Le clocher


V_rone_San_Zeno_29Le clocher, détaché de l’église, fait 72 m de haut. Il fut commencé en 1045 par l’évêque Albéric, restauré en 1120 et surélevé en 1178. De même style que l'église romane, il est divisé en plusieurs étages par des corniches et des arches.

V_rone_San_Zeno_38

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_36Le dernier étage possède des fenêtres à triple meneaux. Il est surmonté d'une flèche conique avec des pinacles à chaque angle. Des pierres de remploi romaines sont encore visibles sur sa façade. Il contient la plus ancienne cloche de Vérone, qui fut fondue en 1149.

 

 

 

 

 

 

La façade

 

V_rone_San_Zeno_39Elle fut élevée par maître Brioloto entre 1217 et 1225. Construite en tuf, elle est divisée en trois composantes verticales, marquant la nef centrale et les deux bas-côtés. Ces trois parties sont délimitées par deux pilastres d’angle se terminant par un chapiteau au niveau du fronton triangulaire. Au niveau du tympan court une galerie peu profonde de 12 arcs jumelés, divisé par de minces colonnettes identiques à celles de la rosace. Le nombre 12, symbolisant les cycles.
Le fronton triangulaire définit la nef et crée un contraste frappant avec la pierre de tuf du reste de la façade de l'église, étant de marbre blanc divisé par sept pilastres de marbre rose.

 

 

Le porche, ou protiro


V_rone_San_Zeno_5Le protiro (du grec prothyron, qui définit un petit édicule architecturé construit devant l'entrée principale d'une église) fut l’œuvre de maitre Niccolò. Il est constitué par une voûte en berceau soutenue par un couple de colonnes (dans certains cas la voûte fait simplement saillie sur la façade de l'église, comme pour San Procolo.

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_26Les colonnes du protiro ne s'appuient pas directement sur le sol mais sur des lions, dits « lions stylophores », comme à Trente. Ces lions en marbre, caractéristiques de l'architecture romane lombarde, sont dérivés des lions funéraires romains, gardiens des tombes.

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_42Ce sont des lions apotropaïques (du grec apotropein, détourner) qui conjurent le mauvais sort, visent à détourner les influences maléfiques, éloignent les forces du mal et effrayent l'ennemi. Le lion est aussi symbole de force et de courage, mais il peut aussi représenter l’orgueil et la colère. Force brutale incarnée dans la matière lunaire, mais aussi puissance maitrisée du principe solaire accompli. C’est aussi le symbole de la résurrection.

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_13Le fronton triangulaire de marbre blanc est porté par deux télamons, un homme avec les jambes croisées, et une femme.
V_rone_San_Zeno_10

 

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_8Il est encadré des saints Jean-Baptiste et Jean l'Evangéliste.
V_rone_San_Zeno_9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_7Ilporte la main de Dieu bénissant, trois doigts levés pour la connexion cosmique, deux baissés pour le tellurique. L’inscription latine est traduite par « La main droite de Dieu bénit ceux qui viennent le demander ».

 

 

 

 

 

Verone_San_Zeno_porcheIl présente aussi, sur les côtés, les douze mois de l'année avec leurs travaux respectifs, qui reflètent les douze secteurs de la roue de la fortune : c’est la répétition de cycles  qui se succèdent sans cesse.
V_rone_San_Zeno_21

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_41Le tympan figure des scènes historiques de la ville de Vérone, encadrant saint Zenon tenant sa crosse et bénissant, les pieds posés sur un dragon. L’initié, avec sa crosse, maitrise la bête que l’on peut comparer à des pulsions primaires, ou à des forces telluriques, ou à la connaissance, mais certainement pas au mal ou au démon. Les bas-reliefs représentent la vie de saint Zénon, et quelques miracles qu’il accomplit.

 

 


Les bas-reliefs


V_rone_San_Zeno_25Le portail est flanqué de 18 bas-reliefs en marbre datant du XIIe siècle.
V_rone_San_Zeno_24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_27Sur la gauche,  des scènes bibliques sculptées par maitre Guillaume, et sur la droite, maitre Niccolò représenta des scènes de la vie de Jésus. Plus bas, des épisodes de la vie de Théodoric, comme le duel avec Odoacre et la chasse au chevreuil. 

 

 

 

 

 

 

 

Le portail


V_rone_San_Zeno_Int_rieur_22Les portes de bronze de la basilique, dont chaque battant est décoré de 24 panneaux en relief, furent fabriquées entre le XIe et le XIIIe siècle.
V_rone_San_Zeno_Int_rieur_23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_Int_rieur_24Nous trouvons des scènes du Nouveau et de l’Ancien Testament,

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_43de la vie et des miracles de saint Zenon,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_Int_rieur_26des représentations de généreux donateurs comme Mathilde de Canossa et son mari Godefroy, des thèmes musicaux, la représentation de vertus théologales.

               

 

 

 

 

   
La rosace

V_rone_San_Zeno_40C’est une roue de Fortune, comme celle de Trente, où la symbolique est traitée. Cette roue date du début du XIIIe siècle, et fut faite par maitre Brioloto. C’est l'un des premiers exemples en architecture romane d'une rosace.

 

 

 

 

 

 

 

Verone_San_Zeno_rosaceElle est divisée en douze secteurs séparés par des rayons constitués de paires de colonnes qui rejoignent le centre.

 

 

 

 

 

 

V_rone_San_Zeno_15Sur le bord extérieur, six personnages, traités en haut-relief, représentent la destinée des humains.

V_rone_San_Zeno_14

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappel d’une citation de Lucien Carny : « Cette ascension de la roue de la fortune, c'est la tentative de reconquête de l'état primordial d'avant la chute. La chute de l'homme, c'est la dualité, l'histoire étant le déroulement de l'incarnation du Verbe Divin initiant l'homme à l'intelligence pour le conduire à la Connaissance. C'est l'obscurcissement, par la bêtise humaine, des  révélations divines conduisant à la perte du Verbe. C'est le passage du Paradis Terrestre qui est le centre de la roue, à la chute, c'est-à-dire aux rayons, jusqu'à la circonférence de la roue. Le temps est l'énorme illusion et la plus belle invitation au  sommeil. »

V_rone_San_Zeno_11Des vers en latin sont gravés au centre : « Moi, Fortune, je décide de la destinée des mortels, j’élève et je précipite, je donne le bonheur et le malheur. Je recouvre ceux qui sont nus et je dépouille ceux qui sont richement habillés. On se moquera de celui qui a mis sa confiance en moi. »