Marcigny_30Marcigny ne possède plus de son glorieux passé que quelques souvenirs. Le prieuré de la Trinité, fondé en 1054 par l’abbé de Cluny Hugues de Semur, fut l’un des trois plus importants monastères clunisiens féminins du Moyen-âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_planSeules les femmes de haute noblesse y étaient admises, comme ce fut le cas pour  Hermengarde, sœur d’Hugues et première prieure, Aremburge de Vergy, sa mère, Raingarde de Semur, sa nièce, mère de Pierre le Vénérable. Il y eut aussi Adèle d'Angleterre, fille de Guillaume le Conquérant, les saintes Véraise et Frédoline, filles de rois d'Espagne, Mathilde de Boulogne, femme d'Etienne de Blois, roi d'Angleterre, la sœur de saint Anselme de Cantorbéry.

 

 

 

 


Marcigny_31Un petit prieuré adjacent fut construit pour les moines devant s’occuper des questions spirituelles (la messe) et temporelles (administration), mais la prieure gardait toute autorité sur l’ensemble des monastères, masculins et féminins. Parmi les premiers administrateurs, on compte Geoffroy de Semur, le frère d’Hugues, Rainald de Semur, son neveu (qui deviendra plus tard abbé de Vézelay et archevêque de Lyon), Hugues, un autre neveu. Hugues laissa une prière pour les filles de Marcigny. Edifiant… Je vous laisse lire entre les lignes :

« Ô bon Jésus, ô Jésus très clément, Vous qui avez honoré la pécheresse Marie après qu’elle eut souillé son âme et son corps, et l’avez glorifiée, si bien qu’au jour de votre Résurrection elle obtint d’être l’Apôtre des Apôtres et le premier témoin de votre Résurrection. Accordez à tous ceux qui procureront en votre Nom quelque consolation ou quelque aide à ces moniales qui se sont volontairement faites pauvres pour Vous, de partager au jour de la résurrection le même sort que celui de Marie-Madeleine. Et s’il arrivait que quelqu’un s’oppose à elles au point de les empêcher de Vous servir dans la paix, s’il ne se corrigeait pas en venant à résipiscence par une satisfaction convenable, qu’il éprouve votre vengeance et votre puissance de juge en ce siècle comme dans le siècle futur. »

Marcigny_7En 1056, Hugues fit construire l’église priorale, dédiée à la Vierge, sur le même modèle que celle d’Anzy-le-Duc. Le prieuré prit de l’importance, même si le nombre de moniales, par décret, ne put dépasser 99, la centième place ou "centesima" étant réservée à la Vierge. Il reçut d’illustres voyageurs, comme le cardinal de Richelieu en 1642. C’est après la révolution que le prieuré fut vendu comme bien national et tout fut détruit.

 

 

 



L'église Saint-Nicolas


Marcigny_8Cette église fut construite pour les moines vers 1130, alors que l'église principale de Marcigny le fut pour les moniales. Elle fut agrandie en 1378, puis affectée à la paroisse en 1620.

 

 

 

 

 

 

Marcigny_9De roman il ne reste que le chevet semi-circulaire et la partie centrale de la façade, très abimée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_17Les nefs latérales quand à elles furent ajoutées en 1820.

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_10Le portail central est encadré par une archivolte à triple voussure. Au tympan, saint Nicolas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_15A sa droite, le portail fait en 1820 reprend sur ses chapiteaux quelques thèmes de style roman.
Marcigny_12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_19A l'intérieur, seuls les piliers de la croisée du transept aportent un peu de lecture. Nous retrouvons notre loup vert, l'ouvert, passant la tête entre les feuillages. Il nous montre, côté lunaire, la marche à suivre pour atteindre la lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_20Des feuilles de chélidoine, symbole de l'accès à la lumière, sortent des fleurs tripartites épanouies, peut-être la représentation du corps, de l'âme et de l'esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcigny_18Le griffon, côté solaire, déploie ses ailes vers le ciel et regarde vers le choeur, vers l'endroit où se passe la transformation.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.narthex.fr/sitemap

http://www.sitesclunisiens.org/article.php?sid=149

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcigny

http://pjpmartin.pagesperso-orange.fr/site/histoire_Marcigny.htm