Le moyen-âge



Palais_Saint_Pierre_mus_e_58Nous arrivons au début du moyen-âge avec l’art paléochrétien. Ici, un sarcophage d’époque mérovingienne provenant d’Italie, Ve siècle. Le Christ est représenté entouré des apôtres.

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_60Les fragments d’un autre sarcophage, avec des croix pattées.

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_61Un devant d’ambon (pupitre placé à l'entrée du chœur dans une église où est posé le lectionnaire ou la Bible) en marbre provenant de l’abbaye de l’Ile-Barbe, datant du VIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_vierge_noire_Saint_Flour_1

 

Et nous voilà avec la petite merveille du musée, celle pour laquelle je m’y suis déplacée. Je me souvenais de ma dernière visite il y a… très longtemps, et de sa présence. Une vierge noire à Lyon, tout le monde pense à Fourvière. Mais nous avons, malheureusement pour elle qui fut arrachée à sa crypte d’origine, Notre-Dame de Pegros..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_vierge_noire_Saint_Flour_3Cette vierge noire en majesté, datant de la deuxième moitié du XIIe siècle, fut achetée à l’antiquaire parisien Brimo de Laroussilhe  par le musée des Beaux-arts de Lyon en 1934.  Elle provient de Saint-Flour, dans le Cantal. Elle fait partie des vierges de l’école auvergnate.

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_vierge_noire_Saint_Flour_6Taillée dans du bois de charme, elle mesure 71,5 cm de haut, 31 cm de large et 30,5 cm de profondeur.

Palais_Saint_Pierre_mus_e_vierge_noire_Saint_Flour_4

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_vierge_noire_Saint_Flour_5

 

Elle possède encore des traces de sa polychromie originale et d'un revêtement en métal avec  cabochons et pierres précieuses.  Les avant-bras de l'enfant manquent. Les pieds de la vierge et les pieds postérieurs du trône furent refaits et la tête de l'enfant recollée. Les jambes de l'enfant sont désaxées vers la gauche.

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_62Le jongleur, troisième quart du XIIe siècle. A l'intérieur d'une large moulure plate dessinant un cadre, un personnage vêtu d'une tunique courte et d'un manteau jongle et danse. Il lance de la main gauche une balle qu'il s'apprête à rattraper de l'autre main. La forme du bas-relief indique qu'il s'agit d'une archivolte, provenant du portail de l'église Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges, détruite à la révolution. Cet endroit est devenu la place Georges Sand.

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_62a_Le style invite à des rapprochements avec la sculpture bourguignonne : l'élégance et la précision du relief, le goût du mouvement et l'aspect très ornemental des drapés font penser au décor sculpté de la basilique de Vézelay. L'inscription de la bordure, où l'on a voulu reconnaître des caractères arméniens, joue un rôle purement ornemental, mais évoque aussi la présence d'influences orientales au cours du Moyen-Age français.

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_63Ivoires byzantins et carolingiens, un Christ pantocrator de Constantinople de la fin du Xe siècle, le baptême du Christ du VIe, la descente du Christ aux limbes de Venie au XIIe, et les a évangélistes du Xe, d’Italie du nord.

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_64Coffret du XIIe de Cologne, et plaque de coffret de Constantinople du XIe.

 

 

 

 

 

Emaux de Limoges, châsse de 1215.

Palais_Saint_Pierre_mus_e_65

Palais_Saint_Pierre_mus_e_66Crosse montrant l’annonciation, 1230.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_67Vierge 1350

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_68

 

Plaque de châsse et médaillon de coffre ou de casette, 1240.

Palais_Saint_Pierre_mus_e_69

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Palais_Saint_Pierre_mus_e_71Catalogne, saint Jean-Baptiste en albâtre, XIVe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_72Saint-Paul, première moitié du XIVe siècle, provenant de l’église de Saint-Nectaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_73Espagne, XVIe siècle, le Père bénissant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_74Ile-de-France, milieu du XIVe siècle, la Vierge à l’enfant en albâtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_75Castille, XIVe siècle, sainte Anne trinitaire en pin, statuaire très rare que nous retrouvons dans l’église de Polignac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_76Bourgogne, Noé en calcaire, première moitié du XVe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_77Souabe, milieu du XVe siècle, Marie-Madeleine en tilleul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_78Souabe, début du XVIe siècle, les saintes Barbe, Madeleine et Catherine en tilleul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_79Allemagne du sud, vers 1520, sainte Barbe en tilleul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_80Rhin, lac de Constance vers 1460, le Christ aux limbes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palais_Saint_Pierre_mus_e_81aEt pour terminer, un vitrail d’Eugène Grasset (mais pas d’Orcet) et de Lucien Bégule, saint Georges combattant le dragon, 1889. Je n’aime pas trop le travail contemporain, sauf quand l’esprit souffle sur les têtes des auteurs.