Santa_Maria_Maggiore_4La basilique de Santa Maria Maggiore, l'une des quatre basiliques patriarcales de Rome, fut érigée après le concile d’Ephèse en 431 sous le pape Siste III. C'est lors de ce concile que Marie fut proclamée Theotòkos, Mère de Dieu. Ce fut donc la première église romaine dédiée au culte de la divinité de Marie et la seule qui ait conservé les structures paléochrétiennes.

Santa_Maria_Maggiore_28









Son histoire commence par une légende, le "miracle de la neige" :
"Sous le règne du pape Libère (352-366), en 363 selon Sausseret, et les 4 et 5 août 352 selon Gamba, la Vierge serait apparue en rêve à Giovanni, riche patricien romain, puis à sa femme, pour leur dire d’élever un sanctuaire en son honneur, « un temple dans l’emplacement que, le lendemain, ils trouveraient couvert de neige. Le jour suivant, Giovanni alla tout raconter au pape. Le pontife répondit aux pieux Romains que lui aussi avait eu la même apparition et la même révélation. En conséquence, il ordonna une procession générale. Clergé et peuple allèrent à l’endroit désigné. On le trouva couvert d’une épaisse couche de neige dans l’emplacement que devait occuper l’édifice demandé par la Mère de Dieu. Sous les yeux même de la multitude rassemblée, la neige, s’étendant et se divisant en longues lignes, forma elle-même sur le sol le plan et les proportions de l’édifice ».

Le chantier aurait été financé par le voyant. Ce récit est consigné dans le Legendarium et a été inséré dans la Lectio divina (second nocturne de l’ancien Bréviaire). Une version différente raconte qu’un cerf apparut mystérieusement sur les lieux et traça le plan de l’édifice avec ses bois."

Cela me rappelle la légende de la construction de la cathédrale du Puy en Velay :

"A l'époque gallo-romaine, une matrone souffrant d'une fièvre tenace, inspirée par une vision, se rendit sur le mont Anis, plus connu de nos jours sous le nom de rocher corneille. Là elle s'endormit, épuisée. A son réveil, la vierge trônant sur un dolmen lui confia son désir d'avoir une église en ces lieux. Sa fièvre avait disparu. Saint Georges, alors évêque du Velay, se rendit sur place. Bien qu'en plein mois de Juillet, le sol était couvert de neige sur laquelle un cerf dessina de ses sabots le tracé d'une église.
Neige en Juillet ? Opposée au soleil et au lion zodiacal du mois de Juillet, la neige incarne le principe féminin qui va subir la fécondation indispensable à l'éclosion de la vie. (opérée par le cerf, Cernunnos, le sillon étant symbole de l'acte sexuel, version primitive de l'immaculée conception)"

Santa_Maria_Maggiore_13Jusqu’en 1187, aucun document pontifical ne mentionne l’origine prétendument miraculeuse du sanctuaire. Le plus ancien manuscrit mentionnant ce récit légendaire date du XIIIème siècle.

De cette première église nous n'avons aucune trace archéologique, la partie la plus ancienne de l’actuelle basilique date de la première moitié du Vème siècle siècle. Par contre furent retrouvés lors de fouilles un calendrier datant du IIème siècle, ainsi que les restes de murs romains.
Santa_Maria_Maggiore_27










Santa_Maria_Maggiore_16Santa Maria Maggiore fut souvent modifiée et restaurée au fil du temps. Le grand campanile, de 75 mètres de hauteur (le plus haut de Rome), fut construit par Grégoire XI lors de son retour d'Avignon à Rome en 1377.
Santa_Maria_Maggiore_14















Santa_Maria_Maggiore_23En 1390, l'abside et des transepts sont ajoutés, avec la mosaïque du couronnement de la vierge.
Santa_Maria_Maggiore_19









Santa_Maria_Maggiore_1Au XVIème siècle, des chapelles sont rajoutées et le plafond à caisson fut réalisé.
Au XVIIème siècle, les deux façades baroques et les coupoles sont construites.
Santa_Maria_Maggiore_17















Santa_Maria_Maggiore_10C'est aussi à cette époque que l'obélisque, provenant du mausolée d'Auguste, et la colonne provenant de la basilique de Maxence, surmontée d'une Vierge à l'enfant faite par Berthelot en 1611, sont transférés sur les places de l'Esquilin et sur la place Sainte Marie Majeure. A ses pieds, une belle fontaine...
Santa_Maria_Maggiore_12














Santa_Maria_Maggiore_6L'église est divisée en trois nefs par deux files de colonnes doriques en marbre d'Athènes, provenant sûrement de la première basilique, laquelle utilisa sans doute les éléments d'une construction romaine.










Santa_Maria_Maggiore_9Les mosaïques de la nef commandées par Sixte III, représentant des scènes de l'Ancien Testament, datent du Vème siècle et sont parmi les plus anciennes mosaïques chrétiennes de Rome.
Santa_Maria_Maggiore_20On y trouve représentés Abraham, Melchisedek, Jacob, Moïse, Josué et David par exemple.







Santa_Maria_Maggiore_22Le baldaquin domine l'autel central où est placé le reliquaire de la crèche. Ce reliquaire a ses origines en 432 quand le pape Sixte III créa dans la basilique primitive une "grotte de la nativité" semblable à celle de Bethléem. Les nombreux pélerins qui revinrent de Terre Sainte à Rome (dont le pape Théodore peu de temps après la chute de Jérusalem en 638) portèrent en don de précieux fragments du bois du berceau sacré (cunabulum) aujourd'hui conservés dans le reliquaire doré.











Santa_Maria_Maggiore_7Le plafond à caissons, dont la tradition veut que sa dorure fut réalisée avec les premières cargaisons d'or ramenées du Pérou et offert par Isabelle et Ferdinand d'Espagne à Alexandre VI, date du XIIème siècle. Il a subi une restauration au XVIIIème.
Santa_Maria_Maggiore_8a














Santa_Maria_Maggiore_24aDans la chapelle Pauline se trouve une icône de la Vierge dont la légende prétend qu'elle fut faite par saint Luc. Elle est appelée "Salus Populi Romani", le salut du peuple de Rome. Selon la tradition, le pape saint Grégoire le Grand la transporta dans les rues en 593, quand Rome souffrit de la peste. Sa dernière sortie se fit en 1837, quand le pape Grégoire XVI la porta dans la ville au cours d'une épidémie de choléra.
L'icône fut datée du VIIème siècle, mais il parait que la datation au radiocarbone établit qu'elle aurait 2000 ans, ce qui renforcerait ainsi sa tradition sacrée.


















http://www.art-sacre.net/rome/f_72_2.html
http://www.rome-passion.com/sainte-marie-majeure.html
http://www.mariedenazareth.com/8804.0.html?&L=0
http://www.vatican.va/various/sm_maggiore/fr/storia/interno.htm