G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_4C’est la petite merveille de Gérone, la surprise au détour des vieilles ruelles de l’ancienne ville du Moyen-âge. L’accueil y est chaleureux et personne ne vous tient rigueur d’un appareil photo en marche, contrairement à la cathédrale où je me suis fait poursuivre comme une délinquante digne du bûcher. Un peu d’histoire :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_5La première mention du monastère « Sancti Petri Gallicantus » date de 988, mais il semblerait qu’il fut bien plus ancien, les sarcophages paléochrétiens du IVe siècle retrouvés sous la chapelle de Saint-Nicolas, à quelques mètres, en faisant foi.

 

 

 

 

 

 

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicant_BorrellUn premier monastère bénédictin fut peut-être construit au Xe siècle par le comte de Barcelone Borrell II, celui-là même qui, parti en 967 épouser la fille du comte de Toulouse, et ayant fait escale à Aurillac, revint accompagné du petit moine Gerbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

G_rone_Silvestre_2

 Il le fit étudier dans les monastères catalans, il le présenta à Rome au pape Jean XIII et à l’empereur Othon Ier. Gerbert fut nommé précepteur du futur roi Hugues Capet et du futur empereur Othon III, avant de devenir en 998 le pape philosophe, mathématicien et alchimiste Sylvestre II.

 

 

 

 

 

 

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_6L’édifice actuel fut commandité au début du XIIe siècle, vers 1131, par Raymond Béranger III, comte de Barcelone, qui prit l’habit du Temple à la fin se sa vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_2Situé hors les murs, le monastère subit les assauts des troupes françaises en 1285 et fut fortifié au XIVe siècle.

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_7

 

 

 

 

 

 

 

 


G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_3Plusieurs crues de la rivière Galligants affectèrent le cloître, et le monastère déclina. En 1835 il ne restait plus qu’un abbé et quatre moines.

 

 

 

 

 

 

G_rone_Saint_Pierre_de_Gallicants_1Après la guerre espagnole il devint caserne de la garde civile en 1936 avant d’être racheté par la ville. Le monastère est à l’heure actuelle le siège du musée archéologique.