12 août 2010

Rhodes, historique

Rhodes_4Rhodes,île grecque du sud-est de la mer Égée, fut habitée depuis plus de 2 400 ans. Les premiers habitants furent probablement des Minoens. C'est vers -1100, période dite "archaïque", que les Doriens s'emparèrent de l'île et y fondèrent trois villes : Kamiros, Ialissos et Lindos, qui s'unirent en -408 pour former la cité de Rhodes.








Rhodes_19Puissante et prospère grâce à son commerce et à sa position stratégique, Rhodes devînt la capitale du Dodécanèse du V ème au III ème siècle avant notre ère.









Rhodes_13Elle se dota alors de somptueux sanctuaires et bâtiments. Y fut construit alors le colosse, la sixième des sept merveilles du monde. Cette statue de bronze du dieu Hélios mesurait 32 m de haut : elle fut érigée sur le port vers -292, mais en -227, un tremblement de terre la fît s'effondrer.









Rhodes_15Ses restes furent abandonnés pendant mille ans avant d’être fondus et vendus par les Arabes. Les archéologues situent son emplacement à l’endroit où s’élève le Palais des grands maîtres, et non comme on le représente souvent, à cheval un pied sur chaque jetée de l’entrée du port. Cette représentation fantaisiste date du XIX ème siècle. 
Rhodes_le_Colosse













Rhodes_5Au Ier siècle, Paul de Tarse évangélisa Rhodes qui devint un ancien évêché. Prise par les Sarrasins en 654, elle fut récupérée par Byzance.











Rhodes_20Ce furent les Chevaliers de Saint-Jean qui, de 1310 à 1522, lui apportèrent un renouveau, construisant de nombreux ouvrages : dans la partie basse de la ville, le collachion, ils édifièrent le palais du grand maître et les auberges, résidences servant aux Hospitaliers venus d'Occident pour lutter contre les musulmans.








Rhodes_3Jacques Cœur eut Rhodes comme port et point d’attache, aidé par les Hospitaliers… Puis l'île fut conquise par les Turcs de Soliman le Magnifique. C'est en 1912 que l'Italie s'empara à son tour de l'île, qui passa sous la souveraineté grecque en 1948.











Mais à cette histoire banale, je préfère celle des légendes….

Rhodes_18Quand les dieux se partagèrent les différents pays de la terre, l'île de Rhodes se trouvait encore sous les vagues de la mer. Or ce jour-là, Hélios était absent et personne n'avait pensé à lui. Il ne reçut donc aucune part du partage. A ce moment, l'île de Rhodes émergea de la mer, et Hélios fut le premier à la voir. Avec le consentement de Zeus, il la prit sous sa protection. Quelques temps après, une nymphe locale appelée Rhodé donna sept fils et une fille à Hélios. Kerkafos, le second fils, devient père de trois enfants, trois garçons dont les noms sont Kamiros, Ialissos et Lindos, qui créent les trois premières cités de l'île.










Rhodes_9Une autre légende rapporte qu’Hélios tomba amoureux de la nymphe Rhodé, et quand il l’illumina de ses rayons elle prit la forme de l’ile. Les anciens grecs appelaient Rhodes l’ile du Soleil, mais l’ile fut aussi nommée Ofioussa (ile du serpent), Asteria (l’étoile), Makaria (beauté) et Ataviros (du nom de son sommet).








Rhodes_14Séparée du bourg par une muraille fortifiée, la ville haute (de plus de 4 km²), ou Collachium, entièrement remodelée par les Chevaliers de Saint-Jean, possède de nombreux vestiges de toutes les périodes historiques de l’île.










Rhodes_6http://dominicus.malleotus.free.fr/rhodes/histoire_de_rhodes_au_temps_des_chevaliers.htm?reload_coolmenus

http://druine.free.fr/rhodes/

Posté par madame_dulac à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Rhodes, les monuments antiques


L'acropole

Rhodes_l_acropole_1Au sud-ouest de la ville, se dresse une haute colline dénommée Mont Smith, du nom d'un amiral britannique. C'est au sommet que se trouve l'Acropole de Rhodes.
Rhodes_l_acropole










Rhodes_Acropole_2aAux époques classiques et hellénistiques, le site, contrairement aux acropoles des autres cités, n'était pas fortifié : c'était un ensemble de bâtiments cultuels (deux temples, ceux d'Apollon Pythien, et celui d'Athéna Polias et de Zeus Polieus, c'est-à-dire "qui  protègent la cité", un Artémision, un sanctuaire des Nymphes) et publics (odéion, stade, gymnase, bibliothèque, portique).







Rhodes_AcropoleIl ne reste pas grand chose à part trois colonnes du temple d’Apollon, quelques vestiges du temple d’Athéna, le reste du portique des propylées.

On retrouve des traces d’anciens temples un peu partout dans la ville, comme les fondations d'un temple dédié à Dionysos sous l’église Saint-Dimitri (Agios Dimitrios).














Le temple d'Aphrodite

Rhodes_Le_temple_d_Aphrodite_1En pénétrant dans la ville par la Porte de la Liberté, on rencontre des vestiges du temple d'Aphrodite, datant du II ème siècle avant notre ère.
Rhodes_Le_temple_d_Aphrodite_3










Rhodes_Le_temple_d_Aphrodite_2http://www.locusdanielis.eu/CARhodesAcropole.html

Posté par madame_dulac à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rhodes, les monuments chrétiens


La basilique Saint-Michel

Rhodes_la_basilique_Saint_MichelÀ l'angle des rues Chimarra et P. Méla se trouvent les vestiges d'une vaste basilique paléochrétienne longue de 60 m, pavée d'une mosaïque du V ème siècle.












L’église Notre-Dame du Château

Rhodes_l__glise_Notre_Dame_du_Ch_teau_3Cette église byzantine en forme de croix latine, possédant de nombreux éléments gothiques, fut construite aux XI ème et XII ème siècles. L'intérieur de l'église fut achevé par les chevaliers de Saint-Jean avec des absides, alcôves et des fenêtres longues et étroites.









Rhodes_l__glise_Notre_Dame_du_Ch_teau_2Elle fut cathédrale catholique avant d’être transformée en mosquée durant l’occupation ottomane.
Rhodes_l__glise_Notre_Dame_du_Ch_teau_1

















L’église Saint-Spyridon

Rhodes_l__glise_Saint_Spyridon_3
Saint Spyridon fut évêque de Trimythonte dans l'île de Chypre, au IV ème siècle. On situe la date de sa naissance vers 270, et celle de sa mort vers 348.  Sa légende veut qu'il ait d'abord été berger, ou du moins propriétaire d'un grand troupeau de brebis.









Rhodes_l__glise_Saint_Spyridon_5En tant qu'évêque, il eut à souffrir des persécutions de Galère, étant notamment forcé d'aller travailler dans les mines. On considère qu'il est intervenu au concile de Nicée I, où condamna en 325 l'hérésie d'Arius. Il est très vénéré à Chypre, où on lui attribue de nombreux miracles. Il est aussi très vénéré à Corfou où se trouve la relique de son corps. Il est représenté, dans la tradition iconographique orthodoxe, coiffé, par humilité, d'une ruche en osier.












Rhodes_l__glise_Saint_Spyridon_6Son église à Rhodes est à mon sens l’une des plus belles.



















L’église Saint-Phanourios

Rhodes_l__glise_Saint_FanouriouCette église se trouve rue Agiou Phanouriou. Elle date du XIII ème siècle. Elle fut transformée en mosquée sous l'occupation ottomane (mosquée Pial-ed-din). On sait peu de choses de ce martyr du V ème siècle, Egyptien de naissance. Une icône fut retrouvée dans les ruines d’une ancienne église à Rhodes en 1500, et il fut appelé à ce moment là le « nouveau révélé ».  Il est prié pour l’aide aux choses perdues. La tradition dit qu’il fut incapable de convertir sa mère. A la mort de celle-ci, il pria plus pour son salut que pour le sien. Quand il fut lapidé, au moment de sa mort, il dit : « Par mes souffrances, Seigneur, fait que tous ceux qui prieront pour toi prient pour le salut de ma mère ». Ainsi, en Egypte, où il est particulièrement vénéré, de nombreux chrétiens prient en disant « O Seigneur, sauve la mère de Phanurius et aide-moi ». 

L’église Saint-Jean

Rhodes_l__glise_Saint_Jean_1Aujourd'hui disparue, elle fut construite au début du XIVème siècle à droite de la place du Palais des Grands Maîtres, auquel elle était reliée par un tunnel.
















Rhodes_l__glise_Saint_Jean_2Elle était la chapelle de l'ordre où étaient enterrés les grands maîtres et où l'on vénérait la main de saint Jean-Baptiste donnée à Pierre d'Aubusson par le sultan Bajazet. 











Rhodes_l__glise_Saint_Jean_3L'église fut détruite en 1856 dans l'explosion d'une poudrière qui endommagea le palais des Grands Maîtres. 
Rhodes_l__glise_Saint_Jean_4










L'église Sainte-Marie du Bourg

Rhodes_L__glise_Sainte_Marie_du_Bourg_4Elle fut bombardée lors de la seconde guerre mondiale.



















Rhodes_L__glise_Sainte_Marie_du_Bourg_5On ne voit plus aujourd'hui que les trois absides du sanctuaire de cet édifice gothique tardif construit au XIV ème siècle.
Rhodes_L__glise_Sainte_Marie_du_Bourg_3












L'église byzantine de Saint-Panteleimon

Rhodes_L__glise_Saint_Pant_l_monSaint-Panteleimon (Agios Panteleimon) date du XV ème siècle. Né à Nicomédie d’un père païen et d’une mère chrétienne, il fut élevé dans la religion de Jésus-Christ, quoique non encore baptisé. A la mort de sa mère, il subit l'influence de son père et finit par en oublier les principes. Il s'attacha à l'étude de la médecine et y devint si célèbre, que l'empereur Maximien-Galère le choisit pour médecin et voulut l'avoir à sa cour. Un prêtre chrétien, nommé Hermolaüs, résolut de ramener à la foi chrétienne. Panteleimon fit alors plusieurs miracles, ramenant un enfant mort d’une morsure de vipère à la vie, guérissant un aveugle. Des médecins jaloux le dénoncèrent comme chrétien à l'empereur, il fut martyrisé.



L'église Sainte-Marie de la Victoire

Rhodes_l__glise_Sainte_Marie_de_la_VictoireDans la même cour que l’église Saint-Panteleimon se trouvent quelques vestiges de l'église gothique Sainte-Marie de la Victoire (Panagia tis Nikis) construite après le siège turc de 1480. Ces deux églises datent de la même époque.











L'église Agia Paraskévi

Rhodes_l__glise_Agia_Parask_vi_1A gauche de la rue Ipodamou, l'église Agia Paraskévi date du XV ème siècle.  Elle fut transformée en mosquée sous l'occupation ottomane (mosquée Taketji, rattachée à l'école des derviches).












L’église de la Sainte-Trinité

Rhodes_l__glise_de_la_Sainte_Trinit__1Dans la rue des Chevaliers, à côté de l'Auberge de France, se trouve la chapelle de France, ou église de la Sainte-Trinité. C’est un petit édifice gothique des XIV ème et XV ème siècles.
















Rhodes_l__glise_de_la_Sainte_Trinit__2L'église était probablement voûté à l'époque médiévale, mais elle présente aujourd'hui une coupole, souvenir de sa transformation en chapelle musulmane (Khan Zade Mejid) sous l'occupation ottomane. Parmi les écussons décorant la façade, ceux du pape, d'Angleterre et du Grand Maître Raymond Bérenger(1365 -1374).















L’église de l’Annonciation

Rhodes_la_cath_drale_2Elle se situe dans la ville nouvelle, près du port. Elle fut édifiée en style néo-gothique durant la seconde moitié de l'occupation italienne, en 1925, sur le modèle de l'église Saint-Jean qui s'élevait dans le Collachium. Elle est également dédiée à saint Jean, et est aujourd’hui l’une des principales cathédrales de l’île.
Rhodes_la_cath_drale_3













Rhodes_la_cath_drale_1Les peintures murales sont l’œuvre de Fotis Kontoglou.   
Rhodes_la_cath_drale_4

Posté par madame_dulac à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rhodes, les mosquées

La mosquée de Soliman le Magnifique

Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_1Datant du  XVI ème siècle, fondée peu après le siège de 1522 sur le site de l'église byzantine des Saints-Apôtres (Aghioi Apostoli), elle fut la plus importante mosquée de Rhodes.
Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_6















Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_2Reconstruite  au XIX ème siècle, elle possède un vaste dôme central et aux petites coupoles latérales.
Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_3
















Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_5Elle a été rouverte au public en 2005 après 18 années de travaux de restauration, notamment de son minaret en pierre de 34 m de haut, qui sert de point de repère lorsque l'on s'enfonce dans les ruelles.
Rhodes_la_mosqu_e_de_Soliman_le_Magnifique_4










La mosquée de Recep Pacha

Rhodes_la_mosqu_e_de_Recep_Pacha_1Construite en 1588, la mosquée fut laissée à l'abandon.













Rhodes_la_mosqu_e_de_Recep_Pacha_2Sur la place, la fontaine attenante où les musulmans faisaient leurs ablutions.

Posté par madame_dulac à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rhodes, les bâtiments laïcs



La loge des marchands

Rhodes_la_loge_des_Marchands_4Sur la place Hippocrate, un édifice du XVI ème siècle, la Châtellenie, ou Castellania, ou loge des marchands, servait de lieu de réunion, de bureau d'inspection et de tribunal du commerce. C'est un édifice à escalier extérieur, dont la construction fut achevée par le grand maître Émery d'Amboise. La Castellania est probablement l'édifice connu au Moyen Âge sous le nom de « Basilica Mercatorum ».







Rhodes_la_loge_des_Marchands_6Au rez-de-chaussée, à droite d'un large escalier, s'ouvre sous une galerie une loge voûtée d'ogives.
Rhodes_la_loge_des_Marchands_5











Rhodes_la_loge_des_Marchands_2Sur la façade sont gravées les armes de Pierre d'Aubusson, ainsi qu'une fenêtre à croisée de marbre ornée de fleurs de lys.
Rhodes_la_loge_des_Marchands_1











Rhodes_la_loge_des_Marchands_3Au-dessus de la porte d'entrée, sur le linteau de marbre, un ange tient l'écusson de l'Ordre à gauche, et celui d'Émery d'Amboise à droite.










Le palais des grands maîtres

Rhodes_le_palais_des_grands_ma_tres_1Le palais actuel est la reconstruction, dénuée de rigueur archéologique, du palais forteresse édifié par Hélion de Villeneuve au XIV ème siècle sur le site même d'un ancien temple dédié à Hélios.










Rhodes_le_palais_des_grands_ma_tres_2L’ancien palais fut détruit en 1856, lors de l’explosion d'une poudrière.
Rhodes_le_palais_des_grands_ma_tres_4











Rhodes_le_palais_des_grands_ma_tres_3Lorsque les Italiens s'installèrent à Rhodes, ceux-ci le reconstruisirent, et en firent une résidence d'été pour le roi Victor-Emmanuel III. La rénovation fut achevée en 1939. 
Rhodes_le_palais_des_grands_ma_tres_5











Les remparts

Rhodes_les_remparts_1Construits au XIV ème siècle sur les fondations de l'enceinte byzantine, ils s'étirent sur 5 km de longueur.
Rhodes_les_remparts_6











Rhodes_les_remparts_4La fortification de la ville de Rhodes fut basée sur les méthodes de construction des chevaliers, tenant compte de la création et l'utilisation d'armes à la pointe de l'art militaire.
Rhodes_les_remparts_7















Rhodes_les_remparts_2Lors du second siège turc, chaque « maison » ou  « langue » fut chargée de la défense d'une partie des remparts. On y retrouve de nombreux blasons témoignant de la contribution du pape et des grands maîtres à la réparation et à la consolidation des remparts et du fossé.
Rhodes_les_remparts_3















La rue des Chevaliers

Rhodes_la_rue_des_Chevaliers_1Cette rue pavée médiévale, la même qu'empruntaient autrefois les habitants pour se rendre à l'Acropole, descend de la place du palais des Grands Maîtres jusqu'à l'église Notre-Dame du Château.
















Rhodes_la_rue_des_Chevaliers_3Les édifices de cette rue, comme les auberges, appartiennent, pour la plupart, à la seconde période architecturale des chevaliers, postérieure au siège des Turcs de 1480. Ils sont construits à l'aide de blocs de roche poreuse locale régulièrement agencés.
Rhodes_la_rue_des_Chevaliers_4








Rhodes_la_rue_des_Chevaliers_2Les auberges, au nombre de 7, de style gothique, construites au XIV ème siècle, étaient l'endroit où se réunissaient les chevaliers. Les chevaliers étaient divisés en sept nationalités ou langues : France, Auvergne, Provence, Castille, Aragon, Italie et Angleterre. Chaque langue protégeait un quartier de la ville. Il ne reste plus que 4 des 7 auberges du départ.









La tour de l'Horloge

Rhodes_la_tour_de_l_horlogeA côté de la mosquée de Soliman le Magnifique se dresse la tour de l’Horloge (Pirgos tou Orologiou),  construite au  XIX ème siècle sur l'emplacement d'une tour médiévale de garde qui servait d'observatoire. La tour a été construite sur l'emplacement d'une tour médiévale de garde qui servait d'observatoire.















L'armurerie

Rhodes_l_hopital_3Elle s'est installée dans l'ancien hôpital des chevaliers.













Rhodes_l_hopital_2Un puits dans la cour porte leur croix.
Rhodes_l_hopital_1

Posté par madame_dulac à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rhodes, le musée archéologique

Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_1Le musée est aménagé dans l'ancien hôpital des chevaliers de Saint-Jean.
Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_4











Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_5Sa construction commença en 1440 sous le magistère de Jean Bonpart de Lastic, dont les armoiries, supportées par deux anges, surplombent le portail.
















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_6Les malades et les blessés soignés à l'hôpital venaient de toute l'Europe chrétienne.

Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_7















Rhodes_le_mus_e_arch_ologiqueLes arcades du rez-de-chaussée, donnant sur la place du Musée, s'ouvraient sur des dépôts.












Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_10A l'étage se trouvait la grande salle des malades,
Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_11












Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_12et la chapelle de l'hôpital.





















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_2Dans la cour d’entrée, un lion couché, tenant dans ses pattes une tête de taureau, nous accueille. Il surmontait une tombe monumentale de la période hellénistique tardive, et fut trouvé dans la nécropole de Rhodes.

Posté par madame_dulac à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les collections

Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_25Les collections du musée archéologique de Rhodes présentent des éléments historiques de l’île, remontant aux périodes préhistoriques, puis minoenne et mycénienne,

Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_23














Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_22jusqu’aux périodes grecque et romaine.
Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_24

















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_14La pièce la plus importante du musée est la sculpture en marbre du Ier siècle avant notre ère, l'Aphrodite de Rhodes. La sculpture représente Aphrodite accroupie, tenant sa chevelure dans ses mains. Elle fut réalisée par des sculpteurs grecs lors de la période impériale romaine. 























Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_17Le musée présente un nombre important d’autels funéraires cylindriques.









Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_8Celui de Bithys et Eueteria par exemple, avec un  décor en relief de guirlandes avec des raisins, des fleurs, des rubans et des pendentifs, fut trouvé dans la région de l'Acropole.
Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_13















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_9Un bas-relief en marbre présente une scène de chasse. Il fut découvert lors des fouilles de la tetraplyon romaine de la ville de Rhodes. Un coureur attaque de sa lance un félin. Un deuxième homme tenant une massue, prêt à l'attaque, est perceptible à droite. Le paysage est suggéré par les deux arbres et les oiseaux sur une branche. Il date de la  période hellénistique.


Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_19Une stèle funéraire surmontée d’un fronton présente plusieurs personnages, peut-être les membres d’une même famille : deux enfants au centre, entourés par un couple. Une inscription donne les noms des membres décédés de la famille. Elle date de la fin de la période impériale, III ème,  IV ème siècle.
Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_21














Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_HeliosUne tête en marbre représentant Hélios, dieu du soleil, date du II ème siècle avant notre ère. Hélios est le fils du Titan Hypérion et de sa sœur Théia. Il est le frère de Séléné (Lune) et d'Éos (Aube). Personnification du Soleil, Hélios est progressivement assimilé à Apollon, dieu de la musique et des arts. Son rôle principal est celui de révélateur de tout ce qui se passe sur Terre. Dans l'Odyssée, c'est lui qui révèle à Héphaïstos les amours coupables d'Arès et Aphrodite. Selon l'Hymne homérique dédié à Déméter, c'est également lui qui apprend à la déesse qu'Hadès a enlevé sa fille Perséphone. L'hymne le qualifie d'observateur divin des Dieux et des hommes, tandis qu'Homère le nomme celui qui voit et entend toutes choses.
Son culte développe à partir de l'époque hellénistique, principalement en Égypte où il est assimilé au dieu solaire Rê et où les Ptolémée encouragent le culte syncrétique d'Hélios-Sérapis. À l'époque romaine, Hélios devient une divinité universelle sous le nom de Sol, tout en conservant un fort ancrage égyptien.
En littérature, Hélios est progressivement confondu avec Apollon-Phébus, dieu de la lumière solaire, de la divination, de la musique et de la poésie.






Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_HygeiaHygie (Valetudo ou Salus). Les Grecs l'honoraient comme une déesse puissante, chargée de veiller sur la santé des êtres vivants. Non seulement les hommes, mais tous les animaux étaient l'objet de ses soins. C'est elle qui suggérait mystérieusement aux uns et aux autres le choix des aliments nécessaires à leur existence et les remèdes appropriés à leurs maux.  Elle personnifiait en quelque sorte l'instinct de la vie et, en soutenant les forces des mortels, en prévenant même la maladie, évitait à son père la peine d'intervenir continuellement afin d'alléger ou de guérir la douleur.












Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_AsclepiosAsclépios (Esculape, Imothep) est dans l'épopée homérique un héros thessalien puis, à l'époque classique, le dieu de la médecine. Fils d'Apollon, il meurt foudroyé par Zeus (Son crime est d'avoir tenté de ressusciter les morts grâce à du sang de la Gorgone que lui a remis Athéna : le sang coulé du côté gauche est un poison violent, mais celui du côté droit est un remède merveilleux), avant d'être placé dans le ciel sous la forme de la constellation du Serpentaire. Son attribut principal est le bâton d'Asclépios, autour duquel s'enroule un serpent, aujourd'hui symbole de la médecine. Ancêtre mythique des Asclépiades, une dynastie de médecins, dont Hippocrate est le plus illustre membre, il est invoqué dans son serment aux côtés de son père Apollon et de ses filles Hygie et Panacée.










Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_26Asclépios et ses filles appartiennent à la lignée d'Apollon, dieu de l'intelligence rationnelle, qui préfigure déjà la science telle qu'on la concevra plus tard en Occident. Ces statues les représentant ont le mérite d'être rares.....











Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_BacchusDionysos (Bacchus, Liber Pater) est le dieu de la vigne, du vin et de ses excès ainsi que du théâtre et de la tragédie. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Selon les listes, il fait partie ou non des douze Olympiens, bien qu'il ne vive pas sur le mont Olympe : c'est essentiellement un dieu errant.




















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_ZeusZeus. On ne le présente plus.


















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_15Des représentations mystérieuses de serpents enlacés sur un guerrier,


















Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_16des mosaïques montrant des êtres de la mythologie,







Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_18 des dauphins aux lignes pures font partie des trésors que renferme le musée. 












Rhodes_le_mus_e_arch_ologique_20Digne des plus grands.

Posté par madame_dulac à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]