01 août 2016

La chapelle de Languidou de Plovan

 

Plovan Nerizellec 1Située au milieu de la baie d’Audierne, la commune bigoudène de Plovan, proche de la côte marécageuse et de l’étang de Kergalan, abrita autrefois une communauté galloise venue se réfugier en Bretagne en raison des invasions saxonnes. Peut-être parmi eux un certain Ozvan, ou Boduann, qui donna son nom au village (ploe veut dire paroisse primitive en breton, auquel on ajouta l’hagionyme). 

 

 

 

 

 

Plovan st Gorgon 3La première église fut dédiée à saint Gorgon, un obscur martyr romain du IVe siècle. Si la commune voisine de Belz tient son nom du dieu Belenos, moi je dirais que ce saint ressemble beaucoup à son fils Gargan, de qui un certain Rabelais fit un bon gros géant.

Plovan st Gorgon 1aa

 

 

 

 

 

Gargantua 1Qui fut Gargantua ? En langue celte, gar = pierre, gan = géant, grand, et tua = celui, l’être, l’homme, ce qui donne celui de la pierre géante. Gargan, Avatar du dieu Lug, ou bien  fils de la déesse Belisama et du dieu Belenos, ou bien le Dagda irlandais, en tout cas l'un des 3 aspects du dieu soleil dans sa forme représentant le couchant (le soleil caché, dont le symbole est la grotte). De nombreuses légendes lui attribuent la paternité des monts, des rochers, des grottes, des mégalithes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anubis 1Le Mont Saint-Michel fut un mont Gargan, le Santuario di Monte Sant'Angelo sul Gargano en Italie lui fut dédié, pour ne parler que des plus célèbres. Et si certains pensent que Gorgon provient de gour, l’homme, et de kon, le chien, ils n’ont pas vraiment tort : l’homme-chien, Anubis, fut l’un des représentants de cet archétype, comme l’archange Mikaël qui lui aussi pèse les âmes.

 

 

 

 

 

 

Languidou 1Proche de Plovan, dominant le petit ruisseau allant se perdre dans l’étang de Kergalan, se trouve la chapelle de Languidou. Là encore un peu de toponymie : lann, en breton, signifie établissement monastique.

 

Languidou 16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou plan 1Guidou provient de Kido, qui devint Kideau, Quido, Quidou, Guidou, Guido, un saint breton mal connu, qui fut remplacé au XVIIIe siècle par saint Guy. Languidou serait simplement l’ermitage de Guidou. Une autre thèse parle de saint Citiaw, devenu Kijaw, Quijou. Celui là était compagnon de saint Corentin, l’un des 7 saints fondateurs de la Bretagne, tous plus ou moins gallois et sauroctones.

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 17La chapelle fut peut-être construite au milieu du XIIIe siècle (date encore incertaine), probablement sur les fondations d’un ancien édifice, en bordure d’un ruisseau et à côté d’une fontaine de dévotion dédiée au fameux saint Gorgon.

 

Languidou fontaine 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 19Deux stèles préchrétiennes de l’âge du Fer encore debout dans le placitre (terrain délimité par un mur, entourant les chapelles et les fontaines bretonnes) attestent de l’ancienneté du lieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 6La taille de la chapelle, la qualité des sculptures et la présence d’une grande rosace laissent à penser que Languidou fut bien plus qu’une simple chapelle locale.

 

Languidou 4

 

 

 

 

 

Languidou inscriptions 1Deux chapiteaux portent des inscriptions gravées en latin. La première mentionne le maitre d’œuvre, Auffray Gurrec, et la seconde le chanoine Guillaume (mentionné dans le cartulaire de Quimper dans les  années 1160 mais aussi vers le milieu du XIIIe siècle) et Yves de Revesco, tout deux commanditaires de cette église dédiée à saint Quidou : « Auvredus Gurreu Hoc Opus Fecit » et « Guillemeus canonicus et Yvo de Revesco aedificaverunt istam ecclesiam ».

 

 

 

 

Languidou 13aC’est de l’époque de sa première restauration, vers la fin du XIVe siècle ou début du XVe, que datent la rosace, placée sur le chevet plat typique de l’école de Pont-Croix, et l’oculus de la façade occidentale.

 

Languidou 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 21En 1794, la chapelle fut vendue comme bien national, et fut démantelée afin de fournir des pierres pour la construction d’un un corps de garde utilisé par les douaniers qui surveillaient la côte. La chapelle fut classée Monument Historique en 1908, les ruines furent ensuite consolidées dans les années 1960, d’une façon peu orthodoxe.

 

Languidou 23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou plan 4bLa chapelle, de plan classique, comportait une nef non voûtée à quatre travées, des bas-côtés, et un chœur à trois travées terminé par un chevet plat. Construite en prasinite (roche métamorphique très résistante) pour les parties les plus anciennes et en granite, elle mesurait 22m de long sur 13m de large.

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 9Les chapiteaux qui nous restent sont ornés de sculptures géométriques, dont une, très alchimique, est formée du sceau de Salomon (union de deux triangles, masculin et féminin) au centre duquel se trouve une rose à 6 pétales (début du parcours), le tout à l’intérieur d’un cercle, comme une fleur de vie.

 

 

 

 

 

Languidou 14Le chœur comporte encore les élévations de trois arcades en plein cintre, supportées par des piles cantonnées de quatre, six ou huit colonnettes fines et engagées, reposant sur des bases circulaires. Seule l’une d’entre elles est de forme carrée.

 

 

 

 

 

 

Languidou 7Le maître-autel est placé sur deux degrés fut certainement reconstruit à partir d'éléments épars. Deux autres pierres d'autel dans le prolongement des bas-côtés indiquent la présence de cours d'eau souterrains. 

 

Languidou 12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Languidou 18Sur la façade méridionale, très remaniée, se trouvent les restes d’un ancien portail dont l’emmarchement est une pierre tombale probablement rapportée du placitre qui servit de cimetière pendant des années, celui de l’église de Plovan étant très petit.

 

 

 

 

 

 

http://1fluences.fr/languidou-architecture.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_de_Languidou

http://patrimoine-plovan.blogspot.fr/2014/03/un-eclairage-sur-les-origines-de-plovan.html

http://objectif-cap-sizun-polynesie.over-blog.com/article-32431234.html

http://www.hautpaysbigouden.com/carto/pictos/chapelles_voir.php?id=1063&base=othpb3&lang=fr

Posté par madame_dulac à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


26 juillet 2016

l'ile de Saint-Cado

 

Saint-Cado,  historique

 

Belz Etel 1aLe petit fleuve côtier appelé l’Étel creusa jadis une vallée profonde. Aujourd’hui, avec la montée des eaux, la vallée est devenue un aber (mot celtique signifiant estuaire), plus couramment nommé ria, c’est à dire une vallée envahie par la mer à marée montante. La ria d’Étel, Stêr an Intel en breton, forme une petite baie parsemée d’ilots à son embouchure, près de Belz, dont le nom provient du dieu celte Belenos, le brillant.

 

 

 

 

 

 

 

Belz 2aSur la commune de Belz, sur le site de Kerdruellan, fut retrouvé un champ de menhirs d’une soixantaine de pierres, qui font entre 60 cm et 2 m. Des haches de bronze, des bijoux en or, attestent de l’occupation ininterrompue du site depuis fort longtemps.

 

 

 

 

 

 

Belz Etel 2C’est sur l’un des ilots de la baie, selon la légende, que vint s’installer saint Cado au début du VIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz st Cado 2aSaint Cado (Cadou, Cadoc, Catuod, Catoc, Cazout, Cadochus, Catuog, Cadfan, Kadvaël ou Kadvoz), serait né en 522  dans le Glywysing, ancien royaume du sud-est du Pays de Galles, fils du roi saint Gwynllyw, et de son épouse sainte Gladys. Le prénom serait issu du mot gallois « cat », le combat (peut-être est-ce l’explication du fait qu’il soit devenu le saint patron des lutteurs).

 

 

 

 

 

 

Belz st cadoc 1Cado, après avoir reçu l’éducation qu’il convenait d’avoir en tant que fils de roi, refusa de suivre ses ancêtres dans une vie guerrière et préféra la vie monastique. Il fonda de nombreux monastères dont l’abbaye de Llancarfan, où son hagiographie fut écrite au XIe siècle (l’abbaye forma saint Brandan, saint Gildas et saint Malo entre autres).

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado plan1A la suite des persécutions saxonnes, il vint se réfugier en Bretagne avec nombre de ses confrères et s’installa en ermite sur une petite ile de la rivière d’Étel. Une légende raconte qu’il en chassa tous les serpents (depuis, il n'y a plus un seul serpent dans la région de Beltz, dit-on).

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 8Il se consacra alors à l'évangélisation du pays. Il bâtit un oratoire sur son ile, où les fidèles, de plus en plus nombreux, virent l’écouter. Lassé de voir les frêles embarcations chavirer entre l’ile et le continent, il décida de construire un pont. C’est l’épisode de son miracle le plus connu, que je vais vous conter :

 

 

 

 

 

 

Belz St Cado 1Cado reçut un soir la visite du Diable qui lui proposa de l’aider à bâtir le pont. Se vantant, il lui dit qu’il serait fini avant le lendemain matin. Il ne demandait qu’une petite chose en échange, l’âme de la première créature vivante qui le traverserait. Cado accepta. Le Diable, aidé par sa mère, avait presque terminé l’ouvrage à l’aube. Cado, caché près d’un rocher, envoya un chat sur le pont, et la bête traversa.

 

 

 

 

 

Belz pont lorois 1Le Diable, berné, entra dans une colère noire et voulut détruire son œuvre. Mais il ne put le faire, car le saint l’avait déjà béni… Il hurla à sa mère, qui transportait les dernières pierres, de les jeter dans le courant, ce qu’elle fit. Ce sont aujourd’hui les deux rochers formant l’étranglement de Pont-Lorrois.

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 1Là, deux versions de l’histoire. La première parle de Cado qui, voulant empêcher le Diable de détruire le pont en se battant avec lui, glissa sur le rocher où son pied laissa une trace. La deuxième raconte que Cado, voyant le Diable en pleine déconfiture, rit tant qu’il perdit l’équilibre et glissa.

 

Belz Saint-Cado 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 3Quoi qu’il en soit, la marque de son pied sur le rocher s’appelle aujourd’hui la « glissade de saint Cado », et les gens, autrefois, ne passaient pas devant sans s’incliner. La trace fut protégée par une grille et une croix y fut érigée, devenue le calvaire de Pen-er-Pont. Moi je dis… avant d’aller chercher plus loin, se poser devant cette croix.

 

Belz Saint-Cado 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Pays de Galles

Si c’est pas de la pure énergie de dragon, ça ! Et encore une fois un gallois, saint et sauroctone, maitrise la bête. Pourtant celui là ne fait pas partie des 7 fondateurs de la Bretagne. Ah oui, j’oubliais : le drapeau du Pays de Galles s'appelle le dragon rouge, « Y Ddraig Goch » en gallois. Souvenons-nous d’Uther Pendragon et des fondations de son château ébranlées par le duel du dragon rouge et du dragon blanc.

 

 

 

 

 

 

Belz st-cado-llancarfan 1aAprès cet épisode, Cado partit en Palestine, puis au retour, s’arrêta à Rome où le pape le fit évêque. Il retourna ensuite au Pays de Galles, dans son abbaye de Llancarfan où il mourut en martyr, tué par les saxons. La Bretagne garda son souvenir, et dans les chapelles qui lui sont dédiées, il est invoqué pour guérir les maux d’oreilles, les rhumatismes, les plaies et ulcères, les écrouelles, les furoncles, l’eczéma et autres maladies de la peau.

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 22L’ermitage de saint Cado devint monastère, « Sancti Catuoedi monasterium », mais, malgré les dons des seigneurs locaux, il n’arriva pas à se suffire à lui-même.  En 1089, le duc de Bretagne Alain IV le met donc sous l’égide des Bénédictins de l'abbaye Sainte-Croix. Le petit monastère devint alors simple prieuré dépendant de Quimperlé. Les moines construisirent une chapelle prieurale dédiée à saint Cado, et aussitôt un pèlerinage se mit en place.

 

 

 

 

 

La chapelle

 

Belz Saint-Cado plan 3a

La chapelle actuelle, mesurant 16m sur 10m, restaurée en 1959, date du XIIe siècle. De plan classique, elle comportait une nef à 3 travées, deux bas-côtés et une abside semi-circulaire en cul de four prolongeant la nef, entourée de deux absidioles qui ont disparu. La sacristie et la chapelle sud furent rajoutées en 1842.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 18Cette sacristie, vraisemblablement construite sur un ancien bâti, est collée au portail roman méridional du XIIe siècle, en plein cintre, abrité sous un porche moderne.

 

Belz Saint-Cado 19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 17Le portail occidental à anse de panier sous une accolade, surmonté d’un oculus, date du XVIe siècle. Les bancs de pierre engagés le long des murs extérieurs servaient au repos des pèlerins.

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 29Le chœur, à charpente apparente, est éclairé par trois fenêtres. Deux d’entre elles, en plein cintre, datant du XIIe siècle, furent occultées et rouvertes lors des travaux de 1959.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 33Sur la droite on remarque une porte maintenant bouchée. Elle donnait probablement sur un cloître qui n'existe plus.

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 34Un escalier en pierre du XVIe siècle monte jusqu’à la tribune. Restaurés en 1954, les panneaux en bois sculpté de style gothique flamboyant datent du XVIème siècle. Si un amateur de géométrie sacrée veut bien se donner la peine…

 

 

 

 

 

 

Je commence le travail descriptif : les motifs sont supportés par 4 colonnes surmontées de 4 trous en forme de larme. Le premier motif, rond, est un quadriskell dextrogyre. Il possède en tout 8 trous dont 4 trous ronds et 4 trous en cœur. Le deuxième, rond, est sénestrogyre et possède 8 trous en forme de larme. Le troisième, rond, sénestrogyre, possède 16 trous, dont 8 trous ronds et 8 trous en forme de larme. Le quatrième, carré, possède une fleur centrale à 4 pétales, et 12 trous en larme, dont 4 gros et 8 petits. A vous les studios.

Belz Saint-Cado 40

Belz Saint-Cado 27La nef est séparée des bas-côtés par des arcades en plein cintre reposant sur des piliers carrés et du chœur par une arcade en plein cintre retombant sur des colonnes engagées, à chapiteaux décorés de feuillages et de crossettes. La plupart des baies en plein cintre l’éclairant, longues et étroites,  furent condamnées.

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 28Dans l’église se trouvent plusieurs statues intéressantes, dont une piéta du XVe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 26Au mur se trouvaient 4 tableaux devant dater du XVIIe siècle représentant divers épisodes de la vie de saint Cado. Les tableaux ont disparu, mais le texte peint au-dessus est resté :

Anglois de nation, prince de Glamorgan, puis abbé, vient, débarque et réside céans.     

Les jugements de Dieu sans cesse méditant, c'est ainsi, pèlerins, qu'il a vécu céans. 

Aux pirates pervers en ce lieu l'assaillant, il dit : « Je suis sans biens, solitaire, céans ».   

« Oratoire, mon œuvre, adieu, dit-il, pleurant, Belz, t'oublierai-je ? Non ». Il cyngla de céans. 

 

Le lit de saint Cado

 

Belz Saint-Cado 35Dans la chapelle sud se trouve un assemblage de blocs de pierre que l’on appelle le lit de saint Cado. Les pierres de la base sont en petit appareil alors que les pierres du dessus sont bien plus importantes.

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 39La plus grosse pierre, grise, est gravée d’une croix de consécration, laissant imaginer qu’elle servit un jour d’autel.

 

Belz Saint-Cado 38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 36Aurait-elle pu servir à autre chose, dressée dans la terre, bien avant toutes ces histoires à dormir debout… à défaut de s’allonger sur le lit de Cado (peut-être même que le monde onirique se rapproche bien plus de la réalité que ce triste monde d’ici-bas) ?

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 37Une deuxième pierre, rouge, prolongée par un « oreiller », est située au-dessus d’un espace vide, où les pèlerins désirant retrouver l’ouïe introduisaient leur tête afin d’appliquer leur oreille sur la pierre du fond. Selon la légende, ils étaient guéris quand ils entendaient le bruit de la mer. Peut-être pourrions-nous même entendre bien plus, partant de l’écoute pour aller dans l’entendement ?

 

 

 

 

 

Le calvaire

 

Belz Saint-Cado 23La chapelle conventuelle était située dans un enclos entouré d’un muret qu’on appelait le « placitre » et dans lequel se trouvait souvent un calvaire.

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 25Erigé en 1822 sous l’instigation du curé de Belz, l’abbé Joseph Marec, celui de Saint-Cado possède trois larges escaliers menant sur une plateforme délimitée par 4 piliers carrés surmontés de pinacles ornés de têtes d’anges et de langues de feu en relief.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 24La croix, érigée au centre de la plateforme, présente d’un côté le Christ, et de l’autre la Vierge Marie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fontaine Saint-Cado

 

Belz Saint-Cado 10En contrebas de la chapelle, vers l’est, quelques marches d’escalier construites en 2004 conduisent à la fontaine de dévotion dédiée à saint Cado.

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 11Erigée au XVIIe siècle, restaurée en 1936, elle est protégée de la mer par un enclos de pierre. En effet, chaque marée montante envahit l’enclos, et l’eau monte jusqu’au bassin.

 

Belz Saint-Cado 12

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 16Ce petit bassin, carré, se trouve sous un édifice voûté en plein cintre, surmonté d’une croix d’allure celtique plus récente au centre de laquelle est sculptée une crucifixion.

 

Belz Saint-Cado 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado 15Au fond de la niche, une statue de saint Cado récente.

Belz Saint-Cado 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belz Saint-Cado fontaine 2


L’îlot de Nichtarguér

Belz N 2En face du pont de Saint-Cado, un îlot émerge du fleuve côtier Étel. Minuscule petit bout de terre de 25 mètres de diamètre à marée haute, bande de sable d’une centaine de mètres de long à marée basse, il porte une maison aux volets bleus et au toit d’ardoises roussies par le lichen. L’endroit n’est pas sacré, mais tant de photographes s’y sont penchés qu’elle doit dégager quand même quelque chose…

 

 

 

 

Belz Nichtarguer 1Construite en 1894, aujourd’hui inhabitée, elle était destinée au gardien des parcs ostréicoles voisins qui profitaient de la rencontre des eaux salées de la mer et des eaux douces de l’Étel. Fort de cette histoire, certains pensent que le nom de l’îlot, anciennement appelé Sterguer, provient de la fonction de la maison, c'est-à-dire « an istr er gêr », de istr, les huîtres et gêr  la maison, donc l’îlot de la maison des huitres. D’autres, plus pointus, pour qui « an istr er gêr » se traduit par « les huîtres à la maison », ce qui ne veut absolument rien dire, pensent que le nom provient tout simplement de ster, beau et guer, le fleuve, donc tout simplement l’îlot du beau fleuve.

 

 

 

 

http://www.infobretagne.com/belz.htm

http://chaussepied.over-blog.com/2015/09/ria-d-etel-et-st-cado.html

http://saint.cado.free.fr/chapelle.htm

Posté par madame_dulac à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 juillet 2016

L'alignement mégalithique de Lagatjar

 

Camaret plan 1Camaret n’est pas seulement l’endroit où vivait un certain curé bien connu des amateurs de chansons paillardes anticléricales, c’est avant tout un petit port de la mer d’Iroise, situé dans une anse bien protégée entourée de plages somptueuses et de falaises vertigineuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 30Au nord-est, la presqu’ile de Roscanvel avec la pointe des Capucins, au sud-ouest la pointe du Toulinguet et la plage de Pen-Hat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 29Sur la pointe du Toulinguet se trouve une succession de remparts. Dès la préhistoire les hommes s’en servirent comme un bastion naturel qu’ils fortifièrent, Vauban en 1695 et Napoléon en 1812 prenant la suite. 

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 33Pen-Hat, plage aux eaux transparentes et au sable fin, est très prisée des surfeurs et autres adeptes de glisse et de vitesse : les vagues cassent sur plusieurs endroits et la houle est la plus consistante de Camaret.

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 31Plus au sud encore, la pointe de Pen-Hir, imposant promontoire supporté par des falaises de pans de roches à pic hautes de plus de 70 mètres, se termine par les rochers que l’on appelle ici les Tas de Pois.

 

 

 

 

 

 

Entre les deux se trouve l'alignement mégalithique de Lagatjar.

 Lagatjar 27

Lagatjar 1a

Il est écrit dans le dictionnaire de Jean-Baptiste Ogée en 1778 qu’il était composé de 600 menhirs, ce qui fut confirmé en 1835 par Fréminville (je l’aime celui là) dans son livre Antiquités du Finistère.

 

 

 

 

 

Lagatjar 16Entre cette époque et celle de la restauration du site en 1928, et ce malgré son classement aux Monuments Historiques en 1883, beaucoup furent détruits. Il fut une période où ils servirent de zone de camping, et même de terrain de foot.

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 32aEn août 1928 les 21 pierres couchées parmi les restantes furent donc relevées. Saint-Pol-Roux, le poète symboliste né à Marseille mais breton de cœur, créateur de la revue « La Pléiade » en 1886, possesseur du manoir de Coecilian (dont on peut encore voir les ruines derrière les pierres levées) en prononça le discours d’inauguration, intitulé «  Menhirs » :

 

 

 

 

Lagatjar 17

« …ces pierres forment pour moi, solitaire de Lagatjar et leur voisin immédiat depuis un quart de siècle, un clavier gigantesque où la touche noire de l’ombre s’exprime en mineur et la touche blanche de la lumière en majeur… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 3Aujourd’hui il ne reste que 87 menhirs et bases de menhirs. Les pierres les plus grandes font environ 3 mètres de hauteur.

 

Lagatjar 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camaret plan 3L’alignement d’un peu plus de 200 mètres forme une ligne qui suit un angle de 37° dont partent à angle droit deux lignes parallèles légèrement courbes, distantes d’environ 77 mètres et d’un angle de 127°, c’est à dire la direction du lever du soleil au solstice d’hiver. Tout ceci délimite une aire quadrangulaire ouverte vers l’ouest, vers le soleil couchant.  

 

 

 

 

 

 

 

 

Lagatjar 25Les dignes ancêtres des constructeurs de cathédrales se sont manifestement servis des orientations solsticiales, voire plus si l’on en croit l’écrivain et historien Georges-Gustave Toudouze qui émit l’hypothèse que les alignements étaient orientés par rapport aux Pléiades.

 

 

 

 

 

 

pleiades 1L’amas stellaire des Pléiades, de couleur bleutée, est situé dans la constellation du Taureau (où se trouvait le point vernal vers 4 000 ans avant notre ère). Les anciens grecs, ayant compté 7 étoiles très brillantes, lui ont donné son nom : les Pléiades,  comme les 7 sœurs, filles du Titan Atlas (la force brute de la terre) et de l’Océanide Pléioné (la force brute de l’eau). La plus lumineuse d’entre elles se nomme Alcyone, puis viennent Astérope, Mérope, Élèctre, Maïa, Taygète et Célaéno.

 

 

 

 

 

 

Pléiades 2aEn octobre, les Pléiades apparaissent à l’est au-dessus de l’horizon, signalant dans tout l'hémisphère nord le début des moissons. L’amas fait partie de l’alignement PAMS, avec les Pléïades, Aldébaran (alpha du Taureau), le Baudrier d’Orion dit les 3 Mages (Alnitak, Alnilham et Mintaka) et Sirius (alpha du Grand Chien).

 

Et notre Saint-Pol-Roux n’a-t-il pas créé une revue nommée « Les Cahiers de la Pléiade » ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poule 3aMieux encore. La petite constellation prend parfois le nom de poussinière, de couveuse, de poule et ses petits, de troupe de pigeons. En breton on l’appelle Ar Yar, la poule. Or, dans la langue bretonne, lagad veut dire l’œil. Lagatjar, ou lagad-yar, serait alors l’œil de la poule, c'est-à-dire l’endroit où l’on peut voir, viser, les étoiles Pléiades.

 

Ouvrez l'oeil, poulettes et poulets... aux pattes noires, aux plumes blanches et à la crête rouge, et continuez de chanter le rythme du soleil et la rotation de la Terre.

Posté par madame_dulac à 16:44 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

01 juillet 2016

La baie des Trépassés

 

Trépassés 4aSur la côte de la Cornouaille, protégée au nord par la pointe du Van et au sud par celle du Raz, la baie des Trépassés, au magnifique rivage de sable blanc, nous fait admirer au loin l’archipel de Sein et les rochers de Tévennec. Elle porte un bien triste nom. Pourtant, au départ, elle se nommait tout simplement Boë An Aon, la « baie du ruisseau ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Trépassés 5Elle servait d’estuaire à un large fleuve côtier, venant de la région de Bannalec, devenu au fil du temps et des bouleversements géologiques ce petit cours d’eau qui serpente dans la vallée séparant Cléden et Plogoff, qui entretient l’étang de Laoual avant de terminer sa course vers la mer en s’infiltrant sous les dunes de la plage.

 

 

 

 

 

Trépassés 7Depuis toujours, les corps des marins dont les bateaux s’étaient fracassés sur les récifs de la pointe du Raz, pris par les forts courants de marée et les vents dominants, venaient s’échouer sur cette plage, ce qui alimenta les histoires et les contes bretons (raz en breton signifie « courant rapide »). La Bretagne est terre de légende… Boë an Aon se transforma en Boë an Anao, la « baie des âmes en peine », celles des trépassés.

 

 

 

 

 

Trépassés 8Mais au fait, que veut dire trépasser ? Ce n’est pas, comme on pourrait l’imaginer, passer trois fois. L’étymologie nous apprends que le mot provient de l’ancien français « trespasser », de tres, issu du latin trans : au-delà, et du latin vulgaire « passare », dérivé du latin passus, le pas : traverser. Trépasser représente donc l’action de passer de la vie à la mort, avec une notion de changement.

 

 

 

 

 

Trépassés 11Ceux qui voient quand même dans trépasser l’action du nombre trois ne sont pas en faute : le trois, représentant la trinité des origines, est le premier nombre réellement actif. Il commence une expérience, comme par exemple trois jours qui représentent dans les récits symboliques la première séquence du temps ou trois animaux le premier degré de conscience.

 

 

 

 

 

Trépassés 10Nos morts sont simplement dans le commencement d’une nouvelle expérience, trois passages se rapportant à la première étape d’un voyage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les légendes de la baie des Trépassés

 

Ankou 4aPlusieurs légendes se rapportent à notre baie. La première, la plus connue, parle des marins trépassés qui revenaient parmi les vivants, chez leurs proches, tous les 2 novembre (jour de la Commémoration des fidèles défunts, appelé aussi jour des Morts, le lendemain de la Toussaint selon le rite catholique romain). Les bretons allumaient alors de grands feux dans leurs maisons, pour qu’ils puissent venir s’y réchauffer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ankou 1aLes âmes des trépassés prenaient la forme de feux sur l'océan, ou bien d’êtres qui, par série de sept, surgissaient des vagues en lançant un appel, ou encore d’esprits formant une longue procession jusqu’à la chapelle Saint-They. D’autres étaient transportées dans la grotte de l’Autel, près de la ville de Morgat, huit jours avant de partir pour l’autre monde.

 

 

 

 

 

 

Ankou 3aUne autre légende, plus ancienne, donc moins influencée par le catholicisme, parle des trépassés, attendant silencieusement par les nuits sans lune dans la barque des morts, la Bag Varu, ou Bag an Noz, la barque de la nuit. Si un marin pêcheur la croisait, une voix lui ordonnait de monter à bord pour tenir le gouvernail. Il naviguait alors en direction du soleil couchant, vers les Iles Bienheureuses où il déposait les défunts, puis il retournait à son bateau. Le lendemain matin, le pêcheur avait tout oublié de son périple.

 

 

 

 

 

 

 

Druide 2Et si l’on remonte encore plus loin dans le temps, on trouve une tradition païenne datant de l’époque celtique : les druides, après leur mort, étaient emmenés dans la baie, puis embarqués jusqu’à l’ile de Sein (insula Seidhun, l’ile des Fées) où se trouvaient leurs sépultures.

 

 

 

 

 

 

Velleda 5aRemontons plus avant… L’ile de Senæ accueillait les Gallisenæ, prêtresses vierges gardiennes du feu, dont Pomponius Mela (géographe romain du Ier siècle) fait la description suivante :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Velleda 10a« les prêtresses, vouées à une virginité perpétuelle, sont au nombre de neuf. Elles sont appelées Gallicènes, et on leur attribue le pouvoir singulier de déchaîner les vents et de soulever les mers, de se métamorphoser en tels animaux que bon leur semble, de guérir des maux partout ailleurs regardés comme incurables, de connaître et de prédire l’avenir, faveurs qu’elles n’accordent néanmoins qu’à ceux qui viennent tout exprès dans leur île pour les consulter ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Velleda 2aStrabon (géographe grec du Ier siècle) parle de l’ile comme étant interdite aux hommes. La plus connue d’entre elles se nommait Velléda, à qui Merlin confia le roi Arthur lors de sa mort. Personne ne sut comment il revint à la vie…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vercingétorix 2aMême Vercingétorix serait venu demander conseil à ces prêtresses avant d’aller affronter César.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ys 2aUne autre légende semble puiser ses racines aux temps de la Grande Déesse, celle du roi Gradlon et de la ville de Ker Ys. Bien que fortement christianisée, empreinte des fautes et autres indicibles horreurs imputées aux femmes depuis l’arrivée des hommes au pouvoir, pétrie des bons sentiments des saints contrant les vilaines coutumes païennes, elle contient encore une merveilleuse symbolique : on y retrouve le mythe de la ville engloutie et celui des gardiennes des eaux ou de l’autre monde. Ker Ys aurait pu se situer, d’après certains, dans l’ancienne vallée de la baie des Trépassés.

 

 

 

Gradlon 1a« Il était une fois, au fin fond de la Bretagne, en Cornouaille, un roi bon et beau qui s’appelait Gradlon Meur. On le disait fils ainé du légendaire roi Conan Meriadec et de sainte Darerca, la sœur de saint Patrick. Lors d’un voyage en Irlande, il tomba amoureux de Malgven, reine du Nord, que certains disaient magicienne, d’autres même fée ou sirène. Mariée au vieux roi Harold, elle s’arrangea pour que Gradlon, devenu son amant, le tue en lui faisant boire un poison. Le forfait commis, ils s’enfuirent tous deux montant Morvarc'h, le cheval noir de Malgven qui soufflait du feu par ses naseaux et galopait sur les flots. Pour le malheur du roi, elle mourut en donnant naissance à leur fille, Dahut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Guénolé 2Rentré seul chez lui, Gradlon fit construire une magnifique cité côtière, protégée des assauts de la mer par une immense digue, au milieu de laquelle se trouvait une porte de bronze dont il gardait précieusement la clé. Il éleva seul sa fille. Un jour, un saint homme, Guénolé, vint de l’abbaye de Landévennec pour les voir et les convertir à la religion du vrai Dieu. Dahut, devenue une belle jeune fille aux cheveux d’or, ne voulut rien entendre. Elle préféra continuer à mener une vie de luxure et de débauche, au milieu des soieries, des ors et des festins. Le saint homme mit en garde le roi, devenu pieux, l’avertissant que les péchés de sa fille pouvaient précipiter la chute de la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ys 1aMais Gradlon aimait trop Dahut pour la punir. Un soir, elle eut la visite d’un séduisant étranger tout vêtu de rouge. Elle passa la nuit avec lui, et, au matin, il lui demanda la clé de la porte de bronze. Sous le charme, elle la vola à son père et le soir venu la remis au visiteur qui s’empressa d’ouvrir la porte avant de disparaître. Les flots envahirent la ville. Guénolé réussit à s’échapper avec le roi qui montait Morvarc'h, le cheval magique. Ils allaient arriver sur la terre ferme lorsqu’ils entendirent Dahut appeler au secours. Gradlon vit sa fille se débattre dans les vagues mugissantes. Il fit demi tour, l’agrippa et la fit monter sur son cheval. Mais Morvarc'h ne pouvant porter le poids des péchés de Dahut, s’enfonçait dans les flots... Guénolé ordonna de l’abandonner à son sort. Gradlon s’enfuit donc sans sa fille à Quimper qui devint sa nouvelle capitale. »

 

 

Gradlon 3aEn breton moderne, le préfixe ker se rattache à l’idée de ville ou de village, mais il provient du vieux breton caer, qui veut dire forteresse, citadelle. Ys serait issu d’izel, ce qui est en bas, ou sous quelque chose. Ker Ys serait donc la forteresse du bas, ou la forteresse dessous (la mer).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trépassés 3Légende ? Pourquoi alors existe-il, surplombant au nord la baie des Trépassés, sur le site de Trouguer, les traces d’un ancien camp romain fortifié ? Ces camps en hauteur protégeaient en général une villa en contrebas. Et pourquoi la principale voie romaine traversant le Finistère de Carhaix à Douarnenez se poursuit-elle jusqu’à Trouguer, qu’elle dépasse, finissant sur le sable blanc de la baie des Trépassés ?

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.le-repaire-des-pecheurs.fr/sorties-patrimoine/ville-dys-a-la-recherche-de-la-cite-engloutie

http://www.le-repaire-des-pecheurs.fr/?attachment_id=104http://www.le-repaire-des-pecheurs.fr/?attachment_id=103

http://ternel.kazeo.com/legendes-bretonnes-c27252714

http://www.bagadoo.tm.fr/kemper/villedys.html

Posté par madame_dulac à 00:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

La chapelle Saint-Tugdual de Trouzent

 

Trépassés 12Nous venons de découvrir la baie des Trépassés. Remontons en amont le long du ruisseau qui vient se perdre dans ses dunes. Passons l’étang de Laoual, puis bifurquons le long du ru qui mène à Kerleodin. Nous arrivons au lieu-dit Trouzent, petit hameau dont l’étymologie nous apprend que le nom serait issu de Toul ar Zent, le trou ou le coin du saint. C’est ici que se trouve la chapelle Saint-Tugdual.

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 1De plan rectangulaire, elle possède un chevet polygonal prolongé par la sacristie. Elle fut bâtie en 1772 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle devenue trop petite pour le nombre des fidèles. Le clocheton à dôme, protégeant la cloche Marie-Olive, fut terminé en 1775 et la sacristie en 1779. Elle fut vendue pendant la Révolution à un habitant du hameau, Jean Kerloc'h.

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 13L’intérieur est sobre. Derrière l’autel minimaliste, un tableau de la Vierge Marie est encadré par les statues de saint Tugdual à gauche et saint Pierre à droite.

 

 

 

 

 

 

 

Moulins 1aIl n’y a pas si longtemps, la légende racontait que pour que le vent se lève et fasse tourner les ailes des moulins, il fallait balayer l’intérieur de la chapelle. Un dicton local nous la rappelle :

Troc'ha an ed du arog sant Duel (couper le blé noir avant la fête de saint Tugdual)
Gant aon e iaffe gant an avel (de peur que le vent ne l'emporte)

 

 

Les sept saints fondateursLa chapelle est dédiée à saint Tugdual, l’un des sept saints fondateurs des premières cités épiscopales de Bretagne (Malo->Saint-Malo, Samson-> Dol-de-Bretagne, Brieuc->Saint-Brieuc, Pol-Aurélien->Saint-Pol-de-Léon, Corentin->Quimper, Patern->Vannes et Tugdual->Tréguier).

 

 

 

 

saint-tugdual 3

Tugdual serait venu de Domnonée, ancienne contrée britannique comprenant le Devonshire et les Cornouailles, fuyant l'invasion des Angles après la mort de son père. Certains hagiographes le disent fils du roi légendaire de Bretagne Hoël Ier, réfugié au Pays-de-Galles après l’attaque des armées de Clovis. Il serait arrivé accompagné de sa mère sainte Pompaea, de ses frères et sœurs (saint Lunaire ou Lenor, sainte Sewa ou Sève) et de 72 disciples.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saint Tugdual 4aTugdual fonda l’évêché de Tréguier en 542 et partit évangéliser le pays. Il eut de bonnes relations avec le nouveau roi des Francs Saliens, Childebert Ier, fils de Clovis, qui lui confia l’évêché de Lisieux. Tugdual, après quelques déboires, dut encore fuir. Il partit à Rome, où la légende raconte qu’il arriva le jour de la mort du pape Vigile, le 7 juin 555. Une colombe s’étant posée sur sa tête lors du conclave, il fut alors choisi par certains comme nouveau pape. Il était déjà appelé Tudgualus, mais aussi Tudwal, Tuzval, Tudal, Tual, Tugal, Tutuarn et Tudy. Il prit alors en plus le nom de Pabu, qui signifie pape ou père en vieux breton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saint-tugdual 6aQuoi qu’il en soit, il revint après quelques années dans son évêché de Tréguier où il mourut le 30 novembre 564 après avoir accompli bon nombre de miracles. Son corps, lors des invasions vikings, aurait été transporté à Laval puis à Château-Landon, et sa tête aurait été emmenée à Chartres. Il avait pour emblème un dragon rouge, que l’on retrouve sur les armoiries du Pays-de-Galles.

 

 

 

 

 

 

 

 

saint tugdual 5aLa légende parle d’un combat qu’il aurait mené contre la bête en arrivant à Treguer, faisant de lui un autre saint sauroctone, comme ses confrères Pol de Léon lorsqu’il vainquit le dragon de l’ile de Batz en le précipitant dans le Toul-ar-Sarpant, Samson lorsqu’il chassa les serpents de la grotte de Golant, Malo lorsqu’il chassa le dragon de l’ile de Cézembre, Brieuc lorsqu’il fit partir le diable du corps d’un homme auquel il était apparu sous forme de dragon.

 saint malo 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est curieux chez les saints fondateurs bretons ce besoin de dompter du monstre…

 

Saint-Tugdual Trouzent 3Donc nous nous trouvons devant la chapelle dédiée à Tugdual. En contrebas, au milieu des fleurs, une petite construction en pierre protège la source.

 

Saint-Tugdual Trouzent 7

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 5Son eau s’écoule par un trou dans le granite sur la droite, passe près d’une vénérable pierre moussue qui surmonte une sorte de lavoir avant d’aller rejoindre un ruisseau. Ces lavoirs de Bretagne, construits à côté de la fontaine sacrée, sont aussi appelés des « doués », de racine latine deo, le divin.

 

Saint-Tugdual Trouzent 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 11Ce bassin, entouré de saules, de hêtres, de fougères et d’acanthes, est un petit coin de paradis. Non seulement c’est magnifique, mais je dirais que c’est… tout simplement magique. Je suis étonnée que la source ne soit pas répertoriée au premier plan dans la liste des fontaines sacrées de Bretagne, ou dans les lieux guérisseurs.

 

Saint-Tugdual Trouzent 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 6Parce que c’en est un. Et pas des moindres, croyez-moi ! La vibration est étonnante. Jadis, son eau était réputée pour soigner les yeux, les oreilles et la peau, et les paysans venaient y abreuver leur bétail afin de le protéger des maladies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 12

Posez-vous sur la pierre, vous m’en direz des nouvelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.yarric.com/fontaines-guerisseuses-en-bretagne/

http://martheknockaert.unblog.fr/category/cap-sizun/page/2/

http://www.cleden-cap-sizun.com/ccs,chapelle-saint-tugdual.html

Posté par madame_dulac à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


31 mai 2016

Les iles de Lérins, histoire et légendes

 

 

Lérins plan 1L’archipel de Lérins, situé dans la baie de Cannes, comprend cinq iles, dont les deux principales, Saint-Honorat et Sainte-Marguerite, sont séparées par le canal du Frioul, haut plateau marin peu profond.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 10Les iles furent habitées par des Ligures au VIe siècle avant notre ère. Puis les grecs s'en servirent de lieu d'escale, les romains y construisirent un oppidum, Vergoanum, avant que les moines n'y fondent un monastère au début du Ve siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 64Une légende raconte que l'archipel, il y a très longtemps, ne formait qu'une seule grande ile appartenant au Diable. Il y avait construit un temple où il enfermait les serviteurs dont il était mécontent. Pour retrouver leur liberté, ils devaient se transformer en serpents venimeux sept années consécutives et provoquer la mort d'au moins une personne juste par an.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 50Dieu se mit en colère et ordonna à la mer de submerger l'ile et ainsi de détruire les oeuvres du Malin. Ce qui fut fait. Lorsque l'ile remonta à la surface, elle était scindée en deux et le Diable, un pied sur chaque ilot, perdit l'équilibre, sombra dans la mer et ne revint pas. Les iles se couvrirent alors d'une épaisse forêt.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat plan eIl n'ya pas de fumée sans feu, comme il n'y a pas de légende sans fond de vérité, comme nous le verrons plus loin. Pourrait-on d'ailleurs voir ici la possibilité du passage de l'androgynat primordial à la dualité masculin/féminin, avec l'ile principale, l'unité, se divisant en Marguerite d'un côté et Honorat de l'autre ?

 Les anciens marins parlent de l'archipel comme de "l'ile de Lérins", et non pas "des iles de Lérins"...

 

 

 

 

 

 

Héraclès 2Une hypothèse parle de l'origine du nom de Lérins comme d'un souvenir de Lerne et de son hydre. Il semblerait qu'Héraclès, maitrisant la bête aux 9 têtes lors du deuxième des douze travaux qui lui furent imposés, ait pu être remplacé par saint Honorat tuant les nombreux serpents de l'ile.

 

Héraclès 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apollonius 2

Dans un autre registre, Philostrate d'Athènes, écrivain du IIIe siècle, rapporte dans sa "Vie d'Apollonios de Tyane" que le philosophe, grand initié de son temps, avait caché sur les rivages de Lérins des talismans qui devaient servir à développer les pouvoirs des hommes. Il aurait du, à mon avis, en poser d'autres servant à développer leur sagesse. Erreur. Grosse erreur.

Aurait-il pu se douter que des décérébrés abrutis et lâches puisse détruire les statues colossales de l'éveillé Bouddah ou seulement imaginer une seule seconde dynamiter la grande pyramide ? Bon, ça, c'est parce que je suis en colère. D'autres décérébrés abrutis et lâches ont fait bien pire avant eux, détruisant la bibliothèque d'Alexandrie, les parfaits, les templiers et les soi-disant sorcières par le feu. Apollonios, si tu m'entends...Oscour...

 

 

 

 

 

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_de_L%C3%A9rins

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_Saint-Honorat

http://www.cepam.cnrs.fr/IMG/pdf/Plaquette-Lerins_web_low.pdf

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

http://www.francenervie-secretes.com/lerins_art.html

Posté par madame_dulac à 09:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

L’ile Sainte-Marguerite

Sainte-Marguerite Lérins 4Les Ligures construisirent sur Sainte-Marguerite, appelée tout d’abord Plasania, puis Lérinê par les grecs et enfin Lerina par les romains, un oppidum de blocs de pierre massifs disposés en cercle. Cette base défensive, Vergoanum, citée par Pline l’ancien au Ier siècle dans son « Histoire naturelle » ( Lero et Lerina, aduersum Antipolim, in qua Vergoani oppidi memoria ) construite sur le point le plus élevé, deviendra fort romain, forteresse moyenâgeuse, citadelle royale puis prison. Sa célébrité lui sera assurée par son illustre détenu, le mystérieux masque de fer. La ville de Cannes racheta le fort en 1993.

 

 

Sainte-Marguerite Lérins 1La légende raconte que sur l’ile de Lerina vint s’installer Marguerite, la sœur d’Honorat, le saint homme qui bâtit un monastère sur l’ile voisine de Lero. Elle y dirigeait alors une communauté de religieuses. L’ile de Lero étant dévolue aux hommes, elle ne pouvait rendre visite à son frère. Honorat, qui aimait profondément sa sœur, ne pouvait venir lui rendre visite qu’une fois l’an, lorsque les amandiers étaient en fleurs. Marguerite ne l’entendant pas de cette oreille, pria les cieux. Les amandiers fleurirent une fois par mois, même si, au Ve siècle, il n’y avait pas la queue d’un amandier à l’horizon. 

 

 

 

Sainte-Marguerite Lérins 2Une autre version parle d’un soupir de la sainte qui fit tomber les pétales des fleurs d’un cerisier, qui formèrent un pont entre les deux iles. Une autre légende encore raconte que Marguerite, aidée de son frère Honorat, combattit un dragon qui, blessé, s’en alla mourir près de Draguignan. Mais l’église décrétât qu’Honorat n’eut jamais de sœur s’appelant Marguerite, que le personnage fut créé à partir de l’histoire de sainte Marguerite d’Antioche. Rabat-joie quand même.

 

 

 

 

Sainte-Marguerite, ilot de la TradelièreEn face de la pointe est de l'ile se trouve un ilot qui se nommait autrefois Trans-Léro. Il fut appelé par les marins Terra de Lhierra, qui donna son nom actuel de Tradelière.

Posté par madame_dulac à 09:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L’ile Saint-Honorat

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 1L’ile de Saint-Honorat, appelée tout d’abord Lêron par les grecs puis Lero par les romains, plus petite que Sainte-Marguerite, servit d’escale aux navires grecs dès le Ve siècle avant notre ère.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 96

Lêron, d’après Strabon, était un héros grec, un demi-dieu auquel un petit temple était dédié : un vase d’offrande sur lequel ce nom était gravé fut retrouvé dans un fossé proche de l’abbaye (Athênaios, fils de Dionysos, de Néopolis, à Lêrôn et Lérinê ).

 

 

 

Neptune 1Lero et Lerina pourraient être des parèdres, des jumeaux, ou bien une mère et son fils. Du temps des Romains, Neptune y fut à l’honneur (une pierre carrée, ancien autel votif, portant l'inscription "Neptuno Veratia Montana", fut retrouvée. Neptune, assimilé à Poséidon, était le dieu de la mer, mais aussi des tremblements de terre).

Puis l’ile fut abandonnée. Au début du Ve siècle, elle était déserte. C’est à cette période que saint Honorat vint s’y installer. Sa légende nous est contée par Jean Cassien :

 

 

 

 

 

 

 

Saint Honorat 1Honorat vint au monde vers l’an 375 au sein d’une riche famille gallo-romaine, peut-être à Trèves, dans l’actuelle Allemagne. Il reçut l’éducation classique de son époque, son père le destinant à la fonction de consul. Il choisit avec son frère Venantius de se convertir au christianisme et de partir sur les routes vers l’orient en compagnie d’un vieil ami et mentor, Caprais, afin de trouver les pères du désert et devenir comme eux anachorètes.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 98Venatius trouva la mort en Grèce, Honorat et Caprais revinrent en Gaule. Ils s’installèrent dans une grotte proche de Fréjus, et leur renommée ne se fit pas attendre : ils reçurent beaucoup visiteurs venus les consulter pour leur grande sagesse.

Désirant avant tout mener une vie d’ermite, ils virent se réfugier sur les conseils de Léonce, l’évêque de Fréjus,  avec quelques compagnons voulant les suivre, sur l’ile de Lerina. A leur arrivée, ils trouvèrent l’ile infestée de serpents venimeux. Honorat invoqua le ciel : toutes les bêtes moururent. L’odeur pestilentielle des cadavres en décomposition devint vite intenable.

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 69Honorat demanda à ses 6 compagnons de grimper sur des palmiers, puis il invoqua le ciel une seconde fois : les eaux de la mer montèrent et nettoyèrent l’ile. Ensuite, afin de pouvoir installer plus confortablement la petite communauté de cénobites et pouvoir accueillir les visiteurs sur l’ile dépourvue d’eau potable, il fit jaillir une source en tapant une pierre par 3 fois avec son bâton. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 77aComme dit précédemment, il n’y a jamais de fumée sans feu. En 410, la Côte-d’Azur fut victime d’un violent séisme qui fit s’affaisser l’archipel, les eaux de la Méditerranée submergeant ainsi les sources proches du rivage, rendant difficile l’installation humaine (la source de la Boutte, débitant 200 litres d'eau douce par seconde, se trouve à quelques mètres sous le niveau de la mer actuellement). Sur l’ile, près de l'église abbatiale, se trouve encore le puits Saint-Honorat, résurgence qui ne tarit jamais.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 93

Depuis ce temps là, les armoiries de l’abbaye portent une crosse d’abbé flanquée de deux serpents enlaçant de leur queue deux branches de palmier (ou palme), même si au Ve siècle il n’y avait pas la queue d’un palmier à l’horizon. Le frère et la sœur, tous deux saints, sauroctones et horticulteurs hors pair, voilà bien des parèdres intéressants.

Gardons à l'esprit la zone sismique, l'ile du Diable qui s'affaissa, les serpents ou l'hydre de Lerne maitrisés, les parèdres, les 7 premiers cénobites, les 7 chapelles, les 3 coups du bâton de l'abbé, l'eau miraculeuse. 

La petite communauté cénobitique du départ devint l’un des centres spirituels les plus importants du monachisme occidental. En 427 on en parle comme d’un « immense monastère », et la règle d’Honorat, dite des Quatre Pères, fut la première écrite en Gaule. De nombreux moines affluèrent, surtout du nord de la Gaule.

 

 

 

 

Saint Honorat 2Honorat dut quitter son monastère pour aller prendre la charge d’évêque d’Arles vers 428. C’est là bas qu’il mourra, en 430. Après lui vint l’âge d’or de l’abbaye. Une succession de moines devenus saints y furent formés ou en devinrent abbés, comme saint Maxime, saint Fauste, saint Porcaire, saint Virgile, saint Chonon, saint Nazaire, saint Eucher évêque de Lyon, saint Vincent, saint Aygulf, saint Amand, saint Florent, saint Ardémius, saint Ebibode, saint Vosy, saint Polémius, saint Mayeul et saint Odilon de Cluny.

 

 

 

 

Patrick

Une légende raconte que saint Patrick lui-même vint à Lérins quelques années pour parfaire sa formation (il avait été esclave au service d’un druide pendant de nombreuses années avant de s’échapper).

 En rentrant en Irlande, il aurait prêché à Tara pendant l’assemblée générale des rois d’Irlande, devant Aengus, avant de débarrasser lui aussi l’ile de tous les serpents en les faisant périr dans l’eau. Copieur. Bref. Tout cela nous apprend que les anciennes religions, et surtout celle des druides, étaient très présentes dans les débuts du monachisme occidental. 

 

 

 

 

 

 

 

 

lindisfarneAu VIIe siècle, la règle bénédictine remplaça celle des Quatre Pères. C’est saint Aygulf, ancien moine de Saint-Benoit-sur-Loire, devenu abbé de Lérins en 671 qui la fit appliquer. Un moine anglais, saint Benoit Biscop, venu de l’abbaye de Lindisfarme, sur la côte nord-est de l’Angleterre, et dont le fondateur, Aidan, arrivait d’Iona, vint alors s’y perfectionner.

 

 

Jarrow 1Iona, ancien lieu sacré des druides, où fut abbé l’irlandais saint Columba. Benoit fonda à son retour dans les iles britanniques en 681 les deux monastères jumeaux de Jarrow où vivra Bède le Vénérable. Ils seront les deux premiers monastères anglais construits en pierre, avec des fenêtres en verre. Pour cela, il fit venir des compagnons et des maitres de France, où la technique était déjà utilisée.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 51En 732, les Sarrasins pillèrent l’abbaye et massacrèrent les moines, entamant une longue période de raids contre l’ile. Les moines revinrent au début du IXe siècle et au XIe, le monastère fut fortifié. A cette époque, Cannes, Le Cannet et Mougins en devinrent les fiefs et portèrent dans leurs armoiries la palme, emblème de l’abbaye. L’abbaye de Lérins, entrant dans le giron clunisien, reçut alors de grosses donations qui permettront la fondation d’une centaine de « filles » en Provence.

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 59Au XIIe siècle, l’abbaye fut agrandie. Les pèlerins accoururent, sachant qu’en faisant sept fois le tour de l’ile pieds nus en s’arrêtant devant les 7 chapelles, ils obtiendraient les mêmes indulgences qu’en allant à Rome ou à Jérusalem : ils recevaient des mains de l'abbé une palme en signe d'indulgence plénière. Au XIVe, des soldats vinrent s’y installer afin de la protéger. Les reliques d’Honorat furent transférées d’Arles en 1391, et l’abbaye devint un lieu de pèlerinage très fréquenté.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 9Puis les Espagnols prirent l’ile, la fortifièrent, installèrent des batteries de canons sur les chapelles. Le système de commende dès 1464 accéléra ensuite la décadence de l’abbaye, qui fut fermée en 1788 sous ordre du roi. A la Révolution, les deux iles furent appelées Marat et Lepeletier, du nom de deux de ses « martyrs ».

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 11

L’abbaye fut vendue, rachetée en 1792 par Jean Alziary de Roquefort pour sa fille Marie-Blanche, dite Blanche Sainval, actrice de la Comédie-Française, qui la transforma en salons de réception. C’est en 1869 que des moines cisterciens de la congrégation de Sénanque revinrent sur l’ile. L’abbaye était en ruine. Elle sera reconstruite en 1878.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 81

A l’heure actuelle, l’abbaye, équipée d’un superbe alambic de 1948, produit des liqueurs comme la Lérina verte et jaune (me rappelle la Verveine, tiens…), et la liqueur de mandarine, mais aussi du marc et du Lérincello à base de citrons. De plus, 35 000 bouteilles de vin sont produites chaque année dans les deux principales cuvées de l’île : la cuvée « Saint Honorat » en rouge et la cuvée « Saint Pierre » en blanc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 82Mais il existe des cuvées prestige, comme la cuvée « Saint Sauveur » en rouge dont le millésime 2005 a été récompensé par la médaille d’or au concours des Syrah du monde, la cuvée « Saint Césaire » en blanc, et la cuvée « Saint Salonius », la plus récente, très prisée et très rare. Comme le disait Andrée Putman,  une personne extraordinaire ayant passé son enfance au sein de l’abbaye de Fontenay, « le luxe, ce n'est pas ce qui est cher, mais ce qui est rare ». Boire du Saint Salonius est un luxe.

Posté par madame_dulac à 09:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

L’abbaye Saint-Honorat

 

Le groupe cathédral

 

Abbaye Saint- Honorat plan c1 : Eglise Sainte-Marie

2 : Eglise Saint-Honorat

3 : Cloitre

4 : Salle du chapitre

5 : Refectoire

6 : Chapelle Saint-Porcaire

Situé sur l’emplacement du monastère primitif d’Honorat, l’ensemble monastique du XIe siècle, commencé sous l’abbatiat d’Aldebert I, comprenait deux églises reliées par une petite pièce à fonction funéraire dite « galerie des morts », l’église majeure Saint-Honorat (dédicacée en 1088) et plus au nord la petite église Sainte-Marie.

 

 

 

 

 

 

cloitre 1Le cloitre en parallélépipède, plus large côté est, reconstruit entre les XIIe et XIIIe siècles, porte encore des traces des murs du VIIe siècle. Il était situé au sud-ouest et donnait accès à la salle capitulaire voûtée d'ogives du XIIe siècle, au réfectoire et à la cuisine. Plus au sud, la chapelle Saint-Porcaire.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 12De l’église abbatiale romane il ne reste rien. Elle fut remplacée au XIXe siècle par celle que l’on peut voir de nos jours.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 48L’église Sainte-Marie, transformée en habitation, fut largement transformée. Elle comprenait une nef unique, avec abside semi-circulaire. De nombreux bâtiments furent rajoutés, qui servent aujourd’hui de magasin et de quartiers d’habitation, où l’on peut venir faire une retraite.

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 14

 

 

 

 

 

Le monastère fortifié

 

Abbaye Saint- Honorat plan bAprès l’abbatiat d’Aldebertt Ier, Aldebert II, abbé de Lérins entre 1088 et 1103, fit élever une tour fortifiée à la pointe sud de l’ile, près du monastère, afin de protéger les moines des attaques des sarrasins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat plan dLes sous-sols sont aménagés, cachant les réserves de nourriture, le moulin à huile et le four à pain. Le premier étage comprend  les salles communes, dortoirs et salles de travail. Le deuxième étage est réservé à la prière. Sa construction se termina vers la fin du XIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 29La fin du XIIIe siècle et le début du XIVe voient l’adjonction vers l’est d’une grande tour carrée aux murs très épais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 37

Dans son sous-sol est creusée une citerne, accessible par un puits. Les reliques de saint Honorat furent placées en 1392 au deuxième étage, dans la chapelle Sainte-Croix, qui devient le saint des saints de l’abbaye.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 28

Un premier cloitre voit le jour en 1459 dans le nouveau bâtiment, appelé « cloitre du travail ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 39

Le deuxième, le « cloitre de la prière », est construit au-dessus vers 1477.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 55Aux XIVe et XVe siècles, un autre bâtiment est construit ou sud-ouest pour palier au manque de la place prise par les cloitres.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 58

L’intérieur de la forteresse est réaménagé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 47A la fin du XVe siècle, la garnison militaire s’installe dans les étages supérieurs et sur les terrasses de guet et de défense. Le monastère fortifié, comprenant alors 90 pièces, dont 30 cellules, une église, et trois chapelles, fut utilisé jusqu’à sa fermeture en 1788.

 Abbaye Saint- Honorat Lérins 43

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 26On arrive au monastère par un escalier en pierre assez récent menant à une porte située à 4m du sol. Les moines y accédaient à l’époque par une échelle. On entre directement dans un cellier, voûté en berceau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 62

 

Le premier étage, le cloitre du travail, dont la plupart des colonnes proviennent de monuments romains (comme une borne militaire), possède des arcades ogivales datant du XIVe siècle. Il fut remanié et restauré au XVIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 46

Le cloitre de la prière, au deuxième étage, est soutenu par 12 colonnes octogonales en marbre blanc, offertes par la ville de Gênes qui voulut se racheter de l’attaque du monastère en 1400.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 42De là on accède à la chapelle Sainte-Croix, dont la porte possède un linteau très bas, comme dans les églises romanes primitives, ce qui obligeait le visiteur à s’incliner, à se replier sur lui-même dans une attitude de soumission. La porte de sortie, plus haute, lui permettait d’en ressortir debout, après avoir été en contact avec les reliques et reçu la grâce divine. 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 56Un escalier amène au troisième étage et aux plateformes entourées de créneaux et de mâchicoulis. 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 54Viollet-le-Duc rénova l’édifice et rajouta le clocheton.

 

 

 

 

 

 

 

Le pèlerinage

Abbaye Saint-Honorat Lérins plan a

1 : Abbaye

2 : Monastère fortifié

3 : Chapelle de la Trinité

4 : Chapelle Saint-Cyprien

5 : Chapelle Saint-Michel

6 : Maison Saint-Salvien

7 : Chapelle Saint-Sauveur

8 : Chapelle Saint-Caprais

9 : Chapelle Saint-Pierre

10: Chapelle Saint-Porcaire

Les pèlerins devaient visiter sept chapelles en faisant le tour de l’ile pieds nus afin de recevoir des indulgences. L’ile, Lêron, étant lié au masculin, le tour devrait se faire de façon dextrogyre en partant du point le plus saint, l’abbaye. Le pèlerinage débutait probablement alors à Saint-Porcaire. Mais j'ai comme un doute. Il me semble, contrairement à tout ce qui a été dit, que Saint-Honorat et son abbaye est de nature féminine, alors que Sainte-Marguerite et son fort de guerre est masculine. Dans ce cas, Lêron se trouve sur la plus grande ile, Lêriné sur la plus petite, et le pèlerinage sera sinistrogyre, commençant par la chapelle de la Trinité.

La chapelle Saint-Porcaire

 

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Porcaire 1aSituée à l’intérieur de l’enceinte de l’abbaye, elle ne se visite pas. Elle fut construite au VIIe siècle.

 

 

 

 

La chapelle Saint-Pierre

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 3La chapelle Saint-Pierre, reconstruite en 1497, détruite en partie par les espagnols en 1636, fut restaurée en 1963. Les fouilles ont permis de découvrir un grand nombre de sépultures datant du Moyen-âge.

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 5Elle est utilisée pour des expos. 

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Pierre 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Caprais

 

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Caprais 3a

Cette petite chapelle, située à la  pointe ouest de l’ile, fut construite durant la période carolingienne, entre le VIIIe et le Xe siècle. Elle fut dédicacée au mentor d’Honorat, mort le 1er juin 430.

 

 

 

La Chapelle Saint-Sauveur

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur plan 1b

Première chapelle de la façade nord de l’ile. Les fouilles ont permis de remonter le temps, puisque les restes d’un premier édifice ont été datés du Ve siècle. Il s’agissait d’un petit oratoire, utilisé probablement par les premiers cénobites de l’ile. Ses dimensions sont modestes, mais intéressantes : environ 7m de longueur, 3,5m de largeur, l’abside semi-circulaire à l’intérieur faisant 2m. Au sud, un bâtiment mitoyen comportait plusieurs cellules.

Vers la fin du Ve siècle et du début du VIe, la nef fut agrandie vers l’ouest, une banquette intégrée aux murs indiquant que le lieu devait servir de funérarium avec des réunions commémoratives. Les cénobites ayant réintégré le monastère principal, les cellules furent arasées, laissant place à une seule pièce, une « cella memoria » organisée autour d’une tombe monumentale recouverte de quatre couvercles successifs.  Le squelette retrouvé, tenant un chapelet entre ses mains,  est celui d’un jeune homme, peut-être être un compagnon d’Honorat.

Vinrent les incursions sarrasines du VIIIe siècle, provoquant l’abandon du site par les moines et son occupation profane. C’est à ce moment là que se situe l’épisode du massacre de Porcaire. Avec le retour des moines, une nouvelle chapelle carolingienne dédiée au Christ fut construite au début du IXe siècle.

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Sauveur 1aElle fut remplacée au XIe siècle par l’édifice que l’on peut voir actuellement, construite sur un plan octogonal de 8m de diamètre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur 5aSix des côtés sont prolongés par des niches semi-circulaires, celui de l’est par une abside.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Chapelle Saint-Sauveur plan 3a

La voûte, plus récente, date du XIIe. 

 

 

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Michel

 

Abbaye Saint-Honorat chapelle Saint-Michel 1

De cette chapelle, située en face de l’ile Sainte-Marguerite, il ne reste que des ruines. L’archange Michel, parèdre chrétien de la Grande Déesse, comme Lêron, parèdre de Lérinê.

 

 

 

 

 

La chapelle Saint-Cyprien et Sainte-Justine

Abbaye saint-honorat chapelle Saint-Cyprien

Située au milieu du vignoble, elle ne se visite pas. De là, on peut voir

 

 

 

 

 

 

La chapelle de la Trinité

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 2

Située à la pointe est de l'île, dernière chapelle du pèlerinage, elle possède un chevet construit à une époque plus récente que la nef, composé d’une abside flanquée de deux absidioles, le tout surmonté d’une coupole.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 6

Sur sa façade principale se trouvaient trois croix en briques intégrées au mur : il n’en reste que deux, la troisième ayant disparu lors d’une restauration malencontreuse.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 15Certaines des pierres de construction proviennent de monuments antiques : on peut les remarquer aux angles de l’édifice. Les archéologues pensent qu’elle pourrait être antérieure au XIIe siècle voire au XIe, durant la période carolingienne, contemporaine de la troisième phase de la chapelle Saint-Sauveur.

 

 

 

 

 

Abbaye Saint-Honorat Lérins Chapelle de la Trinité 10

Comme à Saint-Sauveur d’ailleurs, des bâtiments adjacents furent retrouvés, probablement utilisés pour des rites funéraires. Durant le XVIIe siècle, la chapelle fut utilisée par les militaires espagnols qui l’aménagèrent en bastion.

 

 

 

 

 

 

Abbaye Saint- Honorat Lérins 3

http://www.editionsdelarenaudie.fr/pages/journalN105-10nov2013.htm

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

http://www.abbayedelerins.com/site/index.php/fr/abbaye-de-lerins/la-fondation-de-lerins

http://www.cannes-destination.fr/cannes-maritime/ile-saint-honorat

https://fr.wikipedia.org/wiki/Honorat_d'Arles

http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm

Posté par madame_dulac à 09:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 avril 2016

Les sauroctones et les céphalophores

 

Nous avons déjà rencontré, au gré de nos visites dans la symbolique romane, des hommes particuliers, aux drôles de noms : les sauroctones et les céphalophores. 

 

Les sauroctones

 

Dinosaure 3aLe nom vient des mots grecs « saûros »,  le lézard, et « ktonos », le tueur. Les sauroctones sont donc ceux qui tuent un lézard. Le mot « saûros  » va se retrouver dans saurien (sous-ordre des reptiles), ou dans dinosaure,  dont les squelettes, d’après certains, sont à l’origine des légendes des dragons.

 

 

 

 

 

Dragon 3aUn proto-récit d’origine asiatique fut retrouvé par des chercheurs, datant au moins du début du Paléolithique supérieur, c'est-à-dire vers – 30 000 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Michel 1Les sauroctones sont nombreux. Nous allons les retrouver en majorité christianisés, à proximité d’un point d’eau, près d’une ville en expansion, combattant les menaces naturelles ou surnaturelles mettant en danger la population et/ou la religion.

 

Sauroctones Siegfried 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones sainte Marthe 1Les plus connus des sauroctones chrétiens se nomment saint Michel chez les archanges, saint Georges chez les hommes et sainte Marguerite ou sainte Marthe chez les femmes. 

 Sauroctones sainte Marguerite 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones Persée 1Mais avant eux Apollon tua Python, Persée délivra Andromède, fille de Cassiopée, d’un monstre marin et Héraclès délivra de la même manière Hésione, sœur de Priam, roi de Troie, avant de tuer l’Hydre de Lerne.

 Sauroctones Hercule et l'hydre 2

 

 

 

 

 

Sauroctones Krishna et KaliyaKrishna vainquit le roi des serpents célestes Kaliya, le roi gallois LLudd aidé de son frère Llefelys enferma les dragons rouge et blanc dans un puits, Siegfried transperça Fáfnir gardien du trésor et mangea son cœur.

 Sauroctones Siegfried et Fafnir

 

 

 

 

 

 

 

 

Apophis 2Rê sur sa barque solaire envoie Seth, Isis et Bastet tuer Apophis, personnification du chaos voulant mettre fin à la création.

 

Sauroctones Horus

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Clément 1Nos gros lézards représentant les forces brutes de la nature se transformèrent en dragons puissants, terrassés et non pas tués par des héros solaires. Le dragon sera abondamment décrit dans les récits du Moyen-âge, qu’ils soient hagiographiques ou romanesques.

 

 

 

 

 

 

Sauroctones saint Georges 1Reprenant les anciennes traditions païennes, le chevalier partira en quête, et notre héros christianisé deviendra le saint ou la sainte imposant sa volonté aux sauriens. La symbolique primitive se retrouva enfouie, mais resta présente.

 

Sauroctones st Georges 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones 6

 

 

Le serpent ainsi que le dragon devinrent l’allégorie du paganisme ou la représentation du mal que la vraie religion allait vaincre. Mais sous jacent reste la puissance du symbole duel, celui de la lutte du bien contre le mal, de la lumière du dieu solaire contre les ténèbres du chaos, de l'esprit contre la matière.

 

 

 

Sauroctones 5

 

 

Il faudra apprendre à maitriser cette force brutale afin de pouvoir accéder à la dimension spirituelle. Le saurien, le serpent issu de l'inconscient, symbolisera alors l'agent des transformations qui doivent s’opérer, qui fait mourir à l’état de vieil homme et renaître à l'homme nouveau. Il sera le gardien du trésor que l’on porte en nous-mêmes.

 

 

 

 

 

 

serpent créateur

Plus loin que la simple dualité, on retrouvera le serpent primitif dans les cosmogénèses diverses et variées, depuis l’aube des civilisations, maitre du principe vital des origines, maitre des énergies et des forces de la nature. Il est ce qui anime, ce qui maintient.

 

 

 

 

 

 

 

ouroboros

Il crée le temps en plus de la vie, dans sa représentation de l’ouroboros. Les chaldéens n’avaient qu’un seul mot pour dire serpent et vie. Il sera dieu créateur aux origines comme Atoum chez les Egyptiens, représentant de l’incarnation de l’esprit dans la matière, maitrisant la vie, mais aussi la mort.

 

 

 

 

 

 

 

SerpentDe part sa capacité à changer de peau, il sera symbole d’immortalité et de renaissance, comme Quetzalcóatl le serpent à plumes chez les Aztèques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AkhenatonIl deviendra protecteur sous la forme de l’uraeus au front des pharaons, guérisseur s’enroulant sur le bâton d’Asclépios. Chez les indiens, lové au niveau du premier chakra, il attendra d’être éveillé pour conduire à l’état de Samadhi, état d’expansion illimitée de la conscience.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dragon 4bIl sera initiateur en portant les symboles des 4 éléments : la terre (la grotte où il demeure), le feu (le dragon le crache), l’air lorsque les ailes lui poussent (dragons ailés) et l’eau (vouivre). Il sera alors symbole des sciences, de la connaissance et de la sagesse, maître des mystères de la mort et de la renaissance. Le futur initié devra passer par ces 4 épreuves.

 

 

 

 

Dragon 5bLe dragon, mot issu de l’indo-européen « dak », briller, qui donna le grec ancien « drakôn », du verbe « derkomai », regarder, fixer d’un regard perçant, voir clair, qui lui-même donna le latin « draco »,  sera aussi la représentation des forces telluriques qui s'expriment dans un lieu à travers une rivière, une caverne ou une montagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones Persee et AndromedeSouvent dans les récits hagiographiques le dragon habite près de l’eau, dévore les jeunes gens (souvent des jeunes filles vierges d’ailleurs, ce qui laisse à penser que les mythes liés au matriarcat détrôné par les mâles ne sont pas loin), se réfugie dans une grotte, se soumet grâce à un voile, une corde ou une ceinture. Il n’est pas tué mais maitrisé ou renvoyé dans son monde d’où il ne pourra plus revenir. Les forces telluriques devront s’équilibrer avec les forces cosmiques

 

 

 

 

 

La maîtrise des énergies du dragon est une première étape dans le cheminement initiatique. L’étape suivante sera celle de « la tête coupée ».

 

Les céphalophores

 

Céphalophores saint Denis 2Le nom vient des mots grecs « képhalê », la tête, et « phorein », le verbe porter.  Les céphalophores sont donc ceux qui portent leur tête coupée. Le plus connu d’entre eux chez les chrétiens se nomme saint Denis, chez les musulmans ce sera Qassim ibn Abbas, cousin du prophète. Jolie légende, ça change un peu (au moins de noms) :

 

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 4«  Il existait, dans la province de Sogdiane, une vieille ruelle qui montait sur la colline sacrée jusqu’aux portes de l’antique ville d’Afrosyab, autrement dit Samarcande. L’endroit, habité depuis les premières époques de l’humanité, avait connu les idées du Mazdéisme, puis de Zoroastre, de Bouddha, de Mani.

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 5C’est ici, en l’an 676, que vint s’installer Qassim le missionnaire, cousin du prophète Mahomet. Il voulut faire connaitre la nouvelle religion, ce qui ne fut pas du goût de tout le monde. Un jour qu’il était en prière dans la ruelle, un mécréant lui coupa la tête. Qassim s’empara alors de son chef, puis descendit dans un puits qui le mena droit au paradis. Depuis, Qassim, aidé de deux assesseurs siégeant à ses côtés pour l’assister dans ses fonctions, préside la cour des âmes. »

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 2Cette belle légende reprend le mythe zoroastrien du juge des Enfers. Au quatrième jour de la mort, sur le pont Činvat qui relie le Ciel et la Terre, Ahura Mazdâ pèse l’âme avec ses bonnes et mauvaises actions. Il est aidé par le vertueux Rashn et le bienheureux Srôsh. Anubis, Mikael et les autres, si vous nous lisez…

 

 

 

 

 

Céphalophores Qassim ibn Abbas 1Il fallut attendre le XIe siècle pour qu’un mausolée soit construit, à la place des anciennes murailles de la ville, là où Qassim fut tué. La nécropole Shah-i-Zinda, c'est-à-dire du Roi Vivant, devint le principal lieu saint de la ville, et au XIVe siècle il fallut réaménager le site. Le tombeau de Tamerlan le Conquérant y fut construit, ainsi que ceux de nombre de ses femmes. Plusieurs mosquées s’y ajoutèrent. Au XVIIIe siècle, un escalier de 40 marches fut aménagé, menant sur le haut de la ruelle puis sur le plateau.

 

Céphalophores saints Ache et Acheul 1Mais nous avons bien avant Qassim et dans toutes les traditions la même symbolique. Je vous renvoie pour un cas précis à la légende de sainte Spérie.  Nous avons dans ces légendes des symboles récurrents : le lieu sacré, l’eau, le sang, le passage, la caverne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Céphalophores saint Denis 1Les céphalophores portent leur tête, le plus souvent au niveau du cœur. Que représente cette tête ? C’est avant tout le principe actif. C’est l’esprit agissant, l’activité, la volonté, la force vitale. Chevalier et Gheerbrant nous parlent de l’autorité de gouverner, d’ordonner, d’éclairer. Ils disent que la tête symbolise l’esprit manifesté, par rapport au corps qui est une manifestation de la matière.

 

 

 

 

Céphalophores saint DLivien 1Par sa forme sphérique, elle est comparable à un univers. Tout cela converge vers le symbolisme de la perfection, de la divinité. La porter signifie la maitrise de ces principes. Mais avant tout, la tête, c’est le siège du mental. La couper et la porter au niveau du cœur, c’est abandonner les barrières mentales qui empêchent l’avancée et c’est prévaloir le cœur sur la voie de l’initiation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Céphalophores Alice 1Au final, toutes ces légendes nous renvoient aux anciens mystères initiatiques, de tout temps perpétrés en secret. Et quoi de plus malin que de les cacher dans des contes à dormir debout ? « Qu’on lui coupe la tête ! » dit la reine rouge de Lewis Carroll, la reine de cœur du pays des merveilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

thuret 1Il le faudra bien si nous voulons passer de l’autre côté du miroir, faisant ainsi notre retournement, comme nous le propose l’initié de la porte de l’église de Thuret.

 

 

 

 

 

 

 

Sauroctones prince Philippe

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00360165/file/Volume1_francais_.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dragon_europ%C3%A9en

http://www.insolitepaysflechois.org/Croyances_files/Sauroctones.pdf

http://www.tao-yin.com/astrologie/dragon_Occident.html

http://www.mythofrancaise.asso.fr/mythes/themes/saurocto.htm

http://laplumefeerique.over-blog.com/pages/Le_Mythe_du_Dragon-6344533.html

http://racines.traditions.free.fr/dragon/

Posté par madame_dulac à 20:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]