26 septembre 2013

Les alignements d'I Stantari


I_Stantari_1Les archéologues proposent plusieurs phases dans l’histoire du site :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_21 - érection au Néolithique moyen (vers 4 500 – 4 100 ans avant notre ère) d’une trentaine de petites stèles de 50 à 80 cm de hauteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_32 - construction d’un monument comportant deux rangées orientées nord-est/sud-ouest. Ce monument semble antérieur à -1 500 (âge du Bronze moyen).

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_43 - construction d’un second monument comportant vraisemblablement 3 rangées orientées nord/sud, intégrant notamment les grandes statues menhirs et les stèles sculptées. On situe le fonctionnement majeur du site au début de l’âge du Bronze final (entre -1300 et -900). A cette époque le plateau de Cauria fut densément habité (sites fortifiés et monuments mégalithiques).

 

 

 

 

 

I_Stantari_54 - le monument se dégrada et tomba en ruines, il fut partiellement détruit entre -200 et -50, pendant la romanisation. Enfin, lors d’activités agricoles modernes, certains monolithes furent remployés dans des murs de clôtures ou de bergeries voisines. Puis Roger Grosjean commença la restauration.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_6I stantari, qui signifie « pierres dressées », possède plusieurs des plus grandes statues-menhirs de Corse ("Cauria II", 2,78 m, "Cauria IV", 2,91 m).

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_7Leurs faces orientées à l’est présentent un homme portant des attributs guerriers : casque à cupules de chaque côté (peut-être la localisation de cornes rajoutées selon Grosjean), épée ou dague, cuirasse, pagne et ceinture.

I_Stantari_8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_9Les faces orientées à l’ouest représentent un phallus. Il semblerait qu’à une époque, ces pierres furent peintes en ocre rouge.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_10D’après les légendes populaires, le Diable (I Diavulu) se servait la nuit des pierres alignées comme gibet pour ses proies. Bien entendu I Diavulu n’est plus une explication à la présence des ces mégalithes, mais à vouloir trop éliminer les croyances on en oublie le sacré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I_Stantari_11Même si l’alignement n’est plus opérationnel au niveau énergétique, il reste le témoignage d’actes magiques qui ne sont plus compris à l’heure actuelle.

Posté par madame_dulac à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


L'alignement de Renaghju


Renaghju_1Comme pour I Stantari, les archéologues proposent plusieurs phases dans l’histoire de Renaghju, « terrain sableux» en corse, que l’on écrit aussi Renaggiu ou Rinaiu :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaghju_21 - vers 5 700 avant notre ère, soit au Néolithique ancien, un petit groupe d’agriculteurs pasteurs s’installa près d’une source, au pied de l’escarpement de Punta di u Grecu (vestiges d’un habitat organisé).

 

 

 

 

 

 

Renaghju_32- entre -4 500 et -4 300, première construction d’un alignement d’une soixantaine de petits menhirs organisés en deux rangées principales, comportant un grand menhir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaghju_43 - entre le début du IIIe et la fin du IIe millénaire, au début de l’âge de Bronze, à côté du premier monument, les hommes en érigèrent un second comportant 70 grands menhirs orientées nord/sud et organisés en 4 rangées.

 

 

 

 

 

 

Renaghju_5Les constructeurs renversèrent les petits menhirs du premier monument et les utilisèrent parfois pour caler la base des leurs. La sépulture au nord/est fit vraisemblablement partie de cet ensemble. Cette même organisation se retrouve à Pallaghju, voire à Rogntudju.

Renaghju_6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaghju_74 - l’alignement put être utilisé jusqu’au premier siècle de notre ère, puis il fut abandonné. Certains monolithes furent cassés, détruits, couchés à terre puis remployés plus tard dans les murs parcellaires voisins.

Renaghju_8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaghju_9C’est en 1975 que Jean Liégeois redressa et replanta les menhirs de la rangée ouest. Il fouilla aussi les restes d’une sépulture mégalithique située à une extrémité des alignements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renaghju_10Comme I Stantari, Renaghju n’est plus opérationnel. Les restaurations, même si elles partent d’un bon sentiment, font beaucoup de dégâts… Il reste une petite sensation de lieu sacré dans le bois, à l’endroit où coulait la source.

Renaghju_11

Posté par madame_dulac à 23:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le dolmen de Funtanaccia


Funtanaccia_1Au nord-ouest de Renaghju, au sommet d’une petite colline, se dresse le dolmen de Funtanaccia, la « mauvaise fontaine » en corse. Il fut nommé « Stazzona di u Diavulu », la forge du Diable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Funtanaccia_2Décrit par Prosper Mérimée en 1840, daté du deuxième millénaire avant notre ère, c’est le dolmen emblématique le mieux conservé de Corse. Jadis, deux autres dolmens l’accompagnaient qui ont totalement disparu.

 

 

 

 

 

Funtanaccia_3D’un poids total de 15 tonnes, il est constitué par une dalle de couverture monolithique de 3,40m de long sur 2,90m de large en granite à grain fin, reposant sur six montants, les orthostates, en granite à grain plus grossier.

Funtanaccia_4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Funtanaccia_5La chambre s'ouvre face au soleil levant et mesure 2,60 m de long, 1,60 m de large et 1,80 m de hauteur. Elle était scellée par une dalle dont ne subsiste aujourd'hui qu'un fragment formant seuil. Il est considéré comme un tombeau par les scientifiques, à l’instar des pyramides.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Funtanaccia_6On trouve souvent sur le net un passage du livre de Prosper Mérimée, « Notes d’un voyage en Corse », paru en 1840, se rapportant soi-disant à ce dolmen, alors qu’il parle en fait de celui de Sollacaro, disparu depuis. Ce n’est pas grave, l’histoire est belle…

 

 

 

 

 


Funtanaccia_7« D’après une tradition à laquelle on ne croit plus, mais que l’on conte encore aux enfants comme chez nous les histoires de Croque-Mitaine, le diable aurait assemblé ces pierres de sa main pour lui servir d’enclume. Quelquefois on entendrait les coups de son redoutable marteau.

 

 

 

 

 


Funtanaccia_9Un jour ou une nuit, mécontent de son travail, il jeta ce marteau du haut de la Stazzona dans la plaine du Taravo. Le marteau, tombant à un millier de mètres de là, forma en s’enfonçant dans la terre un petit étang qu’on appelle quelquefois lo Stagno fiel Diavolo, mais plus souvent Stagna d’Erbajolo. Un berger conta à M. Mathieu que cet étang diabolique s’agrandissait tous les jours. »
Il faut savoir que dans la plaine du Taravo se trouve le site de Filitosa, que nous retrouverons plus tard.

 

 

 

Funtanaccia_8Pas de sensations particulières face à ce vénérable dolmen. Mais retournons un peu en arrière, vers Renaghju, et allons nous perdre dans le petit bois…

Posté par madame_dulac à 23:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le bois sacré de Cauria


Cauria__bois_sacr___1Allons sur une carte de la Corse-du-Sud. Tirons un trait entre I Stantari et Renaghju. Un autre entre Renaghju et Funtanaccia, puis entre funtanaccia et I Stantari. Le premier trait fait environ 400 mètres, le deuxième 400 aussi, le troisième 300. Un beau triangle se met en place.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cauria__bois_sacr___2Au milieu du trait reliant Renaghju et Funtanaccia, donc à 200 mètres de l’alignement, se trouve un bosquet de chênes.

Cauria__bois_sacr___3

 

 

 

 

 

 

Cauria__bois_sacr___4A l’intérieur du bosquet, un chaos granitique composé de pierres érodées et de taffoni.

 

 

 

 

 

 

 

Cauria__bois_sacr___5Des cupules, des portes, des paliers, une triple enceinte, voilà du beau monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cauria__bois_sacr___6Par contre, il vaut mieux y pénétrer en passant par le nord. J’y suis restée longtemps, et si les personnes qui m’accompagnaient ne m’avaient pas appelée, j’y serais encore.

Cauria__bois_sacr___7

Posté par madame_dulac à 23:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]