Trépassés 12Nous venons de découvrir la baie des Trépassés. Remontons en amont le long du ruisseau qui vient se perdre dans ses dunes. Passons l’étang de Laoual, puis bifurquons le long du ru qui mène à Kerleodin. Nous arrivons au lieu-dit Trouzent, petit hameau dont l’étymologie nous apprend que le nom serait issu de Toul ar Zent, le trou ou le coin du saint. C’est ici que se trouve la chapelle Saint-Tugdual.

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 1De plan rectangulaire, elle possède un chevet polygonal prolongé par la sacristie. Elle fut bâtie en 1772 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle devenue trop petite pour le nombre des fidèles. Le clocheton à dôme, protégeant la cloche Marie-Olive, fut terminé en 1775 et la sacristie en 1779. Elle fut vendue pendant la Révolution à un habitant du hameau, Jean Kerloc'h.

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 13L’intérieur est sobre. Derrière l’autel minimaliste, un tableau de la Vierge Marie est encadré par les statues de saint Tugdual à gauche et saint Pierre à droite.

 

 

 

 

 

 

 

Moulins 1aIl n’y a pas si longtemps, la légende racontait que pour que le vent se lève et fasse tourner les ailes des moulins, il fallait balayer l’intérieur de la chapelle. Un dicton local nous la rappelle :

Troc'ha an ed du arog sant Duel (couper le blé noir avant la fête de saint Tugdual)
Gant aon e iaffe gant an avel (de peur que le vent ne l'emporte)

 

 

Les sept saints fondateursLa chapelle est dédiée à saint Tugdual, l’un des sept saints fondateurs des premières cités épiscopales de Bretagne (Malo->Saint-Malo, Samson-> Dol-de-Bretagne, Brieuc->Saint-Brieuc, Pol-Aurélien->Saint-Pol-de-Léon, Corentin->Quimper, Patern->Vannes et Tugdual->Tréguier).

 

 

 

 

saint-tugdual 3

Tugdual serait venu de Domnonée, ancienne contrée britannique comprenant le Devonshire et les Cornouailles, fuyant l'invasion des Angles après la mort de son père. Certains hagiographes le disent fils du roi légendaire de Bretagne Hoël Ier, réfugié au Pays-de-Galles après l’attaque des armées de Clovis. Il serait arrivé accompagné de sa mère sainte Pompaea, de ses frères et sœurs (saint Lunaire ou Lenor, sainte Sewa ou Sève) et de 72 disciples.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saint Tugdual 4aTugdual fonda l’évêché de Tréguier en 542 et partit évangéliser le pays. Il eut de bonnes relations avec le nouveau roi des Francs Saliens, Childebert Ier, fils de Clovis, qui lui confia l’évêché de Lisieux. Tugdual, après quelques déboires, dut encore fuir. Il partit à Rome, où la légende raconte qu’il arriva le jour de la mort du pape Vigile, le 7 juin 555. Une colombe s’étant posée sur sa tête lors du conclave, il fut alors choisi par certains comme nouveau pape. Il était déjà appelé Tudgualus, mais aussi Tudwal, Tuzval, Tudal, Tual, Tugal, Tutuarn et Tudy. Il prit alors en plus le nom de Pabu, qui signifie pape ou père en vieux breton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saint-tugdual 6aQuoi qu’il en soit, il revint après quelques années dans son évêché de Tréguier où il mourut le 30 novembre 564 après avoir accompli bon nombre de miracles. Son corps, lors des invasions vikings, aurait été transporté à Laval puis à Château-Landon, et sa tête aurait été emmenée à Chartres. Il avait pour emblème un dragon rouge, que l’on retrouve sur les armoiries du Pays-de-Galles.

 

 

 

 

 

 

 

 

saint tugdual 5aLa légende parle d’un combat qu’il aurait mené contre la bête en arrivant à Treguer, faisant de lui un autre saint sauroctone, comme ses confrères Pol de Léon lorsqu’il vainquit le dragon de l’ile de Batz en le précipitant dans le Toul-ar-Sarpant, Samson lorsqu’il chassa les serpents de la grotte de Golant, Malo lorsqu’il chassa le dragon de l’ile de Cézembre, Brieuc lorsqu’il fit partir le diable du corps d’un homme auquel il était apparu sous forme de dragon.

 saint malo 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est curieux chez les saints fondateurs bretons ce besoin de dompter du monstre…

 

Saint-Tugdual Trouzent 3Donc nous nous trouvons devant la chapelle dédiée à Tugdual. En contrebas, au milieu des fleurs, une petite construction en pierre protège la source.

 

Saint-Tugdual Trouzent 7

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 5Son eau s’écoule par un trou dans le granite sur la droite, passe près d’une vénérable pierre moussue qui surmonte une sorte de lavoir avant d’aller rejoindre un ruisseau. Ces lavoirs de Bretagne, construits à côté de la fontaine sacrée, sont aussi appelés des « doués », de racine latine deo, le divin.

 

Saint-Tugdual Trouzent 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 11Ce bassin, entouré de saules, de hêtres, de fougères et d’acanthes, est un petit coin de paradis. Non seulement c’est magnifique, mais je dirais que c’est… tout simplement magique. Je suis étonnée que la source ne soit pas répertoriée au premier plan dans la liste des fontaines sacrées de Bretagne, ou dans les lieux guérisseurs.

 

Saint-Tugdual Trouzent 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 6Parce que c’en est un. Et pas des moindres, croyez-moi ! La vibration est étonnante. Jadis, son eau était réputée pour soigner les yeux, les oreilles et la peau, et les paysans venaient y abreuver leur bétail afin de le protéger des maladies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Tugdual Trouzent 12

Posez-vous sur la pierre, vous m’en direz des nouvelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.yarric.com/fontaines-guerisseuses-en-bretagne/

http://martheknockaert.unblog.fr/category/cap-sizun/page/2/

http://www.cleden-cap-sizun.com/ccs,chapelle-saint-tugdual.html