Honorat Lérins plan a

1 : Abbaye

2 : Monastère fortifié

3 : Chapelle de la Trinité

4 : Chapelle Saint-Cyprien

5 : Chapelle Saint-Michel

6 : Maison Saint-Salvien

7 : Chapelle Saint-Sauveur

8 : Chapelle Saint-Caprais

9 : Chapelle Saint-Pierre

10: Chapelle Saint-Porcaire

Les pèlerins devaient visiter sept chapelles en faisant le tour de l’ile pieds nus afin de recevoir des indulgences. L’ile, Lêron, étant lié au masculin, le tour devrait se faire de façon dextrogyre en partant du point le plus saint, l’abbaye. Le pèlerinage débutait probablement alors à Saint-Porcaire. Mais j'ai comme un doute. Il me semble, contrairement à tout ce qui a été dit, que Saint-Honorat et son abbaye est de nature féminine, alors que Sainte-Marguerite et son fort de guerre est masculine. Dans ce cas, Lêron se trouve sur la plus grande ile, Lêriné sur la plus petite, et le pèlerinage sera sinistrogyre, commençant par la chapelle de la Trinité.

La chapelle Saint-Porcaire

 

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Porcaire 1aSituée à l’intérieur de l’enceinte de l’abbaye, elle ne se visite pas. Elle fut construite au VIIe siècle.

 

 

 

 

La chapelle Saint-Pierre

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 3La chapelle Saint-Pierre, reconstruite en 1497, détruite en partie par les espagnols en 1636, fut restaurée en 1963. Les fouilles ont permis de découvrir un grand nombre de sépultures datant du Moyen-âge.

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 5Elle est utilisée pour des expos. 

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Caprais

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Caprais 3a

Cette petite chapelle, située à la  pointe ouest de l’ile, fut construite durant la période carolingienne, entre le VIIIe et le Xe siècle. Elle fut dédicacée au mentor d’Honorat, mort le 1er juin 430.

 

 

 

La Chapelle Saint-Sauveur

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur plan 1b

Première chapelle de la façade nord de l’ile. Les fouilles ont permis de remonter le temps, puisque les restes d’un premier édifice ont été datés du Ve siècle. Il s’agissait d’un petit oratoire, utilisé probablement par les premiers cénobites de l’ile. Ses dimensions sont modestes, mais intéressantes : environ 7m de longueur, 3,5m de largeur, l’abside semi-circulaire à l’intérieur faisant 2m. Au sud, un bâtiment mitoyen comportait plusieurs cellules.

Vers la fin du Ve siècle et du début du VIe, la nef fut agrandie vers l’ouest, une banquette intégrée aux murs indiquant que le lieu devait servir de funérarium avec des réunions commémoratives. Les cénobites ayant réintégré le monastère principal, les cellules furent arasées, laissant place à une seule pièce, une « cella memoria » organisée autour d’une tombe monumentale recouverte de quatre couvercles successifs.  Le squelette retrouvé, tenant un chapelet entre ses mains,  est celui d’un jeune homme, peut-être être un compagnon d’Honorat.

Vinrent les incursions sarrasines du VIIIe siècle, provoquant l’abandon du site par les moines et son occupation profane. C’est à ce moment là que se situe l’épisode du massacre de Porcaire. Avec le retour des moines, une nouvelle chapelle carolingienne dédiée au Christ fut construite au début du IXe siècle.

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Sauveur 1aElle fut remplacée au XIe siècle par l’édifice que l’on peut voir actuellement, construite sur un plan octogonal de 8m de diamètre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur 5aSix des côtés sont prolongés par des niches semi-circulaires, celui de l’est par une abside.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur plan 3a

La voûte, plus récente, date du XIIe. 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Michel

 

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Michel 1

De cette chapelle, située en face de l’ile Sainte-Marguerite, il ne reste que des ruines. L’archange Michel, parèdre chrétien de la Grande Déesse, comme Lêron, parèdre de Lérinê.

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Cyprien et Sainte-Justine

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Cyprien

Située au milieu du vignoble, elle ne se visite pas. De là, on peut voir

 

 

 

 

 

 

La chapelle de la Trinité

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 2

Située à la pointe est de l'île, dernière chapelle du pèlerinage, elle possède un chevet construit à une époque plus récente que la nef, composé d’une abside flanquée de deux absidioles, le tout surmonté d’une coupole.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 6

Sur sa façade principale se trouvaient trois croix en briques intégrées au mur : il n’en reste que deux, la troisième ayant disparu lors d’une restauration malencontreuse.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 15Certaines des pierres de construction proviennent de monuments antiques : on peut les remarquer aux angles de l’édifice. Les archéologues pensent qu’elle pourrait être antérieure au XIIe siècle voire au XIe, durant la période carolingienne, contemporaine de la troisième phase de la chapelle Saint-Sauveur.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 10

Comme à Saint-Sauveur d’ailleurs, des bâtiments adjacents furent retrouvés, probablement utilisés pour des rites funéraires. Durant le XVIIe siècle, la chapelle fut utilisée par les militaires espagnols qui l’aménagèrent en bastion.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 3

http://www.editionsdelarenaudie.fr/pages/journalN105-10nov2013.htm

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/abbaye-de-lerins/la-fondation-de-lerins

http://www.cannes-destination.fr/cannes-maritime/ile-saint-honorat

https://fr.wikipedia.org/wiki/Honorat_d'Arles

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

Posté par madame_dulac à 09:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 mai 2016

Stage d'arcitecture sacrée au Puy

Le Puy 4

Posté par madame_dulac à 17:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


27 avril 2016

Les sauroctones et les céphalophores

 

Nous avons déjà rencontré, au gré de nos visites dans la symbolique romane, des hommes particuliers, aux drôles de noms : les sauroctones et les céphalophores. 

 

Les sauroctones

 

Dinosaure 3aLe nom vient des mots grecs « saûros »,  le lézard, et « ktonos », le tueur. Les sauroctones sont donc ceux qui tuent un lézard. Le mot « saûros  » va se retrouver dans saurien (sous-ordre des reptiles), ou dans dinosaure,  dont les squelettes, d’après certains, sont à l’origine des légendes des dragons.

 

 

 

 

 

Dragon 3aUn proto-récit d’origine asiatique fut retrouvé par des chercheurs, datant au moins du début du Paléolithique supérieur, c'est-à-dire vers – 30 000 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Michel 1Les sauroctones sont nombreux. Nous allons les retrouver en majorité christianisés, à proximité d’un point d’eau, près d’une ville en expansion, combattant les menaces naturelles ou surnaturelles mettant en danger la population et/ou la religion.

 

Sauroctones Siegfried 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones sainte Marthe 1Les plus connus des sauroctones chrétiens se nomment saint Michel chez les archanges, saint Georges chez les hommes et sainte Marguerite ou sainte Marthe chez les femmes. 

 Sauroctones sainte Marguerite 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones Persée 1Mais avant eux Apollon tua Python, Persée délivra Andromède, fille de Cassiopée, d’un monstre marin et Héraclès délivra de la même manière Hésione, sœur de Priam, roi de Troie, avant de tuer l’Hydre de Lerne.

 Sauroctones Hercule et l'hydre 2

 

 

 

 

 

Sauroctones Krishna et KaliyaKrishna vainquit le roi des serpents célestes Kaliya, le roi gallois LLudd aidé de son frère Llefelys enferma les dragons rouge et blanc dans un puits, Siegfried transperça Fáfnir gardien du trésor et mangea son cœur.

 Sauroctones Siegfried et Fafnir

 

 

 

 

 

 

 

 

Apophis 2Rê sur sa barque solaire envoie Seth, Isis et Bastet tuer Apophis, personnification du chaos voulant mettre fin à la création.

 

Sauroctones Horus

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Clément 1Nos gros lézards représentant les forces brutes de la nature se transformèrent en dragons puissants, terrassés et non pas tués par des héros solaires. Le dragon sera abondamment décrit dans les récits du Moyen-âge, qu’ils soient hagiographiques ou romanesques.

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Georges 1Reprenant les anciennes traditions païennes, le chevalier partira en quête, et notre héros christianisé deviendra le saint ou la sainte imposant sa volonté aux sauriens. La symbolique primitive se retrouva enfouie, mais resta présente.

 

Sauroctones st Georges 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones 6

 

 

Le serpent ainsi que le dragon devinrent l’allégorie du paganisme ou la représentation du mal que la vraie religion allait vaincre. Mais sous jacent reste la puissance du symbole duel, celui de la lutte du bien contre le mal, de la lumière du dieu solaire contre les ténèbres du chaos, de l'esprit contre la matière.

 

 

 

Sauroctones 5

 

 

Il faudra apprendre à maitriser cette force brutale afin de pouvoir accéder à la dimension spirituelle. Le saurien, le serpent issu de l'inconscient, symbolisera alors l'agent des transformations qui doivent s’opérer, qui fait mourir à l’état de vieil homme et renaître à l'homme nouveau. Il sera le gardien du trésor que l’on porte en nous-mêmes.

 

 

 

 

 

 

serpent créateur

Plus loin que la simple dualité, on retrouvera le serpent primitif dans les cosmogénèses diverses et variées, depuis l’aube des civilisations, maitre du principe vital des origines, maitre des énergies et des forces de la nature. Il est ce qui anime, ce qui maintient.

 

 

 

 

 

 

 

ouroboros

Il crée le temps en plus de la vie, dans sa représentation de l’ouroboros. Les chaldéens n’avaient qu’un seul mot pour dire serpent et vie. Il sera dieu créateur aux origines comme Atoum chez les Egyptiens, représentant de l’incarnation de l’esprit dans la matière, maitrisant la vie, mais aussi la mort.

 

 

 

 

 

 

 

SerpentDe part sa capacité à changer de peau, il sera symbole d’immortalité et de renaissance, comme Quetzalcóatl le serpent à plumes chez les Aztèques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AkhenatonIl deviendra protecteur sous la forme de l’uraeus au front des pharaons, guérisseur s’enroulant sur le bâton d’Asclépios. Chez les indiens, lové au niveau du premier chakra, il attendra d’être éveillé pour conduire à l’état de Samadhi, état d’expansion illimitée de la conscience.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dragon 4bIl sera initiateur en portant les symboles des 4 éléments : la terre (la grotte où il demeure), le feu (le dragon le crache), l’air lorsque les ailes lui poussent (dragons ailés) et l’eau (vouivre). Il sera alors symbole des sciences, de la connaissance et de la sagesse, maître des mystères de la mort et de la renaissance. Le futur initié devra passer par ces 4 épreuves.

 

 

 

 

Dragon 5bLe dragon, mot issu de l’indo-européen « dak », briller, qui donna le grec ancien « drakôn », du verbe « derkomai », regarder, fixer d’un regard perçant, voir clair, qui lui-même donna le latin « draco »,  sera aussi la représentation des forces telluriques qui s'expriment dans un lieu à travers une rivière, une caverne ou une montagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones Persee et AndromedeSouvent dans les récits hagiographiques le dragon habite près de l’eau, dévore les jeunes gens (souvent des jeunes filles vierges d’ailleurs, ce qui laisse à penser que les mythes liés au matriarcat détrôné par les mâles ne sont pas loin), se réfugie dans une grotte, se soumet grâce à un voile, une corde ou une ceinture. Il n’est pas tué mais maitrisé ou renvoyé dans son monde d’où il ne pourra plus revenir. Les forces telluriques devront s’équilibrer avec les forces cosmiques

 

 

 

 

 

La maîtrise des énergies du dragon est une première étape dans le cheminement initiatique. L’étape suivante sera celle de « la tête coupée ».

 

Les céphalophores

 

Céphalophores saint Denis 2Le nom vient des mots grecs « képhalê », la tête, et « phorein », le verbe porter.  Les céphalophores sont donc ceux qui portent leur tête coupée. Le plus connu d’entre eux chez les chrétiens se nomme saint Denis, chez les musulmans ce sera Qassim ibn Abbas, cousin du prophète. Jolie légende, ça change un peu (au moins de noms) :

 

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 4«  Il existait, dans la province de Sogdiane, une vieille ruelle qui montait sur la colline sacrée jusqu’aux portes de l’antique ville d’Afrosyab, autrement dit Samarcande. L’endroit, habité depuis les premières époques de l’humanité, avait connu les idées du Mazdéisme, puis de Zoroastre, de Bouddha, de Mani.

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 5C’est ici, en l’an 676, que vint s’installer Qassim le missionnaire, cousin du prophète Mahomet. Il voulut faire connaitre la nouvelle religion, ce qui ne fut pas du goût de tout le monde. Un jour qu’il était en prière dans la ruelle, un mécréant lui coupa la tête. Qassim s’empara alors de son chef, puis descendit dans un puits qui le mena droit au paradis. Depuis, Qassim, aidé de deux assesseurs siégeant à ses côtés pour l’assister dans ses fonctions, préside la cour des âmes. »

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 2Cette belle légende reprend le mythe zoroastrien du juge des Enfers. Au quatrième jour de la mort, sur le pont Činvat qui relie le Ciel et la Terre, Ahura Mazdâ pèse l’âme avec ses bonnes et mauvaises actions. Il est aidé par le vertueux Rashn et le bienheureux Srôsh. Anubis, Mikael et les autres, si vous nous lisez…

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 1Il fallut attendre le XIe siècle pour qu’un mausolée soit construit, à la place des anciennes murailles de la ville, là où Qassim fut tué. La nécropole Shah-i-Zinda, c'est-à-dire du Roi Vivant, devint le principal lieu saint de la ville, et au XIVe siècle il fallut réaménager le site. Le tombeau de Tamerlan le Conquérant y fut construit, ainsi que ceux de nombre de ses femmes. Plusieurs mosquées s’y ajoutèrent. Au XVIIIe siècle, un escalier de 40 marches fut aménagé, menant sur le haut de la ruelle puis sur le plateau.

 

Céphalophores saints Ache et Acheul 1Mais nous avons bien avant Qassim et dans toutes les traditions la même symbolique. Je vous renvoie pour un cas précis à la légende de sainte Spérie.  Nous avons dans ces légendes des symboles récurrents : le lieu sacré, l’eau, le sang, le passage, la caverne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Céphalophores saint Denis 1Les céphalophores portent leur tête, le plus souvent au niveau du cœur. Que représente cette tête ? C’est avant tout le principe actif. C’est l’esprit agissant, l’activité, la volonté, la force vitale. Chevalier et Gheerbrant nous parlent de l’autorité de gouverner, d’ordonner, d’éclairer. Ils disent que la tête symbolise l’esprit manifesté, par rapport au corps qui est une manifestation de la matière.

 

 

 

 

Céphalophores saint DLivien 1Par sa forme sphérique, elle est comparable à un univers. Tout cela converge vers le symbolisme de la perfection, de la divinité. La porter signifie la maitrise de ces principes. Mais avant tout, la tête, c’est le siège du mental. La couper et la porter au niveau du cœur, c’est abandonner les barrières mentales qui empêchent l’avancée et c’est prévaloir le cœur sur la voie de l’initiation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Céphalophores Alice 1Au final, toutes ces légendes nous renvoient aux anciens mystères initiatiques, de tout temps perpétrés en secret. Et quoi de plus malin que de les cacher dans des contes à dormir debout ? « Qu’on lui coupe la tête ! » dit la reine rouge de Lewis Carroll, la reine de cœur du pays des merveilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

thuret 1Il le faudra bien si nous voulons passer de l’autre côté du miroir, faisant ainsi notre retournement, comme nous le propose l’initié de la porte de l’église de Thuret.

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones prince Philippe

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00360165/file/Volume1_francais_.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dragon_europ%C3%A9en

http://www.insolitepaysflechois.org/Croyances_files/Sauroctones.pdf

http://www.tao-yin.com/astrologie/dragon_Occident.html

http://www.mythofrancaise.asso.fr/mythes/themes/saurocto.htm

http://laplumefeerique.over-blog.com/pages/Le_Mythe_du_Dragon-6344533.html

http://racines.traditions.free.fr/dragon/

Posté par madame_dulac à 20:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 avril 2016

La butte Saint-Cassien et sa chapelle

Cannes chapelle Saint-Cassien 23La Siagne, petit fleuve côtier issu de sources vauclusiennes, va se jeter dans la Méditerranée en ayant formé auparavant une vaste plaine alluviale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 4Dominant cette plaine, une petite butte en partie artificielle s’élève, parsemée de chênes et de cyprès centenaires. Autrefois baignée de silence, elle s’est accoutumée des passages répétés des petits avions de l'aéroport d’affaires de Cannes-Mandelieu qui la distraient de sa solitude. Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arluc 2Les hommes ont occupé le site depuis le Néolithique. Les archéologues ont retrouvé des témoins de l’Âge du Bronze, des céramiques de l’Âge du Fer, du Ve siècle avant notre ère. Aux pieds de la colline et au bord de l’ancien lit de la Siagne, devenu le canal du Béal, s’étendait une petite agglomération, qui fut occupée par les Ligures puis les Celtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 11Les Grecs vinrent ensuite s’y installer. Ils construisirent à son sommet, vraisemblablement sur l’emplacement d’un ancien sanctuaire, un temple dédié à Aphrodite.

 

 

 

 

 

Arluc Plan 1Après eux les Romains édifièrent une enceinte fortifiée qui protégeait le site des attaques venant de la plaine et permettait de surveiller la via Julia Augusta, petite partie de la via  Aurélia qui reliait  Rome à Arles. Les ruines d'une grande tourelle d'angle laissent imaginer la présence de l’ancienne forteresse, située à l'angle sud-ouest de la butte, et dont les murs avaient plus de 2m d'épaisseur.

 

 

 

 

 

 

Arluc plan 4a

Une importante nécropole d'époque romaine avec une quarantaine de sépultures datant du Ier siècle au IVe siècle fut retrouvée. Vénus succéda à Aphrodite sur le site qu’ils appelèrent Ara Luci, l’autel du bosquet sacré, qui donna Arluc plus tard.

 

 

 

 

 

Arluc 1Minerve l’accompagna, une statuette à son effigie fut trouvée sur le site. Puis arrivèrent les bons moines des iles de Lérins. D’après la tradition, ce fut Nazaire, abbé de Saint-Honorat devenu saint, qui fonda un monastère dédié à saint Étienne à la place du temple païen. Est-ce par respect pour les anciennes croyances qu’il y mit des sœurs ?

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 5Quoi qu’il en soit, un village se développa vers l’an 616 autour de ce premier couvent de femmes. Les échanges commerciaux se développèrent grâce au port : des céramiques sigillées produites en Afrique du Nord, dans l'actuelle Tunisie, et dans la région de Phocée en Turquie furent retrouvées sur la butte. Arluc prospéra.

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 7Aux VIIIe et Xe siècles, le village et les édifices religieux furent détruits par les Sarrasins de la Garde-Freinet. Ils furent reconstruits. Puis la rade s’ensabla, déplaçant le littoral de plus d’un kilomètre. Au XIIIe siècle, le castrum du Suquet et le village de Cannes prirent alors la place d’Arluc, qui disparut progressivement. Il ne resta plus qu’une petite chapelle au sommet de la butte.

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 12Détruite au XIVe siècle, à nouveau incendiée durant la guerre de Succession d'Autriche, elle fut reconstruite en 1653 par la confrérie de Saint-Cassien. Mais la chapelle, mal conçue, s’effondra.

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 9Elle fut à nouveau bâtie avec un porche typiquement provençal, et les travaux se terminèrent en 1675. Elle devint un lieu de pèlerinage, un romérage en provençal. Mise aux enchères publiques pendant la Révolution, elle fut rachetée par des cannois.

 

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 17En novembre 1942, les troupes allemandes y entreposèrent des munitions. Le stock explosa en 1944, ce qui endommagea la chapelle.

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 20Saint-Cassien, acquise par la ville en 1970 mais en ruine, fut restaurée par le comité de sauvegarde créé en 1969. Depuis, chaque 23 juillet, Cassien, saint patron de Cannes, y est fêté.

 Cannes Chapelle Saint-Cassien 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 2A l’entrée du chemin menant au sanctuaire, un petit oratoire contenant la statue de  saint Cassien vous accueille. Et si vous cherchez bien, la triple enceinte vous indiquera que le sanctuaire fut bien protégé.

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cannes Chapelle Saint-Cassien bLe 1er juillet 2009, une relique de Cassien, donnée par l’abbaye Saint-Victor de Marseille où il fut abbé, fut insérée dans le reliquaire de la chapelle.

 Cannes Chapelle Saint-Cassien a

 

 

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 8Dans la nuit du 25 au 26 juillet, un chêne majestueux de plus de 400 ans tomba et se brisa en trois morceaux sans qu'il y ait eu un quelconque effet météorologique. La Déesse-Mère des origines n’aurait-elle pas apprécié le nouveau venu ?

 

 

 

 

 

Cannes chapelle Saint-Cassien 14

http://www.academia.edu/4016344/De_r%C3%A9centes_d%C3%A9couvertes_dans_la_plaine_de_la_Siagne_le_diagnostic_des_parcelles_Nord-Est_de_la%C3%A9roport_de_Cannes-Mandelieu

http://www.ot-mandelieu.fr/preparez-sejours-mandelieu/documents/MLN_Notre_Histoire.pdf

http://stcassien.cannes.free.fr/Stcassien/buttestcassien.html

 

Posté par madame_dulac à 16:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 avril 2016

Lisbonne, historique

 

Lisbonne 12Lisbonne, la ville aux sept collines située à l’embouchure du Tage (Taghi, bonne pêche en phénicien), ne peut pas laisser indifférent. Ses habitants, les lisboètes, sont d’une gentillesse à toute épreuve, ses différents quartiers regorgent de pures merveilles architecturales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 1Les lisboètes, qui sont aussi des poètes, ont surnommé l’estuaire Mar da Palha, la mer de paille, parce que le soir les reflets du soleil couchant teintent la ville d’un jaune doré presque irréel.

 Lisbonne 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 3Et que dire des spécialités culinaires à tomber par terre… mais il ne faut pas se laisser embarquer dans le trip touriste. Vous pouvez aussi trouver de la morue dégueulasse, et c’est rien de le dire.

 

Lisbonne 15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 4Les alentours de Lisbonne furent occupés dès le néolithique par les pré-Ibères, comme en attestent quelques mégalithes encore présents dans les environs de la ville. Déjà que personne ne sait d’où viennent les Ibères, alors les pré-Ibères…

 

 

Lisbonne 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 10Quoi qu’il en soit, ces gens virent arriver vers – 1 200 avant notre ère des Phéniciens, qui créèrent un comptoir appelé Olissipo, la baie agréable, mais il est possible que les premiers installés soient des Tartessiens. Des relations

 

 

 

Lisbonne 6

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 25Les Romains s’installèrent ensuite et rebaptisèrent la ville Felicitas Julia, puis les wisigoths arrivèrent et la nommèrent  Ulishbona. Les Maures ayant envahi la péninsule ibérique s’installèrent en 719 à Al-Isbunah. Ils en furent délogés en 1147 lors de la reconquista par Alphonse Ier, roi du Portugal.

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 7La ville promue capitale du royaume prospéra et devint un centre économique, universitaire et politique important durant le Moyen-âge, puis un grand port au XVIe siècle d’où partirent des expéditions maritimes vers l’Amérique du sud et les Indes.  Lisbonne devint alors le principal centre du commerce européen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 21Le 26 janvier 1531, Lisbonne subit un premier séisme qui fit des milliers de victimes, puis le 1er novembre 1755, elle fut presque entièrement détruite par un tremblement de terre (9 sur l’échelle de Richter) suivi d'un raz-de-marée.

 Lisbonne 22

 

 

 

 

 

Lisbonne 26Elle sera reconstruite par le marquis de Pombal qui détruisit ce qui avait résisté au séisme et fit un plan urbain en quadrillage selon les principes d’urbanisme de l’époque.

 

 

 

Lisbonne 18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne 31La période moderne eut son lot de dictatures, de révolutions et de massacres en tout genre, comme partout ailleurs. Lisbonne commença vraiment à reprendre sa place à partir de la Révolution des Œillets en 1974, et fut choisie pour l’exposition universelle de 1998.

Lisbonne 32

 

 

 

 

 

Lisbonne 20

Posté par madame_dulac à 18:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jerónimos)



Historique

Lisbonne Hiéronymites 30aPrès de Lisbonne, sur la rive du fleuve Tage, se trouvait un petit port appelé Restelo. Il s’agrandit au XVe siècle sous l’impulsion des grands voyages portugais, du commerce maritime et de la construction navale.

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 39aPour répondre à ce développement, Henri le Navigateur, prince du Portugal, membre de l’Ordre de la Jarretière et grand maitre de l’Ordre du Christ, ordonna en 1452 la construction de la chapelle de Santa-Maria de Belém sur l’emplacement d’un ancien ermitage, afin que les marins, très pieux et superstitieux, puissent trouver du réconfort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 45aL’Ordre du Christ, aujourd’hui simple ordre honorifique officiel de la république portugaise, fut l’héritier de l’Ordre des Templiers au Portugal. Fondé en 1319, la « Christi Militia », dépositaire de tous les biens du Temple, fut à l’origine des grandes découvertes maritimes du pays. Vasco de Gama en fit partie, et les voiles de ses bateaux en portaient la croix évidée. Le déclin spirituel de l’Ordre commença vers la fin du XVe siècle sous la maitrise de Manuel Ier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 25C’est en 1496 que ce roi décida de la construction d’un monastère à la mémoire d’Henri. Il le confia aux moines de l’Ordre de Saint-Jérôme, ou Hiéronymites. Cet ordre religieux contemplatif suivant la règle de saint Augustin, approuvé en 1373 par le pape, installé dans la péninsule ibérique, avait pour vocation d'entretenir le culte funéraire de la dynastie royale de Castille. Par décision politique, Manuel Ier les accueillit au Portugal.  

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 1Financé en grande partie par les impôts directs perçus sur les épices ramenés d’Inde, sa construction démarra en 1502 à Restelo.  Il fut bâti sur l’emplacement de la chapelle de Santa-Maria de Belém, dans laquelle, selon la tradition, Vasco de Gama se recueillit avant de partir pour les Indes.

 

 

 

 

 

Lisbonne_Hi_ronymites_2Les travaux durèrent une centaine d’années, et les architectes Diogo Boytac, João Castilho, Nicolas Chantereine, Diogo Torralva et enfin Jérôme de Rouen se succédèrent. Les Hiéronymites l’occupèrent jusqu’en 1834

 

 

 

 

 



Lisbonne_Hi_ronymites_32Épargné par le séisme de 1755 mais endommagé par les troupes anglaises de Wellington venues combattre les troupes napoléoniennes au début du XIXe siècle, ce monastère typiquement manuélin intègre des éléments architecturaux de la fin du gothique, de la Renaissance et du Classicisme, associant un symbolisme royal, christologique et naturaliste abordant souvent le thème de la mer. Il conserve encore la plupart de ses structures, comme le cloître du XVIe siècle, l’ancien réfectoire des moines et la bibliothèque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 19Les moines partirent en 1834 lors de la dissolution des ordres religieux. Classé au patrimoine mondial en 1907, le monastère fut remis à une institution s’occupant d’orphelins et de défavorisés jusqu’en 1940. L’église Santa-Maria maintint ses services religieux au monastère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 4Les deux ailes construites au XIXe siècle dans un style néo-manuélin abritent actuellement le musée de la Marine et le musée national d’archéologie.  

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 29Le 13 décembre 2007, les chefs d’état de l'Union Européenne s'y réunirent pour signer le traité constitutionnel de Lisbonne. Je ne fais pas de politique, mais je pense que ce jour là, le peuple de France, après avoir rejeté majoritairement l’idée par référendum et après qu’elle lui fut imposée par voie parlementaire, fut trompé et bafoué.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Description

Lisbonne Hiéronymites plan 1aLe monastère se compose d'une église, d'un cloître et des bâtiments monastiques. Les ailes plus récentes ne sont pas représentées sur le plan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L’église Santa-Maria

Lisbonne Hiéronymites 7Le portail sud, donnant sur l’esplanade, est celui que nous apercevons en premier même s’il n’est pas le portail principal, juste une entrée latérale. Mesurant  32 mètres de haut et plus de 12 de large, il fut conçu par Diogo Boytac et terminé par João Castilho en 1518. Sur le trumeau se tient la statue d’Henri le Navigateur. Le tympan, surmonté par la statue de la Vierge, représente la vie de saint Jérôme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 6A son sommet, dominant la statue de saint Michel, la croix de l’Ordre du Christ. En bas la Dame, en haut Mickaël. Normal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 5Le portail ouest, œuvre de Nicolas Chantereine, est le portail principal de l’église. Il fut abrité par un porche au XIXe siècle, ce qui le plonge dans une semi obscurité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 35aSa partie supérieure est occupée par trois niches dans lesquelles sont représentées la naissance du Christ, l'Annonciation, la Nativité et l'Adoration des Mages. Sur les côtés se trouvent les statues de Manuel Ier et de sa seconde épouse Marie d'Aragon.


 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 16L'église, de plan en croix latine, possède trois nefs de la même hauteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 8La voûte du toit, très travaillée, est soutenue par six piliers.

 

 

Lisbonne Hiéronymites 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 14Le chœur initial fut démoli et remplacé en 1571.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 26Le tombeau de Vasco de Gama, sculpté d’emblèmes marins, se trouve à gauche juste après l’entrée.

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 15Le presbytère, chapelle construite en 1571, contient celui du roi Manuel Ier, reposant sur des éléphants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 33Le haut-chœur était utilisé par les moines pour les offices. Sur la balustrade, effondrée lors du tremblement de terre et reconstruite en 1883, se dresse un Christ en croix sculpté en 1551 par l’artiste Philippe de Vries.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 34aLa sacristie, œuvre de l'architecte João de Castilho , fut construite entre 1517 et 1520. Elle est recouverte de voûtes à lierneset tiercerons.

 

 

 

 

 



Le cloitre

Lisbonne Hiéronymites 10On y accède par la sacristie. Le plan de forme carrée de 55m de côté est coupé aux angles, ce qui compose un octogone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 12Deux étages seront conçus en 1502 par Diogo Boytac, adaptés par João de Castilho en 1517 et terminés par Diogo de Torralva en 1541.

 

Lisbonne Hiéronymites 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 28On accède au deuxième étage par un escalier impressionnant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 37aLa salle capitulaire ne fut achevée qu’en 1886 et ne fut jamais utilisée.

Lisbonne Hiéronymites 38a

 

 

 

 

 



Lisbonne Hiéronymites 23De style manuélin, le cloitre est un exemple frappant de l’utilisation conjointe des styles Gothique finissant et Renaissance.

 

Lisbonne Hiéronymites 20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 13Il se caractérise par des pierres finement sculptées de motifs inspirés par des thèmes nautiques tels que chaînes, câbles, sphères et ancres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Lisbonne Hiéronymites 21Les sculptures sont aussi inspirées de symboles religieux, comme des éléments de la Passion du Christ, mais aussi des symboles représentant la royauté, le tout agrémenté d’un bestiaire fantastique.

Lisbonne Hiéronymites 27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisbonne Hiéronymites 31

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_des_Hi%C3%A9ronymites

http://www.linternaute.com/voyage/portugal/lisbonne/monument/monastere-des-hieronymites/

http://www.cityzeum.com/mosterio-dos-jeronimos



Posté par madame_dulac à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mars 2016

Les fontaines de l’Alfama

Alfama 4Village dans la ville, l’Alfama est le quartier de Lisbonne ayant le moins souffert du  séisme de 1755. Bâti sur l’une des sept collines de la ville dominée par l’antique château Saint-Georges, surplombant le Tage, il conserve le cœur des vrais lisboètes avec ses bars à Fado, ses ruelles labyrinthiques et ses escaliers sans pitié pour les mollets.

 

 

 

 

 

Alfama 1Son nom vient de l’arabe « al hamma », qui veut dire « les sources thermales ». En effet, la colline est traversée par une faille géologique empruntée par les eaux minérales souterraines qui jaillissaient en plusieurs endroits. Ces eaux  furent utilisées à des fins thérapeutiques au début de l’histoire de Lisbonne et les romains édifièrent même des thermes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alfama 3Plusieurs sources dont la température s’échelonnait entre 20° et 32° contenaient du sulfate de calcium, du sulfate de magnésium, des chlorures, du bicarbonate. Elles étaient données pour soigner les maladies de peau, les rhumatismes, les problèmes digestifs, les allergies, les maladies respiratoires et gynécologiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alfama 2Ces différentes sources furent canalisées et utilisées pour alimenter des fontaines, appelées chafarizes. A l’époque moderne, l’eau fut envoyée dans le réseau d’approvisionnement public et servit à remplir des citernes.  En 1868, la Société des Eaux de Lisbonne prit possession des sources. Beaucoup de chafarizes furent scellées, les réservoirs détruits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chafariz das ratas 1La source des Rats par exemple fut fermée en 1880 et oubliée. Après des travaux sur un mur, elle fut redécouverte, et dans les années 60, malgré le débit de 360 litres par heure, on pouvait voir une longue file d’attente pour remplir des bouteilles de son eau curative.

 

 

 

 

 

 

Chafariz das ratas 2En  1963, la Société des Eaux de Lisbonne décréta (sans preuves) que les eaux étaient impropres à la consommation et sans tenir compte de la révolte des habitants, ferma définitivement la fontaine. Ah, ces monopoles et ces intérêts économiques…  Finalement, il ne resta plus qu’à la ville de classer ces fontaines taries monuments historiques.

 

 

 

 

 

Chafariz de Dentro

 

Chafariz de Dentro 6Les premiers documents parlant de cette fontaine datent de 1280, mais elle fut utilisée bien avant et certainement par les romains. Elle se nommait à l’époque « fontaine des Chevaux » parce que l’eau jaillissait de la bouche chevaux de bronze qui ornaient la façade.

 

 

 

 

Chafariz de Dentro 2L’eau sortait à 25° et contenait du calcium et du bicarbonate. Au XIVe siècle, Lisbonne fut entourée de nouvelles murailles, la cerca Fernandina.

 

 

 

 

 

 

 

Chafariz de Dentro 5aLa fontaine se retrouva dans les murs et prit le nom original de « fontaine de l’Intérieur (Dentro) ». Deux portes y conduisaient, celle dite d’occident et celle des lavandières.

 

 

 

 

 

 

Chafariz de Dentro 1Vers 1494, une canalisation emmenait ses eaux vers la nouvelle « fontaine de la Plage », ou « fontaine de l’Extérieur », servant à approvisionner en potable les navires du port.

 

 

 

 

 

 

Chafariz de Dentro 3Elle fut reconstruite en 1622, comme le prouve l’inscription sur sa façade.  La fontaine de la Plage, réaménagée en 1836, fut définitivement démolie en 1940.

 

 

 

 

 

 

 

Chafariz de Dentro 4En 1726, un document indique que ses eaux médicinales étaient réputées pour les problèmes de vue. La fontaine fut gravement endommagée par le séisme de 1755. Elle fut restaurée en 1872. En 1970, au cours des sondages géologiques en prévision des travaux du métro, fut découvert sous la fontaine ; à une profondeur de 25m, une nappe aquifère artésienne.

 

 

 

 

 

Chafariz d’El-Rei  

 

Chafariz d'El Rei 1Cette fontaine du Roi, construite au XIIIe siècle, aurait été la première fontaine publique de Lisbonne. L’eau, sortant à 27°, contenait du bicarbonate, du chlore et du calcium.

 

 

 

 

 

 

Chafariz d'El Rei 5

Des archives datant de 1468 parlent de bains publics. Les tuyaux amenant l’eau de source chaude aux becs verseurs datent de 1487. Il y avait 6 becs verseurs en pierre avec des buses en laiton. Les représentations les plus anciennes de la fontaine, du XVIe siècle, montre un porche formé de 3 arcs en plein cintre reposant sur des colonnes, protégeant les 6 gargouilles.

 

 

Chafariz d'El Rei 9En 1542, suite à de constantes  bousculades, le Sénat promulgua une loi qui réservait chaque bec à une couche sociale différente, et malheur à celui qui utilisait celui du voisin : il était emprisonné et payait une forte amende. Le premier bec était réservé aux esclaves noirs, le deuxième aux Maures, le troisième aux hommes blancs et le quatrième  aux garçons. Le cinquième était pour les femmes esclaves, le sixième pour les femmes blanches. Moralité : à cette époque, valait mieux être un homme, blanc de surcroit.

 

 

 

 

 

 

Chafariz d'El Rei 3Le nombre de becs fut passé à 9 lors de travaux en 1747.

 Chafariz d'El Rei 2

 

 

 

 

 

 

Chafariz d'El Rei 4En 1755, la fontaine était surmontée du palais du marquis Angeja. La façade que nous pouvons voir actuellement  fut refaite en 1864 dans un style classique, avec des pinacles et une large corniche. Le palais fut transformé au XIXe siècle, restauré au XXe. C’est maintenant devenu un hôtel de luxe, le palacete d’El Rei.

 

 

 

 

 

 

Chafariz d'El Rei 6En 2005, lors de fouilles archéologiques, le conduit voûté de distribution d'eau de source fut retrouvé, datant probablement du XVIIe siècle, et une structure hydraulique qui pourrait correspondre à un compartiment de thermes romains du Ier siècle. La fontaine fut classée en 2012 monument d’intérêt public.

Posté par madame_dulac à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]