31 décembre 2012

Le couvent des Cordeliers


Historique

 


Charlieu_Cordeliers_19Saint-Nizier-sous-Charlieu, situé près du confluent du Sornin et de la Loire et sur les bords d’une antique voie de communication, abrita une villa gallo-romaine. Mais son histoire ne prit de l’importance qu’au XIIIe siècle.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_13Le couvent des Cordeliers fut fondé en 1280 par une communauté de moines franciscains après de nombreux démêlés avec les bénédictins de l’abbaye Saint-Fortunat qui refusaient de les voir s’implanter près d’eux.

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_14Ils s’installèrent donc, après moultes déboires, bénédictions, excommunications et bulles papales à l’appui, à la limite de la ville de Charlieu.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_30Privé des moyens de défense de la ville fortifiée, le couvent fut presque détruit en 1360 durant la guerre de Cent Ans. Il fut rénové dès 1370 grâce aux bienfaits d'Hugues de Châtelus, seigneur de Châteaumorand.

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_12Le couvent fut fermé en 1792, et après la Révolution, les bâtiments conventuels furent en partie détruits ou transformés en grange, hangar et même habitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_9aLe cloître fut vendu en 1910 à un antiquaire parisien qui n'hésita pas à le démonter et à le vendre à un américain qui voulait s'en servir pour décorer son cours de tennis. Il fut sauvé in extremis grâce à l'intervention du sénateur Audiffred, qui le fit, à la hâte, classer monument historique.

Charlieu_Cordeliers_18

 

 

 

 


L’église


Charlieu_Cordeliers_8aElle date de la fin du XIVe siècle et ne fut classée aux Monuments Historiques qu’en 1952.
Charlieu_Cordeliers_2a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_10aLa nef unique est coiffée d’une charpente en chêne de la fin du XVIIe siècle, qui fut cachée longtemps par un plafond. L’étage était accessible par un escalier conservé au flanc nord.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_3aLes peintures murales du chœur et du mur sud, restaurées entre 1989 et 1995,  datent des XIVe, XVe et XVIe siècles. Une première couche de peinture, faite de fleurs, fut réalisée au moment de la construction, en 1370. Les premières fresques furent financées en 1399 par Hugues de Châtelus.

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_5aC'est en reconnaissance de sa générosité qu'il obtint un enfeu creusé dans l'un des murs du chœur de l'église. Il y est figuré sur un gisant en compagnie de son épouse, Guillemette de Senecey. Ce gisant fut sauvé du pillage du couvent par un bienfaiteur qui le racheta au démolisseur.

 

 

 

 


La maison de l'Eperon


Charlieu_Cordeliers_15Cette maison, vestige des bâtiments conventuels du XVIe siècle, est située en face de l’entrée du cloître.

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_16Ancienne chapelle de l’abbé, divisée en deux étages au XVIIe siècle et en partie transformée en bibliothèque, et elle fut donnée à la Société des Amis des Arts de Charlieu par le sénateur Audiffred lors du classement du site aux Monuments Historiques.

Charlieu_Cordeliers_17

 

 

 

 

 

 



Le cloître


Charlieu_Cordeliers_20Le cloître de style gothique rayonnant fut reconstruit à partir de 1375. Les travaux se poursuivirent jusqu'au début du XVe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_22La nouvelle construction n'a plus la sobriété du cloître primitif dont il ne reste que la porte et les ouvertures d'une galerie du XIIIe siècle ouvrant à cette époque sur la salle capitulaire.

Charlieu_Cordeliers_21

 

 

 

 

 

 

 



Charlieu_Cordeliers_23Les galeries sont couvertes par une charpente apparente. Les quatre contreforts d’angles correspondent aux grands arcs intérieurs, constituant une curiosité architecturale.

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_24Les colonnettes sont ornées de chapiteaux sculptés. Les uns sont feuillus (chêne, chalcédoine et vigne, excusez du peu), les autres, dans la galerie nord, représentent les vices et les vertus. Libre à nous d’aller chercher un peu plus loin au niveau du symbolisme, la lecture peut se faire autrement.  

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_25Au nord-ouest, les vices : deux singes (la lubricité), un voleur, deux lions affrontés (colère, discorde), un gros chien (gourmandise, paresse), quatre personnages dansant (luxure), un vieillard barbu (orgueil), un perroquet (bavardage) et un serpent à visage humain (duplicité, hypocrisie).

 

 

 

 

 


Charlieu_Cordeliers_26Au nord-est, les vertus : deux chiens (fidélité, vigilance), une chouette (sagesse, philosophie), un moine (paix, sérénité), un visage casqué (force), deux dragons (le mal se neutralise), et un visage voilé (humilité, pudeur), puis un coq et un écureuil (travail, prévoyance, économie), un agneau (bonté, douceur), un porc-épic (sobriété, justice), un lièvre (prudence) et une hermine (pureté).

 

 

 

 

 

Charlieu_Cordeliers_27

Charlieu_Cordeliers_28
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Nizier-sous-Charlieu
http://www.amisdesartscharlieu.com/spip.php?article8

Posté par madame_dulac à 03:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Charlieu, historique


Charlieu_Ir_n_eAvant 870, quelques cénobites s’installèrent près de la rivière Sornin, dans un lieu de marécages, la vallée noire, situé sur l’antique route reliant les Ségusiaves (capitale Feurs) aux Eduens (capitale Bibracte puis Autun). Ce lieu fut appelé Carilocum. En 870, des bénédictins venus de Touraine créèrent la première abbaye avec l’appui de Ratbert, évêque de Valence et propriétaire des terres. Elle fut placée sous le patronage de saint Etienne et de saint Fortunat, envoyé en mission en 180 par Irénée de Lyon et mort en martyr en 212, patron et fondateur de l’église de Valence.

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Boson_aBoson, gouverneur du Lyonnais et comte de Mâcon, devenu roi de Provence, fit don de l’abbaye, « Abbas Cariloci », dont il s’était emparé, à Cluny par testament, donation confirmée par Hugues de Provence en 932.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_plan_1aUne première église fut construite, ne comprenant qu’une seul nef couverte d’une charpente, abritant les reliques de saint Etienne et saint Fortunat.

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_plan_2aVers 940, sous l’abbatiat d’Odon de Cluny, elle fut agrandie de deux nefs, voûtée de pierre et pourvue d’un déambulatoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_plan_3a

La ville se développa autour de l’abbaye devenue prieuré, et l’église, devenue trop petite et insalubre, fut reconstruite au XIe siècle. Consacrée en 1094, la prieurale ressemblait à l’église d’Anzy-le-Duc. Elle comportait une nef à trois vaisseaux de quatre travées, un transept saillant doté de deux absidioles, un chevet à chapelles. Un narthex fut ajouté au XIIe siècle.

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_12Philippe Auguste fit fortifier la ville et la dota d’un châtelain royal. Au XVe siècle, les bâtiments monastiques furent réaménagés ou reconstruits. Charlieu joua alors un rôle important lors de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons, puis, privée de trafic routier, commença son déclin.

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_40Le monastère fut fermé avant la Révolution, en 1787. Puis il fut vendu comme bien national avant sa destruction partielle. De l’église, il ne reste plus que le narthex et la dernière travée.
Charlieu_Saint_Fortunat_41

Posté par madame_dulac à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L’église Saint-Fortunat


Charlieu_Saint_Fortunat_1Mis à part les fondations dégagées en 1950, le narthex et les piliers de la première travée, quelques chapiteaux et colonnes conservées dans la salle capitulaire, il ne reste plus rien de la prieurale Saint-Fortunat. Et vu ce qu’il nous en est parvenu, elle devait être d’une grande beauté, tant par son architecture que par la symbolique de ses sculptures.

 

 

 

 



Le narthex



Charlieu_Saint_Fortunat_2Ce terme est en fait passé dans le langage courant en se dénaturant. Il vaudrait mieux parler de galilée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Charlieu_Saint_Fortunat_3Un narthex, en architecture religieuse, avait une fonction bien précise : c’était un portique intérieur précédant la nef, ouvert sur celle-ci mais fermé sur le dehors, accueillant ceux qui n’avaient pas le droit d’entrer dans le sanctuaire, les catéchumènes et les pénitents.

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_13Cette fonction liturgique disparut avec le temps et le narthex devint une simple avant-nef. A Charlieu, le narthex, comportant une salle haute destiné aux hôtes, fut ajouté à la nef dans le deuxième quart du XIIe siècle.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_17Le rez-de-chaussée du narthex, voûté en cintre brisé, contient deux sarcophages. L’un d’eux, gallo-romain, date du IIe siècle et porte cette inscription : "Au repos éternel de Maria Severolia... son mari et son fils ont fait élever ce tombeau et l'on dédié sous l'ascia (hache)".

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_18Le deuxième est de facture plus récente.

 

 

 

 

 

 

 


Le grand portail


Charlieu_Saint_Fortunat_5Fait rarissime, il s’ouvre côté nord, peut-être par manque de place à l’époque de la construction du narthex, au premier tiers du XIIe siècle, ou pour une fonction qui nous échappe. Sculpté avec élégance, finesse et précision, il est l’œuvre du « maitre de Charlieu », ou de son école, qui fit probablement le portail de Saint-Julien-de-Jonzy et influença les artistes travaillant à Semur-en-Brionnais.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_4Le tympan, surmonté de l’agneau Pascal,  représente dans une mandorle le Christ en majesté, les pieds sur la Jérusalem céleste, entouré de deux anges et des symboles des évangélistes. Le linteau est sculpté de la Vierge entourée de deux anges au centre, et des 12 apôtres.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_6

A gauche le roi David et le bienfaiteur, le roi Boson, et à droite Saint-Jean-Baptiste et le fondateur, l’évêque de Valence Ratbert. De chaque coté de l’archivolte, deux musiciens nous indiquent que la musique va jouer un grand rôle dans la construction et la symbolique du bâtiment.


 

 

 


Le petit portail


Charlieu_Saint_Fortunat_7Situé à droite du grand, il représente au linteau un sacrifice d’animaux au temple, et sur le tympan, le premier miracle, les noces de Cana.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_8L’archivolte présente saint Pierre, Elie, Moïse, le Christ, saint Jean et saint Jacques. Les différentes églises (ésotériques et exotériques) et différentes voies d’initiation sont représentées.

 

 

 

 



L’ancien portail de la façade


Charlieu_Saint_Fortunat_14Datant des environs de l’an 1100, protégé à présent par le narthex, c’est l’un des plus anciens de la région.


 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_15Le linteau est orné des 12 apôtres assis sous des arcs en plein cintre.


 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_16Très sobre, le tympan représente un Christ en majesté dans une mandorle portée par deux anges.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_72Un escalier à vis monte à l’étage.


 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_32Aussi voûtée en cintre brisé, la salle haute s’ouvre côté est par  une baie en plein cintre.


 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_33De chaque côté des chapiteaux intéressants, comme cette sirène telle qu’elle était représentée dans la mythologie grecque avant le IIIe siècle avant notre ère : une tête de femme sur un corps d’oiseau.


 

 

 

 

 

Charlieu_sir_ne_2aCes sirènes-oiseaux, Platon, dans « La République », nous dit qu’elles produisaient la musique des sphères célestes ou Harmonie. Elles symbolisaient donc la Musique et inventèrent l’harmonie ou chant choral qui est instinctif chez certains peuples. Elles  ne sont pas là pour détourner les hommes de leur route, mais pour les inciter à reproduire dans leur vie l'harmonie dont elles donnent l'exemple.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_sir_ne_BaDans les nécropoles funéraires de Grèce, on retrouve des figurines de sirènes-oiseaux en argile déposées pour accompagner le défunt dans son Grand Passage. Ces sirènes funèbres sont des Stryges, des Sphinges qui figurent l’esprit des morts qui, bienheureux, s'élève droit au ciel vers les étoiles. Les Égyptiens eux aussi représentaient l'âme des morts comme un oiseau à tête humaine.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_34aDe l’autre côté de la baie, un homme/animal sortant du feuillage, ses oreilles bien dressées pour entendre la musique, regarde le soleil se coucher au solstice d’été. La sirène, lunaire, regarde au solstice d’hiver. Il semblerait que, comme à Mailhat, cet homme/animal se débarrasse de sa matière fécale, lourde, de ses pulsions animales qui maintiennent dans la matière et empêchent de monter vers le cosmique.

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_35aUne tête d’animal nous montre les dents… Attention, dent j’ai ? Pourtant, ce n’est pas un chat, situé la plupart du temps sur des endroits aux énergies puissantes. De quel danger nous parle-t-il ? Les yeux et les oreilles ont bien ouverts. Peut-être est-ce pour nous prévenir de bien entendre la musique des sirènes.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_36Le chapiteau suivant nous montre la lune, yeux fermés par des mains, bouche ouverte, comme si elle chantait. Encore la musique. Sur sa tête, les cornes symbolisent la vache, à l’instar d’Hator, symbole lunaire de la Terre-Mère, la grande nourrice, modèle par excellence du principe féminin, souveraine des quatre coins du ciel et maîtresse des points cardinaux. C’est le monde des apparences, de la transformation intérieure. Puis le soleil, yeux ouverts mais bouche fermée. Les rayons en forme de pétale de fleur sont rabattus sur son front. C’est le monde de la réalité, de la lumière révélée, de l’évolution.

 

 

 

 


Charlieu_Saint_Fortunat_27Au revers de la façade occidentale, on retrouve la baie en plein cintre de l’étage du narthex. De ce côté, nous retrouvons une sirène, mais à queue de poisson bifide cette fois. Elle indique la présence de deux courants d’eau souterrains, à moins que par sa ceinture solaire et sa place en haut de l’édifice elle ne nous montre l’eau du ciel.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_26En face d’elle, le signe du Capricorne, mi chèvre mi poisson.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_23Côté nord de la baie, nous avons un acrobate particulier, le même que celui de Briennon avec quelques différences.

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_22Ses pieds, nus, semblent de détacher du sol, de la matière. Ses mains ne séparent pas sa barbe (symbole de sagesse) en deux morceaux, mais au contraire les rassemble. Ses oreilles sont bien ouvertes, il entend la musique harmonieuse de la sirène.

 

 

 

 

 

 

 



La première travée



Charlieu_Saint_Fortunat_19C’est la seule qui nous reste, avec les collatéraux voûtés d’arêtes.
Charlieu_Saint_Fortunat_20

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_28Elle est encore ornée de quelques chapiteaux intéressants, comme au sud ces coquilles Saint-Jacques montrant le passage des pèlerins de Compostelle, surmontées du symbole de l’eau.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_29En face, deux centaures affrontés se tiennent par la barbichette. Le premier des deux sages qui rira, aura...


 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_31Au nord, un chapiteau reprend le thème de l’homme sortant des feuillages. Dans un premier temps, deux lions, symbole de la force brutale, mais aussi maitre de la puissance solaire, posent leurs pattes sur la tête d’un homme qui sort des feuillages. Au-dessus, proche du ciel, la fleur solaire.


 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_24Dans un deuxième temps, l’homme, nu, est totalement sorti des feuilles. De sa main droite, il supporte sa tête, la main en direction du ciel. Les lions lui lèchent les épaules et la fleur solaire s’épanouit. Du tellurique, il va passer au cosmique.

Posté par madame_dulac à 01:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Charlieu, l'abbaye

Le cloître



Charlieu_Saint_Fortunat_45Adossé à l’abbatiale, il fut reconstruit dans les années 1460-1470. Il fut abimé au cours du XIXe siècle, et perdit alors la galerie nord et une parie de la galerie ouest.
Charlieu_Saint_Fortunat_44

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_42Il reste le puits, toujours alimenté en eau.

Charlieu_Saint_Fortunat_43

 

 

 

 

 

 

 

 



La salle capitulaire



Charlieu_Saint_Fortunat_50aSur le côté est du cloître s’ouvre la salle capitulaire.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_46Elle est délimitée par six arcatures romanes massives, peut-être une partie de galerie de l’ancien cloître, mais il se pourrait qu’elles soient le réemploi des colonnes jumelées du déambulatoire de l’église du Xe siècle.

Charlieu_Saint_Fortunat_47

 

 

 

 



Charlieu_Saint_Fortunat_49Les chapiteaux sont, malgré leur apparente facture naïve, très parlants à celui qui sait lire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_51Les aigles aux ailes déployées, messagers spirituels entre les dieux et les hommes, nous montrent le côté solaire, alors que des fleurs, proches du ciel, s’épanouissent au travers des feuillages.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_48Au centre de la salle du XVe siècle, voûtée en croisée d’ogives au début du XVIe siècle, un pilier massif porte un lutrin taillé dans l’une de ses pierres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_56Côté nord, la représentation d’un poisson, peut-être un saumon. Chez les celtes, le saumon, homologue du sanglier, est l’animal de la science sacrée, symbole de la connaissance et de la sagesse. Il relie le monde lunaire invisible au monde solaire sensible. C’est lui qui remonte à la source.

 

 

 

 



La chapelle



Charlieu_Saint_Fortunat_54De la salle capitulaire on accède à la chapelle de Notre-Dame-de-l’Assomption. Elle fut construite pour le prieur au XVe siècle sur les bases romanes de l’ancienne chapelle Saint-Martin, existant avant l’arrivée des bénédictins auxquels elle fut donnée en 875.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_55Une petite partie du dallage d’origine est conservée dressée contre l’un des murs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L’hôtel du prieur

 

Charlieu_Saint_Fortunat_52De la chapelle, on accède à la cour de l’hôtel du prieur. Il fut construit à la fin du XVe siècle sur des éléments plus anciens, une tour du Xe siècle étant incluse dans la nouvelle. Ce bâtiment, devenu propriété du conseil général en 1993, n’est pas encore visitable.

Charlieu_Saint_Fortunat_53

 

 

 

 

 

 



Le parloir



Charlieu_Saint_Fortunat_57C’est toujours depuis le côté est du cloître que l’on arrive à l’ancien parloir. Il fut voûté au début du XVIe siècle et sert actuellement de musée lapidaire.

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_58On y retrouve des chapiteaux romans de la prieurale du XIe siècle, des modillons, des linteaux.

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_60Parmi ces vieilles pierres, le plus ancien témoin de l’abbaye : un bas-relief du Xe siècle représentant Daniel dans la fosse aux lions, peut-être un élément de la clôture du chœur de l’église.

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_59Un autre bas-relief du début du XIIe siècle, provenant de la chaire du lecteur dans le réfectoire des moines, représente une Annonciation avec la Vierge et l’ange Gabriel.

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_61Dans une niche, deux chapiteaux gothiques représentent deux personnes enlacés dans un joli mouvement et un personnage recroquevillé qui semble se boucher le nez.

 

 

 

 



Le cellier



Charlieu_Saint_Fortunat_62Quelques marches descendent du parloir à une ancienne cave, le cellier, aménagée en musée d’art religieux en 1984. Sont rassemblées ici les statues données par des particuliers ou déposées par des paroisses.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_63Ces statues, en pierre ou en bois, la plupart du temps autrefois polychromes, datent du XVe siècle au début du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_64Une  Vierge à l'enfant ,dite Vierge à l'oiseau, du XVe siècleet une Vierge au tombeau, du XVIe siècle
Charlieu_Saint_Fortunat_65

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_66Vierge à l'enfant, du XIVe siècle, provenant de Saint-Paulien

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_68Saint Jacques
Charlieu_Saint_Fortunat_67

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_69Saint Sébastien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_70Saint Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Fortunat_71Mais aussi une Vierge en majesté du XIIe siècle en calcaire polychrome provenant de Saint-Fortunat. Nous retrouverons cette image au fronton de l’église Saint-Philibert de Charlieu.

Posté par madame_dulac à 01:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L'Eglise Saint-Philibert de Charlieu



Charlieu_Saint_Philibert_11C’est au XIIIe siècle que les habitants de Charlieu, devenus plus nombreux, et surtout après le conflit entre les bourgeois et les moines bénédictins de l’abbaye Saint-Fortunat, que l’église Saint-Philibert fut construite.

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_3La première mention de l’église date de 1238.
Charlieu_Saint_Philibert_10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_plan_1De cette époque, de style gothique bourguignon, nous sont restés le chevet plat d’influence cistercienne et le chœur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_4L’avant chœur, la nef et les bas-côtés furent reconstruits au XIVe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_5Les chapelles furent rajoutées aux XVe et XVIe siècles.

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_2La façade fut achevée au XXe siècle. Le tout fut rénové en 2001.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_12Au tympan de l’entrée nord, celle des « initiés », une Vierge à l’enfant en pierre polychrome nous rappelle les Vierges noires bourguignonnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_8A l’intérieur, une autre Vierge, Notre-Dame de Septembre, patronne des Tixiers et des Tisserands date du XVIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_6Les stalles en bois polychrome représentant des saints et les apôtres tenant une phrase du credo datent du XVe siècle.  
Charlieu_Saint_Philibert_7

 

 

 

 

 

 

Charlieu_Saint_Philibert_9Dans l’une des chapelles du XVe siècle, une sirène tient un miroir et un peigne. Il faut remarquer que l’église Saint-Philibert se trouve dans l’axe exact de l’église de l’abbaye Saint-Fortunat. Ce n’est pas pour rien non plus.

Posté par madame_dulac à 01:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


20 décembre 2012

L’église Saint-Irénée



Briennon_3Le site de Briennon, sur les rives de la Loire, fut occupé dès le paléolithique et continua à l’être jusqu’à nos jours. A l’époque gallo-romaine, le village, situé sur l’antique route de Roanne à Autun, prit le nom de Briennonum, dont l’étymologie parle de pont et de rivière. Il possédait un port important sur la rive gauche.


 

 

 

 

 

 

 

Briennon_4La première mention de l’église dans un cartulaire de l’abbaye de Savigny, « ecclesia de Briannono », date du XIe siècle. Elle fut dédiée à saint Irénée, deuxième évêque de Lyon et père de l’église, mort en martyr en 202. C’était la prieurale d’un petit monastère bénédictin dépendant du prieuré de Marcigny, lui-même dépendant de Cluny.

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_5Il ne reste plus de cette époque qu’une pierre encastrée dans le mur de la maison voisine, le clocher et le chœur.

Briennon_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_8La nef, trop petite et trop sombre (c’est vrai quoi, en plus ils avaient oublié les néons et le chauffage par le sol… sont-ils bêtas quand même ces maitres d’œuvre), fut remplacée en 1837.

 

 

 

 

 

Briennon_7Les deux premiers étages du clocher datent du XIe siècle et son toit est en tuiles vernissées. Le deuxième étage est percé de baies géminées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_6L’abside est percée d’une fenêtre étroite, murée, au-dessus de laquelle se trouve une pierre en calcaire blond gravée d’un visage humain. Située sur le point de sortie des énergies, que regarde-t-elle ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_20L’abside, voutée en cul de four, est précédée d’un avant-chœur étroit. Les chapiteaux sont très parlants, même s’ils sont d’une facture assez frustre. Nous allons par exemple retrouver les aigles côté solaire, annonçant la lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_17Le symbole de l’arbre, entouré de palmettes. L’arbre est symbole d’éternité, mais aussi d’enseignement par l’esprit. Il fait la jonction entre la terre et le ciel, entre les énergies telluriques qu’il transforme et équilibre, et les énergies solaires et cosmiques qu’il capte par l’intermédiaire de ses feuilles.

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_9Un homme, les pieds bien plantés sur l’astragale, c'est-à-dire ancré dans la matière, essaie de se retourner, mais ses mains divisent en deux sa barbe, symbole de connaissance et de sagesse. Il est encore dans la dualité.
Briennon_18

 

 

 

 

 

 

 

 

Briennon_15De l’autre côté, un homme portant une barbe éclatante, solaire, tire la langue. Il a maitrisé le verbe. Ses moustaches, à la gauloise, remontent vers le ciel.

Briennon_19

 

 

 

 

 

 

 


Briennon_14Quelques chapiteaux portent des sculptures très lunaires et féminines, en forme de vulve, ce que nous appelons une mandorle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


http://www.briennon.fr/

Posté par madame_dulac à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2012

La butte Montmartre



« Il y a plus de Montmartre dans Paris que de Paris dans Montmartre ».



Montmartre_1Montmartre, ce n'est pas que la place du Tertre. C’est la butte la plus haute de la région, dominant la vallée de la Seine. Elle fut à ce titre utilisée dès les temps les plus anciens.

 

 

 

 

 

Montmartre_cuvier_aGeorges Cuvier étudia les fossiles que les carrières de Gypse contenaient, corroborant cette hypothèse. La tribu celte des Parisii, installée si l’on en croit les dernières recherches à Nanterre, en fit probablement un lieu de culte sacré. L’endroit s’y prêtait : une hauteur, des bois, des sources guérisseuses.  

 

 

 

 

Montmartre_source_Buc_2aAu moins douze sources furent répertoriées sur la butte, dont quatre seulement nous sont connues. Trois, de part l’origine de leur nom et leur situation, auraient pu être la source sacrée. Celle du But, appelée au départ fontaine de Mercure, prit le nom de Bouc, puis Buc et enfin But par la volonté de la municipalité. La légende dit qu’elle fut, du temps des Celtes, honorée comme une divinité, celle du génie des eaux.

 

 

 

Montmartre_source_Buc_aElle disparut en 1880. L’étymologie dérive soit de « bucca », la bouche, ou plus simplement du bouc, que l’on va retrouver sur un chapiteau de l’église Saint-Pierre. L’eau se déversait dans un réservoir, puis descendait vers Clignancourt où elle alimentait une villa gallo-romaine, dont des vestiges furent retrouvés sur le versant nord de la butte. Elle alimentait un abreuvoir auprès duquel poussait un noyer. Près de l’abreuvoir, toujours recouverte d’eau, la pierre tumulaire d’une abbesse, représentée crosse à la main, était appelée pierre de Saint-Louis. Elle servirait aujourd’hui d'autel dans la chapelle souterraine du petit calvaire du cimetière de Saint-Pierre-de-Montmartre, créé en 1688 sur l’emplacement d’une ancienne nécropole mérovingienne.

 

Montmartre_source_Bonne_Eau_aUne autre source, au nord/est, disparue vers 1850, fut appelée fontaine de l’Eau Bonne, mais aussi de la Bonne Étoile, ou de la Bonne Fée. D’après son emplacement, elle devait desservir le premier temple celte. Elle alimentait l’abbaye Saint-Pierre et une partie du village et les religieuses s’en servaient pour laver leurs habits. Celle de Fontenelle, la « petite fontaine », se trouvait sur le même versant. Elle se tarit au XVIIe siècle, absorbée par les carrières de Gypse.

 

 

 



Montmartre_source_Saint_Denis_aEnfin la fontaine de Saint-Denys ou des « Martyrs », sur l’emplacement du cimetière de Montmartre, au nord, et sur laquelle on construisit un moulin. Elle servit, d’après une légende du XIe siècle, au premier évêque de Lutèce pour laver sa tête avant qu’il ne la porte jusqu’à Saint-Denis. Sa réputation de fontaine miraculeuse perdura des premiers temps du paganisme jusqu’aux derniers temps de la grandeur du christianisme. Ignace de Loyola vint faire ses ablutions dans cette eau qui guérissait des fièvres. Elle disparut en 1810, emportée dans une carrière ouverte à cette époque.

« Seigneurs, decolé fu le corps de saint Denys, Droit à une fontaine, si nous dit li inscris, Qui est entre Mont-Martre et le cit de Pari, Encore l'appelle-t-on la fontaine aux Martis. Là, avait un grant bois qui fut souvent feuillis. »

 

 

 

 

Montmartre_11aLe lieu sacré fut donc repris, comme d’habitude, par les envahisseurs. Mercure prit la place de Lug. C’est à lui que nous devons le nom de Montmartre. Frédégaire dans ses chroniques au VIIe siècle, dénomme cette colline Mercori Mons et Halduin, abbé de Saint-Germain-des-Prés en 840, parle du lieu de la mort de Denis comme du Mons Mercurii.


 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_20Il semblerait qu’il puisse rester de ce temple quelques colonnes ayant servi en réemploi dans la première église chrétienne. Un second temple fut peut-être érigé en l’honneur de Mars, mais les preuves manquent. Les chrétiens au IIIe siècle reprirent donc le sanctuaire et en firent bien entendu l’emplacement du martyr de leur premier évêque.


 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_16Il aurait pu devenir un Saint-Michel, celui qui remplaça Lug. D’ailleurs, au chevet du Sacré-Cœur, c’est lui qui se trouve à la place d’honneur. Mais l’influence de Denis fut plus forte.


 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sanctum_Martyrium_2Denis suscita un pèlerinage qui prit de l’importance. Le mont de Mercure devint le mont du Martyr et plusieurs sanctuaires chrétiens virent le jour. Une chapelle fut élevée sur le lieu même de la décapitation, le Sanctum Martyrium, peut-être par sainte Geneviève au Ve siècle, mais on parle aussi de Dagobert. Sa première mention dans l’acte de cession de l’église Saint-Pierre date de 1079. Ce Sanctum Martyrium fut donc construit à mi hauteur de la butte, aujourd’hui rue Yvonne-le-Tac. Il comportait une crypte et deux escaliers de 15 et 45 marches montant jusqu’à l’ancien temple de Mercure.

 

 

 

 

 



Montmartre_Ignace_LoyolaC’est dans la chapelle qu’en 1534 Ignace de Loyola fondit la Compagnie de Jésus. Les jésuites sont donc issus de Montmartre. En 1590, lors du siège de Paris par Henri IV, la chapelle fut gravement endommagée.

 

 

 

 

 

 

Montmartre_6En 1611, des ouvriers découvrirent lors des travaux de reconstruction l’ancienne crypte avec une dalle du XIIe siècle, et le pèlerinage, un peu oublié, repartit de plus belle. Catherine de Médicis et la cour vinrent s’y recueillir. Puis pendant la Révolution l’endroit fut racheté par un carrier qui détruisit chapelle et crypte.

 

 

 

 

Montmartre_7En 1824, les Jésuites firent rechercher l’emplacement du Martyrium, rachetèrent le terrain et firent bâtir en 1880 un couvent. Une nouvelle crypte fut construite.

Montmartre_8

 

 

 

 

 

 

 



Saint_Pierre_de_Montmartre_3aRevenons au début du Moyen-âge. Une première église mérovingienne entourée de son cimetière fut aussi construite vers le VIe siècle sous le vocable de Saint-Denis à l’emplacement du temple païen, remplacée par l’église abbatiale de Saint-Pierre au XIIe siècle (voir l’article détaillé plus loin).

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_19aLes moniales bénédictines firent construire au XVIIe siècle grâce aux revenus du pèlerinage du Sanctum Sanctorium une nouvelle abbaye, « l’abbaye d’en bas », quand celle du haut devint trop délabrée, avant d’être délogées par les révolutionnaires. Les pierres de l’abbaye servirent alors à consolider les maisons de la butte.


 

 

 

Montmartre_mire_2aMontmartre garde aussi en mémoire le méridien de Paris. La mire du nord est une petite pyramide construite par Cassini fils à la place du poteau posé par l’abbé Jean Picard en 1675 pour permettre les travaux de triangulation destinés à le déterminer.

 

 

 

 

 

Montmartre_mire_du_nord_aAu départ, le sommet de la pyramide était coiffé d’une fleur de lys, qui fut remplacée sous la Révolution par une boule puis en 1840 par un fer de lance. Le système de triangulation autour de Paris comprenait, outre la Mire du Nord, la tour de Montlhéry, le clocher de Brie-Comte-Robert, la tour de Montjoie et le clocher de Saint-Martin-du-Tertre.


 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_vigne_4aMémoire aussi de la plante sacrée… La vigne apparut à Montmartre du temps des gallo-romains, et il est même dit qu’un temple dédié à Bacchus se tenait là. La culture prit de l’ampleur du temps d’Adélaïde de Savoie, première abbesse de Saint-Pierre, qui en fit une source de revenus pour l’abbaye. En 1436 la récolte, assez conséquente, permit à Charles VI de payer la solde de l'armée levée contre les anglais. Puis l’abbaye s’appauvrit et dut vendre ses terrains à des vignerons. Apparurent le clos Berthaud, la Sauvageonne et la Goutte d’Or.

 

 



Montmartre_vigne_5aLe vin étant soumis à l’octroi pour entrer dans Paris, des tavernes furent bâties sur place pour la consommation directe. On planta des cépages de qualité médiocre et la vigne perdit sa réputation. Un dicton de l’époque dit « c’est du vin de Montmartre, qui en boit pinte en pisse quarte »…   Elle faillit disparaître, sous la pression des promoteurs immobiliers, du phylloxéra et du mildiou. En 1929, ce fut Francisque Poulbot, illustrateur et artiste engagé, qui, avec l’aide d’amis artistes et des habitants du quartier, créa un square à l’emplacement du jardin de la propriété de Bruant, et planta quelques vignes. En 1933, le jardin s’enrichit de nombreux plants et la première récolte eut lieu en 1937.

 

 

 

 

 



Gérard de Nerval écrivit en 1850 :


"J'ai longtemps habité Montmartre… Il y a là… des plaines vertes coupées de précipices, où les sources filtrent dans les glaises, détachant peu à peu certains îlots de verdure où s'ébattent des chèvres qui broutent l'acanthe suspendue aux rochers... On rencontre même une vigne, la dernière du cru célèbre de Montmartre, qui luttait, du temps des Romains avec Argenteuil et Suresnes. Chaque année cet humble coteau perd une rangée de ses ceps rabougris qui tombe dans une carrière… Ce qui me séduisait dans ce petit espace abrité par les grands arbres du Château des Brouillards, c'était d'abord le reste de vignoble lié au souvenir de Saint Denis, qui au point de vue des philosophes était peut-être le second Bacchus...".

http://www.francebalade.com/paris/montmartre.htm#histoire
http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article452
http://histoiremontmartre.fr/?p=105
http://www.hervedavid.fr/francais/montmartre/vieuxmontmartretextes.htm

Posté par madame_dulac à 00:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

L'église Saint-Pierre-de-Montmartre



Saint_Pierre_de_Montmartre_17C’est sur la butte sacrée de Montmartre qu’au début du christianisme un premier sanctuaire fut construit sur l’emplacement de l’ancien lieu de culte païen, dédié à Lug, puis à Mercure par l’envahisseur romain. Saint Denis prit la suite. C’est sur la colline qu’il fut, d’après la légende relatée par Hilduin, abbé de Saint-Denis au IXe siècle, décapité. Il affirma même que Denis fut le disciple de Clément, l’un des successeurs de Pierre, afin d’augmenter le prestige de son abbaye.


 

 

 

 

 

Montmartre_dyonisiosDenis est la forme latine du grec Dyonisios, dieu de la renaissance et de l’éternel recommencement, de la fécondité, de la végétation et surtout de la vigne, plante sacrée de nos ancêtres, boisson des dieux. Les pentes de Montmartre furent, dès l’époque gallo-romaine, plantées de vignes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Bacchus_a

 

Il est même dit que Bacchus (le Dyonisios latin) possédait un temple à son sommet, entre Mercure et Mars. Ses fidèles brandissaient le thyrse (bâton terminé par une pomme de pin) et portaient du lierre (feuillage restant vert en hiver). Je dis ça, je dis rien, hein ?

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Orphee_Moreau_1Un céphalophore (porteur de sa tête coupée, en général posée devant son cœur) représente la domination du cœur sur le mental, une voie initiatique à suivre, symbole existant déjà chez les égyptiens puis chez les grecs. La tête coupée d’Orphée, fondateur des mystères d'Éleusis avec Dionysos, fut emportée par les eaux et devint oracle. On va dire que ça n’a rien à voir. Non, non.


 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sanctum_Martyrium_2Bref. Nos chrétiens des premiers siècles implantèrent donc une première église dédiée à Denis sur le mont. Elle était entourée d’une nécropole, dont quelques sarcophages mérovingiens datant du VIe siècle furent retrouvés. L’église fut ravagée par les Normands en 885 puis reconstruite en 944 à la suite d’un ouragan. Gauthier Payen et son épouse Hodierne, qui la tenaient de Bouchard IV de Montmorency,  la cédèrent au prieuré Saint-Martin-des-Champs, dépendant de Cluny, vers 1096. C’est dans cet acte de cession que l’on voit apparaître la mention du Sanctum Martyrium, situé au bas de la butte.


 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_34En 1133 l’église fut cédée au roi Louis VI et à son épouse, Adélaïde de Savoie. Ils fondèrent à Montmartre en 1134 une abbaye royale en réparation d’un conflit les opposant au Saint-Siège, qu’ils confièrent aux moniales de Saint-Pierre-des-Dames de Reims. L’abbatiale fut construite à cette époque et prit le nom de Saint-Pierre. Elle fut consacrée en 1147 par le pape Eugène III, assisté de Bernard de Clairvaux et de Pierre le vénérable, abbé de Cluny. Beau patronage.


 

 

 

 

 

 

Montmartre_vigne_5a

 

L’abbaye se développa et devint l’une des plus riches et des plus importantes du royaume. Les abbesses, issues des plus grandes familles, comme la Tour d’Auvergne, Rochechouart, La Rochefoulcauld ou Bellefond, favorisèrent l’implantation des vignes.


 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_plan_2aUn cloître fut construit au XIIIe siècle sur le flanc sud de l’église. Le pèlerinage de saint Denis prit de l’importance, mais la guerre de Cent Ans et la peste firent leurs ravages. L’abbatiale fut rénovée dès 1461 par l’abbesse Agnès Dujardin, des voûtes en croisée d’ogives remplaçant le plafond en bois.

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_42En 1559, une partie de l’abbaye fut détruite par un incendie. En 1590, lors du siège de Paris, Henri IV logea à l’abbaye, où il est dit qu’il séduisit son abbesse de 17 printemps, Claude de Beauvilliers.

 

 

 

 

 

Montmartre_gabri_a

 

Elle le suivit à Senlis et lui présenta sa cousine germaine, Gabrielle d’Estrées. Dommage…  Ce fut la sœur de Claude, Marie, qui reprit en main l’abbaye. C’est à ce moment, en 1611, que des ouvriers trouvèrent la crypte du Sanctum Martyrium. Toute la cour s’y précipita, Marie de Médicis en tête. L’engouement pour Denis repartit, et bientôt l’argent revint dans les caisses.


 

 

 

 

 

Montmartre_plan_du_XVIIeMarie de Beauvilliers en profita pour faire des travaux. Un prieuré fut construit près du Sanctum Martyrium, relié par un passage couvert long de 400 mètres. L’abbaye dite d’en haut, vétuste, fut peu à peu délaissée, la partie du bas fut développée, enrichie d’un cloître.


 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_22On utilisa les pierres du premier pour construire le second. Saint-Pierre devint église paroissiale. En 1697, un petit clocher et une sacristie lui furent ajoutés, puis la façade fut refaite en 1775.



 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Louise

 

Arriva la Révolution et son cortège d’horreurs. La dernière abbesse, Louise de Laval-Montmorency, âgée de 72 ans, paralysée, sourde et aveugle, fut décapitée par la guillotine, mais elle ne put prendre sa tête sous son bras pour aller la laver dans la source sacrée de Montmartre. L’histoire n’est finalement qu’un éternel recommencement…

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_15aL’abbaye, vendue comme bien national, fut détruite, l'église saccagée et transformée en temple de la Raison, le clocher abattu. Même la crypte du Sanctum Martyrium disparut.

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_1aEn 1794, une tour fut édifiée sur le chœur pour recevoir le télégraphe de Chappe, qui servira à transmettre les nouvelles entre Paris et Lille jusqu’en 1844, date à laquelle il fut détruit par un incendie.

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_2aL’église, réduite à sa seule nef, menaça ruine. En 1880, les monuments historiques intervinrent et reconstruisirent le transept dans le style gothique.

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_23Elle fut restaurée une première fois entre 1899 et 1905 par l'architecte Louis Sauvageot, élève de Millet et de Viollet-le-Duc, et rendue au culte en 1908. Une deuxième restauration eut lieu en 1988.

 

 

 

 

 



Description



Saint_Pierre_de_Montmartre_plan_4cL'église Saint-Pierre présente un plan simple : une nef à quatre travées avec bas-côtés, un transept non saillant et un chœur en hémicycle entouré de deux chapelles absidiales en cul de four.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_26aLa nef a conservé du XIIe siècle ses murs massifs. Peu de chapiteaux sont d’époque.
Saint_Pierre_de_Montmartre_39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_30Il nous reste un personnage barbu énigmatique, monté sur un escabeau devant un bouc dont il tient la queue en l’air, dégageant son anus. La luxure soi-disant… Moi je pense plutôt que cet homme, portant la barbe de la sagesse et la corde des moines séparant le haut du bas, ne touchant déjà plus de ses pieds le tellurisme, regarde en arrière pour nous montrer peut-être la filiation du sanctuaire.

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_9aLe bouc, portant lui-même une belle barbichette, symbolise la force vitale et la fécondité. Animal lunaire, donc bien positionné au nord, il était sacrifié pendant les fêtes liées à Dyonisios. Notre moine barbu le force à déféquer, à se purger, pour pouvoir atteindre la lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_40L’église étant à la fois paroissiale et conventuelle, les trois premières travées étaient réservées aux villageois, la quatrième et le chœur aux moniales. Les deux parties étaient séparées par une clôture, qui subsista jusqu’en 1906. On voit encore sa marque sur les piliers.

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_27Le triforium est formé de baies rectangulaires, séparées par des colonnettes jumelées. Le bas-côté nord fut reconstruit en 1765, le sud en 1838.

Saint_Pierre_de_Montmartre_28

 

 

 

 

 


Saint_Pierre_de_Montmartre_29Le transept a conservé du XIIe siècle ses soubassements. Les voûtes de la croisée datent de 1470.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_32Les absidioles, parties les plus anciennes de l’église, et datant probablement dans leur conception initiale de l’église du Xe siècle, furent reconstruites en 1900 par Sauvageot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_31Le chœur, moins élevé que la nef, possède une première travée romane voûtée d’ogives.
Saint_Pierre_de_Montmartre_33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_20L’arc doubleau qui sépare le chœur de l’abside repose sur deux colonnes en granit surmontées de chapiteaux de marbre blanc de type corinthien. Elles sont issues de la première église du VIe siècle, et proviennent probablement de l’antique temple de la butte, dont on a retrouvé les fondations au nord/est de l’église. Deux autres colonnes de ce type se trouvent au revers de la façade.

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_41L’abside gothique pentagonale fut édifiée à la fin du XIIe siècle, remplaçant la première, romane et voûtée en cul de four.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Paris/Paris-Saint-Pierre-de-Montmartre.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Pierre_de_Montmartre
http://www.tao-yin.com/arts_classiques_tao/montmartre.htm
http://www.evous.fr/L-ancienne-abbaye-Saint-Pierre-de-Montmartre,1172091.html
http://www.montmartre-secret.com/article-32228337.html
http://graecorthodoxa.hypotheses.org/1765

Posté par madame_dulac à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La basilique du Sacré-Cœur



Montmartre_Sacr__Coeur_0Le Sacré-Cœur fut érigé à la fin du XIXe siècle, à la suite d’un vœu de pénitence. Déjà, ça coince. Mais bon. Admettons, et allons à la rencontre de Montmartre.

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_22C’est en arrivant sur l’esplanade que mon regard fut attiré par la petite église située sur la gauche.

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_6Peut-être est-ce dû à ma déception de ne rien ressentir de particulier devant la basilique, sauf cette joie fugace de pouvoir regarder Paris en position dominante.
Montmartre_Sacr__Coeur_3

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_4Je remarquai quand même les deux statues équestres en bronze posées en 1927 de chaque côté de l’entrée, Jeanne d’Arc tenant son épée levée à l’est (la sainteté) et saint Louis son épée baissée à l’ouest (la justice).
Montmartre_Sacr__Coeur_5

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_19aAprès avoir joué des coudes pour rentrer, je n’ai eu que le temps de voir les gardes officiels plantés devant les chaines empêchant le passage et l’énorme panneau interdisant de prendre des photos (hum...). Un bref regard sur le sanctuaire et je suis ressortie.
 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_10Je suis quand même allée renifler du côté de la crypte, qui, finalement, ne manque pas d’intérêt. Au moins peut-on apprécier le calme d’un lieu chargé d’histoire sans la foule des touristes. La personne au guichet (et oui, il faut payer) n’a pu me donner le nom de la petite église située à quelques mètres de là… J’appris par la suite qu’il s’agissait de Saint-Pierre.

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_13La crypte occupe en sous-sol la totalité de la surface de l’église supérieure. Elle possède un déambulatoire, qui mène à la chapelle Saint-Pierre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_12Cette chapelle, rappelant les cryptes romanes à piliers massifs, est située sous le chœur. Une certaine force se dégage de l’endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_11De l’autre côté, la chapelle de la Piéta, contenant des reliques.
Montmartre_Sacr__Coeur_15

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_14Entre les deux, le trésor, comprenant beaucoup d’ex-voto.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sacr__Coeur_7Je vous laisserai aller chercher par vous-même l’historique de cette basilique, d’autres l’ont fait mieux que je ne pourrai le faire, n’étant pas passionnée par le sujet…
Montmartre_Sacr__Coeur_9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_P_rigueuxJuste une petite remarque : le Sacré-Coeur, en forme de croix grecque ornée de quatre coupoles, fut réalisé par l'architecte Paul Abadie, qui prit modèle sur la cathédrale Saint-Front de Périgueux qu'il avait eu à restaurer. Franchement, je préfère la vraie.

Posté par madame_dulac à 00:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 décembre 2012

Les différentes parties de l'église romane

_glise_romane_2

Posté par madame_dulac à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]