12 septembre 2011

La chapelle Sainte-Agnès de Saint-Paulet-de-Caisson

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_1Le territoire de Saint-Paulet-de-Caisson fut habité dès l’époque néolithique. Les objets découverts sont exposés au musée de Pont-Saint-Esprit. La région fut ensuite peuplée par les Ligures et leur civilisation des oppida, puis au milieu du IVe siècle avant notre ère par les celtes Volces Arécomiques, et enfin par les envahisseurs romains. Le nom de la commune se compose de deux éléments : le premier, se rapportant au patronat de saint Paul, le deuxième probablement dérivé du propriétaire d’un domaine gallo-romain se nommant Cassius. En 756 la basse vallée de la Cèze est indiquée en tant que Valus Caxoniensis.

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_5La chapelle Sainte-Agnès porte les traces d’un très ancien lieu de culte. Effectivement, elle est située sur une butte à côté d’un cimetière disparu, sur le trajet d’une ancienne route (devenue le GR4), et un puits celtique fut découvert sous la nef, en entrant à gauche. L’emplacement correspond à l’endroit où se situaient les baptistères, sur une ligne d’eau souterraine. De plus, le culte processionnel anciennement attaché à Sainte-Agnès tend à confirmer cette ancienneté.

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_8L’édifice chrétien primitif, typique du premier roman provençal, de plan rectangulaire, fut agrémenté d’une abside pentagonale à trois baies au XIIe siècle.
Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_7

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_2La porte d’entrée, surmontée d’une unique fenêtre, s’ouvre sur la façade Ouest, très sobre. 
Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_3Deux autres portes,  l’une dans le mur gouttereau sud (donnant sur l’ancien cimetière, transformé en esplanade), l’autre au nord, sont murées.
Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_6Les contreforts très fins, au niveau de l’arc du chœur, n’ont pas empêché l’affaissement de la voûte.
Le lanternon, petit clocher rectangulaire à quatre baies coiffé d’un toit conique, est appelé par les habitants de la région la lanterne des morts. Ce n’est pas une vraie lanterne telle que celle de Culhat ou de Glendalough, car il ne fut probablement rajouté qu’au XVIIe siècle. Mais la présence de la chapelle près de l’ancien cimetière pourrait laisser supposer une fonction similaire. Sa légère inclinaison est la conséquence de l’affaissement de la voûte.

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_13La chapelle était fermée lors de ma visite. Les photos de l’intérieur sont prises sur l’historique posé près de l’entrée, ce qui explique leur mauvaise qualité. Elles montrent quand même la nef à deux travées, soutenue par des pilastres évidés en V, l’arc triomphal qui, malgré sa déformation, est un arc en plein cintre, et l’abside formée de cinq arcatures à double voussure. On devine la présence d’un banc en pierre autour de la base de l’abside, typique du premier art roman, influencé par l’art lombard.

 

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_15Les chapiteaux des pilastres, ou ceux qui servent de cul-de-lampe aux retombées des arcs, sont sculptés de têtes archaïques (masque humains isolés ou par deux) qui évoquent l’art gaulois.
Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_14

 

 

 

 

 

Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_11Que de sérénité en ce lieu, ce que les vignes alentours, classées en Côtes du Rhône, ne démentiront pas.
Sainte_Agn_s_de_Saint_Paulet_le_Caisson_12

 

 

 

 

 

 

http://www.ville-saintpauletdecaisson.fr/chapelle/chapelle.html

 

Posté par madame_dulac à 12:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


08 septembre 2011

La Chapelle-sous-Brancion, le menhir



Brancion_menhir_2Situé en bas de l’éperon rocheux de Brancion, le village de La Chapelle-sous-Brancion fut occupé dès l’Âge du Bronze (- 2300 / - 800).

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_NoblesC’est pourtant un témoin du Néolithique qui se dresse au lieu dit Embouche-de-Pierre-Levée, proche du château de Nobles (XVIe siècle), dans le champ de la Fa (de la fée).

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_1C’est un menhir gravé, représentant sans doute une idole très schématisée, datant de plus de 4 000 ans.

Brancion_menhir

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_3Le menhir, mesurant environ 3 mètres 80 et pesant plus de 5 tonnes porte plusieurs noms : Pierre-Levée du champ de la Fa, Pierre de Nobles, Pierre du Christ, pierre du Bon-Dieu. Il aurait la vertu de protéger les bêtes des maladies.


 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_9Il fut christianisé, comme bon nombre de symboles païens, et une croix en pierre fut posée à son sommet. Dérobée pendant la révolution, elle fut remise. Puis le menhir tomba en 1942 pendant la seconde guerre mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_5Il fut remis en place et sa base fut prise dans un coffrage en béton, au bon emplacement, déterminé à l'aide de photographies anciennes. Lors des fouilles, des silex probablement chalcolithiques furent retrouvés.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_6Plusieurs légendes s’y rapportent. La plus connue parle d’un défi lancé entre le Christ et le Diable au col de Brancion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Brancion_menhir_10Deux pierres furent lancée, celle du Christ, blanche, atterrit à La Chapelle, celle du Diable, rouge, fut lancée bien plus loin, à Uxelles, où se dresse effectivement un autre menhir.

Brancion_menhir_Uxelles_1

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_7La deuxième parle de saint Sébastien. De passage dans la région, et ne supportant pas la vue de ce symbole païen, il voulut le détruire à l’aide d’une autre pierre. Mais il ne put… Et sa pierre se trouve encore aux pieds du menhir dressé.

 

 

 

 

 

 

 

 


Brancion_menhir_8Finalement, à Brancion, ce sont les païens qui l’emportent.

Posté par madame_dulac à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2011

La cathédrale Saint-Nicolas de Merano



Merano_1Merano est située dans la province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige. La vallée de Merano fut habitée depuis plus de 5 000 ans, en témoigne la présence de menhirs. L’histoire de la ville commence véritablement en 15 avant notre ère quand les Romains, avec à leur tête Drusus, le beau-fils d'Auguste, occupèrent la vallée de l’Adige en y établissant un camp militaire fortifiée, le Castrum Maiensis. Situé sur un axe nord-sud stratégique, la Via Claudia Augusta le traversait.

 

 

 

 

 

 

Merano_2Au IVe siècle, de nombreux temples occupèrent l’espace, comme celui dédié à Diane, ou à Mithra. La première église chrétienne fut construite en 460.

 

 

 

 

 

 

Merano_3Occupée par les Ostrogoths, les Francs, les Lombards et les Bavarois, mentionnée en 857 comme Mairania, Merano devint capitale du comté du Tyrol au XIIIe siècle, équipée de nombreux privilèges princiers par Léopold III pour promouvoir le commerce. Innsbruck lui succéda à la fin du XIVe siècle, et la ville perdit peu à peu son influence.

 

 

 

 

 

 


Historique



Merano_Saint_NicolasLa cathédrale est dédiée à saint Nicolas, saint patron des Lorrains, des Russes, des Fribourgeois, des Ovillois, des écoliers, des étudiants, des enseignants, des marins, des hommes et femmes souffrant de stérilité, des célibataires, des vitriers, des bouchers et des voyageurs. Ouf.

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_2Située au centre du  quartier commerçant, la cathédrale actuelle fut construite sur l’emplacement d’une ancienne église romane. Cette église, déjà dédiée à saint Nicolas, mais aussi à la Sainte Trinité et à la Vierge Marie, fut mentionnée dès 1220, détruite en 1302 par l’évêque Siegfried qui voulut une église plus grande.

Merano_Saint_Nicolas_3

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_5La première tranche de travaux débuta en 1310 et se finit en 1345. Il ne resta rien de l’ancienne église, mis à part quelques pierres de remploi du côté nord.
Merano_Saint_Nicolas_4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_8Faisant partie des premiers monuments du Tyrol entièrement construits dans le style gothique, l’église fut encore une fois agrandie et rénovée en 1455.

Merano_Saint_Nicolas_7

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_14Les voûtes furent refaites par l’architecte Stefan Tobler, et elle fut consacrée en 1465. Elle fut à nouveau restaurée en 1785, et beaucoup d’éléments anciens disparurent. Et encore une fois entre 1993 et 1999. Autant dire qu’il faut bien chercher pour trouver un coin intact. 

Merano_Saint_Nicolas_18

 

 

 



L’extérieur

 

Merano_Saint_Nicolas_25Le côté sud, qui fait face à la grande place, fait office de façade principale. C’est le côté le plus décoré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_11L’un des deux portails gothiques, datant de 1430, est orné de statues de saints.

Merano_Saint_Nicolas_12

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_24L’autre portail, proche du clocher, est plus simple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_10Saint Nicolas, sculpté sur le mur du chœur en 1440, accueille les visiteurs.
Merano_Saint_Nicolas_31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_aDe petits oratoires, ou reliquaires, parsèment les murs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_1Le clocher est l’un des plus élevés du Tyrol. Datant du XIVe siècle, de base carrée, il fut surélevé à chacune de ses rénovations, pour atteindre finalement au XVIIe siècle une hauteur de 83 mètres. Il est surmonté d’une structure octogonale et d’un dôme.

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_27Il abrite des fresques du XVe siècle. Une des fresques,faite par Wenzeslaus von Riffian en 1413, représente Jean de Matha et Félix de Valois, dans une vision de la Croix. Jean de Matha est un religieux français, né peu avant 1150 en France. Il est le fondateur, avec saint Félix de Valois, de l'Ordre de la Sainte Trinité.

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_29Sur le côté nord de l’église, beaucoup moins travaillé, sont positionnées des pierres tombales anciennes. L’église jouxtait l'ancien cimetière de la ville, utilisé jusqu’en 1848.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intérieur



Merano_Saint_Nicolas_planL’église est un grand bâtiment du gothique tardif à trois nefs. Remarquez la déviation de l'axe du choeur et de la nef. Un suivi d'une faille, ou d'un cours d'eau. Ou tout simplement d'une dédicace.

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_17Le chœur est éclairé par des vitraux du XVe siècle.
Merano_Saint_Nicolas_13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_21L’église abrite de nombreuses peintures et sculptures.
Merano_Saint_Nicolas_16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_19Le retable, issu des ateliers de Hans Schnatterpeck de Merano, date de 1500.

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_15Curieuse, cette sculpture d'une tête d'homme...

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Nicolas_41Les clés de voûte sont sculptées des représentations d'un ange, et de saint Nicolas.

Merano_Saint_Nicolas_40

Posté par madame_dulac à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La chapelle Sainte-Barbe de Merano



Merano_Sainte_Barbara_1Cette chapelle est située derrière l'abside de la cathédrale et fut consacrée en 1450. Elle a servi, jusqu’en 1848, de chapelle funéraire à l’ancien cimetière de Merano.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Sainte_Barbara_2Ce cimetière, mentionné pour la première fois en 1325, existait déjà depuis le XIIIe siècle, ainsi qu’une chapelle romane dédiée à saint Michel.C'est pourtant sait Christophe que l'on voit peint sur ses murs. Certes, ils sont tout deux des passeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Sainte_Barbara_7C'est un édifice gothique avec un plan octogonal. Elle possède une crypte, contenant un ossuaire, inaccessible aux visiteurs.


 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Sainte_Barbara_6Le plafond voûté en forme d’étoile à 8 branches est remarquable.

Merano_Sainte_Barbara_3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Sainte_Barbara_4Le triptyque gothique en bois sculpté et doré, datant de la fin du XVe siècle, fut acheté pour la chapelle en 1895. En son centre, la représentation de sainte Barbe.
Merano_Sainte_Barbara_5a

Posté par madame_dulac à 06:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L’église du Saint-Esprit de Merano



Merano_Saint_Esprit_daC’est en 1271 que Meinhard II, comte de Tyrol, et son épouse Elisabeth von Wittelsbach, financèrent une première église et un hôpital sur cet emplacement, hors les murs de Merano. Le 22 Septembre 1419, entre 9 et 10h, le lac Kumersee, situé en amont de la vallée de la rivière Passirio, formé en 1401 suite à un glissement de terrain, déborda. La rivière, dans sa première crue, emporta les bâtiments. Il y eut plus de 400 morts.

 

 

 

Merano_Saint_Esprit_2L’église fut reconstruite et consacrée le 31 mai 1450 par l’archevêque de Trente, alors que les travaux, financés par l’archiduc Sigismond d’Autriche, ne finirent qu’en 1483.
La façade ouest est surmontée d’un petit clocher.

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Esprit_6Contre la façade nord se trouvent encore deux grosses pierres, charriées par la rivière Passiria lors de sa crue en 1419.

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Esprit_4Sur le tympan du portail principal, est sculptée une représentation de la sainte Trinité : une colombe, le saint Esprit, se tient au-dessus de la tête du Père, qui tient sur ses genoux son Fils en croix. En dessous, quand même, la Mère et son fils… Ils sont encadrés de deux arcs en ogive, présentant des statues de saints.
 Merano_Saint_Esprit_3

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Esprit_5L’église, de plan longitudinal, comporte une grande nef, flanquée de deux nefs latérales plus étroites.

Merano_Saint_Esprit_7

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Esprit_aaLes voûtes d’ogives et les colonnes de pierre sont presque identiques à celle de la cathédrale Saint-Nicolas, l’église ayant été construite à la même époque. Le chœur, voûté en étoile, est entouré d’un déambulatoire polygonal.

Merano_Saint_Esprit_ba

Posté par madame_dulac à 04:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


L’église Saint-Georges de Merano



Merano_Saint_Georges_2Située dans le quartier chic de Maia, l’église Saint-Georges est mentionnée pour la première fois en 1256. En 1273, l’évêque Egno en fit don à Meinhard II, comte de Tyrol, pour ses méditations religieuses. De l’ancien bâtiment roman il ne reste que quelques traces à peine visibles, sur la base du clocher.


 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Georges_1Au XVe siècle, la nef fut refaite dans le style gothique, et l’église fut à nouveau consacrée en 1490. La chapelle Rosenberg fut rajoutée en 1660.
Merano_Saint_Georges_4

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Georges_3L’église fut remaniée à nouveau en 1914, avec une extension à l’ouest d’une nouvelle nef. Le toit fut refait en 1970, et la rénovation intérieure complète entre 1971 et 1988. Le clocher, quand à lui, fut rénové en 2008, et 9 cloches furent installées.


 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Georges_8Le portail date du XVe siècle, ainsi que les fresques extérieures.

Merano_Saint_Georges_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merano_Saint_Georges_6Les peintures baroques de l’intérieur de l’église furent faites en 1765 par Josef Wengenmayr, un peintre local. Pas trop mon truc, mais joli quand même.

Merano_Saint_Georges_7

 

 

 

 

 

Si vous voulez entendre le son des cloches de Saint-Georges... C'est ici

Posté par madame_dulac à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

La cascade de Fragsburg



Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un endroit sacré naturel, la cascade de Fragsburg.

Fragsburg_2Le château de Fragsburg se trouve à 727 mètres d’altitude, surplombant la vallée de l’Adige et la ville de Merano dont il dépend. L’endroit fut probablement fortifié dès l’époque romaine.

Fragsburg_22

 

 

 

 

Fragsburg_16Le château actuel fut construit au XIIIe siècle, et fut constamment modifié par ses différents propriétaires. Le pavillon de chasse fut rajouté en 1620, par la famille Memminger. 
Fragsburg_8

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_1C’est le point de départ d’une petite randonnée. Le chemin, passant tout d’abord le long de vergers, s’enfonce dans les sous-bois.

Fragsburg_5

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_3Il faut une quinzaine de minutes pour arriver près de la plus haute cascade du Tyrol du Sud.
Fragsburg_13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_19L’eau fait une chute de 135 mètres de haut, le long d’une falaise en porphyre, et continue dans une gorge étroite jusqu’à la vallée.
Fragsburg_20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_11J’ai eu la chance de m’y trouver seule, et de pouvoir dire bonjour à un aigle royal qui m’a suivie le long de mon périple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_9Le monde minéral, animal, les arbres, les fleurs, le souffle du vent, les embruns de l'eau pure sur le visage.

Fragsburg_6

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragsburg_7Et on rentre à castel Fragsburg boire une petite bière sur la terasse. Elle est pas belle la vie ?

Posté par madame_dulac à 00:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 septembre 2011

La cathédrale Notre-Dame de Bolzano


Historique



Bolzano_3Bolzano, au confluent des rivières Isarco, Talvera et Adige, est le chef-lieu de la province autonome du Tyrol du Sud, dans le Haut Adige. Cette ville est intéressante pour ses églises, mais aussi pour le Lagrein, un cépage qui pousse le long de l’Adige, à Greis, un quartier de Bolzano.

Bolzano_vin

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_23La cathédrale fut partiellement détruite par les bombardements alliés en 1944. C’est en 1948, lors de sa reconstruction, que furent retrouvés les restes des églises primitives, ainsi qu’une plaque romaine.

Bolzano_cath_drale_1943

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_24L’église primitive, du IVe siècle, fut probablement dédiée à saint Vigile. Elle mesurait 38 mètres de long et 14 mètres de large. Près de l'église se tenait un cimetière, comme en témoigne l'inscription de «Secundus Regontius" datant du IIIe siècle. Elle fut restaurée au VIe siècle, puis reconstruite à l’époque carolingienne, au VIIIe siècle. Aux XIe et XIIe siècles, une nouvelle église romane vit le jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_plan1Ce bâtiment, comportant une tour imposante, possédait des murs très épais, sans doute pour le protéger des fréquentes et violentes inondations de la rivière Isarco (Eisack). Des traces en sont encore visibles sur la façade, comme les deux fenêtres en plein cintre autour de la rosace gothique.

 

 

 

Bolzano_cath_drale_12Une légende rapporte qu’un soldat de Bolzano, revenant de la guerre, trouva dans les marais de l’Isarco une petite statue de la Vierge. C’est pour cette raison que l’église fut construite et dédiée à Notre-Dame des Marais en 1180. La statue, du XIIe siècle, se trouve encore dans l’église, derrière l’autel, et je n’y ai malheureusement pas eu accès. L’église fut élargie par les architectes Martin et Peter Schiche dans le style gothique au XIVe siècle et fut achevée en 1517 avec l'érection de la tour-clocher.

 

 

 

 

 

 

L’extérieur


Bolzano_cath_drale_5L’église est construite en grès rouge de Val Gardena et en grès jaune du Tyrol du Sud. Sa structure massive porte un toit en tuiles multicolores très incliné, délimité par une balustrade. L’abside polygonale est ouverte par de hautes fenêtres à meneaux.

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_15La tour-clocher, ornée de fenêtres en ogive, repose sur une base carrée d'origine romane. La partie basse date du XIIe siècle, le haut fut rajouté entre 1501 et 1519.

Bolzano_cath_drale_20

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_13Sur le côté nord s’ouvre un portail du XVe siècle, dit « porte du vin ». Il est surmonté d’un fronton cintré et flanqué de statues gothiques de la Vierge, du Christ et de deux anges.

Bolzano_cath_drale_14

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_6Sur la façade ouest s’ouvre le portail roman, surmonté d’une rosace du XIIIe siècle. Le porche, soutenu par des lions (voir leur symbolisme dans le reportage sur Trente), fut reconstruit en 1960.

Bolzano_cath_drale_7

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_8Sur la gauche du portail, sous une fenêtre romane, un petit toit protège une peinture murale de 1475 représentant la Vierge allaitant, surnommée Plappermuttergottes. Selon la légende, les mères dont les enfants souffraient de difficultés d'élocution allaient mettre quelques pièces dans son offertoire afin que les enfants commencent à parler.

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_9L'abside et la nef sont séparées par deux petites tours dont l’une présente à sa base un petit oratoire.

Bolzano_cath_drale_10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intérieur


Bolzano_cath_drale_19Cette église est la première église gothique avec une longue nef centrale et deux nefs latérales construites sous la forme d'une croix dans l'histoire de l'architecture. Les piliers carrés supportent les voûtes d’ogive, de la fin du XIVe siècle.

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_17Je suis arrivée jour de messe, l’église était bondée, impossible d’aller prendre ne serais-ce que quelques photos, et étant de passage, je n’ai pas pu attendre la fin.

Bolzano_cath_drale_18

 

 

 

 

 

Bolzano_cath_drale_2Dommage, car il y a quelques trésors dans cette cathédrale. Comme les fresques murales, dont certaines provenant de l’atelier de Giotto, le Christ en croix du XIVe siècle, la statue miraculeuse de la Vierge trouvée dans les marais.

La chaire en grès date de 1514 et fut restaurée en 1949 après avoir été partiellement détruite en 1943.

Bolzano_cath_drale_1

 

 

 

 

 


http://www.bolzano.net/duomo.htm
http://www.medioevo.org/artemedievale/Pages/TrentinoAltoAdige/DuomodiBolzano.htm
http://it.wikipedia.org/wiki/Bolzano

Posté par madame_dulac à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le couvent des dominicains de Bolzano



Historique



blason_dominicainL’Ordre des Prêcheurs (Ordo Prædicatorum) plus connu sous le nom d'Ordre dominicain, est né en France sous l'impulsion de Dominique de Guzmán en 1215. Il appartient à la catégorie des ordres mendiants (dominicains, franciscains, carmélites et augustiniens).

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_planSuivant la règle de saint Augustin, les dominicains n’ont pas de vocation monastique (pas de clôture), c’est la raison pour laquelle on parle de couvent et non de monastère. Les Ordres mendiants apparurent avec la croissance des villes où ils s’installèrent. Ils ont donc dû adapter leurs bâtiments aux zones urbaines.

 

 

Bolzano_Dominicains_14Le couvent des dominicains de Bolzano, premier exemple de véritable architecture gothique du Tyrol du Sud, fut construit vers 1270 (durant la même période s’installèrent aussi à Bolzano les franciscains et l’Ordre teutonique).  A cette époque, il se trouvait à l'extérieur du noyau urbain, entouré par  les rivières Talvera et Isarco. Il comprenait un vaste terrain pour la culture de plantes, perdu lors des années 30, quand la ville (et le gouvernement fasciste) décida de le transformer en un nouveau quartier.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Plan_actuelAu XIVe siècle, le couvent se développa, et devint un important centre culturel. Trois cloîtres et plusieurs chapelles furent construits.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_11Le couvent fut supprimé par Joseph II en 1785 et fut gravement endommagé par les bombardements de la seconde guerre mondiale.

Bolzano_Dominicains_13

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_12Il fut restauré et rouvert en 1960.

 Bolzano_Dominicain_1944

 

 

 

 

 

 

 L’église


Bolzano_Dominicains_2La première église date de 1270.
Bolzano_Dominicains_plan_XIIe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_4Au début du XIVe siècle, elle fut reconstruite et agrandie. Elle comprenait alors une seule salle avec un plafond en bois, le chœur étant couvert de voûtes d'ogive.
Bolzano_Dominicains_Plan_XIVe

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_10Entre 1458 et 1468 la nef de l'église fut refaite en voûtes gothiques reposant sur des piliers octogonaux.

Le chœur fut reconstruit dans le style baroque en 1700.

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_7L'église avec la chapelle Saint-Jean et le cloître avec la chapelle Sainte-Catherine possèdent des fresques d’une rare richesse. 

Bolzano_Dominicains_8

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_9Ce fut l’école de Padoue et Giotto pour la première moitié du XIVe siècle, l’école de Vérone à la fin du XIVe, l’école locale dite de Bolzano (combinant les styles italiens et allemands) et Friedrich Pacher au XVe.
Bolzano_Dominicains_6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Jean

 

Bolzano_Dominicains_Chapelle_Saint_Jean_1La chapelle Saint-Jean, située à l'arrière de l'église entre le chœur et la sacristie, fut commandée par les familles de Rossi et  Botsch, banquiers florentins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Chapelle_Saint_Jean_2Elle est considérée comme "le joyau" de la peinture de Giotto dans le Tyrol du Sud. Les fresques ont été exécutées entre 1330 et 1370. Cette partie de l'église était strictement réservé aux moines.
Bolzano_Dominicains_Chapelle_Saint_Jean_3

 

 

 

 

 

 

Le cloître

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_1Le cloître du couvent, le seul qui nous reste des trois fut mentionné pour la première fois en 1308. Au départ, le toit était plat, en bois, soutenu par des poutres.Les murs étaient déjà couverts de fresques.

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_3

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_2Il fut reconstruit en 1495 par Hans Hueber, qui lui donna des voûtes en pierre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_10Les fresques furent recouvertes de nouvelles peintures.

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_maquetteDurant la deuxième guerre mondiale, trois de ses chapelles furent détruites. Il fut restauré et rouvert au public au XXe siècle.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_12Les quelques vestiges de fresques ayant survécu au bombardement font preuve de la richesse du trésor perdu. Les murs restaurés sont maintenant blanchis à la chaux.
Bolzano_Dominicains_Clo_tre_13

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_14Il reste quand même une fresque datant de la fin du XVe siècle, attribué à Friedrich Pacher qui travailla dans le cloître en 1496 : de style gothique tardif avec des influences Renaissance, elle représente un "Hortus conclusus", c'est à dire un jardin entouré de murs, plein de symboles mariaux et d’animaux symboliques comme la licorne, le phénix et le pélican.


 

 

 

La chapelle Sainte- Catherine

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_4La chapelle Sainte- Catherine, construite entre 1335 et 1340, s'ouvre sur le cloître et présente elle aussi des fresques de l’école de Giotto.

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_7

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_6Elle sert aujourd’hui de chapelle pour les mariages.

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La salle capitulaire

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_8La salle capitulaire fut quand à elle construite entre 1340 et 1345. On y voit clairement le passage du style roman au gothique.

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_9

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Dominicains_Clo_tre_16http://www.bolzano.net/chiesa-domenicani.htm
http://www.bolzano.net/convento-domenicani.htm
http://it.wikipedia.org/wiki/Chiesa_dei_Domenicani
Bolzano_Dominicains_Clo_tre_15

Posté par madame_dulac à 03:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L’église franciscaine de Bolzano

 

Bolzano_FranciscainsL'Ordre des frères mineurs (Ordo Fratrum Minorum), ou Ordre franciscain, est un ordre religieux catholique né en Italie sous l'impulsion de François d'Assise en 1210. Les moines franciscains se sont installés dans la région au XIIIe siècle, comme les dominicains.

 

 

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_7A cette époque, saint François était encore vivant et il semblerait qu’il ait séjourné à Bolzano. La première mention du couvent date de 1221. Il fut construit autour d’une ancienne chapelle, dédiée à saint Ingenium, qui fut intégrée à l’église en prenant le nom de chapelle Saint-Erard.

 

 

 

 

 

L’église

 

Bolzano_Franciscains_1Bâtie entre 1221 et 1237, elle fut endommagée par un incendie en 1291. Elle fut reconstruite et agrandie dans le style gothique, les travaux se terminant en 1348 avec l’achèvement du chœur.

Bolzano_Francisain_bi

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_2Le clocher (financé par les de Rossi et Botsch) date de 1376, les voûtes de na nef, séparées par des piliers octogonaux, de la première moitié du XVe siècle, ainsi que la plupart des fresques. La façade fut refaite dans la seconde moitié du XIXe siècle en style néo-gothique.

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_1944L'église subit d'importants dégâts lors des bombardements de la seconde guerre mondiale, et fut réparée, en perdant une grande partie de ses fresques.

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_5Il nous reste l’une d’entre elles, du XVe siècle, qui représente 16 maîtres franciscains des premières universités, comme Londres, Oxford, Paris, Naples ou Heidelberg.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_6Extérieurement, l'église, se situant plus bas que la rue, c'est-à-dire au niveau original datant de 800 ans, est très simple, avec des références à l'architecture traditionnelle locale.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_8L’église, d’un plan à trois nefs sans transept, possède un chœur suivi d’une abside polygonale. Les voûtes érigées au XVe siècle, sont traversées par un maillage dense de nervures gothiques. La plupart de ces structures, cependant, remontent à la reconstruction du XXe siècle.

 

 

 

 

 

Le cloître

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_2Le côté gauche de l’église mène au cloître. Construit au XIVe siècle, parfaitement carré, il est couvert par un plafond voûté d’arcs gothiques trilobés soutenus par quatre groupes de quatre piliers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_1Il fut couvert à l’origine de fresques de l’école de Giotto (1330-1340), recouvertes l'intervention partielle du XVIIe siècle de Ludwig Pfenodter, puis par celle d’ Hilarius Aufenbacher au XVIIIe.

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_3Seuls quelques fragments sont visibles aujourd’hui.

Bolzano_Franciscains_clo_tre_5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_8Bolzano_Franciscains_clo_tre_6

 

 

Bolzano_Franciscains_clo_tre_4

Posté par madame_dulac à 02:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]