17 juillet 2008

L'alpinisme

monts_gur2L'alpinisme est l'art de parcourir les montagnes en affrontant les plus grands dangers avec la plus grande prudence.

On appelle ici art l'accomplissement d'un savoir dans une action.
On ne peut pas rester toujours sur les sommets. Il faut redescendre...
A quoi bon, alors? Voici : le haut connaît le bas, le bas ne connaît pas le haut. En montant, note bien toutes les difficultés de ton chemin; tant que tu montes, tu peux les voir. A la descente, tu ne les verras plus, mais tu sauras qu'elles sont là, si tu les as bien observées.
IMG_7162Il y a un art de se diriger dans les basses régions, par le souvenir de ce qu'on a vu lorsqu'on était plus haut. Quand on ne peut plus voir, on peut du moins encore savoir.
Tiens l'oeil fixé sur le sommet, mais n'oublie pas de regarder à tes pieds. Le dernier pas dépend du premier. Ne te crois pas arrivé parce que tu vois la cime. Veille à tes pieds, assure ton pas prochain, mais que cela ne te distraie pas du but le plus haut. Le premier pas dépend du dernier.
flanc_FujiLorsque tu vas à l'aventure, laisse quelque trace de ton passage, qui te guidera au retour : une pierre posée sur une autre, des herbes couchées d'un coup de bâton. Mais si tu arrives à un endroit infranchissable ou dangereux, pense que la trace que tu as laissée pourrait égarer ceux qui viendraient à la suivre. Retourne donc sur tes pas et efface la trace de ton passage. Cela s'adresse à quiconque veut laisser dans ce monde des traces de son passage. Et même sans le vouloir, on laisse toujours des traces. Réponds de tes traces devant tes semblables.

RENE DAUMAL

Posté par madame_dulac à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le chant des étoiles



callanish_2En cette nuit là, le temps n'existait plus.

Pas de vent, pas de bruit. Seule la clarté de l'aurore grandissante rendait les rochers d'alentour plus sombres.

Dans une vallée circulaire, baignée de lumière orange, un cratère béant dont l'intensité du noir intérieur permettait de supposer la profondeur inquietante.

Tout pres de ce cratère, sur un monticule, une grande pierre sombre, droite comme un menhir. Sa silhouette se détachait parfaitement sur la clarté de l'herbe environnante et son ombre s'y déplaçait lentement, plongeant ce qu'elle recouvrait dans un mysterieux violet.

stonehenge_ms_1024Plus loin, à terre, près du cratère, une autre grande pierre, plate cette fois, luisait comme une large lame ou comme un miroir géant regardant le ciel.

La grande pierre levée, aux rudes contours d'un beau bleu sombre, ressemblait aux vestiges lointains que des civilisations inconnues pointaient vers le ciel.

Plus la clarté montait, plus les contours s'adoucissaient. Elle ressemblait maintenant à une forme humaine qui aurait pris une grande robe de pierre pour franchir sans crainte les siècles attendus. Puis elle prit des formes plus précises, bougea lentement; se retourna, comme un golem petrifié dont le poids et le long réveil auraient ralenti la giration.

merrivale_3La métamorphose s'accomplit progressivement. Ses derniers aspects rudes se fondirent et s'évaporèrent dans un halo lumineux.

C'est une femme qui se trouvait maintenant empreinte encore de la raideur de son sarcophage de grès, reprenant peu à peu vie. Une grande robe bleu-noir, couleur du firmament sous les étoiles, la couvrait toute entière, un châle dissimulait sa tête et ses épaules et quelques mèches blondes s'évadaient vers la lumière.

De visage, il n'y avait point. Seules deux lueurs verdâtres phosphorescentes remplaçaient les yeux et animaient ce visage de vide.

Ses bras bougèrent quelque peu et ses deux mains, longues, fines, blanchâtres, glissèrent sur les plis raides de sa robe. Un murmure grandissant sortit alors de sa personne, prenant des sons plus précis pour former des mots que la brise matinale emportait.

Orcades_295"Je suis demeurée fixée au regard des étoiles, disait-elle, j'étais placée près de la bouche de la terre pour entendre son chant et écouter la musique sans fin des astres qui nous entourent.

Le mouvement a son rythme, sa lumière, sa mélodie et le vide sa symphonie. Je me suis maintenue là depuis des siècles en un corps dur et froid pour un enchantement de mon esprit. Ma compagne, allongée dans l'herbe, est faite pour entendre et moi pour voir et nous pouvons nous compléter.

Maintenant, les temps sont venus. Je peux parler et je veux bien révéler ce que je sais. Mais que personne ne cherche à voir mon visage, ou à le reconnaitre. Je suis celle qui demeure incréée, celle qui fut poursuivie pendant des millénaires et que mon manteau de fille de la montagne dissimulait.

Une partie de mon peuple dort encore, inerte dans ces hauteurs. L'autre partie est disséminée sur la face de la terre, en autant d'êtres sensibles. Certains sont devenus des choses utiles; d'autres des choses glorieuses, d'autres enfin des choses sacrées.

Orcades_341C'est à dire que chacune de nos parcelles n'a eu que le langage que l'homme a bien voulu lui donner. Mais c'est aussi par la faute de l'homme et par son ignorance que d'autres sont perdues ou gâchées.

Rappelez-vous de moi.

Alors vous apprendrez à vivre les pierres, celles qui sont levées dans les matins du Nord, celles que l'on a empilées sous les cieux plus limpides, celles qui sont sculptées pour des aurores plus douces.

Il vous faudra chercher leur nombre et le mien et celui de ma compagne qui dort encore."

Pendant qu'elle murmurait ainsi, le bord du cratère était devenu un grand cercle blanc et, lentement vers l'est, le soleil entamait sa course quotidienne.

Le murmure reprit.

Orcades_175"Dans vos civilisations successives, il y a toujours eu des hommes qui connaissaient les mystères de la marche du monde. Ils avaient des doigts pour les déterminer, pour figurer les symboles. Ils ont eu des pierres pour les y graver. Du nombre est venu le signe, puis du signe le symbole et, plus tard, le chiffre.

Par la voix de l'homme, le nombre prit un son, puis une gamme et enfin un chant. Dans ce chant, il y avait un rythme et tout cela provoquait une résonance, résonance du coeur de l'homme sur le coeur de la nature, à travers le coeur des pierres et ceci afin d'être compris par le coeur des dieux.

Et les dieux envoyèrent sur terre des fées pour guider les hommes vers un merveilleux perpétuel. Ces fées étaient des femmes, mais ces femmes furent des rêves.

Il plait à l'homme de revivre ces rêves, il lui plait de rejoindre ces fées, parce que ces fées dorment dans la pierre.

Orcades_244Et ces pierres furent les premiers médiums de l'homme vers la création et son harmonie."

C'est dans un faible souffle que les derniers mots s'évanouirent. Une lueur subite se fit dans la vallée verte, jaillissant au-dessus des cimes.

Les yeux de la femme disparurent et une brume légère sortant de de sa face vide, comme la rosée matinale, s'évapora doucement en la tiédeur des premiers rayons du soleil.

On eut pu distinguer un sourire d'une douceur ineffable et d'une indicible joie comme un envol vers un appel mystérieux. Des volutes de ces vapeurs matutinales, rosée des philosophes, pierres des sages, furent absorbées intimement en leur montée allègre.

Il ne resta plus bientôt, au bord du cratère toujours sombre, qu'une grande pierre figée dans le sol indiquant les mystères d'un temps.

D'autres pierres seront d'autres femmes. Il se peut que l'une d'entre elles, Venus hyperboréenne ou fille de kheops, prêtresse du soleil ou odalisque orientale revenue aux bords de la mer bleue vivre tout à son souvenir de cristal une réminiscence du passé et une vibration de l'avenir, comme l'émeraude au milieu des roses rouges.

Le nombre lui sera peut-être froid, mais elle saura aussi que son ombre est celle du mystère qui voile les choses et les rends plus vraies.

La connaissance apporte une joie et c'est cette joie que nous essayons de partager.

Maurice Guingand

Posté par madame_dulac à 22:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les lieux sacrés, définition

"Un lieu sacré, avant d'être utilisé par l'homme, fonctionne à l'état naturel comme point d'échange entre des forces du ciel et de la terre. Les rituels humains ne font que renforcer le processus et le mettre à la disposition des vivants. Le lieu peut se passer de l'homme et de l'appareil, le temple ne peut se passer du lieu, ni des hommes pour son entretien. Les hommes peuvent utiliser le lieu en se passant de l'appareil. Ils peuvent se passer de l'un et de l'autre à partir d'un certain stade d'évolution. La conjonction des trois permet parfois des miracles, lesquels n'existent pas, étant les reflets de lois naturelles intelligemment mises en oeuvre."


callanish01aDepuis la plus haute antiquité, dieux et héros sont honorés dans des lieux qui leur sont réservés ; ces lieux s'appellent hiéron, chargé de puissance sacrée. Si tout endroit peut devenir hiéron, certains ont une vocation particulière à l'être : source, grotte, promontoire, sommet, lieu foudroyé, boisé, où les Grecs sentaient naturellement la présence du divin. D'autres pouvaient le devenir à la suite d'un oracle, d'un signe des dieux. (Sophocle, Oedipe à Colone, Xénophon, Anabase)
Mais la tendance dès la fin de l'époque géométrique, à la fin du VIII ème siècle, fut de délimiter nettement espace sacré et espace profane. C'est ainsi que la fondation d'une ville commence d'abord par une répartition entre terres réservées aux dieux et terres allouées aux hommes. (Platon, Lois) Le terrain délimité et consacré aux dieux porte le nom de téménos, ce qui signifie précisément " coupé ", sous-entendu de la terre qui n'est pas sacrée.
400px_All_Gizah_PyramidsChez Homère un téménos est attribué à un héros, à un souverain pour l'honorer et lui assurer des revenus. (Homère, Iliade) Le téménos réservé à un dieu s'il peut être laissé en friche, est souvent, lui aussi, exploité pour son compte. De là l'attention faite à sa délimitation matérielle : il peut être simplement borné de pierres dégrossies, reliées parfois par une corde, sur lesquelles est inscrit le nom du dieu ou du héros propriétaire, ou encore clos d'une enceinte, soit barrière de bois soit véritable mur, qu'on appelle péribole. Ces bornes et ces clôtures sont l'objet d'un entretien et d'une surveillance régulière ; tout empiétement sur le domaine des dieux est un acte sacrilège, sanctionné comme tel . Quand il sert au culte, cet espace sacré constitue un sanctuaire.
delphes8Les uns, sanctuaires urbains, sont localisés à l'intérieur de la ville, sur l'acropole, sur l'agora (l'agora d'Athènes est un téménos, entouré de bornes inscrites et lieu de multiples cultes).
D'autres, sanctuaires suburbains, sont situés à la limite ou à faible distance de la ville comme celui d' Athéna Pronaia à Delphes.
D'autres enfin sont des sanctuaires extra-urbains, établis dans le territoire de la cité, la chôra, à l'écart des villes, parmi lesquels figurent les plus célèbres sanctuaires panhelléniques, celui d'Olympie, de l'Isthme (au N.E. de Corinthe), de Némée (dans le Péloponnèse, en Argolide). Ils constituent souvent la frontière entre deux territoires ou un point de jonction entre le monde cultivé et le monde sauvage. Dans tous les cas, ces sanctuaires sont un lieu de rassemblement et un moyen de souder la communauté.

Propriété des dieux, espace sacré, le sanctuaire est l'objet d'une réglementation minutieuse visant à le protéger de toute souillure (miasma) et d'acte sacrilège.
tshinto1La première règle valable partout, est l'obligation de purification ; toute personne en contact avec le sacré se doit en effet d'être dans un état de pureté rituelle, l'hagnéia. (Homère, Iliade)
Le fidèle doit pour accéder au sanctuaire se purifier avec l'eau lustrale mise à sa disposition dans des vasques de pierre ou de marbre à l'entrée, les périrrhanthéria. Il s'y trempe les mains ou s'en asperge avec une branche de laurier pour se débarrasser de ses impuretés.
Tout contact avec la mort ou la naissance rend impur et écarte des lieux sacrés pendant une période variable selon les sanctuaires ; ces "impuretés innocentes"nécessitent de plus des purifications par l'eau faites à la maison. Au meurtrier qui a versé le sang et qui se trouve de ce fait exclu de la communauté et des sanctuaires, (Sophocle, Oedipe Roi) des rites spécifiques de purification, les rites cathartiques, effectués notamment par le sang, permettent d'éliminer sa souillure et de retrouver un état normal, en règle avec le divin, état qualifié de hosion. (Eschyle, Les Euménides)
D'autres règlements particuliers cette fois à tel ou tel sanctuaire, pouvaient mentionner d'autres espèces d'interdits relatifs aux vêtements, au port d'armes, de bijoux, à l'introduction de certains animaux. (LSG)

angkor_vat2Le caractère sacré du sanctuaire se communique à tout ce qui s'y trouve ( eau, arbres, bosquets, objets consacrés) et à quiconque y pénètre : il est asylon, lieu d'asile, ce qui signifie que nul n'a le droit de prise (sylè) à l'intérieur de son enceinte. Aussi offre-t-il un refuge sûr à ceux qui viennent s'y installer en suppliants dans la posture rituelle, qui consiste à s'asseoir près de l'autel du dieu ou à côté de sa statue avec le rameau d'olivier orné de bandelettes. (Eschyle, Les Suppliantes)
Le non respect de l'asylie est considéré comme sacrilège entraînant souillure et malédiction divine, et puni sévèrement par les lois humaines. (Plutarque, Solon)

Si modeste soit-il, un téménos destiné au culte, renferme au moins un autel qui est le seul monument cultuel vraiment indispensable.
ankgor_vat3L'autel, généralement situé en plein air, est de deux sortes selon la nature des sacrifices qu'on effectue : pour les sacrifices de type sanglant, destinés aux dieux, avec partage et consommation des victimes, l'autel, bômos, comprend un foyer surélevé sur un socle où l'on brûle les parts des dieux et où l'on rôtit les parts des hommes.
Il est de taille variable selon l'importance du sanctuaire et le plus souvent en pierre ou en marbre ; on connaît grâce à Pausanias, un autel de Zeus à Olympie formé uniquement de l'accumulation des cendres de sacrifice, ou encore un autel d'Apollon à Délos composé entièrement de cornes de chèvres. Pour les sacrifices dits chthoniens destinés aux divinités infernales et aux héros, l'autel bas, désigné du nom du foyer, eschara, est déposé à même le sol ; les victimes y sont entièrement brûlés (holocauste) et le sang est versé dans un trou qu'on appelle bothros.

En plus de l'autel un téménos quelque peu important, possède une statue de culte et reçoit des offrandes qu'il faut abriter sous des édifices typiques du sanctuaire grec classique : le temple, les trésors, les portiques.
Le temple, naos, de la racine du verbe naiein "habiter", est la demeure du dieu, non celle des fidèles. Il a une fonction utilitaire, dans la plupart des cas, celle de renfermer la grande statue du dieu et les offrandes qui lui sont faites. (Pausanias, Périégèse) On peut aussi y conserver le trésor de la cité ; les richesses d'Athènes sont conservées dans le Parthénon , les archives de l'Etat dans le temple de la Mère des dieux, le Mètrôon.

aran11Certains temples toutefois ont une fonction cultuelle, avec des autels à l'intérieur où se déroulent les rituels, ainsi le temple d'Apollon à Delphes ou les temples d'initiation aux mystères, comme celui d'Eleusis.
Temples-trésors ou temples-sanctuaires, ils sont de plan rectangulaire - les temples ronds, tholos, sont plus rares- et comportent trois pièces, le naos, pièce centrale où se dresse la statue, un vestibule, le pronaos et symétrique à lui, séparée du naos par un mur, une pièce arrière, l'opisthodome.
Ces temples sont peints de couleur vive et comportent des parties sculptées (les frontons, les métopes, la frise), illustrant les grands moments de l'histoire des dieux et des hommes. Les trésors, eux, sont plus petits que le temple ; ils sont construits et consacrés par les cités pour conserver les offrandes de leurs concitoyens. Des portiques enfin où les fidèles peuvent se reposer et converser, servent également à abriter les offrandes ; ils sont ornés souvent de peintures représentant d'illustres scènes de combat mythologique ou historique .

Chichen_Itza_01_H_editedDans la maison, les dieux ont aussi leurs emplacements réservés. A la porte, est placé un pilier surmonté du buste d' Apollon Agyieus " de la rue" ou d'hermès Propylaios " qui est devant la porte "; chargé de détourner le mal de la maison, il est oint d'huile et couronné de fleurs les jours de fête.
Dans la cour, se trouve l'autel de Zeus Herkéios, "de la clôture", où le maître de maison fait sacrifices et libations. C'est à l'intérieur cependant que se déroulent les actes rituels essentiels, autour de l'autel d'Hestia, le foyer, qui est le vrai centre religieux de la maison. Il en est de même de la cité : le Foyer commun, la Hestia Koinè, dont la flamme est alimentée aux autels les plus purs, autel d'Apollon à Delphes ou à Délos, en est le centre religieux et politique.

http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/anti/religrec/lieuxcul.htm

Posté par madame_dulac à 22:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2008

L'autel de la Baronnie

L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_28Cervières, village médiéval posé sur un mamelon rocheux, apparut pour la première fois dans la chartre de 1173 comme repère géographique du partage du comté de Lyon. Il fut un point stratégique important pour le contrôle du Grand chemin de Forez en direction de l'Auvergne (dont il reste des vestiges de la voie romaine reliant Lugdunum à l'Aquitaine) et la surveillance des féodaux montagnards de Couzan et d'Urfé.







L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_26Concernant le nom de Cervières, il semblerait qu’il vienne de « cerfs » mais une autre hypothèse le fait dériver de « kerc’hier » c’est à dire « faiseurs de cercles ». Les constructeurs des sites mégalithiques du coin ?
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_6









L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_25Les pierres de la Baronnie, appelées "autel" ou "pierre branlante" sont entre Noirétable et Cervières.
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_5











L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_3J'ai daté la première utilisation de ces roches en -9 800 avant notre ère. Donc bien avant leur réemploi par les druides que nous connaissons.
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_11










L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_20Elles sont recouvertes d'une multitude de cupules et de petites cuvettes. A. Compigne des Bordes dit à son sujet: "Des cupules, remplies d’eau puisée à la source sacrée, dans l’enceinte de la forêt permettaient la macération de la verveine et du gui…".
























L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_22L'endroit est magnifique, l'un des plus beau sites sacrés qu'il m'ait été donné de voir.
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_12











L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_13La mousse envahissante nous fait rater les cupules mais donne au lieu une magie supplémentaire.
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_27











L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_18Méfiez-vous, le chemin indiqué par le panneau n'indique pas la porte du sanctuaire, et mieux vaut dire bonjour au gardien si l'on veut pouvoir profiter des enchantements...
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_14










L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_19Les pierres ont chacune une fonction : nous trouvons entre autres une pierre d'accouchement. C'est un véritable hôpital !
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_17











L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_15Même la plante des alchimistes trouve l'endroit accueillant, c'est dire. Oui, il y a véritablement transmutation en ce lieu.
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_21











L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_23http://www.forez-info.com/encyclopedie/memoire-et-patrimoine/194-la-legende-des-siecles-foreziens.html
L_autel_de_la_Baronnie_Cervi_res_16

Posté par madame_dulac à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La pierre Ginich

Pierre_Ginich_1Près du lieu-dit Les Cros d'Arconsat, aux pieds du Montoncel ( la plus haute montagne du Bourbonnais, culminant à 1299 m de hauteur dont le sommet forme un plateau circulaire d'une régularité presque géométrique de 80 m de rayon, avec au centre une pierre appelée "pierre des seigneurs", délimitant les trois départements de l'Allier, de la Loire et du Puy-de-Dôme), se trouve la pierre Ginich.



Pierre_Ginich_7Son nom provient du patois auvergnat et veut dire "Pierre aux milieu des Genets".
Pierre_Ginich_3
















Pierre_Ginich_13Elle fut redécouverte dans la fin des années 70 par le peintre vichyssois Pierre Frobert, suite à un rêve qu'il fit. Atteint d'une leucémie en phase terminale, il eut une rémission complète après avoir passé une nuit dans le bassin situé sur la pierre principale.

Il parla à l'époque du tombeau d'un géant dans l'axe de la pierre, mais personne ne le trouva jamais. La légende commença à se répandre.





Pierre_Ginich_28Avant d'arriver, il faut suivre non pas le chemin balisé, mais une ligne directe qui passe par la croisée des chemins. C'est là que se trouve le gardien.
Pierre_Ginich_21










Pierre_Ginich_6C'est sur le chemin balisé que l'on trouve des tas de pierres, posées là comme sur le site de la roche de Merlin : "On sait que les voyageurs de l'antiquité faisaient ce geste en l'honneur de Mercure, le dieu de la route, et pour marquer le chemin par ces tas accumulés; c'est la bible qui nous le dit, en parlant de celui qui jette une pierre sur "le tas de Mercure" : Sicut qui mittit lapidem in acervum Mercurii (livre des proverbes)."
J.P.Roux voit un exemple de l'âme collective: "Toute accumulation d'objets modestes doués d'âme renforce la potentialité de chacun d'eux et finit par créer une nouvelle âme extrêmement puissante. On constitue cette force en amassant des pierres en certains lieux choisis et, là encore l'âme collective et sacrée est inséparable de l'âme sacrée du sol sur lequel on l'a dressé..."

Pierre_Ginich_5Ce que l'on nomme la pierre Ginich est en fait une masse de blocs de granite gris empilés sur 4 niveaux, orientée nord/sud.
Pierre_Ginich_18
















Pierre_Ginich_9Certains de ces blocs sont en équilibre, comme les pierres branlantes de la région.

Pierre_Ginich_2















Pierre_Ginich_23D'autres sont calés par des pierres plus petites. Sauf que... ces pierres de calage sont d'un granite différent, plus rose, dont le gisement le plus proche ne se trouve qu'à 20km du site.
Pierre_Ginich_24










Pierre_Ginich_27Le site a besoin d'un coup de pouce pour s'ouvrir.













Pierre_Ginich_11Une pierre en contrebas sert d'interrupteur. Mais celui qui arrive avec un cœur pur ne sera pas déçu. C'est un endroit de guérison, comme l'autel de la Baronnie.
Pierre_Ginich_22















Pierre_Ginich_14Les cupules et bassins, même avec les feuilles en décomposition, présentent une eau non putréfiée.
Pierre_Ginich_4
















Pierre_Ginich_15Il y a une progression, un chemin des cupules, qui nous amène à une montée en conscience. Ces cupules sont surtout situées sur les blocs au sommet de la pierre Ginich, et sont souvent séparées par des failles.










Pierre_Ginich_10Les pierres ont des fonctions différentes, ce qui explique peut-être leurs formes animales, comme pour aller chercher la puissance et les qualités de chaque bête. Nous trouvons la tortue, le loup, le poisson, le serpent, la grenouille.
Pierre_Ginich_8














Pierre_Ginich_26D'après Pierre Frobert, d'autres formes apparaissent, ainsi que des signes, comme des croix ou des figures humaines. Mais la mousse et le défilement des ans les ont rendus difficile à discerner.
Pierre_Ginich_16









Pierre_Ginich_19Pour lui, Ginich représente un zodiaque : sont représentés l'étoile polaire et les constellations de l'époque de sa mise en service.
Pierre_Ginich_12










Pierre_Ginich_17aJe vous présente les deux endroits qui m'ont le plus marquée...



























Pierre_Ginich_25Laissez-vous aller !

Posté par madame_dulac à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juillet 2008

Fontenay, historique

Fontenay_234aEn 1118 le vallon de Fontenay est intégré dans les terres d'Eudes II, duc de Bourgogne. Au village de Touillon, distant de quelques lieues, les évêques d'Autun se sont construit un château, leur villégiature d'été. Dans un contexte plus local, les terres appartiennent à Raynard de Montbard, oncle maternel de saint Bernard. Ainsi, quand celui-ci décide de construire une abbaye dans la région, Montbard lui fait don de quelques terres, situées sur le plateau selon quelques-uns ou au nord de la combe selon d'autres. Un premier établissement est édifié en 1118.
Le succès grandissant oblige le premier abbé, Geoffroy de Roche-Vanneau, autre oncle de Bernard, à solliciter un nouvel emplacement. L’abbaye trouve son emplacement définitif en 1130, plus bas dans la vallée boisée, dit vallon des Egrevies, à l'intersection de la Combe Noire où coule un ruisseau, et d'une autre vallée parcourue d'un ru capricieux.







Fontenay_242aChacun se mit au travail pour éliminer l'eau stagnante et dompter les cours d'eau, construire des digues pour assainir les lieux. La première digue fut construite au nord, et forme un petit étang qui est encore ne nos jours régulé par une buse alimentant le canal qui se pert sous l'abbaye. La seconde part du flanc de la vallée. Les eaux sont déviées vers le sud.

Une première chapelle, Saint-paul, un cloître et un dortoir furent construits vers 1132, avec des pierres provenant  de Massangis, à trente kilomètres du val. L'abbaye reçut le nom de Fontenay, par allusion aux nombreuses sources du site.    




Fontenay_245aL’abbaye se développa pendant les années suivantes et c’est en 1139 que fut commencée la construction de l’abbatiale actuelle. En 1146, Ebrard, évêque exilé de Norwich, arriva à Fontenay. Il lègua ses biens à l'abbaye pour financer le chantier de l’abbatiale (Il est enterré dans son choeur). Celle-ci fut consacrée en 1147 par le pape Eugène III. Le monastère fut complété à la fin du XIIème siècle. En 1259, le roi de France Louis IX exempta l'abbaye de tout droit fiscal, et en 1269, Fontenay devint abbaye royale : les rois Jean II, puis Charles VIII, et Louis XII continueront ces largesses.





Fontenay_269aLes XIIème, XIIIème, et début du XIVème siecles seront d'une grande prospérité pour l'abbaye qui développa ses activités métallurgiques et sidérurgiques : au plus haut de sa renommée, trois cents personnes logeaient dans ses bâtiments.











Fontenay_281aLes siècles qui suivirent furent difficiles pour l’abbaye, qui fut pillée à plusieurs reprises : au milieu du XIVème siècle, en 1359,  par les Anglais, ensuite en 1419 par les routiers et autres brigands, puis saccagée vers 1557 pendant les Guerres de Religion. Bien que des restaurations aient été effectuées en 1450 après l'incendie du dortoir (pose d'une nouvelle charpente), le déclin de l’abbaye commenca au XVIème avec l'établissement du régime de la Commende en 1547. En 1745, faute de pouvoir l'entretenir financièrement, le porche de l'abbatiale, les cuisines et le réfectoire des moines furent démolis, et en 1746,  le sol de l'église fut élevé de près d'un mètre pour limiter les inondations.



Fontenay_350aAprès la Révolution française l’abbaye fut sécularisée, puis vendue comme bien national avec toutes ses terres en 1791 et transformée en papeterie par Claude Hugot. Les frères Montgolfier, dont Elie,  papetier d'Annonay, achetèrent l’abbaye vers 1820 et commencèrent la construction de plusieurs bâtiments industriels.  En 1830, les premiers essais de pisciculture moderne eurent lieu à Fontenay. En 1864, une partie des archives de l'abbaye fut retrouvée à Paris chez un bouquiniste des bords de Seine.






Fontenay_311aAprès le classement Monument Historique de 1862, l’abbaye dut attendre jusqu’à 1906 pour être restaurée. C’est Edouard Aynard, époux de Rose de Montgolfier, banquier lyonnais et amateur d'art (gendre de Raymond de Montgolfier), qui acheta l’abbaye et lui redonna son aspect médiéval en détruisant les bâtiments modernes de la papeterie. Les travaux durèrent jusqu’à 1911 : les usines furent démolies, le sol de l'église dégagé sur 80 cm et l'aile gauche du cloître remontée pierre par pierre. Plusieurs bassins seront mis en place.












Andr_e_PutmanEdouard est le grand-père d'Andrée Putman, une femme que j'admire particulièrement. Elle passa une partie de son enfance dans les murs de l'abbaye. Cette première rencontre avec l'architecture va marquer durablement sa sensibilité artistique, forgeant son goût pour les espaces sobres, simples, voire austères.
http://www.andreeputman.com/francais/index.html
Quelques phrases d'Andrée, que je trouve magnifiques : « Ne pas oser, c’est déjà perdre. Réjouissons-nous de tout projet ambitieux, voire utopique, car les choses ne bougent que si l’on rêve.»,
« Les maisons les plus belles sont celles qui ne trichent pas », « Un intérieur est le portrait de celui qui l’habite.», « J'ai une espèce de grande obsession de la vérité. Réaliser quelque chose de vrai, quelque chose de vécu qui n'ait rien à voir avec une astuce ou de la frime.», « Le luxe, ce n'est pas ce qui est cher, mais ce qui est rare. L'espace est un luxe.», « J’ai été élevée dans une abbaye romane du XIIème siècle, là où ma famille fabriquait depuis plus de cent ans le plus beau papier du monde, le papier chiffon. Ce lieu m'a marquée pour toujours. Obsédée, imprégnée de cette architecture hautement spiritualiste, j'ai recueilli, consciemment, la moisson d'émotions, d'obsessions, nées de la géométrie. ». C'est en 1978 qu'elle créé le bureau de style ÉCART. Si vous le lisez à l'envers, cela donne...

Fontenay_233aL'abbaye demeure de nos jours la propriété de la famille Aynard. Après les restaurations des années 1960 et 1990, on peut admirer l’abbaye entièrement restaurée et en 1981, l’ensemble fut classé patrimoine mondial par l’UNESCO.

Mon arrivée fut saluée par le héron, mon départ par Goupil.
florence_fontenay_355a









Plan

381052824_small1- église
2- sacristie
3- salle capitulaire
4- passage
5- grande salle
6- prison
7 - petit chauffoir
8- grand chauffoir
9- cloître
10- lavabo
11- réfectoire
12- cuisine
13- forge
14- hôtellerie
15- concergerie
16- chapelle des hôtes
17- boulangerie
18- four
19- colombier
20- communs
21- cellier
22- infirmerie
23- jardin des simples
24- moulin
25- vivier

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Fontenay
http://architecture.relig.free.fr/fontenay.htm
http://edu.saline.free.fr/01-cites/1-thema/02-fontenay.html
http://www.ho-net.nl/BourgogneRomane/edifices/fontenay.htm
http://www.abbayedefontenay.com/abbayedefontenay.htm

Posté par madame_dulac à 02:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'église abbatiale

Fontenay_246aElle a été construite de 1127 à 1150 selon un plan cruciforme et des proportions, qui lui valent d'être considérée comme une église-type de l'architecture cistercienne.












Fontenay_294aElle mesure 66 mètres de long, le transept mesurant 19 mètres. La nef, de 8 m de large, est flanquée de deux bas-côtés.
Fontenay_243a


















Fontenay_252aLes arcades sont en voûte brisée reposant sur des colonnes aux chapiteaux à décor lancéolé, avec un faible relief, respectant ainsi la règle cistercienne.
Fontenay_257b


















Fontenay_254aLe chœur, de forme carrée, est plus bas que la nef. Le pavage est fait de céramiques, qui recouvraient auparavant l'ensemble du sol de l'édifice.
Fontenay_253a


















Fontenay_261aMalgré les interdits répétés du chapitre général, les bienfaiteurs obtiennent d'être enterrés dans ce choeur : il s'agit du chevalier Mello d'Epoisses et son épouse.












florence_fontenay_247Au Moyen Âge, et jusqu’en 1745, la façade était précédée d'un porche dont on voit encore les corbeaux. Le portail cintré est surmonté d'une rangée de quatre petites baies cintrées, elles-mêmes dominées par un ensemble de trois baies. La fenêtre centrale, plus grande, est garnie de colonnettes.
Fontenay_249a















Fontenay_263aDonc sept fenêtres (nombre symbolique) diffusent la lumière au couchant.
Fontenay_251a




















Fontenay_309aLe chevet plat, peu élevé, est amplement dominé par le pignon de la croisée. Celui-ci, comme le chevet lui-même est largement ajouré par des baies cintrées.
Fontenay_313a












Fontenay_255aÀ l'intérieur, on peut admirer une Vierge à l'enfant datant du XIIème siècle. Cette statue fut longtemps exposée aux intempéries dans le cimetière de Touillon (commune voisine de l'abbaye).
Fontenay_304a

















Fontenay_259aLa Vierge porte l'enfant Jésus sur son bras gauche, il entoure le cou de sa mère de son bras droit et tient sur sa poitrine une colombe aux ailes déployées avec sa main gauche. Protectrice de l'abbaye, la main droite aujourd’hui mutilée tenait autrefois un sceptre. On remarque quelques traces de polychromie dans les plis de son manteau.(bleu)

Nul autre mobilier n'est visible, les stalles originales ayant été abîmées par l'humidité, obligeant à un relèvement du sol de près d'un mètre à la fin du XVIIIème siècle.




Fontenay_312aUne Dame, nous devons retrouver son parèdre, saint Michel. Et oui, il est bien là, au nord de l'abbaye, sur son socle, en hauteur... Il foule aux pieds le dragon.

Fontenay_319a

Posté par madame_dulac à 01:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cloître

Fontenay_295aIl mesure trente-six mètres sur trente-huit. Les quatre galeries, tout en conservant une grande unité, présentent certaines différences de construction.











Fontenay_264aElles sont composées chacune de huit travées formant archivolte et double arcade reposant sur des piliers avec double colonnette à chapiteaux lancéolés.












Fontenay_292aAucun ornement ne vient affecter la simplicité des remplages, excepté quelques oculi.
Fontenay_271a


















Fontenay_286aLa plupart des activités liées à l'utilisation de l'eau se déroulent dans la galerie sud, près du lavabo, que cette galerie avait la particularité d'accueillir, dans une excroissance côté cour. Aussi les historiens y situent, tout naturellement à proximité de la source, le lavement du mandatum.
Fontenay_272a










Fontenay_278aChaque galerie avait sa fonction : la galerie septentrionale sert à la collation, la méridionale à la vie domestique, l'orientale dessert les pièces destinées à la gestion de l'abbaye.
Fontenay_289a












florence_fontenay_270L’ensemble peut être daté du milieu du XIIème siècle.
Fontenay_290a

Posté par madame_dulac à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La salle capitulaire

Fontenay_267aDatant du XIIème siècle, elle s'ouvre sur la galerie est du cloître par une grande arcade cintrée, flanquée de chaque coté d'une double baie.
Fontenay_307a












Fontenay_266aÀ l'origine la salle capitulaire était parfaitement carrée, elle était formée de trois de 3 rangs de 3 travées en voûte d'ogive reposant sur des colonnettes. La troisième travée fut détruite par un incendie vers 1450.











Fontenay_308aA côté, un passage également voûté d'ogives fait communiquer le cloître et les jardins qui se trouvent derrière l'église.
Fontenay_268a

Posté par madame_dulac à 01:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La salle des moines

Fontenay_275a

Dans le prolongement de la salle capitulaire et du parloir, se trouve une grande salle romane, la salle des moines. C'est sans doute ici que les moines copistes recopiaient et enluminaient les manuscrits. Elle mesure trente mètres de long, elle est recouverte de douze voûtes d'ogives dont les doubleaux en plein cintre reposent sur cinq colonnes monolithes et sur les culots des murs latéraux, et forme six travées.

Posté par madame_dulac à 01:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]