Dijon_Saint_B_nigne_19Saint Polycarpe de Smyrne, disciple de saint Jean, envoya saint Bénigne (Benignus : le bien bon) en Gaule au IIème siècle, avec saint Andoche, saint Pothin, saint Irénée, saint Andéol et saint Thyrse. Il fut reçu à Autun par saint Faust, père de saint Symphorien, et par sa sœur sainte Léonille de Langres (Ca fait beaucoup de saints tout ça. Ca manque un peu de nos jours…). Il évangélisa d’abord cette cité puis vint à Dijon où il subit le martyre vers l'an 179. Conservée au musée archéologique, une statuette de la fin du XVème siècle le représente portant les instruments de son martyre.











Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_31L’évêque de Langres, saint Grégoire, acceptant finalement les rumeurs de guérisons miraculeuses, autorisa le culte pratiqué sur l'emplacement de son tombeau, dans la nécropole gallo-romaine, en dehors et à l'ouest du castrum. Il fit dégager le sarcophage et aménager, vers 511, une petite chapelle voûtée, pour l’héberger. Il entreprit ensuite la construction d’une basilique, consacrée en 535.







Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_32La pierre où Bénigne avait eu les pieds scellés avec du plomb fut percée de petits creux. Les malades y versaient du vin ou de la bière dont ils se lavaient ensuite les yeux. Les guérisons furent innombrables et le culte du saint, déjà officiel, prit de l’extension. Les pèlerins affluèrent et le sanctuaire, devenu trop petit, il fut décidé la construction d’un oratoire plus à l’est.
Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_33












André Vauchez décrit le contexte de développement du culte de Bénigne :
« Grégoire de Tours raconte qu’en Gaule, au début du VIe siècle, l’évêque de Langres fit ouvrir un beau sarcophage antique où reposaient les restes d’un personnage inconnu envers lequel la population de Dijon manifestait une grande vénération. Le prélat décida qu’il s’agissait des reliques de saint Bénigne, martyr d’origine grecque dont on ne savait pas grand chose mais dont une Vie, rédigée quelques années plus tard, souligna opportunément qu’il avait joué un rôle important dans l’évangélisation de la Bourgogne. En dernière analyse, on a l’impression que ces « inventions » de reliques, qui furent fréquentes tout au long du Moyen Âge, ont souvent correspondu à des tentatives de la hiérarchie ecclésiastique visant à reprendre en main la dévotion populaire et à l’orienter vers des figures orthodoxes, sinon toujours authentiques. »

Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_8En 870, l’évêque de Langres Isaac décida de transformer la basilique en abbatiale et imposa la règle bénédictine aux religieux. Les travaux furent terminés en 877. En 989, l’évêque de Langres, Brunon de Roucy, fit appel à Cluny pour réformer l’abbaye et plaça à sa tête Guillaume de Volpiano, l'un des esprits les plus éclairés de son temps.







Dijon_Saint_B_nigne_2Le nouvel abbé lança les travaux de la troisième abbatiale dont la première pierre fut posée en 1001. Il fit en fait construire trois sanctuaires : une église souterraine, abri du tombeau de saint Bénigne, une église au niveau du sol pour le culte et une rotonde de trois étages au chevet des deux églises.























Dijon_Saint_B_nigne_18Ces trois constructions, terminées en 1026, couvraient une longueur de 100 m et une largeur de 25 m. L’étage inférieur de la rotonde est le seul vestige actuel de cet ensemble.












Dijon_Saint_B_nigne_20Cette abbatiale, une des plus vastes de la chrétienté, fut considérée alors comme l'un des plus beaux monuments de l'époque, sur la route de Langes à Compostelle.










Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_12En 1137, un terrible incendie ravagea Dijon et l'abbatiale subit des dégâts considérables. L'abbé Pierre de Genève décida de la reconstruire presque entièrement : seule la rotonde ayant été épargnée par les flammes, elle s'inséra dans un nouveau bâtiment de pur style roman.
Dijon_Saint_B_nigne_Crypte_28














Dijon_Saint_B_nigne_Dortoir_1Mais le 14 février 1271, le haut clocher s'effondra en entraînant dans sa chute la majeure partie de l'abbatiale. La rotonde fut une nouvelle fois miraculeusement sauvegardée. L'abbé Hugues d'Arc lança en 1281 le chantier de l'actuelle église, en style gothique. Sa construction dura plus d'un siècle. Saint-Bénigne dominait alors un immense enclos abbatial. De cet ensemble, seuls subsistent un cellier voûté d'arêtes et le splendide dortoir à trois nefs voûtées de puissantes ogives.






Dijon_Saint_B_nigne_8Le monastère prospéra jusqu'à son passage sous le régime de la commende, au début du XVI ème siècle. Les bénédictins de l'ordre de Saint Maur relevèrent le monastère au XVII ème siècle. La Révolution vida l'église de ses richesses, même si elle en épargne les murs.









Dijon_Saint_B_nigne_29En 1792, l'évêque Volfius consacra l'abbatiale comme cathédrale, mais malgré cela, en 1794, on martela les statues et le tympan du portail roman qui fut remplacé sous l'Empire par celui de l'ancienne église Saint-Étienne. Les des deux étages supérieurs de la rotonde furent détruits et le sous-sol comblé. Tout au long du XIX ème, les bâtiments monastiques disparurent pour laisser place à de nouvelles constructions. En 1874, la cathédrale fut dotée d'une flèche de 93 mètres par l'architecte Charles Suisse.












Dijon_Saint_B_nigne_15http://dijoon.free.fr/pagespeciale.htm
Ouvrage édité par la paroisse Saint-Bénigne.
Dijon_Saint_B_nigne_25