Dun_chapelle_plan_1Le nom du site déjà nous ramène loin dans le passé. Dun est un toponyme courant (que nous retrouvons par exemple dans Lugdunum), de racine celte. Il fait référence à une colline, un lieu élevé, résidence des dieux, puis à une enceinte fortifiée, une citadelle.

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_1La chapelle est donc située sur la montagne de Dun, à 708 mètres de hauteur, lieu privilégié qui, si l’on en croit l’étymologie des hameaux alentours et les légendes des faillettes, des sources guérisseuses et autres pierres qui virent, servait de sanctuaire à une assemblée de druides.

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_10Il y eut tout d’abord la nature généreuse, le peuple des fées, celui des mégalithes, puis l’histoire classique prend le dessus avec l’oppidum des gaulois (Eduens), les invasions successives qui font que l’endroit devient une motte castrale.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_12Les premières églises (comme la chapelle Saint-Jean-et-Saint-Firmin) s’implantent sur les anciens rochers druidiques.
Dun_Sa_ne_et_Loire_13

 

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_14aQuand je parle d’histoire classique, voilà arriver les conflits du Moyen-âge avec le clergé et le roi Philippe Auguste d’un côté, les comtes de Chalon, de Mâcon et de Beaujeu, pillant les biens de Cluny de l’autre.

 

 

 

 

 

Dun_plan_4La forteresse n’y résista pas, et en 1180 seules les églises furent épargnées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_2La chapelle de Dun fut construite au XIIe siècle sous le vocable de Pierre et Paul.
Dun_Sa_ne_et_Loire_15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_7Elle perdit sa fonction d’église paroissiale au profit de l’église de Saint-Racho, bâtie en 1703. La foudre l’endommagea en 1762. Laissée à l’abandon, elle tomba peu à peu en ruine.
Dun_Sa_ne_et_Loire_6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_1aEn 1897, juste avant sa reconstruction demandée par le comte de Rambuteau, il ne restait que la croisée du transept, les murs de l’abside et d’une absidiole, la nef unique de l'église ne laissant que des substructions.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_Sa_ne_et_Loire_17Les chapiteaux de la croisée du transept, datés de la phase finale de la sculpture romane en Brionnais, nous laissent imaginer ce que fut le site à son apogée, entouré des pierres druidiques, des sources Saint-Jean (guérissant l’épilepsie) et la fontaine Saint-Denis, maintenant taries et perdues.



 

 

 

 

 

 

 

 

Dun_plan_5a


http://www.joannadedun.com/french/accueil.htm