Abbaye_Saint_Victor_Marseille_22Le site de Marseille fut occupé depuis longtemps par les hommes ( entre 27 000 et 19 000 avant notre ère ). Des fouilles récentes ont mis au jour des vestiges d'une implantation néolithique dans la ville qui remonte à 6 000 avant notre ère. Marseille fut fondée en - 600 par des grecs de Phocée, aujourd'hui Foça en Turquie, et s'appelle à l'origine Massalia. Romaine, son nom devint Massilia. Le Vieux-Port est un port naturel : il porte le nom grec de Lacydon.

 











Abbaye_Saint_Victor_Marseille_15Erigée dans un secteur de cimetières antiques, l'abbaye de Saint-Victor domine la rive sud du Lacydon, faisant face à la cité établie sur la rive opposée. Une ancienne carrière est devenue le réceptacle d'un culte funéraire dont les origines, martyriales ou épiscopales, sont mal connues.






 

 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_10La basilique paléochrétienne construite par un évêque de Marseille, Proculus ou Procule (380-430), était composée d'un bâtiment constitué par l'actuelle chapelle Notre-Dame de la Confession et de l'Atrium. Au Vème siècle, des récits peu à peu amplifiés attirent les pèlerins et favorisent les inhumations "ad sanctos", auprès des corps saints. Un véritable parcours de dévotion est aménagé.

 

 






 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_11Jean-Baptiste Grosson écrivit, en 1770, dans son Almanach : « L'origine de cette Église est due à la piété des premiers Fidèles. Elle n'a d'abord été qu'une grotte ou caverne qui étant pour lors éloignée de la Ville, & dans l'emplacement des anciens Champs Elisées, ou ossuarium des Marseillois, servoit de retraite aux premiers Chrétiens, pour y aller célébrer les saints Mystères, & ensevelir les corps des Martyrs. Il y a auprès de cette grotte, qui est aujourd'hui renfermée dans l'église inférieure, une chapelle dédiée à Notre-Dame de Confession, dont l'Autel fut construit sous l'empereur Antonin qui vivoit l'an 140. Victor, Officier des troupes Marseilloises, ayant souffert le Martyre sous Dioclétien, l'an 303, le 21 juillet, les Fidèles ensevelirent son corps dans cette grotte. »

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_14La dévotion qui s'installe sur le site de Saint-Victor dans le courant du Vème siècle entraîne la création d'un lieu de culte rupestre. En 440, l'église est consacrée memoria martyrum. Conçu en deux parties, un espace basilical et un espace à plan centré, ce monument paléochrétien vient s'enchâsser dans le rocher recreusé à partir des anciens fronts de taille.

 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_13Dès lors, le parcours du pèlerin s'organise vers la partie la plus monumentale du sanctuaire. L'espace basilical consiste en une nef centrale et deux collatéraux voûtés d'arêtes. L'axe général de cette construction est nord-sud, donc perpendiculaire à l'orientation est-ouest de l'église supérieure actuelle.

 

 









Abbaye_Saint_Victor_Marseille_92

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_65

Deux tombes rupestres réunies côte à côte dans un caveau, premier aménagement funéraire de cet édifice nouvellement construit, sont établies au centre même de la nef. Elles renferment les dépouilles de deux hommes qui, à la suite des fouilles de 1963, ont été considérés comme des martyrs, exécutés sous le règne de Dèce, vers 250, peut-être celles de Volusianus et Fortunatus. Ils ont à l'origine de tout l'ensemble cultuel. Cinq autres tombes rupestres sont réparties tout autour.

 


 





Abbaye_Saint_Victor_Marseille_23Pour ce premier monument, les Vème et VIème siècles sont les périodes essentielles d'activités architecturales et funéraires. Le culte du martyr Victor est attesté à la fin du VIème siècle. L'histoire de Victor, officier chrétien qui aurait été exécuté à Marseille en 290, comporte une part majeure de flou et de légende. Il aurait été officier chrétien, probablement dans une légion thébaine aux ordres de Maurice, légion composée entièrement de chrétiens, qui fut entièrement massacrée par l'empereur Maximien.C'est Euchère, archevêque de Lyon de 435 à 450 qui relate pour la première fois ce martyre de 6666 hommes, qu'il date de 302 .

 


Abbaye_Saint_Victor_Marseille_12Le site est alors une basilica, lieu de pèlerinage qui devient un monastère aux abords de l'époque carolingienne, vers 790. Clercs, pèlerins et moines cohabitent sous le contrôle de l'évêque.

 


 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_24Durant la période qui suit, époque obscure traversée d'invasions et de troubles politiques, le monastère se replie sur lui-même. Il aurait été entièrement ruiné vers la fin du IXème ou au début du Xème siècle.Ce n'est qu'en en 948 que la vie monastique renait, sous l'impulsion de l'évêque Honorat II, parent du premier Vicomte de Marseille, qui introduit la règle bénédictine.




 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_25En 977, le nouvel évêque de la ville, Pons Ier, parent de Honorat II, continue l'oeuvre de ce dernier. Peu après, en 1005, le monastère gagne son autonomie : Pons Ier « émancipa l'abbaye de toute autorité étrangère, voulant qu'il vécut de sa vie propre et indépendante, sous la règle de Saint Benoît et à la direction de ses abbés, comme les autres monastères réguliers, sans être assujetti à quelque personne que ce pût être, si ce n'est à titre de défenseur ». Le moine Guifred ou Wilfred (Wifredus), originaire de l'abbaye de Psalmody (Gard), devint le premier abbé de Saint Victor et entreprit de grands travaux, suite à la dévastation de l'abbaye par les Sarrasins. 

 




Abbaye_Saint_Victor_Marseille_20Une première réorganisation architecturale médiévale, liée à la volonté de l'abbé Isarn, moine catalan du XIème siècle, a laissé peu de traces tangibles. Ce dernier est très lié avec Odilon, abbé de Cluny : « Ces deux lumières du monde ne formaient qu'un seul cœur, une seule âme ». Une dédicace en 1040 consacre une nouvelle église. C'est alors seulement qu'est attribué à Jean Cassien, moine du Vème siècle, la fondation du monastère de Saint-Victor, afin de le rattacher à une grande tradition monastique.

 


Abbaye_Saint_Victor_Marseille_Saint_Jean_Cassien"Au début du Vème siècle, arrive à Marseille un moine originaire de l’actuelle Roumanie, Jean Cassien. Il avait séjourné à Bethléem, Constantinople, et en Egypte. C’est peut-être Lazare, évêque d’Aix, qui l’avait amené avec lui en revenant du concile de Diospolis. Jean Cassien est très probablement l’auteur du règlement de Saint-Victor, les "Instructions cénobitiques" (entre 419 et 425). Cette règle fait de lui le législateur du monachisme occidental."

 






Abbaye_Saint_Victor_Marseille_21L'abbaye gagne en prestige et en richesses, permettant au XIIème siècle l'achèvement de l'ensemble de l'église supérieure et la construction des bâtiments conventuels. Durant la première moitié du Xlllème siècle, Hugues de Glazinis, (†1250), sacristain de Saint-Victor, entreprend la reconstruction et l'agrandissement de l'église (nefs actuelles). Au siècle suivant, sous l'impulsion de Guillaume de Grimoard, ancien abbé de Saint-Victor qui devint le pape d'Avignon Urbain V, interviennent la reconstruction de l'abside de l'église et la fortification de l'ensemble.



 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_33Ces travaux de grande ampleur ont peu à peu modifié les anciens bâtiments paléochrétiens et les ont transformés en crypte. Le plan basilical fut modifié et réorienté. Un autel fut placé dans l'espace central. A l'ouest, en remplacement des trois arcades et du mur latéral, une grande ouverture fut aménagée sous deux arcs successifs. L'agrandissement de la carrière dans cette direction créa une nouvelle nef qui correspondit à la nouvelle orientation de la petite basilique.

 



 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_8Le cloître et les bâtiments à l'usage des moines sont détruits durant la période révolutionnaire. L'église devient un dépot de fourrage et des forçats sont emprisonnés dans les cryptes. Elle est rendue au culte en 1804, mais entre-temps, les cryptes ont été dépouillées de nombreux sarcophages et de colonnes. L'aménagement du bassin de carénage en 1832 rompt la relation de Saint-Victor avec le rivage tandis que l'urbanisation dessine de nouvelles rues autour de l'église, seul vestige conservé de l'ensemble monastique.

 

 

 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_19Malgré plusieurs campagnes de fouilles entreprises par fernand Benoit dès juillet 1943, puis entre 1963 et 1965, poursuivies entre 1970 et 1978 sous la direction de Gabrielle Démians d'Archimbaud, certaines parties du site restent inexplorées.

 




 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_111Sources pour tout le reportage sur Saint-Victor :

 

"Saint-Victor de Marseille" de Michel Fixot et Jean-pierre Pelletier, d'où sont tirés les textes et les reproductions des panneaux à l'intérieur de l'abbaye

 




 

Abbaye_Saint_Victor_Marseille_9http://www.marseilles.com/musee/monument.html#victor (photo st victor 2)

http://www.chez.com/saintvictor/victor_h.htm#top

http://perso.pacwan.fr/saint-victor/index1.htm

http://newadvent.org/cathen/

http://www.archerjulienchampagne.com/article-23443126.html

http://www.camoin.com/tarot/Marseille-Abbaye-Saint-Victor.html

http://www.encyclopedie-universelle.com/abbaye%20Saint-Victor-de-Marseille.html