Gannat_rhinoc_ros_laineuxLes traces les plus anciennes découvertes à Gannat remontent à quelques vingt-trois millions d'années. Elles nous emmènent sur la piste des brachypothères, autrement dit des rhinocéros de la fin de l'oligocène.
Gannat semble avoir été un véritable cimetière pour ces animaux, si bien que l'on découvre des multitudes d'ossements fossilisés.
Les chantiers autoroutiers sur le territoire gannatois ont permis de découvrir plusieurs industries sur galets de quartz qui feraient remonter le peuplement de la région autour de huit cent mille ans.

Gannat_succelusMoins loin dans le passé, Gannat est une cité antique à l'extrémité septentrionale de l'opulente plaine de la Limagne. Ses habitants, qui relevaient de la tribu des Avernes, prirent part à la lutte de Vercingétorix contre César. La Ville se situait alors à l'emplacement de l'église Saint-Etienne. Du temple païen érigé à cet endroit, il reste des débris de colonnes et la très belle statue du Dieu Sucellus (visible au Musée Machelon). A partir de l'an mille, Gannat se transporte à l'emplacement actuel de la ville.












L'église Sainte-Croix de Gannat

Gannat__2_aLa paroisse de Gannat dépendait de l'ancien diocèse de Clermont. De l'édifice roman subsistent les deux chapellles rayonnantes, quelques éléments du chevet ainsi que les bras nord du transept. Les remaniements se succederont jusqu'au XVIIIème siècle.
Gannat__20_a














Gannat__15_aAu XIIIème siècle, les trois travées de la nef et des bas-côtés, précédés d'un porche, furent construites. Du XIVème au XVIème siècle, dix chapelles de plans irréguliers furent accolées sans ordre contre les murs gouttereaux et le chevet. La nef et les bas-côtés consituent un interessant ensemble de la fin du XIIIème siècle, notamment par la présence d'un faux triforium au dessus des bas-côtés.







Gannat__6_aLa porte gothique "de la Faulconnière", située au sud, donne accès à la chapelle fondée par la famille Filhol, dont sont issus les seigneurs propriétaire du château proche de Gannat. Le blason orne le tympan.

Sur la partie romane du chevet se voit encore, par fragments, un cordon de palmettes qui contournait les cintres de fenêtres. Une des colones épaulant l'abside est surmontée d'un chapiteau de la nativité.







Gannat__4_aL'église apparait seule aujourd'hui sur le fond de la place. Il n'en a pas toujours été ainsi. Les deux tiers de cette place étaient occupées par des halles que l'on envisagea  de démonter vers 1830. Un bâtiment avançait jusqu'au portail central ménageant une ruelle étroite entre l'église et lui, dominé par la gargouille dite Bade-gorge qui, les jours de pluie, déversait les eaux de toiture sur le passant imprudent. Juste avant l'angle nord-ouest quelques constructions parasites s'appuyaient contre le mur de l'église. Au nord-est, il y avait un cimetière dont on s'est débarassé à la révolution. La partie romane peut être datée des XIIème et XIIème siècles et la partie gothique du XIIIème au XVème siècle.










Les clochers

Gannat__5_aLa façade occidentale, du XIIIème siècle, est percée d'un portail dont le tympan est orné d'un arc trilobé, surmonté d'un gable.
Les deux clochers font équilibre autour du portail central entre la grosse tour au sud-ouest qui renferme les cloches et ce qui a été un clocher avant d'être arasé à la révolution. Les bases de départ de l'une et l'autre sont semblables, sauf que la tour sud-ouest a été remaniée, épaissie, consolidée entre 1659 et 1665. Le clocher actuel, haut d'environ 30m, contient la "Saturnine", cloche qui pèse 1 100 kg. Il  fut élevé au-dessus de la première travée du bas-côté sud au XVIIIème siècle.




Le portail occidental

Gannat__3_aIl s'offre à la vue dès qu'on met le pied sur la place. Les voussures toriques de son archivolte s'appuyaient sur des colonnettes aux chapiteaux décorés de crochets. Dans les gorges qui les séparent sont sculptés des motifs difficilement lisibles. Le tympan laisse apparaitre une tête de Christ peinte depuis qu' a disparu, en Juin 1942, l'enduit de plâtre qui portait l'inscription "le peuple français reconnait l'être suprème et l'immortalité de l'âme". En 1881 les grandes portes actuelles ont remplacé les antiques portes à meneaux et panneaux. On ne sait par quel tour de passe-passe les deux anciens ventaux se sont retrouvés à Londres au Victoria and Albert museum.










Les portes latérales

Gannat__8_aEn passant au sud, le portail avec ses portes à caisson offre une décoration particulièrement soignée. Deux canaux permettaient l'écoulement des eaux pluviales sont terminés par la tête d'un animal fantastique que certains ont identifié à la vouivre. Ces canaux indiquent la limite de la construction primitive déformée par l'adjonction à des dates diverses des chapelles latérales.
Gannat__7_a













L'abside romane

Gannat__52_aLa chapelle absidiale en bel appareil est tournée vers l'est. Elle est dite chapelle de Sainte Procule, patronne de Gannat et présentée dans un vitrail. En la contournant, on rencontre l'absidiole nord qui avait son pendant au sud?. Sur un des chapiteaux extérieurs, la naissance su Christ. La porte nord est traitée avec sobriété, . Les fonds baptismaux étaient à droite, fermés dans un placard aux portes peintes.
Gannat__50_a
Gannat__51_a












La grande nef et le choeur

Gannat__25_aAppuyé contre le grand portail on apprécie l'ampleur de l'édifice et des voûtes d'ogives en distionguant les 4 travées de la nef, l'avant-choeur au niveau du transept, le choeur et la chapelle absidiale.










Gannat__57_aLa longueur de l'édifice est de 43,50m et la largeur de 15m. L'avant choeur étaitr réservé aux prêtres communamistes disposant de 48 stalles, hélas démontées et disposées dans le musée. Les grilles remontant à la construction de l'édifice le fermaient et étaient surmontées par une tribune ou jubé supprimée en 1790.
Gannat__16_a




















Le déambulatoire

Gannat__47_aPrivativement appelé carole, il continue les bas-côtés en faisant le tour du choeur. Il desservait 3 chapelles rayonnantes dont une seule a subsisté. De l'église romane, il nous reste les piliers extéreiurs du passage surmontés de chapiteaux avec de belles ornementations géométriques, florales ou animales, et quelques personnages humains figurant des atlantes, mis à part le chapiteau figuratif représentant la chute d'Adam et Eve au paradis terrestre.






Gannat__9_aLes évangéliaires sont gardés au musée Yves Machelon. (évangéliaire carolingien du IXème siècle, un autre du XIIème.)

Gannat__32_
















Les chapiteaux

Gannat__36_aaxés sur l'alchimie, intérieure et extérieure...

Gannat__59_a













Nous avons le labyrinthe, ainsi que la voie royale, la voie du milieu, et l'arbre de la science...
Gannat__48_a


Gannat__62_a