paris_356Au croisement des voies romaines, vers Orléans et vers Lyon puis l'Italie, un sanctuaire occupait le lieu depuis le VIè siècle. Depuis le VIème siècle s'élevait à l'emplacement de l'Eglise actuelle un oratoire bâti sur la route de Saint-Jacques de Compostelle qui eut successivement pour patron Saint-Julien le Martyr, êveque de Brioude, Saint-Julien le Confesseur, êveque du Mans dit le Pauvre et Saint-Julien l'Hospitalier. Ce fut un lieu de sépulture mérovingienne. L'église est offerte à l'état de ruines par le roi Henri premier au chapitre de Notre-Dame en 1045.







paris_358 Détruite par les Normands, une église plus grande fut élevée de 1165 à 1220 par les religieux de Longpont pour les pélerins et les voyageurs sans argent sous le Nom de Saint-Julien le Pauvre, accompagnée d’un hospice.

Les recteurs y sont élus.
















paris_359Du XIIIème au XVIème, l'Eglise est le siège des assemblées de l'université. L'Eglise leur est cependant fermée en 1524 après que les étudiants aient malmené l'Eglise lors d'une réunion agitée. En 1655, l'Eglise devient une chapelle de l'Hôtel-Dieu.














paris_361Fortement endommagée au XVIIème siècle, , où l'on remplaça notamment la façade par celle quel'on voit aujourd'hui, elle sert de grenier à sel et de magasin de fourage pendant la Révolution. Par la suite, Saint-Julien est redevenu une simple chapelle, rattachée au XIXè siècle à l'Hôtel Dieu.










paris_364Aujourd’hui encore, elle a l’allure d’une église de campagne gothique encore marquée par le roman. Ainsi, les gros contreforts  qui soutiennent les absidioles (les petites chapelles rondes derrières le chœur) sont caractéristiques du 12è siècle. Au 17è siècle, l’église était si endommagée quelle fut en partie démolie. Servant de grenier à sel pendant la Révolution, l'église fut affectée en 1889 au culte catholique grec melkite, c'est à dire Eglise catholique de rite byzantin comme en témoigne sa décoration intérieure.











paris_362A l'intérieur, Saint-Julien offre un décor simple, les piliers portent des chapiteaux restaurés, la nef de quatres travées est voutée en charpente et en platre. Le puits que l'on voit à l'extérieur, du VII ème siècle, était jadis installé dans l'eglise. La source située à l’extérieur de l’église Saint Julien le Pauvre était réputée miraculeuse et était vendue au profit de l’église.













paris_363Il faut vraisemblablement mettre la titulature de la chapelle Saint Julien de Saint Bertrand de Comminges en relation avec l'église parisienne. 











Histoire de Saint Julien:

De retour de chasse, le jeune et noble Julien crut un jour surprendre son épouse au lit avec un amant. Dans un accès de fureur, il tua le couple. Horrible méprise : en son absence, sa femme avait accueilli les propres parents de son mari venus voir leur fils et les avait fait coucher, par respect, dans leur propre chambre qui était la plus belle du logis. Nouvel Oedipe tuant sans le savoir ses propres parents, Julien, effaré de son acte fit voeu de pauvreté et d'humilité se retira sur les bords d'une rivière ayant décidé de consacrer le restant de sa vie à faire passer les voyageurs de l'autre côté du fleuve.
Un soir terrible de tempête, un humble pélerin, lépreux, se présenta au passeur et lui demanda, malgre les grands dangers de le faire passer de l'autre côté.
Après quelques hésitations, Julien accepta et invita l'étranger sur sa barque. Au milieu du fleuve, la tête du lépreux se nimba d'une aura lumineuse. Julien reconnut alors Jésus venu relever de ses péchés le malheureux parricide.
L'histoire fut reprise par flaubert : http://fr.wikisource.org/wiki/La_L%C3%A9gende_de_saint_Julien_l%E2%80%99Hospitalier