Simandre_St_alban_St_hymetiere_026Nous voilà donc sur le chemin de la chapelle Saint Romain après être passés devant le gardien des lieux. L'âne nous a montré que le site peut nous permettre de nous rapprocher de l'Initiation absolue  et d'être enfin digne de revêtir sa peau.

Qui était Saint Romain ?

Saint Romain de Condat était moine dans le Jura, fondateur de monastères et abbé. Il était le frère de Saint Lupicin de Lauconne, moine et abbé comme lui.

Gallo-romain, saint Romain aurait été originaire d'Izernore dans le Haut-Bugey (non loin de Nantua, actuel département de l'Ain).

Saint_Romain_1La jeunesse de Romain demeura pure de toute corruption du siècle. Après s'être mis quelques temps sous la conduite d'un saint abbé, qui lui fit étudier sérieusement la vie cénobitique, il se retira, âgé de trente-cinq ans, à Condat, dans les forêts du Jura, où il mena la vie des anciens anachorètes, au milieu des bêtes féroces, et oublié du monde, qu'il avait oublié le premier. Mais ce n'était là, dans les desseins de Dieu, qu'une préparation: la vocation de Romain était de fonder des monastères où l'on verrait fleurir toutes les merveilles de sainteté accomplies depuis plus de deux siècles dans les déserts d'Orient. Le premier de ses disciples fut son frère Lupicin. Pour leurs nombreux disciples, il fondèrent vers 425-430, au confluent de la Bienne et du Tacon, l'abbaye de Condat qu'ils gouvernèrent ensemble.

Simandre_St_alban_St_hymetiere_043Saint Romain et saint Lupicin avaient installé leur sœur Iola comme abbesse de leur fondation pour moniales à La Balme ou La Baume, dans une combe pittoresque qui s'ouvre sur la rive droite de la Bienne, appelée ensuite Saint-Romain-de-Roche.

Simandre_St_alban_St_hymetiere_051

C'est en effet là que fut enseveli saint Romain après sa mort en 460. Mais ce monastère devint plus tard un simple prieuré d'hommes dépendant de l'abbaye de Saint-Claude. Celle-ci enleva la relique au VIIe siècle pour en enrichir sa propre église.

Tous ces faits furent rapportés par un moine anonyme auteur de "la vie des pères du Jura". Cet ouvrage décrit l'installation de Romain" au bord de la Bienne, aux pieds d'un noir sapin, au milieu d'un désert...

Simandre_St_alban_St_hymetiere_034On identifie d'époque romane cette chapelle par son portail ouest encadré de colonnettes, sans doute de la première moitié du XIII ème siècle.

Simandre_St_alban_St_hymetiere_058

Simandre_St_alban_St_hymetiere_059

Simandre_St_alban_St_hymetiere_056_1Au fronton nous attend de nouveau l'âne initiateur.

Ses oreilles forment un angle d'environ 60°, la tête est penchée du côté droit, comme pour éviter un courant tellurique, (vraissemblablement une faille ou une caverne située juste en dessous) ce qui est confirmé par la vrille de l'arbre enraciné juste à côté.Saint_Romain5

Simandre_St_alban_St_hymetiere_057Sur la droite, une figure humaine se trouve à l'extrémité d'une ligne partant du haut des colonnettes, qui arrive au niveau de ses yeux. Bien regarder ce qu'il se passe ?

Simandre_St_alban_St_hymetiere_076Sur la facade nord, un bel éclatoir.

Saint_Romain_2Un peu plus haut se trouve une butte qui, dans la légende, servait de lieu de culte aux druides.

Simandre_St_alban_St_hymetiere_037

Saint_Romain_4Elle est desservie par un escalier en pierre qui part du pied de la butte, à l'endroit où se trouve un autel de plein air. Cet endroit vibre singulièrement...

Saint_RomainA l'intérieur de la chapelle, quelques apports du XVII ème siècle. Heureusement ils ne sont pas très nombreux...

Simandre_St_alban_St_hymetiere_050 Une poutre de gloire datée de 1627 ainsi qu'un muret qui sépare la nef du choeur. Par contre, la sculpture se trouvant sous un arc en plein cintre est d'une autre facture !

Simandre_St_alban_St_hymetiere_070_1