10 juillet 2006

Rosslyn (Ecosse)

Je remercie la providence de m'avoir permis de visiter ce lieu avant l'engouement du à un certain livre sorti depuis....

 

05_08_62__1600x1057_La  Rosslyn chapel (anciennement nommée Collégiale Saint-Matthieu) est une église qui fut construite au XVe siècle dans le village de Roslin, dans le Midlothian en Écosse.

 

 

 

 

 

rosslyn2Elle fut dessinée par William Sinclair (orthographe alternative Saint-Clair) de la famille Sinclair, une famille noble écossaise descendant des chevaliers Normands de Saint-Clair et, selon la légende, liée aux Chevaliers du Temple. La construction de la chapelle commença en 1440 – bien que la date officielle de fondation soit 1446 – et s'acheva quarante ans plus tard.(Wikipédia)

 

 

 

 

 

 

 

 

05_08_64__800x1200_05_08_66__804x1200_Les fouilles réalisées au XIXe siècle suggèrent que la chapelle faisait partie autrefois d’un ensemble plus grand, dont la construction aurait été interrompue à la mort de William Sinclair.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05_08_65__803x1200_Cependant certains auteurs émettent la théorie selon laquelle le mur ouest de la chapelle serait en fait une représentation du mur des lamentations de Jérusalem et qu’il fait donc partie de la structure comme élément de décoration, plus qu’être une preuve de la volonté d’extension de l’église, ce qui lui aurait donné les dimensions d’une cathédrale. Ajoutons que la chapelle de Rosslyn ressemble beaucoup au chœur est de la cathédrale de Glasgow.

 

 

 

 

 

 

 

05_08_63__1600x1052_La chapelle est connue pour deux de ses piliers : le pilier de l'apprenti et le pilier du maitre, de chaque côté du pilier de l’Artisan. Ces deux piliers ont des sculptures différentes.

 

 

 

 

 

rosslyn1La légende veut que le maître maçon entamma la réalisation de ce qu'on nomme aujourd'hui le pilier de l'apprenti, jusqu'au jour où se sentant incapable de le terminer, il part en voyage d'études à Rome afin d'améliorer ses compétences. Pendant son absence, son apprenti termina lui-même l'oeuvre, ce qui déclencha la colère du maître-maçon qui tua l'apprenti.

 

 

 

rosslyn3Je ne peux vous donner le ressenti des courants cosmo-telluriques, ne sachant même pas à l'époque qu'ils puissent exister... Mais en regardant les photos, je m'aperçois qu'il y a un bien bel exemple de Moïse cornu... Je me souviens juste d'avoir le sentiment, dans la crypte, qu'un autre endroit était caché derrière les murs.

 

 

 

 

 

 

 

rosslynWallace-Murphy et Hopkins ont été les premiers à écrire sur ce lieu:

 

 

 

 

" Ce qui est en haut et comme ce qui est en bas ", disait Hermès Trismégiste. Cette célèbre maxime en tête, Tim Wallace-Murphy et Marilyn Hopkins sont partis sur les traces des plus grands mystiques de l'histoire spirituelle européenne, des néo-platoniciens aux templiers, des gnostiques aux francs-maçons, des cathares aux bâtisseurs de cathédrales, tous membres d'une informelle confrérie initiatique du Graal. Or, c'est en Egypte qu'ils trouvent la clé de l'une des plus formidables révélations de ce siècle : depuis la nuit des temps, des sanctuaires - des oracles - ont été construits et fréquentés en des lieux de pouvoirs fonctionnant comme d'authentiques centres d'énergie, des chakras terrestres. Après l'Egypte, les auteurs découvrent qu'il en était de même en Europe. L'un après l'autre, ils retrouvent ces chakras géographiques - logiquement au nombre de sept comme les chakras du corps humain - chacun sous l'égide d'une divinité planétaire.

rosslyn_chapel_plan

Chacun de ces points de force a fait l'objet d'un culte ancestral et son emplacement est encore marqué par la présence de certains des plus envoûtants sanctuaires : Saint-Jacques de Compostelle, Toulouse, Orléans, Chartres, Paris, Amiens et la moins connue mais non moins inspirante et puissante chapelle écossaise de Rosslyn. En somme, l'itinéraire médiéval du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Pour mieux appréhender le mystère de l'authentique pèlerinage initiatique, les deux auteurs empruntent à leur tour - avec le lecteur - cette route, revivant l'initiation ancienne en redécouvrant, étape après étape, la symbolique des lieux. Ils ressentent dans leur être la manifestation des chakras terrestres sur leurs propres chakras. " Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ". Ainsi est résolue l'énigme dissimulée dans la symbolique extraordinaire de la chapelle de Rosslyn et dans la configuration même de ces sept lieux de pèlerinage : la date de l'Apocalypse, la Révélation ultime.

 

 

 

 

Posté par madame_dulac à 17:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Pierres levées (Ecosse)

C'est ici que, n'ayant plus les noms des sites, je ne puis vous donner plus de renseignements.... Juste les photos de ces merveilles, avec la certitude qu'ils sont aussi des lieux sacrés.

05_08_72__1600x1082_  05_08_75__1600x1087_

 

 

 

 

05_08_73__1600x1087_

 

05_08_74__1600x1080_05_08_77__1600x1069_05_08_6__1600x695_

 

 

 

 

 

 

 

Ecosse3

Posté par madame_dulac à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Loch Ness (Ecosse)

La légende de Nessie est particulièrement ancienne, puisqu'on en retrouve les premières traces dans les chroniques de Saint Colomban. Les "apparitions" se sont multipliées depuis....(Wikipédia)

05_08_71__809x1200_

Le château d'Urquart, date du XIIe siècle mais le promontoire était occupé depuis la préhistoire semble-t-il. Il appartenait à la ligne défensive du Great glenn et eut une part active et sanglante dans la formation et le développement de l'Écosse, dixit la pancarte qui présente le site. En 1692, sur ordre gouvernemental, il fut détruit pour contrer toute occupation jacobite.

En 565 de notre ère, Saint Colomban rendit visite au seigneur du lieu, Brude, et aperçut un monstre marin dans le loch... La légende était née. A rattacher aux légendes de dragons et de vouivre ?

Toujours est-il que l'écossais arrivant pour jouer Scotland the brave à la cornemuse sur l'un des murs du château m'a donné pas mal de frissons...

Posté par madame_dulac à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ben nevis (Ecosse)

J'ai fait ce voyage il y a longtemps, et n'ai pas de documents auxquels me référer. (je ne me souviens plus du nom des sites visités par exemple...)

Aussi ne vous proposerai-je qu'une vue d'ensemble de cette merveilleuse contrée, qui m'appelle du haut de son Ben Nevis.

On commence par lui, la montagne la plus haute d'Écosse, et par là même de la Grande-Bretagne. Mais l'Écosse n'a rien à voir avec l'Angleterre, même géologiquement:05_08_70__806x1200_

05_08_69__1600x1067_"Pendant la période du Silurien (443-416 millions d'années avant J-C), le territoire qui allait devenir l'Écosse faisait partie du continent Laurentia. De l'autre côté de l'océan Iapetus, au sud, se trouvait le continent Baltica. Les deux continents se sont progressivement heurtés, joignant l'Écosse à ce qui allait devenir l'Angleterre et l'Europe. Cet événement est connu comme l'orogénèse calédonienne, et la ligne de faille des Highlands marque aujourd'hui cette jonction entre les deux continents." (Wikipédia)

Je ne sais pas pourquoi cette montagne m'a interpellée, il n'y a aucune trace de présence humaine à son sommet, comme des mégalithes ou autres temples. Finalement, c'est peut-être pour ça....

05_08_67__801x1200_

Il parait que le Ben Nevis est dans les nuages 355 jours pas an... J'ai eu de la chance, non ?

Ah si, lieux sacré quand même...

Et aux dernières nouvelles:

Le sommet du Ben Nevis, la plus haute montagne du Royaume-Uni, située au nord-ouest de l'Écosse et qui culmine à 1.344 mètres d'altitude : drôle d'endroit pour découvrir un piano. C'est pourtant là que quinze bénévoles de l'association John Muir Trust, venus nettoyer le sommet, ont découvert l'instrument. Ils ont lancé un appel à témoin pour comprendre comment ce piano avait pu se retrouver là.

«Nos gars n'en croyaient pas leurs yeux», a rapporté Nigel Hawkins, directeur de l'association. «Au début, ils ont pensé que c'était un coffre en bois, mais ils ont ensuite vu l'ensemble du cadre métallique ainsi que les cordes.» «La seule chose qui manque est le clavier, et ça, c'est un autre mystère. Il est peut-être dissimulé ailleurs sur la montagne», a-t-il ajouté.

Depuis... On a retrouvé : C'est un groupe de déménageurs originaires de Dundee qui l'avait monté, il y a 20 ans, accomplissant cet exploit au profit d'une œuvre caritative.

Posté par madame_dulac à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2006

Iles d'Aran, Dun Aengus

Selon une ancienne légende irlandaise, la baie de Galway formait autrefois un lac, séparé de l’Océan par une barre de terre, jusqu’au jour où, par une tempête plus violente que les autres, les flots ont tout balayé: les trois îles d’Inis Oirr, Inis Meain et Arainn ( plus connues sous leurs noms anglais d’Inisheer, Inishmaan et Inishmore ) sont tout ce qui reste de ce bras de terre.

aran3

Géologiquement, les trois îles prolongent les escarpements des Burren, dans le comté Clare, à quelques kilomètres de l’autre côté de la baie de Galway.  La surface du sol, du calcaire ou du schiste, fracturée par des milliers de fissures parallèles plus ou moins larges, a été sculptée par l’érosion.

05_08_57__801x1200_

Le Gaélique est encore la première langue parlée sur l'île, et il y règne une ambiance spéciale de "vieille Irlande". Sur ces îles vous trouverez partout des vestiges de monastères Chrétiens, de fortifications et d'églises. Les vestiges de The House of Saint Edna, édifice religieux d'époque Médiévale le plus important sur Inishmore, peut être encore visité.

On y trouve plusieurs forts de l’âge du fer : Dun Aengus (Dún Aonghasa), le fort noir (Dún Dúchathair) et Dún Eoghanachta tous les trois en bon état de conservation.

Le site se compose d'une triple enceinte(voir plus bas la symbolique de la croix celtique) dont le mur interne entoure un espace de quatre hectares. En avant du mur extérieur, de très nombreuses pierres dressées forment des chevaux de frise dont le rôle défensif est d’empêcher les attaques d’assaillants. De forme semi-circulaire, il est délimité, à l’autre extrémité par une falaise d’une centaine de mètres de hauteur. Dans la partie centrale le mur s’élève par endroits à 4 mètres, et a 5 mètres d'épaisseur.

aran5

Le début de la construction remonterait à la fin de l’âge du bronze (début du dernier millénaire avant JC) et le site aurait été occupé jusqu’au IVème siècle après JC.

05_08_58__1600x1086_

Selon la mythologie celtique, cette forteresse aurait été édifiée par le peuple légendaire des Fir Bolg réfugiés dans l'île après leur défaite, dans la guerre qui les opposa aux Tuatha Dé Danann. Le nom viendrait de leur chef qui se nommait Aengus ou Aonghus (à ne pas confondre avec le dieu Oengus) et le mot dun signifie « forteresse » en Gaélique.(Wikipédia)

05_08_56__1600x1078_

"Dun Aengus was named after the mythical hero Aonghas.  Dun Aonghasa is thought to have been built around the time of the birth of Christ during the Celtic Iron Age.  Although Dun Aonghasa has the appearance of a military fort, experts say it was used as a ceremonial theatre."  We heard many other stories about what the fort could have been used for.  Seeing that the fort is prehistoric, they really don't have record of what it was exactly used for."

Comme ils disent.... Moi je reste persuadée que ce site est bien plus ancien, orienté vers l'océan Atlantique. Une vision m'a montré l'endroit comme un comptoir, relié à un peuple de navigateurs. Je n'oserai pas mettre le nom de l'Atlantide en avant (en plus je me ralie à l'hypothèse de l'Atlantide en Antartique), mais ça y ressemblait fort.

Le ressenti que j'ai eu, allongée sur la pierre regardant la mer, reste unique.

05_08_55__1600x1070_05_08_54__1600x1059_

Il existe aussi les ruines d'un monastère datant du V ème siècle. Il abrita 7 ermites qui, selon la tradition, se construisirent chacun une chapelle. Tiens, 7, d'habitude c'est 12...

aran7

Le cimetière, de pure tradition Celte, est vraiment d'une beauté surprenante.  Non loin de là, sur le continent, beaucoup de mégalithes.

P.S.: Je ne sais pas si vous avez remarqué, sur plusieurs de mes photos, il y a dans le ciel un truc bizarre...

05_08_59__806x1200_05_08_60__806x1200_  aran12 aran11

aran14

Rappel du symbolisme de la croix celtique, tiré du site Lux Sanctuary:

La croix Celtique :

croixceltique



Le cercle central, le gwenved représente la lumière (le monde des Dieux)… le second cercle (à la jonction des Quatre branches) le premier le plus au centre est le cercle d’annoum, l’abysse le néant (Le monde souterrain) le second le plus à l’extérieur est le cercle d’abred le cercle de l’expérience humaine ( le monde terrestre) et enfin le tout derniers cercle qui entour la croix est le Keugant le cercle de l’Incréé de l’Univers, représentant la Source.
La croix celtique est un symbole majeur car il représente ainsi l’expérience humaine et son évolution. La croix en elle-même est un symbole puissant. Elle rappelle la quadripolarité et la concrétisation physique de l’Un au travers la matière, la Quintessence. C’est ainsi l’expression des forces de l’univers primaires, élémentales.

Le talisman d’Hyperborée :

talisman_hyperboreeCe talisman très puissant est similaire à la croix celtique sauf que la branche du bas (nommée le socle ) est plus longue tout simplement … sinon pour plus de détail sur ce talisman il y d’autres éléments sur la croix : la croix en elle-même est souvent en argent et les cercle autour du centre en argent mais beaucoup plus brillant beaucoup plus clair. Au centre exacte de la croix il y a un petit cercle (le Gwenved) dans lequel se trouve un cristal de roche ou une améthyste en haut de la croix sur la branche « nord » se trouve un tribann doré et en bas sur la base du socle se trouve un triskèle bleu marine ou or.
Ce talisman nous vient des hyperboréens et plus loin encore des atlantes dont les druides en sont des héritiers d’après la légende. Pour entrer plus en détail dans la symbolique les cercles représentent divers niveau du monde et de l’expérience humaine comme sur la croix celtique, ils représentent des liens vers la source une connections entre nous même et ce qu’il y a part delà, dans l’astral et ses plus hautes sphères. Le cristal central agis comme un condensateur projetant un fin rayon énergique qui nous connecte avec l’au-delà nous met en résonance avec les forces d’autres mondes, diffusant l’antiques sagesse et la mémoire des atlantes. Qui le porte dispose en outre d’une protection idéale et puissante. Plus encore pour qui médite dessus…

http://time.mystiek.net/croix%20celtique.htm

croix_celtique_St_martin_VIIIcroix_celtiquecroix_celtique1

Posté par madame_dulac à 12:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 juillet 2006

Rocamadour

Une importante tradition celtique se perpétue à Rocamadour, avec la permanence d'un culte à la déesse-mère, dans le "val ténébreux", creusé par l'Alzou dans le Causse: Cybèle, puis Vénus, et enfin la vierge Marie, sous la forme d'une vierge noire. http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/vierges_noires__fichier/index.html

sg5_1001

Le pélerinage connut au moyen-âge un succès considérable. On vint de toute l'Europe, étape obligatoire des jacquaires.

rocamadour3

sg5_115

sg5_113

Il faut parcourir les 216 marches (le nombre a quelque peu varié au cours du temps. ll n'y en avait autrefois que 210. Jusqu'à la petite terrasse où se trouvaient les maisons des chanoines, à l'entrée de l'enceinte sacrée, il y a 140 marches. Il y en aurait donc eu 70 jusqu'à la chapelle Notre-Dame. Multiple de 7... Les vierges ont 70 cm de hauteur) pour parvenir à la chapelle Notre-dame, dont une des parois est la roche même.

La statue date du XII ème siècle est d'allure primitive. Elle est recouverte de plaques d'argent et succède à une statue beaucoup plus ancienne sur laquelle nous avons peu de renseignements.(une référence à une statue vénérée avant le XIIème par exemple).Sous l'autel se trouve encore encastré un ancien autel druidique, et c'est sur cette pierre qu'Amadour était censé avoir officié.

sg5_107

05_08_25__800x1200__1

De nombreux miracles lui sont attribués: délivrance des captifs, protection des navigateurs (l'antique cloche de la chapelle se mettant parfois à tinter d'elle-même, calmant ainsi les tempêtes. Une fois même, un navire entier fut transporté à ...Saint jacques en Galice !), fécondité, protection des enfants, résurection des enfants morts-nés, accordant la vie jusqu'au baptème.

Les premiers documents sur le pélerinage datent du XI ème, et sont l'oeuvre des Bénédictins. Le principal d'entre eux, rédigé vers 1170, est la chronique de Robert de Thorigny, abbé ...du Mont Saint Michel !

rocamadour4_1

C'est donc vers cette époque que les Bénédictins installent la vierge noire, et découvrent sur place le corps de Saint Amadour, lors du terrassement d'une tombe prévue devant l'ermitage. Les textes ajoutent que le corps était dans un  état de conservation parfait.

Les légendes vont voir le jour. la version la plus courante est la suivante: Amadour aurait été Zachée en personne, le publicain qui avait donné l'hospitalité à Jésus. Il est compagnon de Sainte Véronique.( Zachée et Véronique assisteront Marie jusqu'à sa "dormition" puis seront missionnés, nantis des reliques du St Visage et de quelques gouttes de lait de la Vierge, pour évangéliser la Gaule.). Il fut transporté en bateau dans les Gaules, se fixa à Rocamadour où il vécu en ermite. C'est lui qui aurait ramené la statue de la vierge, sculptée par Saint Luc.(introduction de l'élément solaire). Selon A. Pradelle le nom Amadour proviendrait de l'arabe Amad-Aour (le juste), soit Zaccaï.

Mais Rocamadour n'est pas le seul endroit qui revendique la présence de Zachée. Selon certaines chroniques, Amadour aurait fondé le sanctuaire du Puy et aurait fait étape à Compostelle. Il y aurait un Amadour catalan, portugais, berrichon, mais là, il prend le nom de Sylvain.

Selon d'autres légendes, il serait né à Lucques, en Italie. Un Sylvain né à Lucques, nous voilà plongés dans le monde païen, confirmant la continuité des lieux de cultes de la vierge noire et de pratiques religieuses plus anciennes.

De la place du sanctuaire on accède à 7 chapelles: l'église de St Amadour, la basilique St Sauveur, les chapelles St Jean Baptiste, St Blaise, Ste Anne et la chapelle Notre Dame.(encore le chiffre 7).

rocamadour_epeeA droite de l'entrée de la chapelle miraculeuse se trouve une grille de fer. C'est ici que fut retrouvé le corps d' Amadour-Zachée. On peut voir, dans la roche, "l'épée de Roland". Après avoir vainement tenté de la détruire, la légende assure qu'il l'aurait lancée si fort qu'elle serait venue se ficher dans la roche. L'arme que l'on voit à présent est une copie de l'originale enlevée par les Anglais au VIII ème siècle.

Rocamadour est un des seuls endroits où tous ces saints et saintes se trouvent réunis près de la vierge noire. Mais, chose curieuse, on en retrouve toujours un ou plusieurs directement associés aux sanctuaires des statues.

Sainte Anne: c'est la mère de Marie. L'origine de son culte est proche des vierges noires, se confondant parfois, ayant succédé l'une et l'autre à celle de l'antique déesse-mère.

Saint Blaise: Il n'a jamais existé. Par contre, chez les Celtes, il y avait un dieu Bletz, qui serait à l'origine de notre Blaise.(Balise...) Il était une représentation de la mort, envisagée en tant que passage à une autre vie.

On peut passer sur le sens de Baptiste, qui se rapproche de celui de Saint Michel, ayant déjà été étudié.

La présente étude est tirée du livre de Jacques Huynen, l'énigme des vierges noires.

Je peux rajouter que chaque vierge noire a une fonction particulière, chaque humain a une approche particulière de la vierge noire. Il est clair pour moi que Rocamadour est un site à palier. Lors de ma première visite, je n'ai rien ressenti, si ce n'est la beauté du lieu. La deuxième fut bien différente. Cette Dame là ne fait pas dans la dentelle du Puy, ni dans la douceur des eaux de Vassivière... Je dirais plutôt qu'elle fait office de lance-flamme, mais de celui qui met à nu, sans brûlure, mais avec la possibilité de se retrouver dans le plus simple appareil, aucune fioriture. Nous sommes face à nous-même, et croyez moi c'est un beau cadeau, même si ce n'est pas facile à digerer...

Posté par madame_dulac à 16:23 - - Commentaires [9] - Permalien [#]