Saint_Andr__de_B_g__0Situé au carrefour des axes Bourg/Mâcon et Lyon/Châlon, anciennes voies romaines, Saint-André-de-Bâgé faisait partie des trois paroisses de Bâgé au Moyen-âge, avec Bâgé-le-Châtel et Bâgé-la-Ville. L’endroit fut habité depuis le Néolithique, mais le nom de Bâgé proviendrait d’une villa gallo-romaine, propriété d’un certain Balgiacus.


 

 

 

 

 

 

 

Saint_Andr__de_B_g__1La première mention de Saint-André-de-Bâgé en 878 se trouve dans un cartulaire de Saint-Vincent-de-Mâcon qui parle d’une « Ecclesia Sancti Andree » appartenant à Odremar. Elle devint possession des sires de Bâgé. Renaud, fils de Rodolphe, premier sire de Bâgé, ayant amassé fortune en combattant au côté du duc de Savoie, fit le vœu de construire une église.


 

 

 

 

 

 

 

Saint_Andr__de_B_g__19C’est son fils, Ulrich, qui le réalisa.  En 1075, il fit don de la chapelle et de terres alentours à l’abbaye de Tournus, qui, en échange, devait bâtir une église plus grande.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Andr__de_B_g__2C’est Pierre, abbé de Tournus, qui en entreprit la construction sur les fondations de la chapelle primitive, en même temps qu’un prieuré qui disparut en 1197 lorsque ses revenus passèrent à un vicaire perpétuel. Les moines disparurent.  


 

 

 

 

 

Saint_Andr__de_B_g__16L’élévation inférieure du mur nord, faite de petites pierres,  témoigne de cette première église carolingienne. Des pierres de saillie, ou corbeaux, soutenaient une galerie, vestige de l’ancien prieuré.
Saint_Andr__de_B_g__42

 

 

 

 

 

 

 

 

Saint_Andr__de_B_g__plan_1a

 
Les moines de Tournus se contentèrent d’agrandir la chapelle, tout d’abord au XIe siècle vers l’est avec un chœur plus long mais plus étroit, puis au XIIe siècle à l’ouest par une partie servant de narthex, puis, en suivant un plan en croix latine, avec un transept. La construction fut terminée vers 1120.


Saint_Andr__de_B_g__26Au XVe siècle, une chapelle gothique fut rajoutée sur le flanc sud de l’église. Elle fut supprimée au XIXe siècle après le classement de l’édifice, et l’encadrement de l’ouverture fut remis à jour lors de la restauration de 1992.

 

 

 

 

 


Saint_Andr__de_B_g__34L’église entra dans un lent déclin, et devint en 1689 une annexe de Bâgé-le-Châtel. Au XVIIIe siècle, menaçant ruine, elle ne servit plus qu’occasionnellement.

Saint_Andr__de_B_g__38

 

 

 

 

 

 

 



Saint_Andr__de_B_g__4Pendant la révolution, le clocher devait être détruit, comme tous les clochers de l’Ain, suite à l’ordonnance d’Antoine-Louis Albitte.
Saint_Andr__de_B_g__8

 

 

 

 

 

 

 

 


Saint_Andr__de_B_g__9La tradition raconte que l’opération fut arrêtée à la suite de la chute mortelle d’un ouvrier, considérée comme une malédiction. En fait, l’église ne figurait pas dans les recensements paroissiaux.
Saint_Andr__de_B_g__18

 

 

 

 

 

 

 


Saint_Andr__de_B_g__23Depuis son inscription sur la liste des Monuments Historiques, en 1840, les restaurations se poursuivirent. A l’heure actuelle, c’est l’une des plus belles restaurations d’églises qu’il m’ait été donné de voir. Un son et lumière se met en route en appuyant sur un simple bouton.

Saint_Andr__de_B_g__21

 

 

 

 

 

 

 


Saint_Andr__de_B_g__27L’architecture est mise en valeur, rien de superflu, tout n’est que luxe (le luxe, c’est ce qui est rare et non pas ce qui est cher comme dirait Andrée Putman), calme et volupté.

Saint_Andr__de_B_g__11

 

 

 

 

 

 

 

 


Saint_Andr__de_B_g__25