Santa_Maria_del_Fiore__1






















Santa_Maria_del_Fiore__2La cathédrale ou Dôme de Florence tel que nous le voyons aujourd'hui est le résultat d'un long travail qui traversa plus de six siècles d'histoire. Le plan architectural de base est celui dessiné par Arnolfo di Cambio à la fin du XIIIème siècle; la coupole, devenue un symbole pour toute la Toscane, est le fruit du génie de la Renaissance, Filippo Brunelleschi, tandis que la façade complétant l'édifice ne fut complétée qu'à la fin du XIXème siècle.







Santa_Maria_del_Fiore_17Toutes les interventions structurelles et décoratives ont été exécutées entre ces deux périodes, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur et ont enrichi l'histoire du monument: cela va de la construction des deux sacristies au sol en marbre du XVIème siècle, de la réalisation des sculptures à celle des fresques signées de Paolo Uccello, Andrea del Castagno, Giorgio Vasari et Federico Zuccari (le Jugement Universel de la coupole).








La cathédrale

Santa_Maria_del_Fiore__4D'une longueur de 153 mètres, soit 23 mètres de plus que Notre-Dame-de-Paris, et d'un largeur de 38 mètres, l'édifice gothique est dominé par une coupole octogonale culminant à 115 mètres de 90 mètres de large, construite entre 1420 et 1434 par Filippo Brunelleschi.









Santa_Maria_del_Fiore__5L'église de Santa Maria del Fiore est la cathédrale de Florence. C'est la quatrième église d'Europe par sa taille, après Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul à Londres et la cathédrale de Milan. Son plan est particulier, composé d'un corps de basilique à trois nefs soudé à un chevet en arc trilobé qui soutient l'immense coupole. C'est la plus grande coupole en appareil maçonné jamais construite. On peut voir, à l'intérieur, une des plus grandes fresques narratives : 3 600 m2 de fresques, exécutées entre 1572 et 1579 par Giorgio Vasari et Frederico Zuccari.




Santa_Maria_del_Fiore__8La construction, commencée sur les anciennes fondations de l'église Santa Reparata, en 1296 par Arnolfo di Cambio, a été continuée par Giotto de 1334 (qui n'entamera que la construction du Campanile) jusqu'à sa mort en 1337. Francesco Talenti et Giovanni di Lapo Ghini continueront la construction en 1357.






Santa_Maria_del_Fiore__12En 1412, son nom fut changé en Santa Maria del Fiore, faisant ainsi clairement allusion au lys, symbole de la ville. L'église fut consacrée le 25 mars de l'an 1436, à la fin des travaux de la coupole de Brunelleschi, par le Pape Eugenio IV. A l'heure actuelle, elle est la cathédrale de l'archidiocèse de Florence.









Santa_Maria_del_Fiore__16A la fin du XIIIème siècle, la "Platea Episcopalis", l'ensemble épiscopal de Florence, présentait les trois édifices qui le composent encore, aux relations et rapports spatiaux complètement différents.















Santa_Maria_del_Fiore__15L'actuelle place San Giovanni était à peine plus qu'une rue élargie faisant le tour du baptistère de San Giovanni, qui était alors le véritable cœur de l'ensemble. Il était juste complété par son attique et son toit en marbre en forme de pyramide octogonale. A l'est, aussitôt franchie la "Porte du Paradis", qui n'était pas encore ornée de ses portes en bronze faites par Ghiberti, apparaît le seuil de l'église de Santa Reparata qui disposait à son extrémité orientale d'un véritable cœur harmonique muni de deux campaniles.








Santa_Maria_del_Fiore__17Comme couronnement de cette "Platea Episcopalis" se dresse aussi l'ancienne église de San Michele Visdomini, plus tard déplacée plus au nord, qui se trouvait sur le même axe Baptistère - Dôme, ainsi que le plus ancien hôpital Florentin. Au sud se dressent les habitations des chanoines, organisées autour d'un cloître central. Sur cette ligne se retrouve un nombre important de sanctuaires, ce qui me laisse à penser qu'elle fait partie des lignes sacrées.






Santa_Maria_del_Fiore__7La cathédrale de Santa Reparata, bien qu'ancienne et vénérée, ne convient plus en tant qu'église d'une cité en forte expansion, riche et puissante, qui vient juste de régler ses comptes avec sa rivale, Sienne, et imposé son hégémonie sur un échiquier toscan chaotique. Santa Reparata est décrite par Villani comme "Bien trop de forme grossière et petite en comparaison d'une cité si établie" et dans les documents communaux comme "croulante par son état extrême".

Santa_Maria_del_Fiore_18

Comme dans d'autres structures religieuses, le siège du gouvernement de la République de Florence s'y tient, et finalement, en 1294, il décide la reconstruction de l'église avec des dimensions telles qu'elle doit éclipser les cathédrales des cités adverses, dont Pise et Sienne.

Santa_Maria_del_Fiore__6Le cardinal Pietro Valeriano, légat du pape Bonfiface VIII, pose solennellement la première pierre de la nouvelle basilique pendant la fête de la nativité de la Vierge en 1296. La construction de l'édifice fut un vaste projet qui dura au moins 170 ans (bien plus si l'on tient compte de la fin de la réalisation de la façade du XIXème siècle), auquel participeront de nombreux artistes importants. Elle fut au centre des efforts collectifs de nombreuses générations.












Santa_Maria_del_Fiore__9Sous la cathédrale de difficiles travaux de fouille furent réalisés entre 1965 et 1974. La zone souterraine de la cathédrale fut utilisée pour enterrer les évèques de Florence pendant des siècles.






Santa_Maria_del_Fiore__10L'histoire archéologique de cette zone a été reconstituée récemment, d'après les restes d'habitations romaines et de pavements paléo-chrétiens jusqu'aux ruines de la vieille cathédrale Santa Reparata. On accède aux fouilles par une échelle dans la nef de gauche.





Le baptistère

Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re_11Lieu de culte constuit entre le Vème et le XIIIème siècle aujourd'hui dédié à saint Jean Baptiste - saint patron de Florence -et dont la tradition prétend qu'il est un ancien temple romain dédié au dieu Mars.









Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re_3Il a subi d'importantes modifications au XIème et XIIème siècles. Ce bâtiment octogonal est complètement recouvert de marbre blanc et vert aux motifs géométriques. Les murs intérieurs sont décorés de mosaïques byzantines d'artistes florentins réalisées au XIIIème siècle.

Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re_9














Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re__10Les oeuvres les plus connues du baptistère sont les trois portes de bronze décorées par Andrea Pisano et Lorenzo Ghiberti, connues comme "les portes du paradis".

Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re__11

















Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re_7A l'intérieur, un baptistère attire l'attention, ainsi que le pavement qui semble nous indiquer quelquechose. L'atmosphère y est sereine, malgré les visiteurs.

Santa_Maria_del_Fiore_Baptist_re_10










 


Le campanile

Santa_Maria_del_Fiore__3Il fut construit entre 1334 et 1359 par Giotto, premier architecte du Campanile qui dirigera le chantier de 1334 à 1337 - année de sa mort -  et n'exécutera que le registre sculpté inférieur de l'édifice. Il est composé de sept panneaux hexagonaux sur les cotés ouest, sud et est, représentant la marche de l'homme vers la perfection. Le chiffre de sept est le symbole biblique cet objectif.





















Santa_Maria_del_Fiore_16http://fr.wikipedia.org/wiki/Santa_Maria_del_Fiore