23 juin 2014

Les brochs

Broch_1Il aura fallu un retour aux Orcades en cette année 2015 pour que je donne une définition de ces brochs que l’on ne trouve qu’au nord de l’Écosse et dans les archipels des Shetland et des Orcades. Nous connaissons aujourd’hui l’emplacement de plus de 700 d’entre eux dont plus de 120 dans les Orcades, sans parler de ceux qui n’ont pas encore été découverts.

 

 

 

 

 

 

 

 

Broch_2Ils ont été construits et utilisés durant une période comprise entre 600 avant notre ère jusqu’à la fin du IIIe siècle. Il semblerait qu’ils furent construits par les descendants du peuple des mégalithes, puis utilisés par les Pictes, puis par les vikings.

 

 

 

 

 

 

Broch_4Le broch, dont le nom provient du vieux norrois borg, qui veut dire fortification, ou de l’ancien gaélique écossais burgh, de même sens, est une construction circulaire en pierre sèche entourée d’une double voire triple enceinte.

 

 

 

 

 

 

Broch_10Les plus petits mesuraient 5m de haut, les plus grands pouvaient atteindre les 15 m. Le toit était formé d’une structure en bois recouverte de chaume. Parfois le broch était entouré de petites habitations, formant un village à l’extérieur.

 

 

 

 

 

 

Broch_7L’édifice était doté de murs à double parois entre lesquelles se trouvaient des galeries superposées, reliées par des escaliers en pierre. Certaines étaient trop petites pour qu’un être humain puisse passer.

Broch_9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Broch_5Les brochs étaient accessibles par une seule porte assez large, orientée le plus souvent vers l’est, suivie d’un long couloir de la largeur des murs.

 

 

 

 

 

 

Broch_8L’intérieur comportait une pièce principale centrale avec un foyer et une citerne, le périmètre étant constitué de cellules plus petites séparées par des cloisons en dalles de pierres fines. Des galeries en bois formaient les étages supérieurs. Ici, une vue d’artiste représentant l’intérieur d’un broch.

 

 

 

 

 

 

Broch_3Les brochs étaient construits à proximité de terres arables ou de bords de mer, non loin d’une source d’eau (certains possèdent des puits ou des sources naturelles en leur centre). Beaucoup possédaient une chambre souterraine, accessible par un escalier en pierre.

A quoi servaient ces constructions, véritable exploit d’ingénierie et d’architecture ?

 

 

 

 

 

 

 

Broch_6Certains pensent qu’elles sont des fortifications militaires, d’autres les ancêtres des châteaux féodaux, d’autres encore la marque d’une puissance de l’élite dirigeante, soulignant le statut social la richesse, le pouvoir du propriétaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Broch_11Le souci, c’est que ces beaux messieurs archéologues pensent en hommes du XXIe siècle, pour qui ces critères sont effectivement importants. Nos constructeurs de brochs avaient, à mon avis, une toute autre vision du monde, et la fonction de ces bâtiments restera mystérieuse encore longtemps. A moins que ?

Posté par madame_dulac à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 janvier 2014

Le fanum

 

Compierre_Champallement_plan_fanum_2Les fana ou fanums sont de petits temples de la période gallo-romaine, construits en général sur l’emplacement d’un ancien nemeton celte. Le nemeton était un espace sacré (temenos en grec), parfois surélevé et entouré d’un fossé ou d’un mur (appelé péribole), où officiaient les druides. Ces sanctuaires ont évolué avec le temps. L’endroit naturel fut doté d’un simple bâtiment en bois, qui fut entouré d’une galerie, puis fut posé sur un soubassement en pierre avant de se monumentaliser entièrement.

 

 

 

 

Fanum_AlbaLe mot « fanum » proviendrait, étymologiquement, de « Fas », racine indo-européenne désignant la parole divine, la puissance divine, la divinité, par extension le droit divin, les lois divines, la destinée, ce qui est conforme aux prescriptions des dieux ou de la nature. De là sont tirés les mots « profane », devant le sanctuaire donc en dehors, ainsi que « profaner », « néfaste » et « fanatique », qui n’est pas, comme on pourrait le penser, un adorateur des parasites canins.

 

 

Fanum_CompierreLe fanum, orienté à l’est contrairement aux temples romains (vers le soleil levant, comme tout sanctuaire solaire), est construit à l’intérieur d’un temenos et présente un plan concentrique. Il est constitué en général d’une cella centrale fermée, entourée d’une galerie de circulation. Cette galerie peut faire penser aux déambulatoires et à leurs rituels de certaines églises romanes à pèlerinage, où les fidèles en procession tournaient autour des reliques sacrées.

 

 

 

 

Fanum_CorseulLa « cella », dérivé du latin celare, caché, est un local fermé, autrement appelé naos chez les égyptiens puis les grecs, débir pour le temple des juifs (ou saint des saints), garba griha chez les hindouistes. C’est la pièce où réside le mystère divin. Seuls les prêtres pouvaient y pénétrer. On y trouve la statue du dieu tutélaire, un autel, un puits, parfois une source, une cavité destinée à recevoir les dépôts votifs.

 

 

 

Fanum_LaGraufesenqueLe fanum, situé en général sur une hauteur, est souvent entouré d’autres bâtiments, comme un théâtre, des thermes, voire parfois un quartier artisanal avec des boutiques.

 

 

 

 

 

fanum_offemontLes fanums furent peu à peu remplacés par les premières églises chrétiennes, beaucoup ayant été détruits après l’édit de l’empereur Valentinien III au Ve siècle ordonnant leur destruction systématique, condamnant païens et chrétiens non catholiques à la mort.

http://www.archeologie-et-patrimoine.com/gaule-romaine-temples/

http://charlesfevre.perso.sfr.fr/genealogie/page_champlieu_site_galloromain.htm

Posté par madame_dulac à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 décembre 2012

Les différentes parties de l'église romane

_glise_romane_2

Posté par madame_dulac à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2011

L'église romane

ROMAN_2A

 

Orcival_16A

 

 

Posté par madame_dulac à 18:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Le portail roman

roman_1B

Posté par madame_dulac à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le chapiteau

57023248C

Posté par madame_dulac à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 décembre 2011

Lexique de l'art roman

AgAbaque : Tablette rectangulaire attenante au chapiteau et surmontant la corbeille
Abbatiale : Eglise d'une abbaye
Abbaye  : Monastère autonome dirigé par un abbé
Abside : Extrémité orientale du chœur de l'église, souvent semi-circulaire ou parfois polygonale
Absidiole : Chapelle semi-circulaire (au transept ou chœur) ou abside secondaire
Ambon : L'ambon ou le lutrin se définit comme un pupitre pour lire et prêcher
Appareil : Façon de tailler et d'assembler les pierres dans la maçonnerie. Voir aussi: petit, moyen et grand appareils
Arc : Courbe dessinée par une voûte ou la partie supérieure d'une ouverture réunissant deux points d'appui
Arc à double rouleau : Arc à double rangée de claveaux
Arc brisé : Arc aigu formé de deux segments de cercle se coupant suivant un certain angle
Arc de décharge : Arc dans lequel s'inscrit une baie géminée
Arc diaphragme : Mur intérieur en pignon monté sur un arc transversal placé entre deux travées
Arc doubleau : Voir doubleau
Arc en mitre : Arc composé de deux segments droits coupés à angle aigu (triangulaire)
Arc en plein cintre : Voir plein cintre
Arc formeret : Arc placé à la rencontre d'une voûte avec le mur porteur
Arc outrepassé : Arc en fer à cheval dont la courbe dépasse celle du demi-cercle
Arc polylobé : Arc fait de plusieurs arcs ou parties de cercle
Arc rehaussé : Arc où le demi-cercle se prolonge par des parties droites
Arc triomphal : Arc qui se trouve à l'entrée du chœur
Arcade :  Ensemble d'un arc et des montants qui le soutiennent
Arcature : Série de petites arcades décoratives (aveugles ou ouvertes)
Arc-boutant : Arc extérieur d'un édifice pour transférer la poussée d'une voûte vers une pile de pierre
Architrave : Partie rectiligne de longue portée reposant sur des colonnes, parfois en bois
Archivolte : Arc qui surmonte l'ensemble des voussures ou ensemble des ornements qui circonscrivent une arcade en soulignant ses contours supérieurs
Arête : Voûte où deux berceaux se coupent perpendiculairement en pénétrant l'un dans l'autre
Arête de poisson : Voir opus spicatum
Assise : Rangée horizontale de pierres
Astragale : Moulure arrondie séparant chapiteau et fût de colonne (à la base d'une corbeille de chapiteau)
Avant-corps : Elément d'une construction se trouvant en avant de la façade
Avant-nef : Voir narthex
Aveugle : Arcade où l'ouverture est plaquée contre un mur pour ne servir que de décor (par opposition à ajouré)

 

 

BgBalustrade : rangée de balustres, c'est à dire de petites colonnettes. Cet élément décoratif peut se trouver à l'extérieur devant une claire-voie ou un pignon ou à l'intérieur le long des tribunes ou pour orner les croisillons.
Bandes lombardes : Bandes de faible saillie verticale ou lésènes reliées par de petits arcs
Baptistère : Lieu où se pratique le baptême, avec cuve baptismale, souvent intégré à l'église. Souvent une chapelle près d'une église à plan central.
Barlong : Plus large que longue (rectangulaire)
Bas-côté : Nef latérale de l'église flanquant la nef centrale, dont la voûte est moins élevée que la nef principale
Base : Partie moulurée du pied d'une colonne ou d'un pilier
Basilique :  à l'origine la basilique est un édifice antique, une sorte de forum fermé, formé d'un bâtiment rectangulaire divisé en trois nefs. Par la suite, les première églises ayant repris cette forme architecturale sont nommées ainsi. Ce sens n'est cependant pas celui qui est retenu aujourd'hui. Dans la majorité des cas, une basilique est un édifice qui a reçu ce titre honorifique (basilique mineure ou majeure), décerné par le pape, en raison de son prestige particulier. C'est pourquoi des cathédrales (maison de l'évêque) peuvent être aussi des basiliques. Voir aussi : plan basilical
Bâtière : Toit à deux versants inclinés comme les côtés d'un bât et posé sur deux pignons
Berceau : Voûte demi-cylindrique longitudinale en pierre
Berceau brisé : Berceau en arc brisé
Berceau transversal : Voûte en berceau perpendiculaire a l'axe de l'édifice
Billettes : Eléments décoratifs constitués d'une suite de tronçons de tores assemblés en damier
Boudin : Voir tore
Bras du transept : Parties du transept de chaque côté de la croisée

 


CcCannelure : Moulure creuse
Cantonné : un pilier est cantonné lorsque ses angles saillants reçoivent des colonnes engagées. Une colonne est dite cantonnée lorsqu'elle intègre l'angle rentrant d'un pilier cruciforme
Capitulaire (salle) : également appelée salle du chapitre. Les moines s'y réunissaient quotidiennement pour y discuter un chapitre de la règle de Saint Benoit, pour y avouer leurs fautes ou pour y résoudre des problèmes administratifs. Le chapitre élisait l'abbé chargé de diriger l'abbaye. On trouve des salles capitulaires non seulement dans les monastères mais aussi dans la plupart des cathédrales : c'était en effet l'un des centres de décision de l'évéché
Cathèdre : Siège de l'évêque dans la cathédrale
Carolingien : Période de règne des souverains francs de 751-987 et son style architectural
Carré du transept : Voir croisée
Cathédrale : L'église principale d'un évêché où trône l'évêque
Chaîne : Renforcement vertical du mur ne formant pas saillie
Chaire : petite tribune surélevée accessible par un escalier qui permet au prêtre d'être des fidèles lorsqu'il prêche
Chancel : Clôture verticale entre le chœur et la nef
Chanoine : les chanoines sont initialement régis par une règle inspirée de saint Augustin, définie vers 654 par Chrodegang. Ils ne sont pas liés par des voeux contrairement aux moines.
Chanoines réguliers : Chanoines qui vivent en communauté
Chanoines séculiers : Chanoines en contact avec le monde, sans vie communautaire
Chapelle : Partie annexe d'une église comportant un autel secondaire, voir chapelle latérale et chapelle rayonnante.
Chapelle castrale : Chapelle du château, réservée au châtelain
Chapelle latérale : Chapelle des côtés Sud et Nord, souvent rajoutées postérieurement au reste de l'édifice
Chapelle orientée : Chapelle dirigée vers l'est, généralement ouvrant sur les croisillons
Chapelle rayonnante : Absidioles disposées de façon concentrique autour de l'abside et ouvrant sur le déambulatoire
Chapiteau : Pierre taillée qui forme le sommet d’une colonne, d'un pilastre ou d’un pilier, souvent sculptée.
Chapitre : Ensemble de moines ou de chanoines vivant sous une règle monastique ou autour de l'évêque
Chauffoir : Seule pièce chauffée de l'abbaye, abritant la cheminée, souvent attenant au scriptorium
Chevet : Extrémité orientale d'une église ou partie extérieure du chœur
Chevet plat : Mur droit fermant une abside
chœur : Partie d'une église dont l'accès est réservé au clergé, comprenant le sanctuaire qui abrite l'autel et la partie où se chante l'office
Chrisme : monogramme du Christ, formé des deux premières lettres de son nom en grec (X, P) ainsi que de l'alpha et de l'omega.
Christ en Majesté : Scène avec le Christ en gloire
Clair-étage : Voir fenêtres hautes
Claire-voie : Ensemble des fenêtres éclairant un vaisseau
Claustra : Ensemble de dalles ajourées fermant les baies
Claveau : Pierre entrant dans la composition d'un arc ou d'une voûte (taillée en forme de coin)
Claveau droit : Voir clef de voûte
Clerestoire : Voir fenêtres hautes
Clef de voûte : Claveau central ou pierre placée à l'intersection des nervures qui soutiennent une voûte
Clocher à peigne : Mur-pignon percé de baies dans lesquelles sont logées les cloches
Clocher-porche : Tour a l'entrée ouest d'une église
Clocheton : Petit clocher ornant la base d'une flèche ou les angles d'un édifice
Clôture : les clôtures enserrent le choeur et les stalles des chanoines. Elles marquent la séparation ente les religieux et les simples fidèles. A l'origine, elles étaient souvent totales, instaurant une rupture entre le choeur et la nef, marquée par un mur percé d'une porte. Elles étaient donc à la fois séparation et lien (surtout lorsqu'elles étaient surmontées d'un jubé) Elles sont souvent ornées de programmes iconographiques très développées, notamment lorsqu'elles séparent aussi le choeur du déambulatoire. Voir aussi Jubé.
Collatéraux : Voir bas-côtés
Collégiale : Eglise qui possède un chapitre de chanoines, sans être une cathédrale
Colonnade : Série de colonnes, par exemple au rond-point d'un déambulatoire
Colonne : support (pilier) généralement cylindrique. Les colonnes peuvent être monolithes ou composées de plusieurs tambours. Elles sont adossées lorsqu'une petite partie de leur fut est noyée dans la maçonnerie d'un pilier ou d'un mur. Elles sont engagées lorsqu'il n'y a plus qu'une demi-colonne qui ressort de la maçonnerie. Elles sont cantonnées quand elles se glissent dans les angles rentrant d'un pilier cruciformes. Elles sont fasciculées lorsque qu'elles sont réunies en faisceau. Elles sont accouplées lorsqu'elles se présentent par deux.
Colonne adossée : Colonne cylindrique située contre un pilier ou mur
Colonne engagée : Colonne en demi-cylindre faisant corps avec un mur ou un pilier plus large
Commende : le régime de la commende, instauré par Clément VI (1342-52) implique pour une abbaye de perdre partiellement son autonomie puisque son abbé est alors choisi par le Pape parmi les membres du clergé séculier. L'abbé ainsi nommé perçoit les revenus de l'abbaye et s'occupe de sa gestion tandis que le pouvoir spirituel est remis aux prieurs. Par la suite, la possibilité de confier un bénéfice ecclésiastique à un clerc ou même à un laïc s'étend aux souverains. En France, c'est le concordat de Bologne (1516) entre François Ier et Léon X qui permet l'instauration d'une commende royale et non papale. Le passage à ce régime marque souvent le début d'une décadence des moeurs, l'abbé ne se souciant que de son propre profit.
Confession : Petit espace ou crypte où reposent les reliques d'un martyr ou d'un saint
Console : Socle encastré dans un mur marquant un départ d'arc ou utilisé en support
Contrefort : Massif de maçonnerie élevé en saillie contre un mur pour l’épauler, assurant la stabilité d'un édifice
Contrefort-colonne : Colonnes adossées servant de contrefort
Convers : Membre non-clerc d'une communauté religieuse qui est chargé du service domestique
Corbeau : Pièce en saillie sur un mur, parfois sculptée, ayant un rôle de support
Corbeille : Partie principale du chapiteau (souvent décorée de sculptures) entre astragale et tailloir
Corniche : Membre saillant d'architecture qui sert à couronner le faîte d'un mur, voir aussi corbeaux et modillons
Coudée du lieu : Dimension de base propre à chaque lieu.
Coupole : Voûte hémisphérique sur plan carré, circulaire, elliptique ou octogonal, souvent sur la croisée ou le chœur, reposant sur trompes ou pendentifs
Courtine : Mur rectiligne reliant deux tours
Crochet : Ornement en forme de crosse végétale ou de bourgeon recourbé, souvent décorant souvent les chapiteaux
Croisée (du transept) : Partie centrale du plan de l'église où la nef principale coupe le transept, et souvent surmontée d'un clocher et d'une coupole
Croisée d'ogives : Voir ogives
Croisée régulière : Croisée où la hauteur de la nef, des croisillons et du chœur est identique; caractéristique des églises clunisiennes
Croisillon : Voir bras du transept
Crucifère : Ornement marqué d'une croix
Cruciforme : En forme de croix
Crypte : Espace souterrain généralement aménagé en dessous du chœur, abritant souvent les reliques de saints ou le tombeau d'un martyr
Cul-de-four : Voûte formée d'un quart de sphère (demi-coupole) couvrant les absides et absidioles
Cul-de-lampe : Pierre saillante servant à supporter une base de colonne, la retombée d'un arc, des nervures de voûte ou une statue
Culée : Massif de maçonnerie qui reçoit la volée d'un arc-boutant et dont le but est de contenir la poussée
Culot : Support d'une retombée d'ogive quand celle-ci ne repose pas sur une colonne

 


DgjpgDéambulatoire : Couloir entourant le chœur et reliant les bas-côtés, inventé pour permettre de circuler autour des reliques
Demi-berceau : Type de voûte en quart de cylindre, parfois utilisé pour voûter les bas-côtés ou tribunes
Demi-colonne : Voir colonne engagée
Détrempe : Technique de peinture avec adjonction de liants organiques, utilisée pour les fresques
Dormition : mort de la Vierge
Dosseret : Support rectangulaire dans lequel est engagée une colonne servant de départ à un arc doubleau
Double rouleau : Voir arc à double rouleau
Doubleau : Arc transversal en maçonnerie placé en doublure sous la voûte pour la soutenir et séparant deux parties de la voûte

 

EgEbrasement : Piédroit d'une baie ou d'un portail taillé en biais dans un mur
Ecoinçon : Surface triangulaire entre la courbe de deux arcs et le bandeau horizontal qui les surmonte
Elévation : Face verticale intérieure d'une travée d'un édifice (aussi extérieure)
Encorbellement : Elément en saillie d'un mur
Enfeu : niche abritant un tombeau (et souvent un gisant)
Entablement : Saillie au sommet des murs d'un bâtiment qui supporte la charpente de la toiture. Composé de l'architrave, de la frise et de la corniche
Entrelacs : Motif d'ornement à base de brins qui s'entrecroisent
Epannelé : Dégrossi par une taille en plans qui dégage la forme du sujet
Extrados : Surface extérieure convexe d'un claveau ou d'un arc

 

FgFenestrella : Fenêtre située entre la crypte et le chœur
Fenêtres hautes : Baies situées à l'étage supérieur de la nef éclairant directement le vaisseau central
Frise : Composition horizontale de peintures ou de sculptures
Fronton : Morceau d'architecture triangulaire ou en demi-cercle qui couronne une ordonnance architecturale ou l'entablement
Fût : Partie principale de la colonne, comprise entre la base et le chapiteau (généralement cylindrique)

 

GgGâble : Couronnement pointu triangulaire au-dessus d'une baie ou de l'archivolte
Géminé : Objets tels baies, arcades, colonnes groupés par deux sans être cependant en contact (souvent séparés par une colonne)
Gisant : Statue ornant un tombeau représentant le défunt allongé
Gloire : Auréole enveloppant le corps du Christ
Gnomon : Le gnomon fut le premier instrument d'observation utilisé pour fixer les points cardinaux. Il s'agit d'une règle dressée ou d'un triangle, dont l'ombre portée sur un cadran permet de repérer l'heure solaire, la position et les intervalles des équinoxes et des solstices.
Gorge : Moulure creuse demi-circulaire
Gothique : Style architectural (fin XIIe - début XVIe siècles). On distingue gothique premier, rayonnant et flamboyant
Grand appareil : Appareil soigné aux grandes pierres posées par assises égales en hauteur (appareil régulier)
Grandes arcades : Arcades faisant communiquer la nef centrale et les bas-côtés

 


HgHémicycle : Partie d'un édifice dont le plan est en demi-cercle

 

 

 

 

 

IgImposte : Pierre, bandeau ou petite corniche saillante reposant sur un pilier ou piédroit, recevant la retombée d'un arc
Intrados : Surface intérieure d'un ensemble d'arcs ou d'une voûte

 

 

 

 

JgJambage : Voir piédroit
Jessé : Jessé est le père de David. Il est lié à deux types de représentation:
- le songe de Jessé : on voit Jessé entouré de quatre prophètes (Daniel, Jacob, Isaïe, Michée) qui lui annonce la venue d'un Sauveur.
- l'arbre de Jessé : de Jessé allongé part la généalogie du Christ, présentée sous forme d'arbres dont les branches portent des rois et des prophètes. Le Christ trône à la cime. La représentation de l'arbre de Jessé avec les personnages reposant sur des calices de fleurs (et non plus directement sur les rameaux) rappelle les sièges des dieux extrême-orientaux.
Jubé : tribune transversale en forme de galerie, élevé entre la nef et le choeur, dans certaines églises. Le jubé marque la séparation entre le choeur des chanoines et l'église, occupée par les fidèles. La tribune repose souvent sur un mur percé d'une porte appartenant à la clôture. Le prêtre pouvait accéder au jubé depuis le choeur pour lire les évangiles et prêcher tout en étant visible aux fidèles. La plupart des jubés ont été détruits à partir du XVIIe siècle.

 

LgLancette : Baie haute et étroite, se refermant en arc brisé
Lanterne : Tour ajourée permettant de faire pénétrer la lumière, souvent à la croisée d'une église
Larmier : Ressaut de corniche visant à éviter le ruissellement de l'eau sur les murs
Lavabo : Partie du cloître d'une abbaye où les moines venaient se laver
Lésènes : Pilastre plat en légère saillie à l'extérieur de l'édifice
Lierne : nervure liant la clef de voûte aux clefs de voûtes secondaires des tiercerons
Linteau : Rectangle de pierre horizontal appuyé sur les jambages d'une ouverture, souvent sculpté et destiné à supporter le tympan
Linteau en bâtière : linteau monolithe en forme de triangle.
Lobe : Segment de cercle découpé dans un arc

 

 

MgMajesté : Statue du Christ, de la Vierge ou d'un Saint, faisant ressortir son caractère sacré
Mandorle : Gloire ovale en forme d'amande utilisée dans les décorations et qui entoure souvent le Christ en majesté
Massif barlong : Structure de forme rectangulaire surmontant la croisée et dont le côté le plus long se trouve perpendiculaire a l'axe de la nef
Massif occidental : Voir westbau
Meneau : Remplage de pierre qui sépare une baie en plusieurs parties (dans l'art gothique ou Renaissance)
Méplat : Elément peu entaillé d'une sculpture.
Mérovingien : Relatif à la période de règne des souverains francs descendants de Clovis (481 -751)
Modillon : Pierre sculptée saillante, souvent décorée, placée à intervalles réguliers sous une corniche pour la soutenir
Modillon à copeaux : Modillon orné d'enroulements rappelant les copeaux de bois obtenus au rabot
Moellon : Pierre dégrossie ou équarrie
Moyen appareil : Appareil soigné de pierres de taille de grandeur moyenne (appareil régulier), de 20 à 35 cm.
Mur gouttereau : Mur latéral qui porte une gouttière (par opposition au mur pignon)
Mur pignon : Voir pignon
Mozarabe : les mozarabes sont les hommes demeurés chrétiens dans l'Espagne musulmane. Dans le domaine artistique, l'adjectif désigne le mélange entre les traditions ibériques d'avant l'invasion et l'art musulman.
Mudéjar : art développé par les artistes arabes passés au service des chrétiens après la reconquista espagnole.

 


NgNaos : dans le monde byzantin, désigne habituellement la partie centrale de l'église, comprise entre le narthex et le choeur
Narthex : Vestibule ou porche couvert précédant la nef d'une église à l'ouest
Nef :Partie longitudinale d'une église, entre la façade et le transept, où se tiennent les fidèles. Elle peut se composer d'une nef unique ou d'une nef centrale flanquée de bas-côtés.
Nervures : Moulures arrondies et saillantes d'un arc
Nimbe : Auréole entourant le visage des Saints

 


OgOculus : Petite ouverture ronde
Ogive : Arc bandé en diagonale qui souligne les arêtes de la voûte d'une travée (quadripartite ou sexpartite)
Opus sectile : Décor composé de fragments (souvent marbres)
Opus spicatum : Petit appareil irrégulier diagonal utilisé a l'époque pré-romane
Orant : Personnage en prière levant les bras vers le ciel
Ottonien : Style des églises rhénanes, avec westbau et deux absides opposées
Oves : Ornement dessinant des œufs en série

 

PgPalmette : Ornement végétal qui affecte la forme de feuilles de palmier disposées en éventail et réunies à leur pied
Pantocrator : pancrator signifie « tout-puissant ». Ce qualificatif s'applique au Christ lorsqu'il est représenté de face, bénissant de la main droite et tenant un codex de la main gauche (Christ en majesté). On trouve ce type d'image sur de nombreux tympans (notamment dans ceux qui figure l'Apocalypse). Il s'agit d'une création iconographique byzantine
Parement : Face apparente d'un mur en pierre
Pendentifs : Triangles sphériques concaves soutenant une coupole qui permettent le passage du plan carré au plan circulaire
Penture : Bande de fer, souvent décorative, fixée à plat sur une porte et permettant de soutenir celle-ci sur le gond
Petit appareil : Appareil de pierres de taille brutes assemblées sans ordre (appareil irrégulier), à moins de 20 cm.
Phylactère : Banderole représentée sur des sculptures ou des fresques pour porter un texte
Piédroit ou Pied-Droit : Montant vertical encadrant un portail ou ouverture sur lequel s'appuient les retombées d'un arc, parfois décoré
Pignon : Mur qui limite une construction sur ses faces latérales dont le couronnement est souvent triangulaire suivant la pente d'un comble et dont le sommet porte le bout d'une toiture
Pilastre : Ressaut vertical rectangulaire engagé en saillie d'un mur
Pilastre cannelé : Pilastre décoré de cannelures sculptées
Pile : Voir culée
Pilier fasciculé : Pilier fait de plusieurs colonnes réunies en faisceau
Plan basilical : Le plan des édifices antiques, généralement rectangulaire, avec une ou plusieurs nefs et une abside
Plan bénédictin : Plan selon lequel l'église et les chapelles du chœur et du transept sont orientées parallèlement
Plein cintre : Composé d'un demi-cercle
Préroman : Epoque précédant la période romane et le style de cette époque (Xe siècle)
Prieuré : Monastère dépendant d'une abbaye et dirigée par un prieur
Priorale : Eglise d'un prieuré
Protomé : élément décoratif constitué d'un buste d'homme ou d'animal.
Psychomachie : combat allégorique des vices et des vertus.

 

RgRampant : Partie en pente d'un édifice ou d'une décoration
Redents (ou redans) : découpure en forme de dent, dont la répétition constitue un ornement.
Registre : Bande décorative de sculpture ou de peinture
Reliquaire : Voir châsse
Relique : Fragment du corps d'un saint ou d'un objet lui ayant appartenu
Réemploi : Utilisation d'éléments de construction pris dans un édifice plus ancien
Remplage : réseau de pierre garnissant une rose ou la partie supérieure d'une arcature.
Rinceau : Motif ornemental fait d'une tige végétale décrivant des méandres
Roman : Terme inventé au XIXe siècle pour le style répandu en Europe aux XIe et XIIe siècles
Ronde-bosse : Sculpture ne s'appuyant sur aucune surface et dont on peut voir tous les côtés
Rose : Grande baie circulaire, souvent placée dans la partie haute d'une façade
Rotonde : Espace en forme de cercle au sein d'une église, pour faciliter la circulation de pèlerins
Rouleau : Rangée de claveaux formant un arc

 

SgScotie : Moulure en creux placée entre les deux tores de la base d'une colonne
Sommier : Dernière pierre d'un pilier et qui reçoit la retombée de l'arc ou de la voûte
Stalles : Sièges en bois souvent sculptés et réservés aux chanoines dans le chœur, en forme d'un U au sein duquel se trouve l'autel
Statue-colonne     : Haute colonne sculptée d'un personnage
Stuc : Motif décoratif réalisé à partir d'une composition de poussière de marbre ou de plâtre avec un liant
Stylobate : Soubassement continu et servant de support à des colonnes

 


TgTailloir : Partie supérieure d'un chapiteau, tablette carrée ou polygonale sur laquelle repose la retombée des voûtes
Tambour : Pierre de forme cylindrique
Tétramorphe : Représentation symbolique des quatre évangélistes sous leurs formes allégoriques (l'ange pour St-Matthieu, l'aigle pour St-Jean, le taureau pour St-Luc et le lion pour St-Marc)
Tierceron : Nervure supplémentaire dans une voûte qui ne rejoint pas la clef de voûte principale (existe dans l'art gothique et Renaissance)
Tiers-point : Arc inscrit dans un triangle équilatéral
Tirant : Pièce de bois ou de fer stabilisant la construction
Tore : Anneau entourant le fût d'une colonne (moulure cylindrique)
Transept : Partie transversale coupant la nef principale et donnant au plan l'aspect d'une croix latine
Transept bas : Transept dont la hauteur est inférieure a celle de la nef, caractéristique des églises du premier art roman
Travée : Division transversale comprise entre deux piliers ou arcs doubleaux d'une partie d'une église
Triforium : galerie au-dessus des bas-côtés ou des tribunes, composée d'arcatures de faible hauteur, ouvrant sur la nef, le transept ou le choeur. Le triforium peut être aveugle si les ouvertures sont simulées. Si la galerie est réelle, elle peut avoir un mur de fond plein ou à claire-voie. Le triforium se distingue essentiellement de la tribune par la taille de ses baies, moins hautes et moins larges.
Tribune : Galerie voûtée au-dessus des bas-côtés ou du narthex, avec arcatures qui s'ouvrent sur la nef
Triforium : Galeries d'arcades parfois aveugles, constituant le second étage d'une élévation
Trompes : Arcs formant une diagonale à l'intérieur des angles d'un espace carré soutenant une coupole
Trumeau : Pilier central divisant en deux l'ouverture du portail pour soulager le linteau
Tympan : Espace compris entre le linteau et les voussures d'un portail et servant de support à des programmes iconographiques souvent très développés

 

VgVoussoir : Voir claveau
Voussures : Arcs concentriques en retrait les uns par rapport aux autres au-dessus d'un portail ou d'une fenêtre et surmontés de l'archivolte
Voûte : Couvrement intérieur en pierre d'une partie d'un édifice; voir aussi: berceau, berceau brisé, arête, coupole et ogive
Voûte à pénétrations : Voûte où deux berceaux se recoupent perpendiculairement sur des hauteurs différentes
Voûte d'arêtes : Voir arête
Voûte d'ogives : Voir ogive
Voûte en berceau : Voir berceau
Voûte en berceau brisé : Voir berceau brisé
Voûte en berceau transversal     Voir berceau transversal
Voûte en demi-berceau : Voir demi-berceau

 

WgWestbau : Massif occidental d'une église intégrant un deuxième chœur, caractéristique du style ottonien et carolingien

 

 

 


http://mydas.ath.cx/bourgogneromane/glossaire.htm

http://architecture.relig.free.fr/glossaire.htm

 

 

 

 

Posté par madame_dulac à 22:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]