Le mithriacisme est une religion de la crypte et le temple de Mithra est appelé « la tanière ». Il s’agira donc d’une grotte naturelle ou reconstituée (symbole du cosmos) qui servira de lieu de réunion et de salle à manger aux initiés.
Traditionnellement, un mithraeum est une salle de culte, allongée, d’orientation variable, que l’on atteint en descendant quelques marches depuis un vestibule d’entrée (un vestiaire, un coin cuisine et une sacristie).
C’est aussi là que les candidats à l’initiation étaient informés, interrogés, puis soumis à diverses épreuves destinées à s’assurer de leur résistance à la chaleur, au froid, à la douleur et à la solitude dans l’obscurité.
La salle de culte est exigue. Elle est semi-enterrée, parfois souterraine, dépourvue de fenêtres. Son plafond voûté évoque le Ciel avec ses étoiles peintes. Deux longues banquettes, inclinées vers le mur, sont prêtent à recevoir les initiés, qui s’y allongent pieds vers le mur et visage tourné vers le mur du fond. L’icône de Mithra occupe le centre de ce mur du fond, au dessus d’un podium. Au milieu du large couloir séparant les banquettes, se dressent des autels, des statues de dieux divers, des braséros où brûle l’encens. L’éclairage est fourni par des lampes à huile. (http://lamainrouge.wordpress.com/2008/08/14/un-culte-a-mithra-a-chardonchamp-86/)

San_Clemente_9Aux pieds des marches montant à la basilique du IVème siècle se trouve le "pronaos", ou vestibule du temple de Mithra, qui possède un plafond décoré de motifs géométriques et floraux et des sièges destinés aux initiés. Deux piliers en marbre surmontés de chapiteaux corinthiens soutiennent les 3 arcs de l'entrée, qui furent construits lorsque les chambres déjà existantes furent aménagées en vue du culte vers la fin du IIème siècle. Selon toute probabilité, c'est ici qu'était placé l'autel, déplacé dans la salle de reception de l'autre côté du vestibule, ce qui confirmerait, au niveau des points énergétiques, la présence des autels des églises chrétiennes au dessus et sensiblement au même endroit.
San_Clemente_68










San_Clemente_72La salle suivante, ou triclinum, fut bâtie au centre d'une petite cour faisant partie de l'ancienne insula du 1er siècle. C'est ici qu'avait lieu le repas cultuel. Dans cette grotte artificielle voûtée en berceau, nous retrouvons les étoiles, 11 ouvertures (4 plus grandes pour les saisons, 7 plus petites pour les constellations), les bancs de pierre de chaque côté de la pièce (triclinia).








San_Clemente_71Et l'autel sculpté, avec sur l'une de ses faces Mithra, puis Cautes, Cautopates et le serpent sur les autres, avec Helios, le dieu-soleil, et Séléné, la déesse-lune, le tout surmonté d'une inscription qui fait allusion au Pater qui le fit installer : "Cn(aius) Arrius Claudianus Pater posuit".
San_Clemente_5















San_Clemente_34

San_Clemente_12

Plus loin, une salle réservée sans doute à l'instruction des catéchumènes, la schola. Cette chambre contient 7 niches chargées de graffiti et de dessins qui servaient à expliquer les 7 étapes de l'initiation, avant que l'adepte ne soit admis aux mystères secrets du pronaos et du triclinium.









Rome_292C'est à cet endroit que l'on commence à entendre un bruit étonnant de cascade. En suivant à l'oreille, effectivement, sous une grille, encore au moins 5 mètres en dessous du niveau, une rivière souterraine coule abondament. En réalité, avant les fouilles, il y avait un véritable lac sous San Clemente, alimenté par une source que certains pensent être l'ancienne source sacrée de l'endroit. Le P. Nolan perfora un tunnel de 650 mètres de long, remontant de la cloaca maxima au Colisée jusqu'à San Clemente. Il passe donc par le 4ème niveau de la vallée, et a permis d'assainir le mithraeum.





San_Clemente_60Plus loin, la ruelle sépare la partie cultuelle de l'ancienne habitation, zone publique dont Clement était propriétaire, l'ancien Titulus Clementis.

San_Clemente_35


















San_Clemente_63Mithra est un dieu d'origine indo-iranienne. Son nom - mitra en védique, langue religieuse ancienne de l'Inde - signifie "ami", "contrat". C'est un dieu bienveillant, qui protège la justice et veille à l'ordre du monde ; c'est aussi le dieu du serment, de l'alliance. Le premier texte connu qui mentionne cette divinité est un traité conclu entre des rois orientaux - dans des régions qui correspondent à l'Asie Mineure et à la Mésopotamie - vers 1380 av. J. -C.
San_Clemente_64Ce que nous savons sur le mithriacisme est fondé sur l'iconographie, sur des peintures et surtout des sculptures, car quasiment aucun texte sacré n'est parvenu jusqu'à nous. Cette religion se présente comme un livre d'images sans commentaires et sans explications qui permettent d'en décrypter la doctrine.

San_Clemente_65Dans l'interprétation qu'en donnent les Romains, le mithriacisme repose sur une conception mythique de l'histoire de l'univers. A l'origine, un dieu, Saturne, sort du chaos. Puis il désigne un successeur, Jupiter, à qui il remet l'insigne du pouvoir absolu : la foudre. Pour combattre le mal, présenté sous la forme d'une sécheresse qui détruit la vie, nait Mithra, qui surgit d'un rocher tenant une torche et un glaive. C'est à lui de veiller sur l'ordre du monde, d'assurer sa survie en luttant contre les esprits mauvais, en le sauvant de la sécheresse, de la soif, de la mort des troupeaux ; il va en effet procurer l'eau en faisant miraculeusement jaillir une source d'une paroi rocheuse.
San_Clemente_66Mithra est souvent accompagné, dans l'iconographie, par le Soleil et la Lune, placés de part et d'autre du dieu. Deux personnages sont également présents : Cautès, placé à gauche, sous le Soleil, porte une torche levée, et Cautopatès, à droite, sous la Lune, baisse la sienne vers le sol. L'un est le soleil levant, l'autre le soleil couchant, Mithra occupe la place intermédiaire : il tient symboliquement une position médiane. Ces figures renvoient au déroulement du temps et rappellent l'importance des astres, et, par delà, de l'astrologie dans la religion mithriaque, où ils jouent une rôle positif.

Le culte de Mithra, en passant de l'Orient à l'Occident, est devenu, à l'instar d'autres cultes grecs, une religion à mystères. Lors de son initiation, le futur adepte (le néophyte), passant de l'obscurité à la lumière, meurt symboliquement, puis renaît à une vie autre.
Les initiés s'élèvent graduellement dans la hiérarchie, selon une "échelle" codifiée de sept grades, qui les conduit à remplir différentes fonctions : Corax, Cryphius, Miles, Leo, Perses, Héliodromus, Pater. (http://musagora.education.fr/religion/religionfr/mithra.htm)

Voir pour plus de précisions :

http://musagora.education.fr/religion/religionfr/mithra.htm
http://www.cosmovisions.com/$Mithra.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_de_Mithra

De plus, Mithra a les caractéristiques suivantes en commun avec le Christ:

mithraMithra est né dans la pauvreté dans une grotte, d’une vierge, un 25 décembre. Sa naissance était accompagnée par des mages ou des anges.
Appelé “le bon berger”, il était considéré comme un grand sage et un maître qui voyageait beaucoup. Il était “la voie, la vérité et la lumière”. Il était encore appelé “le rédempteur”, “le sauveur”, “le Messie”.
Son jour sacré était le dimanche et il était particulièrement célébré autour de la période de l’année qui deviendra les fêtes de Pâques.
Il avait 12 compagnons ou disciples, et accomplissait des miracles.
Mort pour l'humanité, Il fut enterré dans un tombeau pendant 3 jours. Il a ressuscité d'entre les morts. Mithra était commémoré par des repas eucharistiques, de pain et d'eau, ou de pain et de vin, symboles du corps et du sang du taureau sacré.