Plouhinec 3Entre le petit port de Pors-Poulhan et la plage aux eaux turquoise de Gwendrez la bien nommée (en breton, drez : sable, gwen : blanc), à deux pas du site préhistorique du Menez Drégan, blottie au creux d’un vallon, se tient une petite chapelle dédiée à saint They.

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 3Pas de voiture dans ce havre de paix, seul un petit chemin bucolique nous y mène. 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 15L’édifice est bordé par le ruisseau qui s’en va rejoindre la mer en glougloutant.

 

Plouhinec 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 12Datée du XVIe siècle, remaniée au XVIIe, la chapelle de plan rectangulaire très simple possède un petit clocheton à dôme érigé au sommet du pignon occidental. Une inscription au-dessus de la porte ouest indique probablement le nom du maitre d’œuvre qui refit des travaux et la date : « GVILLAVME 1676 ».

 

Plouhinec Saint-They 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 4C’est de cet endroit que partait autrefois une procession, tous les premiers dimanche de juillet après les vêpres, jusqu’au phare de Pors-Poulhan où se déroulait la bénédiction de l’océan.

Plouhinec Saint-They 14

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 6Au sud de la chapelle, à l’intérieur du placitre, se tient la fontaine de dévotion, dédié elle aussi à saint They.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 7Comme la chapelle, la petite construction avec un toit en bâtière et une niche en plein cintre date du XVIe siècle. Elle fut restaurée en 1974.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 10La niche abritait une statue du saint que l’on revêtait d’un manteau blanc lors du pardon. Elle fut volée en 1986.

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 9L’eau s’écoule de la fontaine dans un bassin rectangulaire puis va se jeter dans le ruisseau qui borde le mur est du placitre. Cette eau, d’après les anciens, avait le pouvoir de guérir les rhumatismes et les mères venaient y plonger leurs enfants en retard pour marcher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-They 8Bien plus encore, la légende raconte que la fontaine pouvait prévoir l’issue de la maladie d’un petit enfant : si sa robe de baptême, jetée dans le bassin lors du pardon, flottait, il allait guérir. Si elle coulait, il allait mourir.

 

 

 

 

 

 

Saint Guénolé 2Mais qui était ce saint They, fêté le 7 juillet ? On sait peu de choses en vérité. Moine de l’abbaye de Landevennec, disciple de saint Guénolé (celui-là même qui conseilla au roi Gradlon d’abandonner sa fille Dahut lors de l’engloutissement de la ville d’Ys), il aurait vécu au début du VIe siècle, venant probablement de Cornouailles ou du Pays de Galles, fuyant les Saxons. Il est encore vénéré là bas, sous le nom de saint Dey. Une légende se rattache à lui, celle du roi Conomor. 

 

 

 

 

Plouhinec Domnonée 1Ce roi de Domnonée, aussi bien armoricaine que de l’ile bretonne, comte du Poher, ayant vécu au VIe siècle, est appelé dans « La Vie de saint Paul » le roi Marc, ou de son nom complet de Britto-Romain Marcus Quonomorius.  Cet allié du roi de France Childebert a beaucoup fait parler de lui. Assimilé au roi Marc’h de la légende arthurienne, mais aussi à Barbe-Bleue des contes pour enfants, il est parfois porteur d’oreilles de cheval.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-SamsonAu Pays de Galles, il est appelé  Cynmawr (de kon, le chien, et meur, grand), ce qui fait de lui, en plus de ses oreilles, le dépositaire du symbole des psychopompes de l’ancienne religion celte. Mais c’est en Bretagne qu’il traine la plus mauvaise réputation, certainement liée à ses démêlés avec Clotaire lorsqu’il prit parti pour son fils Chramn. Saint Gildas n’apprécia guère, saint Samson non plus, ce qui lui mit la puissante église à dos. Les mauvaises langues terminèrent l’affaire :

 

 

 

 

 

 

 

La légende bretonne du roi Conomor

 

Plouhinec roi Marc 4aLe souverain des deux  Domnonée, Conomor, comte de Poher et prince de Cornouaille, était d’une méchanceté sans borne, cruel et sans aucune pitié. Il avait déjà été marié à quatre jeunes femmes, qu’il avait tuées alors qu’elles étaient enceintes. En effet, Conomor avait peur… Une prédiction lui avait assuré qu’il serait tué par son propre fils. Il prenait alors les devants en tuant ses enfants avant qu’ils ne naissent. Un jour qu’il visitait l’ancienne cité du peuple Vénète, et pour son malheur, il tomba amoureux d’une jolie jeune femme, Tréphine, fille du roi de Bro Ereg, Waroch Ier. Il fit sa demande, mais sa réputation l’avait précédé. La princesse, qui était très pieuse, refusa d’épouser un homme que l’on disait maudit.

 

 

 

 

 

 

 

plouhinec sainte Tréphine 4aConomor lança alors ses troupes contre le royaume de Waroch et Tréphine dut se résoudre à accepter le mariage afin d’épargner son peuple. Elle vécut dans le château de son mari, à Carhaix, priant pour qu’elle échappe à la mort. Conomor partant souvent en guerre, elle réussit à lui  cacher la naissance de son premier fils, qu’elle appela They. Elle put l’envoyer au monastère de Rhuys, chez son père spirituel, Gildas, qui l’éleva. Elle tomba à nouveau enceinte, et cette fois-ci, ne put cacher la fin de sa grossesse à son mari qui revenait d’une nouvelle bataille lointaine. Terrifiée, elle s’enfuit jusqu’à Rhuys où elle accoucha de son deuxième fils, qu’elle appela Trémeur, qui veut dire « grande victoire ».

 

 

 

 

 

 

plouhinec sainte Tréphine 2aConomor, trouvant son château vide, demanda où était sa femme. Quand on lui raconta qu’elle était partie chez les moines afin de prier, il ne l’entendit pas de cette oreille, qu’il avait très pointue dit-on. Il poursuivit sa femme jusqu’au monastère, et là, d’un grand coup d’épée, il la décapita. Soulagé, il repartit chez lui. Gildas, qui déjà faisait des miracles, prit la tête de sa jeune disciple, la remit en place, et la fit revenir à la vie. Elle fut plus tard vénérée comme la sainte patronne des enfants malades.

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-Trémeur 2aLes deux enfants restèrent au monastère de longues années. Ils devinrent moines, vivant de prière et de labeur, sans se douter que Conomor, ayant eu vent de leur existence, était en route pour les tuer. Il arriva au monastère un 8 novembre, entra telle une furie dans l’enceinte monacale, et comme il le fit pour leur mère, les décapita tous les deux. Soulagé, il repartit chez lui. C’est alors que les deux jeunes hommes, prenant leur tête dans leurs bras, prirent le chemin côtier et rejoignirent un bateau amarré sur la plage de Men Maria.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Saint-Trémeur 1They, voulant avoir les mains libres pour hisser la voile, remit sa tête sur son cou. Elle se réajusta parfaitement et le bateau prit le large. Tremeur, voulant imiter son frère, essaya à son tour. Mais le vent, devenu trop fort et levant d’énormes vagues, l’en empêcha. Il garda donc sa tête dans ses bras jusqu’à la fin de leur voyage. Ils abordèrent dans une petite anse du cap Sizun et s’installèrent près de Cleden où ils construisirent leur ermitage.

 

 

 

 

 

 

 

Plouhinec Childebert 1Qu’advint-il de Conomor ? Certains disent qu’il périt écrasé par les pierres de son château qui s’écroula le jour où Tremeur jeta sur ses murailles une poignée de terre. D’autres disent qu’il était monté sur le trône après avoir tué le roi, son propre frère Iona, et épousé sa veuve, qui fut donc la première d’une longue liste d’épouses. Son neveu Judwal, qu’il voulait occire à son tour afin de rester seul maitre à bord, réussit à s’enfuir et après s’être réfugié au monastère de saint Lunaire sur les bords de la Rance, il demanda asile auprès de Childebert, roi des Francs (qui, lui aussi meurtrier, égorgea ses neveux). Bien plus tard, soutenu par saint Samson, il affronta son beau-père dans les monts d’Arrée pour recevoir son héritage. Après deux batailles infructueuses, il réussit à le tuer d’un coup de lance. La prophétie fut réalisée malgré tout…

 

C‘est curieux chez les bretons ce besoin de faire des légendes…  Nous avions les saints sauroctones fondateurs de la Bretagne, nous voilà cette fois avec des céphalophores.

 

http://audierne.info/la-chapelle-st-they/

http://www.argedour.bzh/une-chapelle-en-finistere-st-they-plouhinec/

http://audierne.info/la-chapelle-st-they/