Pour plus de compréhension, aller lire le reportage sur la provenance géologique des sources.

Boudes_vin_aBoudes est un charmant petit village, pour plusieurs raisons : son vin rouge classé parmi les 5 crus Côte d’Auvergne qui se conserve très bien, ses cheminées des fées dans la vallée des Saints et le hameau de Bard près duquel se trouvent plusieurs sources.
Boudes_chemin_es_des_f_es_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_5La première est appelée source du Chaudron. En 1882, le propriétaire, Michel Augier, creusa dans sa parcelle de vigne à l’endroit où sortait l’eau. A un peu plus d’un mètre, il trouva une vasque en grès calcifié profonde d’environ 80 cm, posée sur un fond rocheux fissuré.

 

 

 

 


Boudes_2a

 

De petits travaux d’aménagement furent entrepris, pendant lesquels furent mis à jour les vestiges d’une construction en bois et 67 pièces de monnaie, frappées entre le début du Ier siècle avant notre ère et le IIIe siècle. L’une d’elles le fut à l’effigie de l’empereur Domitien, en 87.

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_11En 1903, son fils demanda une autorisation pour vendre l’eau en bouteilles (eau des impératrices romaines), accordée en 1912, deux semaines après son décès. Le projet fut abandonné à cause de la guerre de 14. L’eau à 15° est très chargée en chlorure de sodium (qui permet à la faune et la flore halophile de se développer), en fer (qui donne la teinte rouge) en gaz carbonique (qui donne l’aspect bouillonnant) et en carbonates (qui forment le travertin).

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_6Un peu plus loin, la source des Mottes, adossée au flanc de la colline, possède un débit plus faible.
Boudes_source_de_Bard_7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_1Remontons le temps. Nous savons par les archéologues que l’endroit était un lieu gallo-romain du culte des eaux. Les restes de la construction de bois laissent envisager que la source était protégée. L’étymologie de Bard peut provenir du gaulois « bardos » (en irlandais bárd, en gallois bardd, en breton barzh) qui donna barde, ou du germanique « bard », le géant. En arrivant, j’ai repéré tout d’abord quelques arbres laissant passer un courant tellurique important.

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_3Un peu plus haut dans le bois, des rochers m’ont semblés être le départ d’une ancienne procession, passant par la source et se rendant un peu plus loin.
Boudes_source_de_Bard_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_8Effectivement, une sorte de tertre se dresse devant le griffon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard_9En grimpant, il m’a semblé voir quelques druidesses venues m’accueillir, debout sur la pointe du rocher…

Boudes_source_de_Bard_10

 

 

 

 

 

 

 

 

Boudes_source_de_Bard__12La présence de fleurs des alchimistes a confirmé ma vision. C’est un lieu très chargé, très féminin, probablement dédié au départ à la Déesse-Mère. Il vibre d’une façon incroyable.

 

 

 

 

 

http://nimda6394.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=63046_2
http://martine.bruhat.pagesperso-orange.fr/boudepag/bard.htm