17 mai 2006

Saint Rigaud

2006_1402006_121"Le Pays Beaujolais n'est pas avare de points de vue qui vous saisissent l'œil et l'âme de leur beauté, et ne vous laissent plus retourner au monde banal. Le plus célèbre de ces panoramas, à tout seigneur, est celui embrassable du sommet du Mont Saint-Rigaud. la "redoute" du Saint-Rigaud s'approprie du regard l'essentiel du Beaujolais. Veillant sur cette forteresse naturelle, le Saint-Rigaud lui-même (1009 m), la roche d'Ajoux et le Tourvéon (970 et 953 mètres). Trois portes seulement décadenassent ce fortin de verdure : le Fût d'Avenas, le Col de Crie et le Col des Écharmeaux. Et une piétaille de feuillus que dominent les alignements de sapins, en sont les sentinelles. Nul ne quittera le Saint Rigaud sans faire halte devant la fontaine des pèlerins, dite "fontaine sacrée". Une très vieille croyance veut que l'eau de cette source, déjà sacrée au temps des druides, guérisse l'épilepsie et la stérilité. ""


2006_138La fontaine est située sur le versant Sud/Ouest de la montagne, très légèrment en contrebas, à une altitude de 950 mètres. Une légende lui est associée:

Un moine vivait en ermite, il y a bien longtemps, près d'une source, sur le Mont Saint Rigaud. Cet homme était, dit-on, doué de pouvoirs guérisseurs et soulageait nombre de pèlerins venus chercher son aide. On raconte qu'à sa mort, il eut pour sépulture la nappe même de la source, ce qui aurait pour effet de donner à l'eau ses vertus miraculeuses.





2006_137_edited

Ainsi la fontaine est réputée bénéfique pour les maux de gorge et d'yeux, les rhumatismes et la stérilité féminine. En témoignage de leur passage, les pélerins plantaient en ce lieu, tous les 16 Août, une croix de bois. Modèste source à l'état sauvage, envahie par les plantes aquatiques jusqu'en 1988, elle fut captée et entièrement réhabilitée à cette date.

A l'arrivée, je fus accueillie par des scarabées...Pas étonnant quand on sait que le village le plus proche s'appelle Montsols. Le mont du soleil...Les croix autour de la source, les arbres immenses plantés dans le fouillis des airelles, tout celà m'a touchée. L'eau est vraiment très froide, elle est aussi réputée pour guérir les douleurs articulaires.


Posté par madame_dulac à 17:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Le Puy

LA LÉGENDE

A l'époque gallo-romaine, une matrone souffrant d'une fièvre tenace, inspirée par une vision, se rendit sur le mont Anis, plus connu de nos jours sous le nom de rocher corneille. Là elle s'endormit, épuisée. A son réveil, la vierge trônant sur un dolmen lui confia son désir d'avoir une église en ces lieux. Sa fièvre avait disparu. Saint Georges, alors évêque du Velay, se rendit sur place. Bien qu'en plein mois de Juillet, le sol était couvert de neige sur laquelle un cerf dessina de ses sabots le tracé d'une église. L'argent manquait et l'évêque se contenta de marquer le tracé par une haie de buissons épineux. Le lendemain, la haie était couverte de fleurs. Le temps passa, puis une autre guérison miraculeuse eut lieu dans des conditions similaires: la vierge renouvelait son souhait.

polignac_169

L'évêque de l'époque, Vozy, s'en fut à Rome demander l'autorisation au pape de construire une église. Scutaire, sénateur et architecte romain aurait été chargé de la construction.

L'église achevée, l'évêque se dirigea de nouveau vers Rome pour en demander la consécration. En chemin, au lieu-dit "les trois pierres", deux vieillards habillés de blanc leurs conseillèrent de retourner d'où ils venaient, les chargèrent de reliques et disparurent sur ces mots: " nous vous précédons et vaquerons à tout." Quand Vozy et Scutaire arrivèrent à Anis, ils trouvèrent leur église baignée d'une lumière irréelle et les cloches animées par des êtres invisibles.

La dédicace de la première église fut l'œuvre des anges dit-on. Pour cette raison, elle fut appelée chambre angélique.

Scutaire réalisa la première église entre 415 et 430. Dans le même temps il transféra son siège épiscopal d'Espally au Puy. Le Puy-en-Velay est, avec Chartres, le plus ancien sanctuaire marial de la Gaule chrétienne. On a retrouvé sous le pavé du chœur les fondations de cette première église qui mesurait 12 m x 24 m.

La pierre fut intégrée dans l'église, et ce fut certainement la raison de sa demande à Rome, n'ayant absolument pas besoin de l'accord du pape pour construire une église.

polignac_179

Cette église s'est donc édifiée sur les restes d'un temple romain dédié à Adidon et Auguste. Ce sanctuaire se dressait aux côtés d'une source miraculeuse et abritait lui-même le dolmen, preuve de l'ancienneté du culte en ces lieux.  Le Puy est au centre d'une immense étoile dont les rayons partent vers autant de mégalithes ou de sites celtes spécifiquement sacrés. Jacques Derderian (à qui je fais très souvent des emprunts, "Le puy, haut-lieu ésotérique" aux éditions Dervy) parle même du Puy comme un centre sacré druidique, celui du sud, Chartres étant celui du nord.

Parlons de l'épigraphe d'où est tiré le nom d'Adidon.C'est un texte de dédicace adressée à l'empereur et à une divinité: "A Adidon et à Auguste,Sextus Talonius, musicien a fait faire ceci de ses deniers."

D'où vient Adidon ? Préfixe Adi et terminaison Don: Ani Dun, colline de la déesse Ana...

La matrone couchée sur la pierre ? Rituel celtique avec apparition du cerf (Cernunnos)

Neige en Juillet ? Opposée au soleil et au lion zodiacal du mois de Juillet, la neige incarne le principe féminin qui va subir la fécondation indispensable à l'éclosion de la vie. (opérée par le cerf, le sillon étant symbole de l'acte sexuel, version primitive de l'immaculée conception). Le buisson d'épine est là pour confirmer la fécondation, le lendemain.

Les vieillards ? passation des pouvoirs, symbolisés par les reliques, des druides aux responsables de la religion chrétienne. En échange, le dolmen sera conservé et la vierge sera noire.

Les anciens évêques du puy étaient-ils des druides convertis à la foi du Christ, par obligation ?

polignac_165


Posté par madame_dulac à 00:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]