Aigues_Mortes__29_aPrimitivement appelée grosse forte tour, le nom n'apparait qu'à la fin du XIVème siècle. Son origine, pour laquelle plusieurs hypothèses ont été proposées, n'a jamais été surement établie.Aigues_Mortes__31_a On peut affirmer par contre que sa construction fut entreprise et achevée sur les ordres et du vivant du roi Louis IX entre les années 1241 et 1250. Dès 1249, un acte en porte mention précise sous le nom de "Tour du seigneur du roi".







Aigues_Mortes_b_1La défense intérieure de la Tour a été savamment organisée. Une première porte avec d'épais vantaux et une herse, une deuxième porte qui, ouverte, dissimule complètement l’entrée de l’escalier conduisant aux étages supérieurs. Une dernière porte se fermant d’une serrure et d’une barre transversale.









Le rez-de-chaussée : La Salle des gardes

Aigues_Mortes__34_aAu centre de cette pièce, une grande ouverture circulaire fermée par une grille est la seule voie d’accès pour aller à la réserve du sous-sol. Elle est magasin à vivres, à munitions, cachots, appelée Cul de Basse-fosse. Cette salle mesure 10 m de diamètre et 12 m de haut. Au dessus de la porte et dans l’épaisseur des murs est intégré un mécanisme du fonctionnement des herses.
Aigues_Mortes__36_a

Aigues_Mortes__54_a









Aigues_Mortes__35_aElles est dotée d’un placard, d’un four à pain, d’un puits d’eau potable et d’une statue de St Louis. L’escalier en spirale sert d’accès à l’étage. La base de la citerne d’eau descend depuis le toit pour récupérer l’eau de pluie. La voûte a 12 artères aux branches d’ogive. La clé de voûte donne une ouverture sur la Salle des Chevaliers.














Au premier étage : La Salle des Chevaliers

Aigues_Mortes__42_aCette salle épouse les mêmes volumes et la même architecture que celle du bas. Les fenêtres sont si longues qu’elles descendent au dessous du plancher. L’accès à cette salle est précédé d’un vestibule voûté qui a servi d’oratoire à Louis IX. La salle des Chevaliers sert à plusieurs reprises de prison : 45 templiers, puis Charles d’Artois et Jean II D’Alençon, accusés tous deux de trahison, y sont emprisonnés respectivement au début et à la fin du XIVème siècle, et suite à la révocation de l'édit de Nantes, de nombreux protestants y furent également enfermés dès 1686.

Aigues_Mortes__46_a









Aigues_Mortes__43_aElle est couverte d'une voûte à 12 quartiers comme la salle basse dont elle reproduit le plan. Sa clé annulaire communique avec la terrasse. Un petit vestibule aménagé dans l'épaisseur des murs précède cette salle. Une première travée est couverte d'une voûte en berceau brisé et la seconde d'une voûte d'ogives dont les nervures reposent sur 4 colonnettes rondes d'une grancde finesse. La tour disposait d'une citerne qui recueillait les eaux de pluie de la terrasse dans le massif du mur à hauteur de la salle haute.





Aiges_Mortes_tour_constanceLa Plate-forme supérieure est surmontée d’une cage ajourée en fer forgé. Elle est coiffée d’une toiture conique en plomb. Cet abri doit protéger les feux de vigie ou de guetteurs, à la fois tour de guet et phare.
Hauteur à la terrasse : 22 m
Hauteur à la lanterne : 33 m
Épaisseur des murs à la base : 6 m
Diamètre de la Tour : 22 m.