06 février 2008

Newgrange

Orcades_279Après Maeshowe , dans les Orcades, je vous présente Newgrange, sur la rivière Boyne.












Newgrange__100_Ces deux tumulus ont pour moi une seule et même fonction, celle d'un centre initiatique. Ils sont conçus de la même manière, et tous deux sont entourés d'un cercle de pierres levées. Tous deux sont présentés comme ayant été construits pandant la période néolithique, vers 3 000 avant notre ère, c'est à dire avant Kéops, en oubliant de préciser que la pyramide est datée "scientifiquement" (je précise...) par les géographes spécialisés dans les phénomènes d'érosions d'au moins 10 000 ans, voire plus.





Newgrange__55_Le monument est dans une zone mégalithique importante où se trouve une dizaine d’autres tumuli et les archéologues fouillent actuellement encore Knowth et Dowth, entre autres, qui sont fort proches de Newgrange : à 1 km 340 et à 2 km.




Newgrange__45_aA en juger par la splendeur et la magnificence de Newgrange, Knowth et Dowth, il est probable que ces temples étaient d'importants sites astrologiques, spirituels et religieux, un peu comme aujourd'hui les cathédrales sont des lieux de culte où des dignitaires peuvent être enterrés. Ce site, appelé Bru na Boinne, porte le nom de la déesse Boann, maitresse du Dagda et mère d'Oengus.

Malheureusement, ce site étant vraiment très connu, il est difficile de pouvoir en profiter sans profiter en même temps des touristes, même en semaine au mois de janvier... Je n'ose imaginer ce que ça doit donner en août.

Posté par madame_dulac à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Newgrange, historique

Newgrange__8_aNewgrange est donné donc pour être construit à la période néolithique selon la datation10 au carbone 14 corrigée de plus de 3 000 ans avant notre ère. Un astrophysicien, P.Ray, découvrit que la galerie centrale se trouvait au moment du solstice d’hiver d’il y a 5 150 ans en plein dans l’axe du levant. Il semble avoir été abandonné vers -2 800.
Le “livre des conquêtes” nous apprend que "les hommes d’Irlande firent le Brug sous la royauté des mystérieux et divins Tuatha dé Danann venus des Îles du Nord du Monde", il nous dit aussi que "Ruthraige (Rig le Rouge), roi des Fir Bolg leurs cousins, mourut dans le Brug".



Newgrange__14_a"Les populations celtiques qui peuplèrent l’île d’Irlande y trouvèrent non seulement une population locale qui possédait déjà ses propres mythes, mais aussi d’impressionnants monuments mégalithiques auxquels leur singularité et leur ancienneté conférait un caractère sacré. Ceux-ci devinrent donc les demeures des Dieux, ce qui fut notamment le cas des lieux associés à des rituels particuliers comme les monuments mégalithiques du site de Tara . (voir le peuplement de l'Irlande  et le domaine des Dieux )

Newgrange__48_aCes cavernes artificielles chargées de mystère et cachées sous des tertres représentaient pour les habitants celtiques de l’Irlande une ouverture vers le monde sous terrain, le Sidh, l’Autre Monde qui est la résidence des Dieux, mais aussi celle des morts qui y jouissent d’une éternelle félicité.
Vers -2 000, à la fin du néolithique, de nouveaux peuples abordèrent les terres d'Irlande. Cette période prend le nom de Beaker, en raison des poteries qui y sont associées. Newgrange était déjà abandonné. Cependant, son pouvoir d'attraction en tant que site rituelique majeur n'a pas décliné.










Newgrange__40_aLe peuple de Beaker construisit une énorme enceinte, double cercle de poteaux en bois d'environ 100 mètres de diamètre, que les archéologues nomment le "Pit circle", le cercle aux puits.
Avec l'arrivée des Celtes vers -500, Newgrange changea de statut. Il passa de lieu de rassemblement à celui de demeure des Dieux. Il prend le nom de Sid im Brug (le mont aux fées de Bru), résidence de Dagda Mor et de son fils Oengus. Ces divinités inspirèrent une telle crainte que le site fut révéré même par les visiteurs arrivant de Bretagne romaine jusqu'en 400. Des pièces de monnaie et des bijoux, offrandes déposées en guise de remerciement, ont été retrouvées à l'entrée de Newgrange.









Mellifont_AbbeyEn 1142, après la fondation d'une abbaye cistercienne à Mellifont, les terres autour de Newgrange furent acquises par l'ordre. Le site devint une annexe de l'abbaye, où elle posa plusieurs granges, d'où son nom actuel New farm of Mellifont, ou New-grange.

Newgrange__16_aNewgrange redevint accessible en 1699 et devint un lieu très prisé des antiquaires. Ce n'est pourtant qu'en 1962 qu'il fit l'objet de fouilles. Le passage intérieur fut redressé. Pour soulager la pression, un autre couloir plus grand, invisible, fut mis en place. La façade en quartz et granit fut reconstruite à l'aide des pierres trouvées sur place.

Posté par madame_dulac à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Newgrange, description

Newgrange_plan_1a

C’est un tumulus de 85 mètres de diamètre (entre 79 m axe Nord-ouest/Sud-est et 85 m axe Nord-Est/Sud-Ouest)à l’intérieur duquel on atteint la chambre funéraire par un long passage couvert. Il fait partie de tout un ensemble appelé Brú na Bóinne, comprenant les deux autres tumuli Knowth et Dowth.



Newgrange_Knowth__23_Sa hauteur est de 11 mètres et sa surface d'un demi hectare. La température interne est constante, de 8 à 10 °C.
les materiaux : 450 blocs de pierre, 7 millions de pierres lisses issues de la rivière Boyne avec les pierres de la façade en quartz blanc, provenant des monts Wicklow (où se trouve Glendalough ), et en granit, provenant de Mourne et de Carlingford. Le poids total est estimé à 200 000 tonnes.





Newgrange__31_aLa bordure est faite de 97 pierres d'entre 1,7 m et 4,5 m en longueur, dont 85 sont décorées de symboles. Le couloir couvert présente 22 pierres verticales à gauche et 21 à droite, hautes de 1,5 à 2 mètres.










Newgrange_plan_3Ce couloir, orienté sud/est fait 19 mètres de longueur, et aboutit sur une pièce centrale donnant sur trois pièces (je préfère les appeler ainsi plutot que chambres funéraires...) orientées au nord, est et ouest.




Newgrange__80_aCes pièces sont couvertes par une toiture en encorbellement, qui est toujours étanche !
Une allée de cheminement sous le tumulus permet aller jusqu’à la chambre principale, mais elle est légèrement en zig-zag et, de ce fait, les rayons du soleil ne peuvent y pénètrer.
La grande salle de Newgrange, la Chambre du Soleil ou Chambre d’Oengus, ne s’illumine donc qu’au matin du solstice d’hiver (comme à Gâvr Innis) à 9 h 54 progressivement et pendant 6 minutes comme une aurore en miniature, puis brille somptueusement pendant 9 minutes puis elle s’obscurcit progressivement en 6 minutes comme un crépuscule, pour s’éteindre brusquement à 10 H 15.
La “chambre du Soleil” ou Grianan a donc reçu la visite du Mac Oc (le Dieu Fils) pendant 21 minutes… et ceci se passe au bout d’un couloir lumineux de… 21 mètres, le… 21 décembre.





"Le “grand trèfle” que représente le Sidh du tumulus de Newgrange correspond tellement bien, dans sa structure avec ses trois salles et sa longue allée ondulée, au Trèfle du blason irlandais, mais aussi au Temple troglodytique de Malte, puis à la Croix podée qui structure certaines églises chrétiennes et toutes les cathédrales gothiques qu’on pourrait – ou qu’on devrait – penser qu’il en fut le prototype sacré.
Les grands maîtres du compagnonnage des bâtisseurs de cathédrales transmirent ainsi le “Sçavoir” par delà les siècles en traversant ces nouvelles modes imposées – et certains de leurs terrorismes intellectuels – comme il le firent aussi pour les labyrinthes des dallages (Chartres) ou les svastikas sacrés des rosaces, des balcons ou des pavages (Amiens) et pour les personnages symboliques (et non pas décoratifs) qu’ils sculptèrent sur les chapiteaux ! Il faut dire qu’ils profitèrent abondamment de l’inculture de leurs commanditaires obnubilés par le système mono-idéologique de la “nouvelle foi” totalitaire et qu’ils devinrent ainsi, malgré ceux-ci, les gardiens des restes de leur culture maternelle : “l’ancienne coutume”. Visitant le site du sidh avec des amis franco-irlandais, nous avons trouvé le mur qui entoure le tumulus de Newgrange bien décevant. Bien sûr, on l’a découvert, écroulé sous une masse de terre, et puisqu’il y avait des pierres blanches de quartzite en proportion à peu près constante parmi les grises, les archéologues ont pensé que ce devait être un décor régulier : une pierre blanche pour douze ou quinze grises, simplement “pour faire joli”…
Mais, si cela satisfait peut-être le touriste lambda, avouons que nous sommes resté sur notre faim… culturelle : voilà ce peuple des Danann qui se réfugie en Eire “le pays de la paix” après l’une des grandes submersions du Nord et qui, ayant conservé les connaissances de ses ancêtres en matière de construction navale, de navigation et d’astrologie/ astronomie, “colonise” pour ses besoins religieux le vieux Sidh des ancêtres Ethné de l’époque mégalithique –  eux qui savaient déterminer le solstice d’une manière si précise  – et il ne décorerait pas ce mur des figures des constellations, des astérismes runiques venus de leur “vieux pays” l’Alt-Land englouti dans… “l’eau de là” ?… Qui sait ? Mais, sans doute sommes-nous un peu trop “rêveur
”…
(http://racines.traditions.free.fr/sidhnewg/index.htm)

Newgrange_146La pièce orientée à l'est est la plus grande et la plus décorée. Sur son sol reposent deux cuvettes de granit, appelées pierres à bassin, l'une placée à l'intérieur de l'autre : la cuvette supérieure dans laquelle ont été retrouvés des outils et des ossements, des billes en pierre polie, des pendentifs et autres perles et la cuvette inférieure qui, comme le sarcophage de la chambre du roi dans la pyramide de Kéops, a du être placée avant la fin de la construction du tumulus, ses dimensions l'empechant de passer par le couloir d'entrée.

Newgrange__62_

Posté par madame_dulac à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les pierres gravées

Newgrange__32_aNous retrouvons sur les pierres des combinaisons de spirales, de losanges, de chevrons, triangles, lignes parallèles, arcs, voire des symboles  ne pouvant être compris par notre civilisation actuelle.

Newgrange__136a



 



Newgrange__18_aNewgrange__87_eIl me semble reconnaitre... mais non, c'est impossible, je fais partie de la civilisation actuelle. Les deux pierres les plus abouties se trouvent de part et d'autre de l'axe du couloir, et sont considérées comme figurant parmi les oeuvres les plus réussies de l'art néolithique européen.







Newgrange__123aNewgrange__87_cDe nombreuses pierres portent des dessins sur des surfaces aujourd'hui cachées. Les fouilles ont révélé que ces pierres sont sculptées sur leurs faces intérieures et sur les côtés tournés vers l'intérieur du tumulus.
La seule présence de ces dessins, sans que l'on puisse les voir, suffisait à les transformer en objet "sacré" pour certains membres de la civilisation actuelle. D'autres membres de cette même civilisation, des fous, pourraient parler de "dessins actifs", de radionique.


Newgrange__134aNewgrange__135a

Posté par madame_dulac à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le grand cercle de pierres

Newgrange_119aAutour du tumulus, à une distance d'environ 15 mètres, se trouve un cercle composé de 12 pierres levées, celles qui restent d'un nombre bien plus élevé au départ, environ 35.

Newgrange__37_a









Newgrange__131ale diamètre moyen du cercle est de 103,6 mètres et enclôt une superficie d'environ un hectare.

Newgrange__27_a









Newgrange__26_ales 4 pierres levées que l'ont voit en face de l'entrée sont les plus grandes de celles qui restent et ont une hauteur de 1,8 à 2,5 mètres au dessus du sol.

Newgrange__130a

Posté par madame_dulac à 18:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Bru na Boinne

Newgrange__11_a"Les hommes d’Irlande firent le Brug sous la royauté des mystérieux et divins Tuatha de Danann venus des Îles du Nord du Monde".

Parmi eux, le Dagda, le père des dieux, le dieu des druides. Il a en charge le sacré, la science, les contrats. Il règne sur le temps, l'éternité et sur les éléments, ainsi que sur le Sidh (l'autre monde celtique) mais lui-même habite le Brug na Boinne. Cette résidence, qui n'est autre qu'un Sidh.
Dagda s'unit à Boann, l'épouse d’Elcmar, son frère, ou de Nechtan, forme gaélique de Neptune. Afin de cacher leur aventure, Dagda demanda au soleil de se maintenir au zénith pendant neuf mois, ainsi Oengus fut conçu, porté et accouché en un jour. Il était d'une grande beauté et quatre oiseaux planaient toujours au-dessus de sa tête.
Pour réparer sa relation coupable, et voulant se purifier de ses fautes, elle se baigne dans l’eau lustrale et mortelle de la fontaine de la rivière Segais, dans laquelle elle perd un bras, une jambe et un œil. Dans sa fuite vers l’océan elle devient la rivière Boyne.

Newgrange__10_aDans la mythologie celtique irlandaise, Boann est un des aspects de la grande divinité féminine des Celtes : son nom qui provient de Bo Vinda, "Vache Blanche", en fait une représentation de la prospérité. Les autres aspects de cette déesse primordiale sont Brigit et Étain. Elle est liée au culte des eaux douces et se retrouve dans le personnage encore inexpliqué de Viviane, la fée aimée de Merlin, qui est aussi la "Dame du Lac". Gniark.

Posté par madame_dulac à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Sidh

Newgrange__15_aLes Tuatha de Danann régnèrent jusqu'à l'arrivée de la cinquième et dernière race d'envahisseurs, les fils de Mil ou Goidels (ou encore Gaëls), nommés ainsi d'après leur chef légendaire Mil Espaine. Les Milésiens étaient venus pour deux raisons : la première pour venger la mort d'Ith, grand-père de Mil qui était venu en Irlande avec tout son équipage. La seconde était que les druides leur avait dit que l'Irlande était leur terre promise.
La terre où ils débarquèrent était, à cette époque, gouvernée par les trois petits-fils de dagda et leur épouses Banba, Fotla et Eriu, toutes trois déesses de suzeraineté. Les trois familles régnantes débattaient du partage du pays lorsque les Milésiens se présentèrent à l'embouchure de la Boyne et ordonnèrent aux Dannans de leur livrer l'île.

Newgrange__17_aAprès une bataille fatale aux trois rois, un compromis fut conclu : les Milésiens régneraient sur la partie visible du monde, tandis que les Tuatha De Danann régneraient sur l'Autre-Monde, partie invisible situé en dessous de la terre. Les Dananns ont donc du se réfugier dans les entrailles de la terre. Ils ont fixé leur demeures dans les dolmens et les tumulus, sous les collines et dans les palais de verre au fond des lacs et des océans.
L'ensemble des ces habitats constituent l'Autre Monde, le monde merveilleurx du bonheur et de la paix que les Irlandais appellent le "Sidh". Mais l'Autre Monde est également situé de l'aute côté de l'océan où il n'y a ni souffrance ni mal, où tout est beau et pur. Elle porte dans la tradition gaélique, les noms de "Tir Nan-Og" (la terre des jeunes), "Tir na m-Beo (la terre des vivants), "Madg Meld" (la plaine de la joie), "Trir Tairngire" (la terre du bonheur), "Mag Mor" (la grande plaine), "Tirr Aill" (l'autre monde) ou enfin "Tir na ù-Ban" (la terre des femmes).
L'Irlande fut ainsi laissée aux mains des Milésiens et de leur descendants, les Gaëls.



Newgrange__125aSi les dieux peuvent venir et déambuler à leur guise dans le monde des humains, l'inverse n’est que rarement possible. Seuls des héros, des êtres exceptionnels, tel Cúchulainn, Conle ou Bran Mac Febail ont le privilège de visiter et de séjourner dans le Sidh, généralement à l’invitation d'une Bansidh. Éternel par essence, tout homme qui y pénètre ne peut revenir à la condition humaine. Ainsi ces hommes qui croient passer quelques heures ou quelques jours en compagnie des dieux et y restent plusieurs siècles. Quand ils reviennent chez eux, ils tombent en poussière car ils sont morts depuis longtemps. La période de Samain (nouvel an des Celtes, vers le 1er novembre) est propice à l’ouverture des sidh.







Sidh, l'autre monde

Newgrange__38_aL’étymologie de ce mot signifie “Paix” en celtique et, par extension, “paradis”, Vindomagos gwenva en Breton.
Le mot germanique Seidhr signifie magie et désigne la science de Freyja la Vane, science qu’elle apprit aux Ases car la magie est d’abord la science de l’évocation des ancêtres morts, de leur esprit “bon” (ce qui se dit Mânes pour un Romain).
Cet art chamanique d'évocation des morts était cependant interdite chez les Ases et Wotan seul la pratiquait comme Grand Prêtre des Ases. Mais Sidr serait le terme le plus approprié pour traduire notre mot “religion”, concept qui n’existait pas chez les Germano-Scandinaves : ils étaient “reliés” par leurs croyances et leurs rites…

Newgrange__39_aSiden en vieil anglais signifiait encore “magie” mais, il a maintenant un sens péjoratif, car post évangélique. Appartenant à la famille des “ouvrages de terre sacrés” (rath en anglais), ce sont les tumulus des ancêtres fondateurs.
En Lapon un autel se dit seid, ce qui est aussi la "pierre sacrée" chez les Grecs et ils ressemble tellement à Sidh qu'on ne peut que les rapprocher du rite celtique du sacrifice des prémices aux Dieux qui se fait sur la table du vieux dolmen de nos ancêtres mégalithiques, laquelle comporte souvent des cupules.
En Sardaigne, le dieu éponyme est Sardus pater et les Sardes disent qu’il descend de Sid, “une divinité sylvestre punique honorée par les chasseurs à Antas”.


Newgrange__126aDe nombreux termes indous contiennent la même racine, citons : Siddhapura, qui est une cité mythique “d’au delà des mers” et qui est “la ville des parfaits” (Le Site du feu, le Pharos phrison, ou le Site des Purs) ; les siddhis qui sont des “niveaux de conscience supérieure” ou “des pouvoirs (dits) magiques” obtenus par la pratique du Yoga, et aussi les saddhus qui sont des moines errants







Newgrange__127aDans les Mythologies celtiques, on dit que les Sidhs s’entrouvrent la nuit de Samhain pour permettre à chacun de communiquer avec les Mânes des grands ancêtres fondateurs du clan (les “bons” esprits Halloween).
En langage poétique, le Sidh est comparé à la grande plaine Mag Meld, “la plaine du plaisir”, ou la “terre des femmes”, la “terre de la jeunesse Og ou Oc” Tir na n’og, la “terre de promesse” ou ”terre des vivants”, et la “terre des fées” : on voit très bien les parallèles entre Sidh, Paradis et Monde englouti, c’est à dire l’Autre Monde, l’Au delà : l’Eau de là, dans le “langage des oiseaux” que pratiquaient les troubadours :
"L’Autre Monde n’a rien à voir avec son interprétation infernale propre au monothéisme puisqu’il regroupe à la fois le Monde des Dieux (engloutis), celui des Esprits et celui des Ancêtres morts. Difficile de dire alors si cet “Autre Monde” est situé dans les entrailles de la terre ou au dessus de nos têtes."

Newgrange__129a"Le Sidh est la partie visible de l’Autre Monde… On peut également les localiser dans les Îles, au delà de l’Océan… Et toute divinité occupe un Sidh qui, par sa nature, est en dehors du temps et de l’espace et s’entre ouvre chaque Nuit de Samhain…"
Ceci explique que nos Bretons les nomment des “Tertre aux Fées”. On a vu en effet que si les corps des ancêtres ou des enfants morts sont inhumés ou incinérés, leur esprit s’envole au ciel “dans le soleil” par le truchement d’un oiseau : Grue sacrée des Frisons/ Cygne des Germains de la forêt/ Cigogne des Alsaciens ou encore l’alouette gauloise alauda. De même, c’est cet “oiseau” qui rapportera l’esprit du genos/ clan lors de la naissance du nouveau-né."

Newgrange__133a"Le scribe qui copia le conte de Cûchulainn et de la fée Fann conclut par ces mots : “ceci est l’histoire de la destruction de Cûchulainn par les gens du Sid (résidence des esprits). Car la puissance des démons était grande avant la Foi (chrétienne), et elle était telle que les démons combattaient alors corporellement contre les hommes et leur révélaient des prestiges et des mystères ; et l’on croyait qu’ils étaient immortels. Et ce sont ces fantômes que les ignorants appellent Sîd (esprits) et aes sîde (gent du Sîd)”.
La Skuthi/ Skythie est, chez les irlandais, un des noms de l’Autre Monde, ce que nous rapprocherons de la Scythie des Grecs qui était probablement la matrie archaïque de ces Celtes “éclaireurs” – scouts en anglais  – qui, après leur “grand trek”, se sont établis dans la région pontique. Remarquons donc une parenté probable entre Sidh, Scythe et Celte/ (s)Kelt/ Kelt…

Newgrange__137aMais la racine “sombre”, scâth, se retrouve dans le personnage mythologique Scâthach “l’ombreuse” tout comme dans celui de l’Écosse/ Scottia, mais aussi dans Scandia/ Scandinavie.
L’Autre Monde est pour les Lettons vina saule, littéralement “l’autre soleil”, la partie du monde où le soleil dort la nuit, par opposition à si saule “ce Soleil”  qui est la partie du monde ou vivent les hommes et où brille le soleil. Les deux forment “l’Univers sous le Soleil” … le Cosmos. On remarquera que cette racine vina se trouve dans Vinéta, l’Ys des Germains, dans le Vin-land des Vikings et, sans doute aussi, dans Vanes et Vénètes ; ainsi que la racine saul “sol, Sul, la soleil”, mais aussi Saüle “pilier”.

Posté par madame_dulac à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Newgrange, la légende

Newgrange__47_a"Je préfère m’imaginer Newgrange, comme un “vaste zodiaque” qu’approchent pendant leur nuit de veille, de jeunes initiants marchant dans les bruyères, les erica carnea d’alentour : Ils contournent maintenant le Sidh, à dextre, en repérant sur le mur de galets les constellations des Ases et des Asines qu’un Ovate éclaire faiblement, de loin, de sa torche. On ne voit plus ainsi que les astérismes faits de pierres blanches sur fond sombre : les impétrants récitent entre eux le nom des Dieux de leur Panthéon que chaque quinzaine ils voient se lever au dessus du Sidh, Dieux qui seront aussi les repères célestes de leurs nombreux voyages…Ils pénètrent maintenant dans le Sidh mystérieux, derrière le “très savant” Dru Widés, le Druide. Le chemin est irrégulier, sinueux. C’est le noir absolu et chacun marche à tâtons, légèrement oppressé par l’inconnu espéré et le silence mystique que n’ose à peine troubler leurs pas allégés…
Newgrange__45_aPause ! Dru Widès sort de sous son ample manteau bleu nuit constellé d’étoiles, la petite lampe à huile de baleine qu’il tenait à la main et l’on se rassemble pour lire les ancestrales gravures rupestres qu’il décrit du bout de sa baguette d’Elfe, son aune sacrée qui lui sert à mesurer, mais cèle aussi bien de mystérieuses figures dans son calendrier !.
On repart… Voici maintenant à gauche, à droite, dans les absides, des spirales temporelles et des signes gravés sur les dalles verticales, signes qu’ils ont longuement appris à décrypter dans leurs németons d’initiants ; d’autres aussi décorent les voûtes !
Puis, c’est la grande salle, le Grianan, la solaire salle capitulaire de l’Ordre ! Le Chapître y tient en entier, en rond autour de la pierre à cupule géante, taillée en cuvette : les yeux s’habituent à la pénombre et, peu à peu, y devinent les restes sacrés des Mânes de l’Ancêtre Primordial, le Dagda “Bon” père du clan des Tuatha de Danann, le vieux Mile !
On devine à peine les restes du vieux roi, rougis d’une terre d’ocre selon la tradition indo-européenne et l’on voit, bien mieux maintenant, son bouclier, son épée, sa lance, son casque et son torque d’or qui “lucinent” dans la pénombre !
Newgrange__42_aL’émotion étreint l’assemblée, le silence est total, chacun médite… communiant avec l’Esprit du Grand Ancêtre… “en théio” !
Mais, soudain, le petit lumignon s’éteint Chacun retient sa respiration : le silence devient pesant. On discerne maintenant le murmure de la petite source au pied de la roche à cupule : elle serpente et se perd dans le blocage de roches…
Chacun prête attention car on dirait qu’à chacun elle parle à l’oreille : c’est elle la Mémoire de Mimir, sa Sagesse qui enseigna les Runes sacrées à Wotan leur ancêtre bien avant le funeste raz de marée de la Mer du Nord qui les garde tous, depuis, dans l’Eau de là.
Et, chacun de revoir l’ensemble de son enseignement initiatique et, peu à peu, dans cette ambiance propice, tout se met en place, s’organise et tout devient clair, lumineux comme le Jour : Diew !…
Newgrange__36_aC’est alors que, soudain… Tout s’éclaire !
Tous les “nains”, Elfes esprits des ancêtres, grands Savants et petits farceurs qui parlaient avec la murmurante source, viennent de s’évanouir, “transformés en pierre” par l’aurore naissante : c’est qu’Apollon vient de transpercer magiquement le Sidh de son rayon de feu par la petite fenêtre surmontée d’une frise de  Runes Gebo ou “Don des Dieux” qui, parmi les huit stations solaires sacrées, indique les points de l’horizon où se lève et se couche le soleil lors des deux solstices.
Il s’est élancé brusquement dans le caisson rectiligne afin d’apporter ses certitudes éternelles à tous ces nouveaux Druides : pour les introniser lui même devant leur respectable Maître !
Alors, la dépouille toute armée du Dagda rutile au soleil, c’est impressionnant ! L’enthousiasme gonfle les poitrines et tous, en chœur, ils poussent un “yahou” de jubilation qui résonne somptueusement sous la voûte ! Et, ils entonnent quelque chant guerrier pour résorber leur émotion et imprimer durablement leur enthousiasme dans leur âme encore si fraîche…
Newgrange__13_aPuis, tout aussi soudainement, Apollon disparaît comme il était venu, c’est un signe.
Voilà pourquoi, sans doute, l’on dit que le Mac Oc (Œngus, en Dieu-Fils) est né dans le Brug na Boyne, alors que ce “trois pièces” en forme de trèfle servait de résidence à Alcmar le frère du Dagda et à Boand son épouse, la Déesse Mère grimée en Vache sacrée…
Alors, chacun médite sur cette expérience unique, se fortifie dans sa Foi et prend des résolutions et, ainsi, quelque temps d’une densité incroyable passe…
Le temps que les yeux s’habituent à nouveau à l’obscurité, l’oreille au silence après le grand fracas jubilatoire, puis au murmure de Mimir, ce murmure de la source vive : Source de Vie, Source de Mémoire, Source de Sagesse…
Car c’est elle la Vouivre “Vivre”, Gwenwifhar la Reine Guenièvre qui, mouvante serpente, ressortira sous le mur zodiacal, juste sous le signe du Taureau de Mai : le signe d’Odhin/ Wotan …
Newgrange_140Dru Widés le Druide rallume alors son lumignon et ses acolytes s’écrient : "Plus est en nous!"
Quelle belle devise ! Il suffit en effet de toujours chercher en nous même pour y trouver toujours tellement plus que notre condition de simple mammifère…
Mais, déjà, encore tout imprégnés de cette subtile religiosité communielle, ils referment soigneusement le caisson avec deux cubes de quartzite jusqu’à l’hiver prochain, pour une nouvelle “promotion”, et ceci montre bien que cette fête programmée, hautement pédagogique, était précédée d’observations précises car le cérémonial de revitalisation du vieux Dagda n’avait lieu qu’une fois l’an pour la naissance du Dieu Fils solaire : Jul, Épiphania… à la “nouvelle clarté” Neu Helle !
Allons, il est maintenant temps d’agir !
Mais, pour commencer, un Grand Festin les attend : Sanglier, Saumon, Hydromel : c’est la Grande Fête!"
http://racines.traditions.free.fr/sidhnewg/index.htm

Posté par madame_dulac à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dowth

Newgrange_Dowth__103_Dowth, en gaëlic "Dubad", veut dire "ténèbre" ou "obscurité". Ce tumulus, daté d'environ 5 000 ans, mesure 15 mètres de hauteur pour 85 mètres de diamètre. Il est bordé de 115 pierres, et comporte 2 galeries. La galerie la plus au nord mène à une salle cruciforme où se trouve un bassin en pierre. Elle est également connecté à un passage souterrain avec 2 cellules annexes.







Newgrange_dowth_planLa galerie la plus au sud mène à une chambre funéraire de 4 mètres de diamètre. L’une des galeries communique avec un passage souterrain datant de l’ère chrétienne.
Au moins trente-huit pierres sont gravées, le cercle étant le motif le plus utilisé. De petites pierres de quartz ont été trouvées, montrant que la façade de l'entrée, comme à Newgrange, était blanche.





Newgrange_Dowth_1775_aDowth est le monument qui a le plus souffert de l’érosion. Il fut pillé en 1059 puis incendié en 1170.  Au siècle dernier, une maison a même été construite sur le sommet de la butte. De plus, les pierres ont été utilisées pour les routes et comme matériaux de construction. L’intérieur reste officiellement inaccessible au public.



Newgrange__Dowth__108_Comme Knowth, ce tumulus possède donc deux couloirs, opposés l'un à l'autre : un au nord, et un autre plus petit au sud qui fait face à Newgrange. Au solstice d'hiver, le matin, les rayons du soleil illuminent Newgrange, et illuminent le couloir sud de Dowth à la fin de la journée. Par contre, les rayons sont bien plus puissants à Dowth, qui permettent d'éclairer toute la pièce centrale. Cette pièce possède un renfoncement sur la droite dans lequel se trouve une pierre gravée de symboles circulaires.





Newgrange__Dowth__109_Quand les rayons du solstice parviennent au fond du couloir, cette pierre convexe est mise en valeur. Deux autres pierres gravées, de chaque côté de la pièce principale sont aussi décorées de symboles.
Newgrange_Dowth_pierre_a
















Newgrange_Dowth_pierre_2aPendant les quelques jours avant et après le solstice, ces pierres sont éclairées les unes après les autres. Le symbolisme de Dowth semblerait se rapprocher du cycle lunaire. Ce qui confirmerait son alignement sur le satellite.







Newgrange_Knowth__5_aD'autres tentatives ont été faites pour expliquer le sens de ces symboles : certains disent qu'ils sont des représentations du soleil à différentes époques de l'année, d'autres disent qu'ils représentent des corps célestes tels que les comètes, ou bien l'alignement des Pléiades.









Newgrange_Dowth__96_Cet alignement de Dowth au coucher su soleil le soir du solstice d'hiver, alors que les jours sont les plus courts, le place à la fin du cycle solaire et au début de la plus longue nuit de l'année. Il symbolise donc les ténèbre, l'obscurité.
Newgrange_Knowth__4_a










Newgrange_Dowth__121_Les légendes s'y rapportent : "Le druide Bresal voulut construire une tour montant jusqu'au ciel. Pour celà, il demanda au peuple Irlandais de l'aider pendant une journée. Comme celà ne fut pas suffisant, sa soeur jeta un sort au soleil, afin qu'il ne se couche qu'à la fin des travaux. Le frère et la soeur commirent un inceste, et le charme fut rompu. La tour ne fut jamais finie, et l'endroit fut appelé Dubhaigh, Dowth, qui veut dire "obscurité". Dans cette légende, nous trouvons un contraste avec les rites de souveraineté où le roi prend pour maitresse la Déesse-Mère afin d'assurer la fertilité de la terre et la prospérité pour le peuple...



Newgrange_Dowth_interieur_aLe couloir principal, de 8,2 mètres de long, est composé de pierres verticales soutenant le toit en linteau. Il conduit à une pièce cruciforme avec un grand bassin en pierre au milieu. Une série de petites pièces ouvertes au sud-ouest occupent une si petite partie de l'ensemble monticule que l'on peut se demander si d'autres pièces restent encore à découvrir.
Le tunnel paléochrétien conduit à une série de pièces à chaque extrémité. Ce souterrain a probablement été construit au premier millénaire, lorsque le monticule a servi à la création d'une forteresse.
http://www.megalithicireland.com/Dowth.htm

Posté par madame_dulac à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Knowth

Newgrange_Knowth__21_aPour mémoire : to know “connaître”…

Knowth, en gaelic "Cnogba", Cnoc Bua, la colline de Bua, est le plus important des tumulus de la vallée de la Boyne, et il semblerait qu'il soit aussi le plus âgé, au moins 500 ans avant Newgrange. La légende raconte qu'une noble dame, Bua, a été enterrée ici et que la "grande colline" a été construite par dessus sa tombe. Knowth est aussi appelé "the Great Mother’s grave" ou “la Tombe de la Grande Mère”.
Knowth est aussi associé à Englec, la fille d'Elcmar, lui même frère du Dagda et premier mari de Boann. Englec fut aussi la maitresse d'Oengus, fils de Boann.

 

Newgrange_Knowth__19_aLe tumulus est entouré de 17 autres tumulus plus petits, que l'on appelle les satellites. Au mois l'un d'entre eux existait déjà avant que le tumulus principal ne fut construit, qui fut considéré comme suffisamment important pour y avoir été incorporé.




 

Newgrange_Knowth__9_aKnowth a été abandonné aux environs de - 2 500. Une tombe de l'âge de bronze a été installée dans le tumulus 500 ans plus tard.






 

Newgrange_Knowth__f_Un cercle composé de pieux datant de cette époque, à l'intérieur duquel furent retrouvés un nombre important d'objets, d'offrandes, laisse penser qu'il était utilisé comme un espace sacré ou rituelique après que le grand monticule fut déjà tombé en désuétude.





 


Newgrange_Knowth__11_aKnowth fut de nouveau utilisé à l'âge de fer, le site fut fortifié et un immense fossé fut creusé autour de la butte. Aux premiers temps de l'ère chrétienne, Knowth devint la capitale du royaume de Brega. Même les normands l'ont utilisé comme forteresse entre le IIème et le IVème siècle.


 






Newgrange_Knowth_Entr_e_aPuis les entrées ont été bouchées et oubliées. Knowth devint propriété des moines de l'abbaye de Mellifont. Après la dissolution des monastères, le site a été utilisé essentiellement à des fins agricoles jusqu'à ce que la majeure partie en fut acheté par l'Etat en 1939.





Newgrange_knowth_plan_aD'une hauteur de 12 mètres pour un diametre de 65, il est bordé de 127 pierres (3 d'entre elles ont disparu, 4 sont gravement endommagées) et contient deux galeries principales dont les entrées se situent côtés est et ouest. Elles font respectivement  40 et 34 mètres de long. Les 2 "chambres funéraires" sont à quelques mètres dos à dos au centre du tumulus, et l’une possède un bassin en pierre gravée. La découverte de ces deux passages fut faite en 1967 par l'archéologue George Eogan.






Newgrange_Knowth__15_Une théorie longtemps admise selon laquelle les galeries étaient orientées sur le lever et le coucher du soleil aux équinoxes du printemps et de l'automne est remise en question. Il semblerait que l'alignement des couloirs soit en rapport avec la lune, nouvelle théorie confirmée si l'on en croit l'interprétation faite des gravures représentant les différentes phases du satellite.

Newgrange_Knowth__12_a




Newgrange_Knowth__16_aNewgrange, cercle du soleil. Knowth celui de la lune. Dowth, celui des étoiles ? Celà me rappelle Brodgar, Stenness et O'Bookan dans les Orcades...






Newgrange_Knowth__masque_Knowth à lui tout seul représente 1/4 des pierres gravées mégalithiques d'Europe. Un certain nombre d'objets ont été découverts au cours des 40 années de fouilles à Knowth : une tête de massue en silex, une pierre phallique, un bassin gravé également connu sous le nom de chaudron de  Dagda, sont parmi les plus importants.


Newgrange_Knowth__i_





Newgrange_Knowth_pierres_4aUne théorie d'un universitaire suédois parle de la gravure de ce bassin comme d'une carte d'Atlantis, la capitale de l'Atlantide telle que décrite par Platon, avec ses trois canaux concentriques. On retrouve la même explication sur le site de Tara...








Newgrange_Knowth__22_aLes pierres sont gravées de symboles, le plus souvent de spirales. Il est intéressant de remarquer qu' une bonne partie de cette œuvre a été sculptée sur le dos des pierres, comme à Newgrange.






 

Newgrange_Knowth__14_aEt comme à Newgrange et à Dowth, les galets de quartz blanc et de granit noir...


Pour ceux qui veulent voir plus de pierres : ici




http://www.knowth.com/knowth.htm
http://www.mythicalireland.com/ancientsites/knowth/index.html
http://en.wikipedia.org/wiki/Knowth
http://www.megalithicireland.com/Knowth.htm

Posté par madame_dulac à 17:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]