29 avril 2007

Les roches de Berthaud

dragon_112aCes roches naturelles et imposantes, aux effets de falaises parfois veinées de quartz, n'ont pas manqué d'attirer les cultes anciens.
dragon_113a












dragon_119aSitués sur la veine du dragon des monts du lyonnais, proche du col de Ban, dans la direction opposée au col de la Luère et à Saint-Bonnet le froid, ces arrangements de pierres et les roches naturelles se confondent.
dragon_091a
















dragon_081aDes cupules, des bassins apparaissent sur presque tous les sites. Des roches calées de main d'homme tout au long de la visite, ainsi que des pierres en forme de phallus et des portes de vie. Et un petit gardien.
dragon_080a




dragon_108a











dragon_120aDes aubépines, du houx, des chênes centenaires et des genets en fleurs, un chemin qui serpente le long du dos du dragon... Belle promenade en perspective.


dragon_116a














dragon_124a

dragon_129a

Je vous conseille, si vous voulez en savoir plus sur cette région, le livre "la voie des pierres" de Jean-Louis Augay, aux éditions Mosaïque.

dragon_122a

Posté par madame_dulac à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Saint Désiré

Saint_D_sir___7_aParoisse de l'ancien diocèse de Bourges. On croit pouvoir identifier le lieu de Saint-Désiré avec celui de Salviacus, où s'élevait primitivement une chapelle dédiée à Saint Martial. Le nom actuel du lieu aurait été donné par la suite en l'honneur de l'évêque de Bourges, Désiré, qui serait mort à Salviacus au milieu du VIème siècle.








Saint_D_sir__aVers 1055, Archambault de Bourbon, son frère Aymon, archevêque de Bourges et Ebbes de Déols, fondèrent un prieuré à Saint Désiré et le placèrent sous la dépendance de l'abbaye de Saint-Michel de la Cluse, en Savoie.

Saint_D_sir___27_a

Saint_D_sir___9_a











L'église haute

Saint_D_sir___2_aElle est l'oeuvre de trois campagnes de construction, d'époque romane. De la première moitié du XIIème siècle, la nef et les bas-côtés. A la seconde campagne, une partie des piles de la croisée ainsi que le choeur et l'abside, qui ont subi des transformations fin XIIème.

Saint_D_sir___4_aEnfin, à la fin du XIIème, on remania le transept en employant du grès houiller de teinte rouge. L'édifice fut restauré de 1866 à 1878, et l'on éleva un clocher, refit les voûtes de la nef et la façade.

Saint_D_sir___13_a








L'abside

Saint_D_sir___6_aElle est garnie de cinq arcades aveugles en plein cintre, ornées par des colonnettes que séparent de larges pilastres.





 



Saint_D_sir___8_aLes bases, ornées de tores ou de bâtons brisés, reposent à 1m20 du niveau du sol sur un filetgarni de billettes.

Les chapiteaux portent des palmettes, des têtes rudimentaires et sont surmontés de tailloirs. Sous les trois arcades centrales sont percées des fenêtres en plein cintre.

Saint_D_sir___5_a






Le choeur

Saint_D_sir___28_aIl communique avec l'abside, très élevée, par deux escaliers latéraux entre lesquels se dresse un mur vertical réunissant les deux niveaux du sol et percé en son centre d'une large baie donnant vue sur la crypte. Un berceau en plein cintre le couvre. Chaque mur latéral est renforcé de trois hautes arcades aveugles.

Saint_D_sir___49_a













La crypte

Saint_D_sir___37_aElle mesure 4 m sur 2,80 m. Elle est divisée dans le sens de la longueur en trois travées de plan rectangulaire, séparées per deux rangées de trois arcades en plein cintre, retombant sur des colonnes trapues, monolithiques. Saint_D_sir___20_a
Saint_D_sir___38_a










Saint_D_sir___40_aLa travée centrale est plus large et plus profonde que les autres. Toutes trois sont voûtées en un berceau dont la naissance est marquée par un cordon chanfreiné. Un simple tailloir adouci d'un cavet couronne chaque colonne. Une étroite fenêtre percée dans le mur oriental de la travée centrale éclaire cette crypte, que l'on peut dater du XIème siècle. Les chapelles latérales, bâties à une époque plus tardivedans la pérode romane, ont des murs de blocage irrégulier. leur sol est légèrement surélevé vers l'est.





Saint_D_sir___36_aLes pignons des croisillons du transept se dressent au-dessus des toitures, de même que le pignon de la travée droite du choeur. Le choeur compte deux absidioles. Chaque croisillon en possède également une. La nef compte trois travées et des collatéraux voûtés en berceau. La croisée du transept est couverte d'une haute coupole sur pendentifs. Les croisillons du transept sont voûtés en berceau brisés. Les deux travées sont divisées par un arc doubleau extradossé d'un arc diaphragme percé d'une fenêtre.

Saint_D_sir___39_a








Le transept

Saint_D_sir___25_aLa croisée du transept, reprise dans la seconde moitié du XIIème siècle, est couverte d'une coupole sur pendentifs, système que nous retrouvons à Domérat.

Saint_D_sir___19_a

Saint_D_sir___26_a

















Saint_D_sir___52_aLes arcs ouvrant sur les bras sont brisés et à deux rangées de claveaux. Le croisillon nord est muni dans la partie basse de son mur occidental de trois arcades aveugles.

Saint_D_sir___17_a

Saint_D_sir___55_a







La nef

Saint_D_sir___45_a

Saint_D_sir___16_a

La reprise de construction entre le transept et la nef est visible sur les piles occidentales de la croisée. La nef est couverte d'un berceau en plein cintre sur doubleaux, refait à l'époque moderne en remplacement d'une charpente lancée au XVIème siècle après l'écroulement de la voûte primitive. Elle est dépourvue d'éclairage direct. La travée orientale est plus longue que les autres.














Saint_D_sir___62_aOn trouve à côté du bénitier, un ancien puits sur lequel on a posé un couvercle de bois. Je n'ai pas pu aller voir si l'eau était toujours au fond.

Ce sanctuaire est vraiment accueillant, je m'y suis sentie bien immédiatement. La crypte est toujours baignée dans une énergie douce, mais puissante.

Une vraie petite merveille.

Posté par madame_dulac à 00:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La chapelle Sainte-Agathe

Sainte_Agathe_aNon loin de Saint-Désiré, sur un promontoire où arrive un chemin de croix, se trouve la chapelle Sainte-Agathe. Lieu de pélerinage, elle conserve des parties romanes.
Sainte_Agathe__3_a










Sainte_Agathe__4_aElle comprend une nef, terminée par une petite abside et deux absidioles. un clocher carré domine la façade. De là-haut, un paysage grandiose s'offre à nos yeux.
Sainte_Agathe__5_a










Sainte_Agathe__1_aEt la gardienne est toujours là...

Posté par madame_dulac à 00:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]