« Il y a plus de Montmartre dans Paris que de Paris dans Montmartre ».



Montmartre_1Montmartre, ce n'est pas que la place du Tertre. C’est la butte la plus haute de la région, dominant la vallée de la Seine. Elle fut à ce titre utilisée dès les temps les plus anciens.

 

 

 

 

 

Montmartre_cuvier_aGeorges Cuvier étudia les fossiles que les carrières de Gypse contenaient, corroborant cette hypothèse. La tribu celte des Parisii, installée si l’on en croit les dernières recherches à Nanterre, en fit probablement un lieu de culte sacré. L’endroit s’y prêtait : une hauteur, des bois, des sources guérisseuses.  

 

 

 

 

Montmartre_source_Buc_2aAu moins douze sources furent répertoriées sur la butte, dont quatre seulement nous sont connues. Trois, de part l’origine de leur nom et leur situation, auraient pu être la source sacrée. Celle du But, appelée au départ fontaine de Mercure, prit le nom de Bouc, puis Buc et enfin But par la volonté de la municipalité. La légende dit qu’elle fut, du temps des Celtes, honorée comme une divinité, celle du génie des eaux.

 

 

 

Montmartre_source_Buc_aElle disparut en 1880. L’étymologie dérive soit de « bucca », la bouche, ou plus simplement du bouc, que l’on va retrouver sur un chapiteau de l’église Saint-Pierre. L’eau se déversait dans un réservoir, puis descendait vers Clignancourt où elle alimentait une villa gallo-romaine, dont des vestiges furent retrouvés sur le versant nord de la butte. Elle alimentait un abreuvoir auprès duquel poussait un noyer. Près de l’abreuvoir, toujours recouverte d’eau, la pierre tumulaire d’une abbesse, représentée crosse à la main, était appelée pierre de Saint-Louis. Elle servirait aujourd’hui d'autel dans la chapelle souterraine du petit calvaire du cimetière de Saint-Pierre-de-Montmartre, créé en 1688 sur l’emplacement d’une ancienne nécropole mérovingienne.

 

Montmartre_source_Bonne_Eau_aUne autre source, au nord/est, disparue vers 1850, fut appelée fontaine de l’Eau Bonne, mais aussi de la Bonne Étoile, ou de la Bonne Fée. D’après son emplacement, elle devait desservir le premier temple celte. Elle alimentait l’abbaye Saint-Pierre et une partie du village et les religieuses s’en servaient pour laver leurs habits. Celle de Fontenelle, la « petite fontaine », se trouvait sur le même versant. Elle se tarit au XVIIe siècle, absorbée par les carrières de Gypse.

 

 

 



Montmartre_source_Saint_Denis_aEnfin la fontaine de Saint-Denys ou des « Martyrs », sur l’emplacement du cimetière de Montmartre, au nord, et sur laquelle on construisit un moulin. Elle servit, d’après une légende du XIe siècle, au premier évêque de Lutèce pour laver sa tête avant qu’il ne la porte jusqu’à Saint-Denis. Sa réputation de fontaine miraculeuse perdura des premiers temps du paganisme jusqu’aux derniers temps de la grandeur du christianisme. Ignace de Loyola vint faire ses ablutions dans cette eau qui guérissait des fièvres. Elle disparut en 1810, emportée dans une carrière ouverte à cette époque.

« Seigneurs, decolé fu le corps de saint Denys, Droit à une fontaine, si nous dit li inscris, Qui est entre Mont-Martre et le cit de Pari, Encore l'appelle-t-on la fontaine aux Martis. Là, avait un grant bois qui fut souvent feuillis. »

 

 

 

 

Montmartre_11aLe lieu sacré fut donc repris, comme d’habitude, par les envahisseurs. Mercure prit la place de Lug. C’est à lui que nous devons le nom de Montmartre. Frédégaire dans ses chroniques au VIIe siècle, dénomme cette colline Mercori Mons et Halduin, abbé de Saint-Germain-des-Prés en 840, parle du lieu de la mort de Denis comme du Mons Mercurii.


 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_20Il semblerait qu’il puisse rester de ce temple quelques colonnes ayant servi en réemploi dans la première église chrétienne. Un second temple fut peut-être érigé en l’honneur de Mars, mais les preuves manquent. Les chrétiens au IIIe siècle reprirent donc le sanctuaire et en firent bien entendu l’emplacement du martyr de leur premier évêque.


 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_16Il aurait pu devenir un Saint-Michel, celui qui remplaça Lug. D’ailleurs, au chevet du Sacré-Cœur, c’est lui qui se trouve à la place d’honneur. Mais l’influence de Denis fut plus forte.


 

 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_Sanctum_Martyrium_2Denis suscita un pèlerinage qui prit de l’importance. Le mont de Mercure devint le mont du Martyr et plusieurs sanctuaires chrétiens virent le jour. Une chapelle fut élevée sur le lieu même de la décapitation, le Sanctum Martyrium, peut-être par sainte Geneviève au Ve siècle, mais on parle aussi de Dagobert. Sa première mention dans l’acte de cession de l’église Saint-Pierre date de 1079. Ce Sanctum Martyrium fut donc construit à mi hauteur de la butte, aujourd’hui rue Yvonne-le-Tac. Il comportait une crypte et deux escaliers de 15 et 45 marches montant jusqu’à l’ancien temple de Mercure.

 

 

 

 

 



Montmartre_Ignace_LoyolaC’est dans la chapelle qu’en 1534 Ignace de Loyola fondit la Compagnie de Jésus. Les jésuites sont donc issus de Montmartre. En 1590, lors du siège de Paris par Henri IV, la chapelle fut gravement endommagée.

 

 

 

 

 

 

Montmartre_6En 1611, des ouvriers découvrirent lors des travaux de reconstruction l’ancienne crypte avec une dalle du XIIe siècle, et le pèlerinage, un peu oublié, repartit de plus belle. Catherine de Médicis et la cour vinrent s’y recueillir. Puis pendant la Révolution l’endroit fut racheté par un carrier qui détruisit chapelle et crypte.

 

 

 

 

Montmartre_7En 1824, les Jésuites firent rechercher l’emplacement du Martyrium, rachetèrent le terrain et firent bâtir en 1880 un couvent. Une nouvelle crypte fut construite.

Montmartre_8

 

 

 

 

 

 

 



Saint_Pierre_de_Montmartre_3aRevenons au début du Moyen-âge. Une première église mérovingienne entourée de son cimetière fut aussi construite vers le VIe siècle sous le vocable de Saint-Denis à l’emplacement du temple païen, remplacée par l’église abbatiale de Saint-Pierre au XIIe siècle (voir l’article détaillé plus loin).

 

 

 

 

Saint_Pierre_de_Montmartre_19aLes moniales bénédictines firent construire au XVIIe siècle grâce aux revenus du pèlerinage du Sanctum Sanctorium une nouvelle abbaye, « l’abbaye d’en bas », quand celle du haut devint trop délabrée, avant d’être délogées par les révolutionnaires. Les pierres de l’abbaye servirent alors à consolider les maisons de la butte.


 

 

 

Montmartre_mire_2aMontmartre garde aussi en mémoire le méridien de Paris. La mire du nord est une petite pyramide construite par Cassini fils à la place du poteau posé par l’abbé Jean Picard en 1675 pour permettre les travaux de triangulation destinés à le déterminer.

 

 

 

 

 

Montmartre_mire_du_nord_aAu départ, le sommet de la pyramide était coiffé d’une fleur de lys, qui fut remplacée sous la Révolution par une boule puis en 1840 par un fer de lance. Le système de triangulation autour de Paris comprenait, outre la Mire du Nord, la tour de Montlhéry, le clocher de Brie-Comte-Robert, la tour de Montjoie et le clocher de Saint-Martin-du-Tertre.


 

 

 

 

 

 

 

Montmartre_vigne_4aMémoire aussi de la plante sacrée… La vigne apparut à Montmartre du temps des gallo-romains, et il est même dit qu’un temple dédié à Bacchus se tenait là. La culture prit de l’ampleur du temps d’Adélaïde de Savoie, première abbesse de Saint-Pierre, qui en fit une source de revenus pour l’abbaye. En 1436 la récolte, assez conséquente, permit à Charles VI de payer la solde de l'armée levée contre les anglais. Puis l’abbaye s’appauvrit et dut vendre ses terrains à des vignerons. Apparurent le clos Berthaud, la Sauvageonne et la Goutte d’Or.

 

 



Montmartre_vigne_5aLe vin étant soumis à l’octroi pour entrer dans Paris, des tavernes furent bâties sur place pour la consommation directe. On planta des cépages de qualité médiocre et la vigne perdit sa réputation. Un dicton de l’époque dit « c’est du vin de Montmartre, qui en boit pinte en pisse quarte »…   Elle faillit disparaître, sous la pression des promoteurs immobiliers, du phylloxéra et du mildiou. En 1929, ce fut Francisque Poulbot, illustrateur et artiste engagé, qui, avec l’aide d’amis artistes et des habitants du quartier, créa un square à l’emplacement du jardin de la propriété de Bruant, et planta quelques vignes. En 1933, le jardin s’enrichit de nombreux plants et la première récolte eut lieu en 1937.

 

 

 

 

 



Gérard de Nerval écrivit en 1850 :


"J'ai longtemps habité Montmartre… Il y a là… des plaines vertes coupées de précipices, où les sources filtrent dans les glaises, détachant peu à peu certains îlots de verdure où s'ébattent des chèvres qui broutent l'acanthe suspendue aux rochers... On rencontre même une vigne, la dernière du cru célèbre de Montmartre, qui luttait, du temps des Romains avec Argenteuil et Suresnes. Chaque année cet humble coteau perd une rangée de ses ceps rabougris qui tombe dans une carrière… Ce qui me séduisait dans ce petit espace abrité par les grands arbres du Château des Brouillards, c'était d'abord le reste de vignoble lié au souvenir de Saint Denis, qui au point de vue des philosophes était peut-être le second Bacchus...".

http://www.francebalade.com/paris/montmartre.htm#histoire
http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article452
http://histoiremontmartre.fr/?p=105
http://www.hervedavid.fr/francais/montmartre/vieuxmontmartretextes.htm