21 octobre 2007

L'Acropole, historique

Ath_nes__2_aLe terme acropole (ἀκρόπολις, akrópolis) vient de l’adjectif ἄκρος (ákros "élevé") et du substantif πόλις (pólis, "cité"), signifiant ainsi "ville haute" ou encore "point le plus haut de la ville". L'Acropole d'Athènes fait environ 300 mètres de longueur (axe Est-Ouest) et 85 mètres de largeur (axe Nord-Sud). C'est un plateau calcaire de 156 mètres de hauteur.
Comme en témoignent les vestiges d'une maison et d'un tombeau datant de l'âge du bronze (3 000 avant notre ère), la colline où se trouve l'Acropole était habitée dès l'époque du néolithique. Cette colline n'est ni la plus haute ni la plus vaste de la région, mais on croit qu'elle était habitée dès 5 000 avant notre ère.


Ath_nes__1_aOn attribuait à Cécrops le premier établissement qui fût installé, Cécropia ou Kranaa. Cécrops avait trouvé là une population autochtone : les Pélages, rameau d'une race préhellénique.

Plus tard, Thésée réunit toutes les bourgades groupées autour de Cécropia et la nouvelle cité prit alors le nom d'Athenaï, pluriel issu du locatif d'Athènes. Athéna, déesse mère, déesse du rocher et du palais mycénien, dont l'attribut était la chouette, oiseau des cavernes et des crevasses.





Ath_nes_baÀ l'époque mycénienne, alors que les grandes métropoles du monde mycénien construisaient leurs remparts, Athènes dota elle aussi l'Acropole d'un mur puissant et imposant. Dans ce temps là, les Acropoles ne servaient pas seulement de refuge, mais elles étaient la demeure du chef du gouvernement. Il en était de même à Athènes, où se trouvait un palais dans la partie nord de l'Acropole. Ce palais servait également de lieu de vénération des dieux de la religion mycénienne. Le côté occidental, seul accessible, était défendu par une série de murailles percées de neuf portes successives.



Ath_nes_fAthènes ayant su repousser les peuples primitifs qui avaient envahi tous les autres territoires mycéniens, a pu continuer de prospérer. On mit fin à la monarchie par la même occasion, le roi Codros étant mort au combat. Ce fut le début de la démocratie. C'est ce changement qui a entraîné la conversion de l'Acropole en un lieu de culte exclusivement, un sanctuaire, puisque les nouveaux dirigeant avaient transporté le centre politique dans la basse ville, là où se développera l'agora,  jusqu'à ce que Pisistrate remonte vers la Citadelle avec une rampe carrossable et des Propylées.




Ath_nes__8_aCe sera la première ébauche de l'acropole classique. Elle compte alors un sanctuaire très vénéré, l'ancien Erechteion, un sanctuaire à Artémis Brauronia, et surtout, oeuvre de Pisistrate, organisateur du culte officiel de l'Athéna Polias, l'Hécatompédon, temple long de cent pieds, construit en calcaire et que les fils de Pisistrate agrandirent en marbre.

Malheureusement, pendant les guerres médiques, les Grecs ayant laissé seuls les vieux pour défendre l'Acropole afin d'avoir toutes leur ressources à Salamine, la haute ville fut prise et les Perses saccagèrent tout.  Cependant, après la victoire des Grecs à Salamine, les Perses qui occupaient l'Acropole durent s'enfuir.

Ath_nes__51_aL'Acropole demeura en ruine pendant près de 30 ans. C'est Périclès, le chef démocratiquement élu d'Athènes, qui, vers 450 av. J.-C., détourna l'argent du trésor de Délos qui devait être utilisé à des fins militaires pour rénover l'Acropole. Pour ce faire, Périclès fit appel à son ami Phidias qui rassembla autour de lui toute une équipe de collaborateurs : les architectes Callicratès, Ictinos, Mnésiclès et Coroïbos, les sculpteurs Paionos, Alcamène, Agoracritos et Crésilas, les peintres Polygnotos et Colôles.





Ath_nes_caLe plus admirable fut la rapidité d'exécution du travail. Ce qui, aux yeux de beaucoup, aurait dû prendre plusieurs générations consécutives pour être achevé, le fut pendant la période d'apogée d'un seule carrière. On commença par construire le temple d'Athéna la vierge, le Parthénon. Ensuite ce fut le tour de l'entrée monumentale, les Propylées. Puis il y eut le petit temple d'Athéna Niké. Finalement, on remplaça le vieux temple complètement détruit par l'Érechthéion.












Ath_nes_hAu Vème siècle, l'accès occidental était constitué par une rampe remblayée en pente relativement douce, large de 23 mètres et qui était coupée en deux par un mur de soutènement appuyé sur l'aile nord des Propylées. Sur toute la largeur de cette rampe, serpentait la voie sacrée, qui franchissait par une porte le mur de soutènement.
La voie sacrée était dallée de marbre, et en son milieu elle était entaillée de stries pour que les pieds des bêtes ne glissent pas. La sinuosité compensait la déclivité et permettait le déploiement de belles processions. Aujourd'hui, la voie sacrée n'est plus qu'un sentier de chèvres recouvert de gradins de bois, mais le marbre est encore là.
A son débouché, sur le terre-plein supérieur, la voie sacrée avait à sa droite le temple d'Athéna Nikê, ancien temple dédié à Gaïa. En face, s'étendaient les Propylées.

Ath_nes__6_aVoilà pour comprendre un peu mieux le caractère sacré de l'Acropole. Deux endroits m'ont paru dignes d'intérêt : l'ancien temple de Gaïa, avec son autel encore en place, devenu donc le temple d'Athéna Nikê, et l'Érechthéion. Le premier n'est malheureusement plus visitable, étant en rénovation. Je n'ai même pas pu l'approcher. Le deuxième ne peut se visiter que de l'extérieur. Pfff, dur pour renifler. Mais le nez s'allonge. 

Wikipédia, http://francoib.chez-alice.fr/rodier/index.htm

Posté par madame_dulac à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


L'Érechteion, historique

Ath_nes__86_aIl remplace le temple archaïque d'Athéna Polias qui fut détruit par les Perses en -480 lors des guerres médiques. Il est situé à l'emplacement de l'Acropole primitive et regroupait certaines des reliques les plus anciennes et les plus sacrées des athéniens.
Ath_nes__25_a








Ath_nes__17_aC'est à cet endroit qu'eut lieu la dispute entre Athéna et Poséidon, relatée dans une légende : "alors qu'Athènes était encore un petit village, deux dieux luttaient pour le pouvoir à Athènes : Athéna, déesse de la guerre sage et juste, et Poséidon, dieu du monde marin. On raconte que pour mettre fin à la querelle, Athéna et Poséidon se livrèrent à un concours : celui qui impressionnerait le plus les habitants obtiendrait le pouvoir. Poséidon, en frappant sur un rocher avec son trident, fit jaillir une source d'eau salée. Athéna, quand à elle, offrit un olivier. Les athéniens choisirent l'olivier. C'est ainsi qu'Athéna obtint le patronnat de cette cité."



ath_nes_d2On trouvait aussi à cet emplacement le Palladium, une statue d'Athéna, consacrée par Cécrops, le roi mythique de l'Attique, et dont on croyait qu'elle était tombée du ciel, les tombes de Crécrops et d'Érechthée, une chapelle dédiée à Pandrose, la fille de Crécrops, un puits d'eau salée et l'olivier sacré d'Athéna. Il y avait une crypte dont une partie servait de cage aux serpents sacrés. Des vierges s'occupaient des serpents, qui représentaient les protecteurs de la cité. Une source sacrée, un arbre sacré, une crypte, des serpents et une vierge : on a tout bon ?

Ath_nes__18_aSon nom, qui signifie "celui qui ébranle", désigne le surnom attique de Poséidon. C'est un des rares temples grecs en forme de croix.
Sa construction fut entreprise en -420 et fut achevé entre -409 et -406. C'est le plus sacré des temples et le mieux rattaché à la mythologie. Seule la face est, le mur sud et les Caryatides s'appuient sur la grande terrasse qu'offrait l'emplacement du vieux temple, tandis que le reste du bâtiment fut construit plus bas de 3,10 m.  Tout cela afin de dégager l'autel et pour que l'attention ne soit pas toute détournée par l'immense Parthénon.  En même temps cette disposition permet au temple d'englober les lieux les plus sacrés de l'Acropole.
Ath_nes__27_a









Ath_nes__24_aAu VIIème siècle, l'Érechthéion fut transformé en église byzantine. Les murs intérieurs furent détruits et d'autres furent édifiés. Au cours de la période ottomane, le temple subit d'autres dommages. En 1463, il fut transformé pour loger le harem du commandant turc de l'Acropole et le portique nord fut muré. Ensuite, il fut utilisé comme magasin à poudre. Ceci marque la fin du bâtiment original. Lorsque les vénitiens combattirent les ottomans, le magasin explosa, détruisant le toit et endommageant plusieurs autres monuments situés à proximité.
Ath_nes__26_










Ath_nes__41_aPlus tard, Thomas Bruce, septième comte d'Elgin et ambassadeur britannique à Constantinople, fit enlever une des caryatides ainsi que de nombreuses autres sculptures du Parthénon et la vendit au gouvernement britannique. Cette statue se trouve actuellement au British Museum. Les cinq autres Caryatides se trouvent au musée de l'Acropole, protégées de la corrosion et de la pollution. Les six statues se trouvant sur le site sont des répliques exactes de celles d'origine.

Posté par madame_dulac à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Erechteion, description

Ath_nes_iIl comporte un corps, deux portiques (nord et sud), et des annexes.
L'ensemble actuel ne représentait que la moitié d'un projet primitif. Ces deux portiques du nord et du sud, qui sont totalement décentrés, auraient été au milieu et auraient permis d'accéder à un vestibule central. Ce devait être un ensemble allongé et amphiprostyle. Seule la moitié est du projet fut réalisée. De l'est à l'ouest, le corps de l'Erechteion comprend un pronaos à six colonnes ioniques, puis la cella d'Athéna, et en troisième lieu, séparée par un mur plein, la cella de Poséidon et d'Erechtée, à deux mètres en contrebas.



Ath_nes_e2Sous le dallage de cette double cella, la crypte qui servait de cage aux serpents sacrés. Un vestibule à l'extérieur ouest, auquel on accède par les deux portiques et qui abrite la citerne, ancienne source sacrée ? La colonnade de la partie occidentale est accolée au mur ouest du vestibule et elle est posée sur un mur pour compenser les inégalités de niveaux.



Ath_nes__21_aAu nord, un portique classique, à fronton, composé de six colonnes. Ce porche abritait les trous creusés dans le roc par le trident de Poséidon. Il donne dans le vestibule par une porte remarquable, avec des moulures et des rosaces d'une grande finesse. Les Byzantins, cependant, l'ont retouchée.

Ath_nes__20_a













Les Caryatides

Ath_nes__16_aAu Sud il y a le fameux portique des Caryatides où six statues de jeunes filles drapées servent de colonnes supportant l'entablement. Ces femmes sont les citoyennes de la ville de Caryatide (ville du Péloponnèse).









Ath_nes__28_aLa ville ayant collaboré avec l'envahisseur Perse, les athéniens lui déclarent la guerre et vendent ses femmes comme esclaves. Pour que cela serve d'exemple, ces statues sont sculptées dans le marbre pour rappeler le sort de ceux qui collaboreront.



Posté par madame_dulac à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Agora

Ath_nes__85_aL'agora grecque est l'équivalent du forum romain. Par l'Agora, coeur de la cité, passait la voie sacrée qu'empruntait la procession de panathénées en direction de l'Acropole. C'était le principal rendez-vous des Athéniens, où se concentrait la vie administrative, commerciale, politique ou sociale. On y voyait aussi les intellectuels. Socrate, entre autres, y participa à la vie publique, jusqu'à ce qu'on le condamne ici-même à boire la ciguë.






Ath_nes__84_aLe site a commencé à se développer au VIème siècle avant notre ère. Dévasté par les Perses, en -480, il a connu un important développement sous le règne de Périclès. Le site actuel qui s'étend entre les quartiers de Plaka et Monastiraki, s'organise principalement autour du portique d'Attale, du temple d'Héphaïstos et de l'église des Saints-Apôtres.



 

Ath_nes__80_aGuère plus d'un amas de décombres pour l'oeil béotien, l'Agora romaine recèle pourtant quelques trésors. L'entrée se fait par la porte d'Athéna Archegétis, très bien préservée et flanquée de quatre colonnes doriques. A droite se tiennent les fondations de latrines publiques datant du Ier siècle, tandis que le secteur sud-est abrite les fondations d'un propylée et d'une rangée de boutiques.



Ath_nes__81_aLa tour des Vents, édifice octogonal en marbre érigé au Ier siècle avant notre ère par l'astronome syrien Andronicus, faisait à la fois office de cadran solaire, de girouette, de clepsydre et de boussole. Chacune des faces du monument représente un point cardinal et comporte le relief d'une silhouette flottant dans l'air, illustrant le vent associé à ce point. La girouette, qui a disparu depuis bien longtemps, figurait un triton de bronze tournant sur lui-même en haut de la tour.







Ath_nes__36_a A l'extrémité ouest de l'Agora, à l'opposé du portique d'Attale, se  trouve le temple d'Héphaïstos, improprement appelé Théséion, en raison de la présence d'une frise de la façade ouest où figure Thésée. Il fut construit au Vème siècle avant notre ère, à la même époque que le Parthénon.

Ath_nes__78_aC'est sans aucun doute le bâtiment classique le mieux conservé d'Athènes, sinon de toute la Grèce, probablement parce qu'il n'abritait aucune richesse à même d'intéresser les pilleurs.
On y abritait une statue en bronze d'Héphaïstos, patron des artisans, dont les échoppes étaient situées dans les quartiers proches de l'Agora, ainsi qu'une effigie d'Athéna, également considérée comme patronne des artisans.

Ath_nes__82_a





Ath_nes__50_aÀ Athènes, l'importance du rôle joué par Héphaïstos s'explique par sa tentative de viol d'Athéna et la naissance d'Érichthonios qui en résulte. Platon lui attribue une souveraineté commune avec Athéna sur la cité de l'Attique :
« Héphaïstos et Athéna qui ont la même nature, et parce qu’ils sont enfants du même père, et parce qu’ils s’accordent dans le même amour de la sagesse et des arts, ayant reçu tous deux en commun notre pays, comme un lot qui leur était propre et naturellement approprié à la vertu et à la pensée, y firent naître de la terre des gens de bien et leur enseignèrent l’organisation politique. »

Posté par madame_dulac à 22:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

L'église des saints Apôtres (Agii Apostoli Solaki)

Ath_nes__48_bCette église byzantine est l'une des plus vieilles églises de la région, ayant été construite dans le dernier quart du Xème siècle sur le site d'un ancien temple grec, le nymphaion (IIème siècle).
Ath_nes__63_a














Ath_nes__60_aElle est située près de l'entrée Sud de l'Agora, construite en évidence, afin de couvrir le besoin croissant de paroisses dans une ville en constante évolution.











Ath_nes__75_aElle contient un certain nombre de fresques dans l'allée centrale du XVIIème siècle, qui ont été restaurées en 1985.
Ath_nes__74_a

Ath_nes__66_a

Ath_nes__73_a










Ath_nes__67_aLe plan initial de l'église a été celui d'une croix, avec absides sur les quatre côtés et une nartex sur le côté ouest. Quatre colonnes soutenaient le dôme. L'autel et le plancher étaient en marbre.

Ath_nes__70_a














Ath_nes__61_aQuelques carrelages sur les murs extérieurs montrent des motifs décoratifs originaires de l'Est.
Une fois la construction initiale achevée, l'extrémité nord du narthex a été élargie de manière à ajuster une arcosole interne (suspension arquée utilisée comme un lieu d'inhumation dans une catacombe). Aucune certitude quand à la personne enterrée ici, mais elle était probablement un donateur qui, selon la tradition bizantine, se doit d'être enterré dans son église avec les membres de sa famille. Le sarcophage existe encore, il a été découvert par les archéologues travaillant à proximité de l'église.










Ath_nes__79_aOn connait 4 phases de construction.
Ath_nes__64_aLe bâtiment montre une partie supérieure bien conçue alors que l'inférieure est composée de grandes couches disposées de façon aléatoires.
Parmi les nombreux  monuments médiévaux connus pour avoir existé dans l'agora, elle est la seule qui fut conservée. L'église a été rétablie dans sa forme originale en 1954.   


Ath_nes__77_aL'église, qui fut la première grande église bizantine d'Athènes, est ouverte au public. Le 29 juin, jour de la fête des saints Pierre et Paul, une messe y est donnée. Le nom de Solaki se réfère probablement à la famille qui a parrainé la rénovation de l'église.

Posté par madame_dulac à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chapelle Theotokos Gorgoepikoos

Ath_nes__89_aDans le quartier de Plaka, juste à côté de la cathédrale d'Athènes, qui, après le séisme de 1999, est derrière les échafaudages, se trouve une petite chapelle bizantine.

Elle a été construite à la fin du XIIème siècle, sur les ruines d'un ancien temple dédié à la déesse Ilithias (Eleutho/Ilithias, déesse de la naissance, fille de Zeus et d'Héra, est née dans une grotte près de Knossos en Crète. Soeur d'Arès, d'Hestia et d'Hebe, elle est généralement considérée comme une déesse vierge, mais parfois comme une déesse-mère).










Ath_nes__91_aDans la continuité de culte, elle fut consacrée à la Vierge Marie, la Panagia Gorgoepikoos. En 1841, elle abritait la bibliothèque publique d'Athènes. Plus tard, en 1863, elle a été dédiée à Aghios Eleutherios, ce qui explique le double nom.











Ath_nes__101_aLes murs de l'église sont composés d'anciens blocs de marbre, bien plus anciens que l'église elle-même. On retrouve dans les bas-reliefs(quatre-vingt-dix au total) la représentation des mois, avec leurs symboles du zodiaque et les fêtes qui les accompagnent. Les croix ont été ajoutées au XIIème siècle.

Ath_nes__98_a








Ath_nes__97_aLe narthex, encore ensoleillé par l'entrée, nous laisse parvenir l'atmosphère typique des églises byzantines, avec ses effluves d'encens et ses couleurs chaudes.
Ath_nes__93_a









Ath_nes__100_aSur la place, devant la chapelle, un prêtre orthodoxe se ballade, la poussette de son enfant devant lui, sa femme enceinte à son bras. Que du bonheur.

Ath_nes__96_a

Posté par madame_dulac à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]