14 juin 2018

Jaleyrac

Jaleyrac_15En remontant de Mauriac sur la D922 en direction de Clermont, une petite route sur la droite descend sur les pentes escarpées d’un vallon boisé de chênes et de hêtres. Quelques courbes plus loin, nous voici à Jaleyrac, petit bourg de nos campagnes ayant laissé le temps couler sur lui. Sur la place du village, une église romane dans un écrin de verdure et de fleurs toutes portes ouvertes, ce qui devient de plus en plus rare de nos jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac_8L’endroit fut habité depuis longtemps : des fouilles au hameau de Boissières ont permis de retrouver des artéfacts gallo-romains et le proche village de Bourianes possèderait plusieurs tumuli sur son sol, alignés d’est en ouest (d’après Jean-Baptiste Bouillet dans sa description historique et scientifique de la Haute Auvergne).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac_7L’église est dédiée à saint Martin. On se souvient que Martin fut un pourfendeur de pierres païennes, et que souvent son nom fut attribué au temple ayant remplacé celui de l’ancienne religion détruit.

 

Jaleyrac 23

 

 

 

 

Jaleyrac 11L’église romane Saint-Martin de Jaleyrac fut précédée par un autre bâtiment situé au Pradel (il n’en reste plus rien), à deux kilomètres au nord de Jaleyrac, cité dans la charte de Clovis (la fausse charte dite de Clovis est un polyptique daté du IXe siècle, mentionné en 822, recensant les biens de l'abbaye de Saint-Pierre-le-Vif de Sens, dans l'Yonne).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 22Elle fut confiée en 1348 au chapitre de Notre-Dame du Port à Clermont par le pape Clément VI. Durant la Révolution elle fut réunie au diocèse de Saint-Flour. En 1855, la foudre s’abattit sur le clocher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac plan 1a

Saint-Martin, de proportion modeste, fut construite au départ suivant un plan basilical simple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 14Deux chapelles ogivales latérales lui furent ajoutées au XVe siècle, lui donnant la forme d'une croix latine à transept peu saillant.

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 16'La nef voûtée en berceau possède trois travées, un chœur carré surmonté d’une coupole hémisphérique sur laquelle vient se poser le clocher carré dont la flèche est récente et une abside semi-circulaire voûtée en cul de four.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’extérieur

 

Jaleyrac 1Le portail en plein cintre, surmonté d’un cordon torsadé, est orné de colonnettes à chapiteaux simplement sculptés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 2Les portes en bois sont ornées de pentures en fer, dont certaines sont datées du XIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac_3Restaurées au XVIIe siècle, les ferrures changèrent de place : actuellement les plus anciennes, avec le heurtoir au centre, sont en position haute alors qu’ils devraient se trouver au centre du ventail. Les enroulements inférieurs datent probablement de cette époque.

 

Jaleyrac 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 10 aLe toit repose sur une corniche saillante bordée d’un cordon torsadé et agrémentée de modillons.

 Jaleyrac 9

 

 

 

 

 

 

Le message est clair : il montre le cheminement de l’initié sortant de l’animalité afin de faire son retournement.

Jaleyrac 10d

Jaleyrac 10 c

Jaleyrac 10 b

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intérieur

 

Jaleyrac 18Saint-Martin possède de remarquables peintures murales du XVe siècle qui furent protégées pendant des années par des badigeons successifs. Elles furent mises à jour et restaurées entre 1977 et 1980. Dans le chœur, le Christ en majesté entouré du symbole des quatre vivants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 21et sur la droite, saint Georges terrassant le dragon, entouré du roi et de la reine de Trebizonde (ville de Turquie sur les bords de la mer Noire) et de leur fille, en sont quelques exemples.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac 20

Dans une niche de l’abside, sur la droite, se tient Notre-Dame de Jaleyrac. Cette statue en pierre polychrome, datée du XVIe sur son arrêté de classement aux monuments historiques en 1960, se rapproche plus dans son iconographie des Vierges romanes du XIIIe siècle. La Vierge, en robe rouge ornée d’un cabochon, drapée d’un manteau vert retenu sur la tête par une couronne à fleurons, tient l’enfant sur ses genoux. Une niche placée à l’arrière du siège lui confère la fonction de reliquaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint Men

Jaleyrac MenasUne des chapelles de l’église est consacrée à saint Men ou Menas, rappelant qu’autrefois avait lieu un pèlerinage fort prisé par les malades atteints d’une sorte de lèpre, maladie que l’on nommait mal de Saint-Men. Au XIIIe siècle, les moines de l’abbaye bénédictine de Mauriac firent construire, sur le plateau des Andêryes dominant Jaleyrac, une léproserie (lieu-dit la Croix des Anders).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac Menas 2

Cet endroit était désigné sous le nom de Maladrerie de Mauriac dans un état officiel dressé sous Louis XIV. Des reliques appartenant à saint Men furent rapportées d’Egypte après les croisades et déposées dans la chapelle. Les guérisons se firent nombreuses. Le culte de saint Men fut transféré à Jaleyrac à la fin du XVIe siècle, après que les guerres de Religion eurent fait fermer les portes de la maladrerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac pont 2Quoi qu’il en soit, les miracles continuèrent à Jaleyrac. Pour obtenir sa guérison, il fallait que le malade, quel que soit son rang social, s’humilie et mendie lui-même l’argent destiné à la messe. Il devait ensuite aller boire à la Font Salade, la fontaine miraculeuse située dans le vallon, près du pont jeté au-dessus du ruisseau de la Gueuse. Ce pont existe encore de nos jours. Curieusement, alors qu’il est d’époque romane, il porte sur les pancartes le nom de « pont romain », bien qu’aucun romain n’ait participé à sa construction.

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac source 2La Font Saint-Men ou Font Salade possède des eaux salines comme son nom l’indique. La source sort d’une roche granitique dans un petit bâtiment voûté ouvert par une seule porte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac source 4A l’intérieur, un bassin est rempli d’une eau à 15°C. Il y a peu encore, les gens atteints d’une maladie de peau et de problèmes de foie allaient s’y abreuver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jaleyrac source 1Jean-Baptiste Bouillet, dans sa « Description historique et scientifique de Haute-Auvergne, département du Cantal », en parle en ces termes : « Dans un bois, au confluent de deux ruisseaux qui vont se perdre dans la rivière le Mars, nait, d’une montagne primitive, une source d’eau minérale ferrugineuse froide, assez abondante, qui s’épanche dans un bassin de trois à quatre pieds de long, placé dans un petit bâtiment. Cette source est très fréquentée des gens du pays. Suivant les expériences du docteur Mourguye, un kilogramme d’eau contient un décigramme et demi de carbonate de chaux, un demi-décigramme de proto-sulfate de magnésie, un décigramme d’hydrochlorate de magnésie. Les eaux de la source sont légèrement toniques et purgatives, et conviennent aux malades atteints d'embarras gastrique et intestinal, d’anémie, d'aménorrhée ou de leucorrhée atonique ».

 

Jaleyrac source 3Un ancien pharmacien de Clermont, monsieur Mossier, en avait fait l’analyse : « Chaque litre d'eau contient 25 pouces cubes d'acide carbonique, 31 décigrammes de carbonate de soude, 24 centigrammes de carbonate de chaux, 8 centigrammes de sulfate de chaux, 5 centigrammes de carbonate de magnésie, 4 centigrammes de carbonate de fer, et des proportions minimes de chlorures de sodium et de calcium, d'alumine et de silice».

 

 Mais… Il se dit au pays que la construction de la voie ferrée reliant Aurillac à Bort-les-Orgues a détourné le cours de la source. Pour certaines personnes très âgées, l'eau n'a plus le pouvoir d'antan.

Posté par madame_dulac à 21:31 - - Commentaires [14] - Permalien [#]